Archive | juin 2013

Truc avec un chapeau

Ce mois-ci, le thème de la photo de truc est “photographiez un truc avec un chapeau”.

J’ai choisi l’épouvantail qui surveille mes fraises…

20130630-222700.jpg

Pour voir toutes les photos, c’est chez Dr CaSo.

La Liste de mes envies

410iuYW9szL._SY445_

Livre de Poche, éd. JC Lattès 2012, 179 pages

 

Je viens de terminer La Liste de mes envies de Grégoire Delacourt. J’ai versé ma petite larme comme souvent lors de mes lectures. Pourtant, ça partait mal.

En effet, les premiers chapîtres m’ont laissée de marbre. On apprend en fait à connaître la narratrice, Jocelyne Guerbette, mercière à Arras. Les chapîtres comptent deux à trois pages tout au long du livre. La vie de Jocelyne n’a rien d’extraordinaire et son récit ne me touche pas. Puis l’héroïne reçoit la visite d’une journaliste et le rythme s’accélère enfin. Je rentre alors pleinement dans l’histoire.

Histoire triste et touchante à la fois. Pleine d’émotions. Le style littéraire ne m’a guère emportée mais pas rebutée non plus. Jocelyne nous raconte ses doutes, ses peurs, ses chagrins et ses regrets également. Elle ne peut que nous toucher à un moment ou un autre. En même temps, ce roman est plein d’espoirs.

Au final, j’ai passé un court (peu de pages) et bon moment. Même la postface de l’auteur m’a émue. Peut-être suis-je trop sensible…

M & Mme Ducon

Je vais vous parler d’un couple que je vais nommer Monsieur et Madame Ducon Afin de préserver leur anonymat. Ce couple habite en-dessous de chez moi. Il est deux heures du matin et Madame rentre de sa soirée. Monsieur, fort mécontent de la rentrée tardive de sa Dulcinée, décide de le lui faire savoir de façon sans équivoque.

Au moment de rentrer dans la chambre à coucher, Madame découvre la vengeance de Monsieur. Ce dernier s’est enfermé à clé dans la pièce. Madame Ducon, probablement éméchée, refuse de dormir sur le canapé du salon et s’empresse de mettre les choses au point en tapant bruyamment la porte et hurlant des obscénités à son chéri.

Il est juste deux heures du matin et durant quinze longues minutes, cette conne va s’acharner sur la porte de sa chambre. J’ai des envies de meurtres. Déjà que je dors très mal, j’ai beaucoup de peine à supporter ces Ducon.

Voyant que ses efforts ne paient pas, Madame passe à la vitesse supérieure. Après une minute de silence bénie, un gros boum retentit et Monsieur se met à couiner “mais t’es complètement cinglée”. (A mon avis, ils le sont tous les deux). Il semblerait que la folle ait réussi à défoncer la porte. Ça va leur coûter cher à cette famille Ducon. Après dix minutes d’explications houleuses, Madame a rejoint Monsieur dans le lit conjugal et le calme a repris le dessus dans l’immeuble.

Je les hais et ils sont là jusqu’à la fin de l’année prochaine.

On ne meurt qu’une fois et c’est pour si longtemps

Le livre de Patrick Pelloux est une suite de petites histoires sur les derniers jours de personnages bien connus (pour la plupart). Dans quelles conditions sont-ils décédés et quel était leur état de santé générale.

Les mises en situations sont parfois répétitives et certains termes médicaux sont incompréhensibles pour les gens or du milieu médical. Qu’importe, le tout reste plaisant à lire, instructif souvent, et drôle quelques fois.

Vous en saurez plus sur des gens comme Balzac, Danton ou même Fréhel (chanteuse dont je n’avais jamais entendu parler).

Très vite lu, ce livre de 222 pages paru aux éditions Robert Laffont permet de prendre conscience que nos conditions sanitaires sont luxueuses aujourd’hui.

Vivement 2014

Je suis très très très fatiguée. Je pensais que c’était dû à la reprise du travail mais plus le temps passe et moins j’ai d’énergie. Je pense que les mauvaises nouvelles qui s’accumulent depuis bientôt un mois (une par semaine) y sont pour beaucoup.

La mort imprévue de mon chat
La mauvaise nouvelle d’un proche
Mon traumatisme dans ma voiture lors de l’orage de grêle (dès que la pluie tombe fort à présent je sursaute)
Mon papa aux urgences à la suite d’un malaise neurologique (je pense très fort à lui)

Comment se soigner d’une dépression rapidement dans ces cas-là ? Je commence à en avoir marre…

PS bonnes nouvelles de mon papa ce matin.
En revanche, au boulot, mon Pc est hors service. J’attends le réparateur…j’ai pu retravailler deux heures après mon arrivée.
En allant chercher ma voiture au garage en début d’après-midi comme annoncé j’apprends qu’elle n’est pas prête et qu’il faut repasser en fin de journée….j’ai demandé à ce qu’on me ramène chez moi (trente minutes de marche et je veux aller manger)…et la voiture sera finalement déposée directement sur mon parking 😗

Orage de grêle

Cette après-midi la météo avait annoncé de violents orages. Nulle part je n’ai lu qu’ils seraient accompagnés de grêlons de la taille d’une noix. Or, je me trouvais dans ma voiture lorsqu’un gros truc a frappé cette dernière. Je me suis demandée ce que c’était tout en pensant que j’allais certainement avoir une grosse marque sur la carrosserie. Sauf que ce n’est pas la seule que j’ai eue. Je n’avais jamais vécu une expérience pareille et ne souhaite plus jamais connaître ça ! Je me trouvais sur une route de campagne sans aucun endroit pour m’abriter. Des branches d’arbres tombaient un peu partout, je hurlais de terreur seule dans mon auto.

20130620-182709.jpg

Une fois la grêle arrêtée, j’ai repris ma route. Un village était sous au moins dix centimètres d’eau, les canalisations bouchées par la grêle.

20130620-183018.jpg

En arrivant chez moi, je n’ai pu que constater les dégâts survenus sur mon balcon et les murs de l’immeuble. Les panneaux solaires sont cassés et chacun regarde tristement tout ce qui est abîmé. L’immeuble derrière chez moi n’a plus de velux…

20130620-183439.jpg

20130620-183452.jpg

20130620-183502.jpg

20130620-183516.jpg

Qu’est c’qu’elle a ma gueule ?

Depuis quelque temps, des hommes me saluent dans la rue. La première fois, j’étais ennuyée; ma mémoire ne fonctionnait plus très bien et je paniquais en réalisant que la tête du type ne me disait rien. La fois suivante, j’ai bien regardé l’homme en me concentrant mais j’ai vite abandonné. Lorsqu’un troisième inconnu (ma mémoire fonctionne à nouveau et je sais que je ne connais pas ces messieurs) m’a saluée, j’ai pensé que je devais ressembler à quelqu’un de célèbre.

Puis un conducteur un peu distrait m’est rentré dedans lors d’une marche arrière. Je portais mon casque étant donné que j’étais sur mon scooter, donc ma tête ne pouvait pas être reconnaissable. Je n’avais rien, mon scooter non plus mais le gentleman (il était charmant) a insisté pour me laisser sa carte de visite.

Hier matin alors que je me rendais au travail, suffocant déjà sous la chaleur (et mon gros jean), un homme a vélo s’est arrêté à ma hauteur. “You look great” me lance-t-il avec un fort accent avant de continuer son chemin, un grand sourire aux lèvres.

Je crois que mon nouveau parfum fait de l’effet 😁

20130618-220901.jpg

20130618-220919.jpg