Le jour où j’ai appris que le français n’est pas une langue nationale en Suisse

J’aime ma langue maternelle qui est le français. J’ai même suivi des études de lettres modernes pour en maîtriser les subtilités. Alors quand je vois qu’elle disparaît petit à petit pour laisser la place à l’allemand, que je ne comprends qu’avec peine malgré mes neuf années d’études, je m’agace. Je m’agace d’autant plus lorsque je me connecte sur le site d’Apple, incapable de tout traduire en français. Sur la page d’accueil j’apprends « diese Woche in Musik » ou encore « iPhone app der Woche » à côté d’un « bienvenue ». Je suppose que certains mots présentent plus de difficultés de traduction que d’autres.

Mais là où je m’énerve vraiment, c’est lorsque je reçois des mails publicitaires du même Apple, tout en allemand. Premièrement, je n’ai pas souvenirs d’avoir sollicité ce genre de courrier. Deuxièmement, certainement pas dans une langue que je ne maîtrise pas. Je cherche alors comment la modifier. En vain. Et pour cause : voici ce que j’ai trouvé sur leur site lorsque j’ai souhaité changer mon identifiant Apple : « les e-mails s’affichent dans la ou les langues officielles de votre pays de résidence ». Comme je reçois tout en allemand, malgré l’option « français » de coché, j’en déduis donc que ma langue est considérée comme un petit patois local.

Hop, un petit tour sur le site de la Confédération. Et là, que lis-je ? « Les Services linguistiques centraux de la Chancellerie fédérale veillent à ce que les lois, les ordonnances et les traités internationaux soient rédigés en des termes clairs et compréhensibles dans les trois langues nationales (allemand, français et italien)« . (texte que vous pouvez retrouver dans son intégralité dans une petite brochure éditée par la Confédération).

J’en conclus qu’Apple se fout de ses utilisateurs (mais est-ce une nouveauté ?). Et, pour la petite info, dans les dix langues les plus parlés dans le monde, le français arrive à la cinquième place. (source ici) Et l’allemand, me demanderez-vous ? Aucune idée, il n’est pas dans les dix premiers !

6 réponses sur « Le jour où j’ai appris que le français n’est pas une langue nationale en Suisse »

  1. Ah oui, mais plus de 60% des Suisses parlent allemand et seulement un petit 20% parlent français. C’est à peu de choses près les mêmes chiffres qu’au Canada et crois-moi, les francophones ici ont bien du mal à faire reconnaître (et respecter!) leurs droits et leur langue! Ici, quand je dis que je viens de Suisse, on me dit aussi immédiatement « ah, alors tu parles allemand! » Alors qu’il y a effectivement plus de 30% des Suisses qui ne parlent pas allemand. Et si je dis que ma langue maternelle est le français on me dit « ah, alors tu viens du Québec! » Alors qu’il y a des francophones partout au Canada et dans le monde. Enfin, c’est toujours mieux qu’aux Etats Unis, où quand je disais que je venais de « Switzerland » on me répondait « ah, alors tu parles « Swedish »! Tu connais peut-être le voisin de ma cousine qui a habité 3 ans au Danemark? » …

    1. Ce qui m’énerve c’est qu’effectivement, le français perd de plus en plus de terrain en Suisse pour établir gentiment le suisse allemand comme langue unique.

      Dernièrement, l’obligation de parler le bon allemand au Conseil Fédéral a été aboli. Et j’ai également lu que les débats proposés par les chaînes suisses allemandes (et retransmis sur les autres chaînes nationales) seront uniquement en suisse allemand afin…de se démarquer des chaînes allemandes !!!

      Comme la majorité des Suisses se bat pour imposer son dialecte face à l’allemand, il est clair que l’avenir du français dans le pays ne les intéresse guère…

  2. Mais je ne crois pas que l’avenir du francais soit en danger. Les francophones ne sont pas prets d’apprendre l’allemand (des etudes montrent que les germanophones parlent tres bien le francais alors que les francophones parlent tres mal l’allemand) et des grandes veilles comme Neuchatel, Lausanne ou Geneve ne sont pas pretes de fonctionner en allemand. Peut-etre qu’il faudrait commencer un debat pour imposer le dialecte vaudois (ou fribourgeois!) en Suisse, face au francais de France 😉 (je me moque un peu mais en realite tu poses une question tres interessante: quel est l’avenir du francais en Suisse?) (ceci dit, j’aurais encore plus peur pour l’avenir de l’italien et du romanche, en Suisse.)

    1. En ce qui concerne le romanche, il n’est pas une langue officielle du pays. Pour les deux autres, c’est à se demander si ce n’est pas une simple question de politique de les garder. Parce que ça devient quand même de plus en plus illusoire. Les emballages des produits en vente dans le pays ne sont plus tenus d’être imprimés dans les trois langues. Du coup, lorsque tu cherches une particularité, il faut pouvoir déchiffrer l’allemand. Pour l’anecdote, je souhaitais acheter un article spécial pour ma machine à laver. J’ai abandonné, je ne comprenais rien…
      Les petits suisses allemands ne sont plus obligés d’apprendre le français, ils peuvent opter pour l’anglais. Le petit romand apprend l’allemand de plus en plus tôt…et l’anglais de plus en plus tard…

      Je suppose que la partie italienne vit les mêmes problèmes. Nous sommes trois cultures différentes dans un même pays.

      Finalement, ce problème se retrouve dans tous les pays multilingues.

  3. Si tu consultes la page « francisation » de wikipedia, tu constateras que le français progresse quasiment partout et même en Suisse. Le français gagne en pourcentage au fil des années. Je donnerai pour exemple la ville de Bienne qui voyait son pourcentage de francophone baisser jusqu’aux années 2000 mais qui depuis regagne du terrain avec le boost de l’horlogerie ces dernières années.

    1. Je suis allée lire l’article dont tu parles. Je note cependant que les statistiques s’arrêtent en 2000. Les changements en faveur de l’allemand ne datent pas d’aussi longtemps (me semble-t-il). Mais peut-être faut-il y voir un lien justement. Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes majoritairement dirigés par des germanophones qui peut-être craignent pour leur suprématie ? Voilà qui me donne du baume au coeur. En fait, je ne dois plus voir tous ces changement comme des lois anti-français mais plutôt considérer le fait que la langue française effraie 🙂

      Finalement, la meilleure défense reste l’attaque…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s