Archive | février 2013

Photo de truc

phototruc

Ce mois-ci, le thème de la photo de truc est « un truc que vous avez super bien photographié ». Comme je suis loin d’être une spécialiste, j’ai opté pour une photo qui me plaît, qu’elle soit bien photographiée ou non, peu importe.

Voici donc ma photo que j’ai intitulée : Temps orageux

20130228-103830.jpg

Vous pouvez voir toutes les photos du mois ici

J’allais bien, tout allait bien…

J’ai repris le travail. J’ai presque réussi à faire de faux sourires toute la journée. J’ai l’impression d’être une petite fille complètement perdue et c’est très très très désagréable. Quand les gens viennent me demander comment je vais je réponds « ça va et toi ? » alors que je pleures à chaudes larmes à l’intérieur. Tout mon corps crie que ça ne va pas et j’essaie de faire en sorte que personne ne le voie.

J’ai eu droit à « t’es assez charmante comme personne en fait » en passant par « vaut mieux avoir une jambe cassée, les gens comprennent ce qui ne va pas alors qu’ils vont juger quelqu’un qui fait une dépression » ou encore « c’est normal que tu n’ailles pas bien. Tu n’as pas d’enfant. Il est encore temps pour toi d’en faire un, tu verras, ta vie prendra enfin un sens ensuite ». Mais le meilleur de la journée reste quand même : « As-tu envie de te suicider ? ». C’est clair que ça aide bien à remonter le moral tout ça 😦 Heureusement, j’ai quand même eu droit à des paroles agréables et mes collègues ont même réussi à me faire rire.

Comme je ne dois pas rentrer tout de suite à la maison après le travail (vivement suggéré par le médecin), je suis allée au cinéma. Je ne sais pas si le film n’était pas adapté à mon état mais toujours est-il que je suis totalement effondrée. La semaine va être très longue et j’en veux à mon médecin de m’avoir renvoyée travailler comme ça sans le moindre médicament (alors que je suis anti-médic en général).

On va dire que c’est la reprise qui est difficile et que demain est au autre jour. Oui, on va dire ça.

Ce message s’auto détruira d’ici peu car j’ai horreur d’être larmoyante. Donc je le poste et j’évite de venir le relire pour l’instant…

 

PS Peut-être que je vous parlerai de Flight avec Denzel Washington, film que je suis allée voir (coucou maman. « Ton » Denzel est loin d’être attachant dans ce rôle 🙂 )

Je vais bien, tout va bien

Bouh j’ai complètement oublié de préparer mon petit message du jour et là il est tard et je vais me coucher.  C’est dommage car j’ai pourtant des photos en stock.

Demain (par rapport à l’heure où j’écris, soit 23h25 dimanche) je reprends le boulot avec mes nombreux boutons sur le visage. On dirait une adolescente en pleine crise d’acné. En plus j’irai travailler avec les cheveux sales et une bonne dose de déodorant. L’immeuble est sans chauffage ni eau chaude. Malgré les « supers »explications téléphoniques du réparateur, je n’ai pas pu lui indiquer la panne exacte. Comme si soudain j’étais devenue experte en pompe à chaleur ! Soit disant que je n’appuie pas assez longtemps sur le bouton Reset. Qu’il vienne appuyer lui-même dessus demain. Heureusement que j’ai trouvé un possesseur de clé pour notre local technique puisque notre responsable est actuellement sur les pistes de ski jusqu’à mardi. Et sans clé, le réparateur peut rester chez lui, au chaud !

Mon sauveur de clé m’a en plus appris une bonne nouvelle alors qu’il m’offrait l’apéro : le batteur de mon immeuble (bruyant mais pas méchant) va déménager. Hiiiiii je n’aurai plus à subir des boum boum tous les soirs. Maintenant je souhaite très fort à mes voisins du dessous de trouver également leur bonheur ailleurs. Olé…

Arnex-sur-Nyon

Aujourd’hui vous avez droit à des photos d’un tout grand village : Arnex-sur-Nyon dont la population a quasiment doublé en 2011 avec la construction de cinq petits immeubles et compte à présent environ deux cents habitants. Comme on peut le lire sur le site « Généralement on ne passe pas à Arnex-sur-Nyon, mais on s’y rend. En effet, nous ne sommes pas desservis directement par les routes de transit de la région ».

