Armes à feu sur le campus

J’ai lu avec consternation dans mon canard préféré (20 minutes) que le Colorado allait autoriser les porteurs de permis à se rendre armés sur les campus universitaires. J’ai trouvé cela étrange, d’autant plus que le pays est régulièrement montré du doigt pour ses nombreuses fusillades au sein des écoles.

Il fut un temps où j’étais une fan inconditionnelle des Etats-Unis. Rien que son évocation me transportait dans un monde merveilleux. Avec le recul, je me demande parfois ce qui me plaisait tant. Certes, certaines régions sont effectivement magnifiques. En revanche, je prends conscience des problèmes de violence récurrents et du manque d’ouverture sur le monde (c’est mon blog et je donne mon avis, que vous n’êtes pas obligés de partager). Sans oublier ce que je qualifie d’esprit rétrograde : penser pouvoir jouer au cowboy sans conséquences.

Non parce que franchement, ne me dites pas que parmi tous les ports d’armes, il n’existe pas certains titulaires un poil nerveux avec le doigt en permanence sur la gâchette. Le gars hyper susceptible, au lieu de mettre son poing sur la gueule de son « adversaire », sortira calmement son pétard et bang bang. Problème résolu !

Alors que je suis au travail, je jette un regard sur ma revue scientifique préférée (en même temps, je suis au boulot et je n’ai rien d’autre à faire), et, oh, que vois-je ? « Licencié, il abat la directrice du lycée » et cela se passe en Floride. Sans oublier cet adolescent de Cleveland qui a décidé que ce serait chouette de se pointer à l’école avec une arme et tirer dans le tas. Résultat, un mort et quatre blessés.

Je croise certainement des gens armés sans autorisation, tout en sachant que la proportion d’individus de la sorte est minime quant au nombre de personnes croisées. Je n’y pense donc pas, même lorsque je vois les nombreux dealers du Jardin Anglais. Paradoxalement, je me sentirais moins en sécurité dans une école où chacun peut potentiellement cacher une arme dans son sac et ce, en toute légalité.

Du coup vous me rétorquerez : « mais qu’en est-il des Suisses autorisés à garder leur arme militaire à la maison » ? Ca, c’est une autre question…

2 réponses sur « Armes à feu sur le campus »

Les commentaires sont fermés.