Archive | décembre 2012

Kaboum c’est la fin du monde

Aujourd’hui c’est la fin du monde et moi j’ai pris congé. Non pas pour fêter l’événement car je n’y avais absolument pas pensé le jour où j’ai décidé de rester chez moi.

Finalement ce n’est pas plus mal. Au moins je serai dans un endroit où je me sens bien pour démarrer correctement cette nouvelle ère. J’ai lu que c’était prévu pour 7h du matin heure Suisse. A cette heure-là, je serai dans mon lit. Presque parfait. Pour atteindre la perfection il aurait fallu que je sois dans mon lit, dans les bras de mon prince charmant. Je vis de désillusions en désillusions. Déjà que le père Noël n’existe pas, voilà que je vais affronter la fin du monde sans avoir connu Charmant.

Bon j’ai également lu que tout basculerait peut-être à midi douze. J’ai encore une chance. Mais comme je n’ai rien de prévu pour ma journée, je suppose que je serai vautrée sur le canapé…désespérément seule. Mais comme m’a dit une collègue hier :

“C’est pas faute d’avoir essayé mais à force de tomber sur des cons, on est mieux seule”. Amen.

Advertisements

Pensées dans tous les sens

Depuis le 16 décembre, les jours ont cessé de raccourcir le soir et nous gagnons à nouveau une minute depuis mercredi.

En revanche, le matin le soleil se lève toujours de plus en plus tard. 8h07 le mardi 18 décembre, 8h12 le 31 décembre. Quelle feignasse ce soleil et oh qu’il a de la chance !

A part ça, mon Hibiscus n’a pas du tout aimé les premiers gels. Les feuilles sont passées du vert au gris puis sont tombées. Il m’a fait de la peine alors je l’ai rentré. Depuis il revit et me refait même de belles fleurs. Quant à mon persil, il doit aimer la neige. Après une semaine sans voir le jour il est tout beau !

Le monde végétal est un véritable mystère pour moi…

J’ai repris mon scooter cette semaine. Ah quel bonheur. Sauf ce matin où la route était complètement gelée. Je suis totalement inconsciente. Je pense ne pas reproduire cet “exploit”. Vous aurez certainement relevé que tout est dans le mot “pense” 🙂 Demain est un autre jour.

Le rhume de ma Mémère se calme gentiment, les antibiotiques semblent enfin agir. La prise de sang n’a rien révélé : la thyroïde se porte bien et les reins fonctionnent à merveille malgré les 13,5 ans de ma vielle ronchon.

J’ai pris congé vendredi ainsi que lundi matin. J’ai un grand besoin de repos et surtout de m’éloigner des cons.

Mes nièces partent en vacances samedi et n’osaient pas me demander quand je comptais leur offrir leur cadeau de Noël. J’irai donc prendre les quatre heures vendredi chez elles 😉

Je viens de terminer à nouveau la trilogie de Batman. Vous savez quoi ? Je crois bien qu’il va falloir que je la regarde encore une fois. J’adore les héros.

 

original (58)

 

original (57)

Allergies du chat

Ma Mémère m’a tenu éveillée une bonne partie de la nuit le week-end passé. Elle a juste vomi une dizaine de fois ! Je sais qu’elle ne doit rien manger d’autre que ses croquettes spéciales donc quand elle est malade c’est qu’elle a trouvé de la nourriture.

Je suis particulièrement fainéante donc les rares fois où je cuisine, les casseroles restent généralement sur la cuisinière jusqu’à ce que je prépare une machine. Ma sale bête va faire les fonds des poêles…et vomit ensuite. Mais cette fois-ci rien ne traînait. J’essaie de ranger au fur et à mesure (ce qui m’est particulièrement difficile je l’avoue).

Alors dimanche matin j’ai cherché ce que j’avais oublié. Qui cherche, trouve, et j’ai trouvé. J’ai une boîte entamée de Toffifee sur le comptoir de la cuisine. Un chocolat dépassait…qu’elle a avidement léché. Je n’avais pas terminé mon cacao, un oubli impardonnable. Même s’il ne restait qu’un fond, sa patte y accède…comme elle accède également au fond de ma tasse de thé. J’aime bien me faire des tisanes le soir et ne les termine pas toujours. Il se trouve que la Mémère ne se prive pas d’y goûter. Il n’y a que le coca qu’elle ne touche pas, pourtant ça lui ferait peut-être du bien. Avec tout ça, son rhume a de nouveau pris des proportions astronomiques. C’est pourquoi je me suis décidée à prendre rendez-vous chez le vétérinaire. Ce soir, ma Mémère sera donc sous antibiotique et je pourrai dormir sans subir ses affreux ronflements…

original (56)

Ma mémère qui ronfle bruyamment

 

Ma Saucisse n°2 qui se porte bien, elle.

Ma Saucisse n°2 qui se porte bien, elle.