Bon repas entre amis

Pas le temps de préparer mon message avec mes photos. La journée était trop chargée : médecin, courses, préparation d’une tarte aux pommes, lessive des draps propres du jour précédent (merci les chats), sieste (très important). Puis soirée fondue entre amis qui s’est terminée à l’heure d’aller dormir. Je reviens très vite…

original (65)

Eysins

Comme je ne sais pas quoi raconter, je continue avec mes balades.

Cette fois-ci je me suis promenée dans la commune d’Eysins qui compte 1362 habitants (lu sur le site de la commune). J’ai choisi principalement la photo en noir et blanc car avec la neige qui fond, il y a surtout de la terre et de la boue. Ce ne sont pas forcément les couleurs que je préfère. Mais je me rends compte qu’il faudrait que je repasse partout durant l’été avec les nombreuses décorations florales qui ornent généralement les villes et villages.

Balade à Nyon

J’aurais pu intituler mon message Retour aux sources 2 puisque j’ai également habité à Nyon durant quelques années. Mais j’ai opté pour l’originalité avec Balade à Nyon 🙂

Je me suis promenée durant la matinée et autant vous dire qu’il faisait très froid. J’étais contente d’avoir mon petit bonnet dans mon sac à dos. J’ai pu le mettre avant que mes oreilles ne tombent. Par contre mes doigts ont souffert…

Retour aux sources

Je suis allée me balader à Orbe, petite ville qui a bien grandi depuis que j’y ai vécu (durant trois ans), il y a trente ans… La prochaine fois je me promènerai dans la ville et pas autour. (un clic sur une photo et vous avez le diaporama en plus grand)

Soleil d’hiver

Il fait beau (contrairement à ce que je croyais) et presque chaud : 10°. Pour me débarrasser de ma mauvaise humeur, j’ai attrapé mon appareil photo et suis sortie durant une heure. J’aime bien le paysage autour de chez moi…

La Femme au miroir

456 pages, éd. Albin Michel, 2011

456 pages, éd. Albin Michel, 2011

La Femme au miroir est un roman de Eric-Emmanuel Schmitt que j’ai bien aimé.

J’avais beaucoup entendu parler de cet auteur. Autant en bien qu’en mal je l’avoue. J’étais curieuse et j’ai acheté ce livre lors de sa publication. Il a sagement patienté sur ma pile jusqu’à lundi.

Ce roman consiste en fait en trois histoires avec trois modes de narration différents. Il y a celle d’Anne qui vit à Bruges du temps de la Renaissance, histoire racontée par un narrateur omniscient. Nous découvrons dans des réponses épistolaires Hanna qui vit au début du XXe siècle à Vienne, en même temps qu’un certain Sigmund Freud. Enfin, nous partageons la vie tumultueuse de la grande Anny, star de Hollywood de nos jours. La grande question existentielle de ces trois destins se résume à : souffrir de faire ce qu’on n’aime pas ou souffrir pour faire ce qu’on aime ?

Chaque chapitre est consacré à une femme et nous avançons petit à petit dans la vie de celle-ci avant de passer au chapitre suivant et donc à la femme suivante. Après trois chapitres, nous revenons à notre première héroïne.

Au début je n’ai pas aimé cette découpe des chapitres. Je trouvais cela frustrant. J’ai posé le livre en me disant que j’allais passer à un autre. Puis la curiosité m’a poussée à le reprendre et à avancer rapidement afin de tout connaître. Très bon procédé en fin de compte 🙂 Quant à la question existentielle, même si elle est bien exploitée dans ce roman, je reste toutefois sur ma faim sur la façon dont elle est traitée. (je ne suis pas sûre que j’exprime bien mon ressenti sur ce coup là…).

4,5/6