Tinker Tailor Soldier Spy

J’ai enfin terminé le bouquin de John le Carré Tinker Tailor Soldier Spy. C’est la première fois (si j’omets Wuthering Heights que je n’ai jamais terminé) que j’ai eu autant de peine à lire en anglais. Oh, rien à voir avec l’histoire qui est passionnante. J’ai toujours aimé les romans d’espionage. Non, mon problème vient de la langue.

Je lis régulièrement dans la langue de Shakespeare mais cette fois-ci je me suis retrouvée face à un vocabulaire extrêmement riche et pointu. Le livre date de 1974, ce qui n’est pas si vieux. J’ai lu tous les Robert Ludlum qui datent de cette période et n’ai jamais rencontré ce problème. Est-ce à dire que je ne lis d’habitude que des daubes au vocabulaire simpliste ? Je n’ai pas la réponse à cette question. Je ne suis pas experte en anglais. J’ai juste constaté que je ne possédais pas autant de vocabulaire que je le pensais et que le Carré utilise parfois des tournures de phrases qui m’ont déroutée. J’ai dû relire certains passages plusieurs fois pour bien les comprendre. Le bouquin fait quatre cent vingt-deux pages (éd. Sceptre, 2011) et j’ai peiné jusqu’à la moitié environ après quoi j’ai fini par mieux comprendre les tournures des phrases même si je n’ai pas ouvert mon dictionnaire (j’apprends mieux sans l’ouvrir. Je suis incapable de traduire ces nouveaux mots même si je peux en utiliser certains de façon correcte).

Si quelqu’un est expert en John le Carré et particulièrement en v.o. (donc pas de roman traduit), je serais très intéressée de connaître ses impressions sur ce style d’écriture que j’ai trouvé particulier. Sinon, ça reste un très bon livre mais à lire peut-être de préférence en français.

Comme il existe d’autres romans avec le héros George Smiley, je pense que je vais continuer d’activer mes neurones avec John le Carré. J’irai faire les librairies anglophones la semaine prochaine.

Advertisements

4 thoughts on “Tinker Tailor Soldier Spy

  1. 🙂 Ca ne m’étonne pas du tout! C’est simplement un jargon différent, une époque différente, etc. donc c’est normal que ça soit difficile à lire. C’est sûr que plus tu liras de ces bouquins et plus ça sera facile! (Et c’est hyper bien que tu n’utilises pas le dico, bravo, parole de prof d’anglais ;))

    • Je n’ai pas vraiment buté sur le vocabulaire ayant trait à l’espionnage puisque j’ai déjà lu beaucoup de livres dans ce domaine. Non, ce qui me pose problème c’est le nombre incalculable d’adjectifs pour parler de tout et de rien. L’auteur est très pointilleux dans ses descriptions, d’où un vocabulaire extrêmement riche. Ca me change des Mary Higgins Clark ou John Grisham de mes débuts 🙂

  2. J’ai eu ça avec la lecture de “Tender is the Night”… J’ai une très bonne connaissance de l’Anglais, beaucoup de gens pensent que j’ai passé des années en Angleterre, alors qu’en 40 ans, j’y ai peut-être passé deux mois… Par contre, je regarde TOUS les mots dans le dictionnaire, ainsi que toutes les expressions, que j’essaie de retenir…

    Sinon, j’ai lu La Taupe (la traduction donc) et ai trouvé que c’était presque un roman d’atmosphère…

    Biz,
    lulu

    • Tout d’abord, merci pour ce commentaire. J’ai toujours entendu dire qu’apprendre une langue sans ouvrir le dictionnaire permet de mieux en saisir l’essence. L’ennui c’est qu’il m’est impossible de traduire certains mots…que je comprends. Je suis alors obligée d’imaginer une scène qui explique ledit mot, et décrire ce que je vois ! Mais cette méthode m’arrange car je suis une grande fainéante. Alors bravo pour la patience de tout vérifier dans le dictionnaire et regarder (surtout même) les expressions ! 👍🏼

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s