 

Tombe la neige tu ne viendras pas ce soir

Il a encore neigé et moi j’aime ça. Sauf pour conduire. J’ai bien cru ne jamais réussir à sortir du parking. Quelle idée de faire des pentes aussi raides! Et hier soir il m’a fallu plus de vingt minutes pour parcourir 4 petits kilomètres. Normal quand j’entends ce genre de conversation : ” Oh mais j’ai de bons pneus d’été donc ça devrait aller”. Pauv’con !

Édit : il semblerait que la qualité des photos soit catastrophique en ligne. Dommage

Edit2 : la deuxième tentative est meilleure

20121214-090636.jpg

20121214-090706.jpg

20121214-090720.jpg

Frénésie de Noël

Nous sommes à moins de deux semaines de Noël et au boulot cela se sent. En fait, ce sont les deux seules semaines où nous savons ce que “travailler” veut dire. Nous ne sommes pas vraiment habitués. Au moins les journées passent vite.

En revanche, je ne supporte pas les téléphones qui sonnent en permanence. Je me sens agressée par ce bruit strident. Sans parler des clients pénibles qui sortent tous de leur tanière. Les sympathiques se font malheureusement plus rares en cette période. A cela on ajoute une ambiance catastrophique dans mon service et vous comprendrez alors que lorsque je rentre chez moi, je m’effondre sur mon canapé. Mes cours stagnent, je suis trop fatiguée pour me concentrer un minimum. Je n’ai même pas la force d’allumer ma télé.

Alors je joue à des jeux stupides sur fesse bouque. Avant c’était le Bingo qui me calmait et à présent c’est Hay day qui m’occupe bêtement. Du reste mes poules et mes vaches m’appellent, elles ont faim ! Je retourne donc m’abrutir encore un peu avant d’aller dormir comme une bienheureuse.

Vivement Noël que ça se calme. D’autant plus que tous mes cadeaux sont prêts 🙂

Le train fantôme

Lundi matin, nouvel horaire des CFF en place avec 33% de places assises supplémentaires. J’arrive sur un quai bondé ce qui ne se produit que lors de pannes. Cependant, aucun problème n’est annoncé. Nouvel horaire : plus de monde. Mon vieux train fait son entrée. Les couloirs sont remplis de gens debout. Il faut donc faire du forcing pour trouver une place…debout.

Lundi soir je compte monter dans le train de 18h03. Plusieurs convois sont annulés et les annoncent invitent les voyageurs des trains supprimés à monter dans « mon » train. Trois convois en un…qui tarde à arriver. Nous partirons avec 25 minutes de retard. Je débute le voyage assise mais le terminerai debout.

Après cinq minutes de trajet, un énorme bruit retentit à l’extérieur du wagon dans lequel je me trouve. C’est un peu effrayant. Plus personne ne parle (et pourtant nous sommes nombreux). « Ca jette un froid » comme le dit un passager. Le train s’arrête. Après trente minutes d’attente, les trois derniers wagons doivent se déplacer dans le quatrième depuis la fin. Je suis dans le dernier, je perds ma place assise…

Bien tassés dans le 4e wagon, nous attendons…qu’on nous annonce d’évacuer ce dernier et d’aller jouer au bétail dans la 5e voiture. Certaines personnes ont abandonné depuis longtemps car elle ont eu la chance d’obtenir l’aide de chauffeurs privés bienveillants. Moi je reste coincée. J’arriverai finalement à la maison avec deux heures de retard. Le point positif ? Je n’ai pas subit les embouteillages une fois en voiture à Nyon 🙂 .

Mardi matin. J’arrive à la gare. Mon train est annoncé avec du retard et le quai est à nouveau bondé. J’entends que « Le train de 7h37 entre en gare ». Sauf que ce train n’existe sur aucun horaire (ancien comme nouveau). Et pourtant je suis bien montée dans le train fantôme dans lequel j’ai même trouvé une place assise et suis arrivée en avance à Genève !

Je crois que je suis toujours dans ma quatrième dimension et qu’elle ne me plaît pas du tout.

Stevans

Un matin, alors que je me lavais les dents, la radio diffuse Glamorous nights qui me file la pêche. Le soir en rentrant je cherche l’album sur lequel figure cette chanson afin de vérifier s’il y en a d’autres qui me plaisent. Il n’en existe aucun de récent, juste deux singles. “Rââââ mais pourquoi y a pas d’album ?” “Parce que ça coûte trop cher à produire” me répond-on. “On” est le frère du chanteur qui m’explique que le métier d’artiste est très difficile et tant qu’on n’a pas réellement percé dans le milieu, ça ne rapporte pas assez pour vivre.

C’est pourtant un groupe qui se produit régulièrement en Suisse dans des festivals célèbres, passe souvent sur plusieurs radios locales et en interviews à la télé et dans divers magazines. Quel est donc le problème ? Seules les banques arrivent à se faire connaître à l’international ? C’est dommage car la Suisse sait aussi produire de bons talents.