Fifty Shades of Grey

Je me plonge dans la lecture d’un roman érotique, à savoir Fifty Shades of Grey. A force d’en entendre parler dans la presse puis dans mon entourage, je veux savoir ce qu’il en retourne.

Après une centaine de pages, je m’interroge sur la suite de ma lecture. Car il faut bien avouer que le style est mauvais, très mauvais. Le vocabulaire est des plus restreint. « Christian est si beau, mais ce n’est pas assez fort pour le décrire », « La maison est si grande, mais ce mot n’est pas assez fort », « La chambre est si belle, mais ce terme n’est pas assez fort pour la décrire »…L’héroïne est une passionnée de littérature et termine ses études de Lettres. Donc le manque d’adjectif n’est pas un effet de style. C’est juste mauvais.

Il y a également les répétitions à foison (en plus des expressions mentionnées ci-dessus). Je retiens surtout cette expression parce qu’elle me plaît « to rear its ugly head » que j’ai pu lire déjà trois fois en moins de deux cent pages. Et il y en a d’autres qui ne me viennent pas à l’esprit en ce moment.

Et les niaiseries : « Oh Christian me donne son numéro de téléphone ! », « Oh Christian est dans mon appartement ! », « Oh je suis dans la voiture de Christian ! », « Oh je mange avec Christian ! », « Oh Christian m’envoie un e-mail ! », « Oh Christian me pénètre ! ». Et non, je n’exagère rien. Plus toutes les allusions de l’héroïne à sa stupide déesse intérieure qui joue à la pompom girl.

Et l’histoire ? Ben il y a du cul, du cul et du cul. Vous aurez saisi que Christian est censé être un Dieu vivant. Pourtant je n’arrive pas à être bouleversée. Peut-être est-ce dû au fait que je lis cette histoire au boulot et regarder mes collègues qui n’ont absolument rien de Christian Grey n’aide pas.

Je n’aime pas la fin du bouquin (je les lis toujours une fois que tous les protagonistes sont apparus) mais exceptionnellement je continue ma lecture. Parce qu’il paraît que le héros aime donner la fessée et que je veux lire ce passage… J’en suis à la moitié du bouquin et je sais enfin comment il fesse sa bien-aimée. Violemment. Il caresse la fesse et vlan une fessée. Petite caresse et re-vlan seconde fessée. Et ce jusqu’à dix-huit ! La fille n’aime pas ça du tout. Ben moi non plus. « Oui mais après elle aime » dixit un collègue. Je suppose que je vais aller jusqu’au bout.

Tout ça pour vous dire que je ne comprends pas pourquoi ce roman remporte un tel succès. Les Harlequin de mes vingt ans étaient bien mieux ! Mais peut-être est-ce plus chic de dire : « Je lis Fifty Shades of Grey » plutôt que Mon escapade entre ses bras…

Edit : j’ai terminé ma lecture et confirme que ce bouquin ne mérite pas tout ce tapage. Même les scènes soit disant chaudes tombent dans la platitude par manque de stylistique. Avec tout de même un bon point pour une scène qui m’a bien plu. (Pas plus de détails. Je ne tiens pas particulièrement à attirer un nouveau lectorat).

Édit 2 : je débute un nouveau bouquin qui me plaira un peu plus je l’espère. Il s’agit de The Unlikely Pilgrimage of Harold Fry de Rachel Joyce. Je passe de l’érotisme à l’hospice 🙂 Je vous tiendrai au courant.

6 réponses sur « Fifty Shades of Grey »

  1. J’ai ri à voix haute si on peut dire en te lisant car e suis à 200% d’accord avec toi!
    Ce livre est vraiment affreusement mal écrit!
    On le savait avant de le commencer remarque… mais on espérait que notre côté fleur bleue l’aimerait quand même 😉 Et bien non : je suis d’accord avec toi : c’est plat, nul et pas excitant malgré les efforts de nos protagonistes, le vocabulaire est tellement indigent que rien ne se passe dans otre imaginaire!
    J’ai 100 fois plus palpité à la lecture des Harlequin quand j’étais étudiante : plus de style (hé oui!!!! (Je dois dire en passant que ma meilleure copine de ces années là était traductrice pour Harlequin 😉 !!! ), plus de suspens, plus de tout!
    Moi, pour avoir l’excuse de toujours améliorer mon espagnol je le lis en espagnol, donc. Que ce soit en n’importe quelle langue la petite déesse à la con danse la salsa…. 😦 Boooooooooooooooooring!!!!
    Mon kindle me dit que « diosa que llevo dentro  » (déesse que j’ai à l’intérieur) revient 56 fois dans le livre!!!
    Non ce n’est pas parce que tu lis le bouquin au boulot que ça ne te fait aucun effet, ici aussi c’est pareil… « Oh madre mia, Christian me ha enviado un e-mail!!!! »
    Le succès du bouquin je ne le comprends pas non plus… C’est vrai que lire un Harlequin a toujours été honteux et là c’est pas honteux de lire 50 shades of merde, parce que ça a une belle couv’ et un marketing d’enfer… Pourtant ceux qui aimeront ce bouquin seront bien bas dans mon estime car il est plus nul que nul…
    Cependant je tire mon chapeau au chef du marketing de ce bouquin je crois qu’il peut vendre n’importe quoi!!!!
    De plus même le côté SM parait trop soft, pas crédible…
    Bon tu me diras en privé la scène qui t’as plus, mais pas tout de suite car je n’en suis qu’à 39%
    Allez bises 😉

    1. J’ignorais tout de ce livre avant de le débuter si ce n’est que c’était « une belle histoire d’amour ». Je pensais qu’elle devait être magnifique pour rencontrer un tel succès. Or la fille est stupide et le mec arrogant en plus de tout le reste.

      Et je lis ici ou là que les femmes se réjouissent de lire les deux volumes suivants !

  2. Les libraires en font leurs choux gras!
    Je viens de regarder les critiques sur l’ Amazon français et je pense que c’est un peu truqué… Les criqtiques de lecteurs pour le livre en français sont plutôt bonnes!!!! Y’a même un gars qui dit que c’est bien écrit!!!! lol
    Les critiques pour le livre en anglais en revanche sont plutôt mauvaises!!!! (Ce qui me fait dire qu’ils font du trie dans les commentaires…..

    Beaucoup de commentaires négatifs!
    En ce qui me concerne je suppose que je vais finir le bouquin, mais certaine que je ne vais pas lire les suivants!!!

    1. Je ne suis pas aussi sûre que toi quant au tri des commentaires. Les deux personnes m’ayant conseillé ce livre sont francophones. Une ne lit que très rarement alors que la deuxième est une bonne lectrice des livres grands publics.

  3. Mouais, je ne sais pas… Là j’en suis à 50% du bouquin et je traine un peu pour finir… Mais je vais le finir promis! En plus j’apprends plein de nouveaux mots en espagnol 😉

    1. J’ai lu en diagonale à partir du milieu à peu près. Même si je reprenais une lecture normale durant les passages soi-disant « hot » 🙂

Les commentaires sont fermés.