Archive | février 2014

Flux de pensées

Je pourrais vous parler de ces massages aux pierres chaudes auxquels j’ai droit grâce à une amie qui se lance dans la profession. C’est un pur bonheur, ainsi que la réflexologie aux pieds. Je vais tester la réflexologie du visage et les massages lymphatiques.

Je pourrais vous parler de ce projet insensé que j’ai avec une amie et qui nous demande un travail fou qui nous effraie. Pas la quantité mais la qualité requise qui nous demande une grande confiance en nos capacités, confiance qui nous fait défaut (mais pas les capacités).

Je pourrais vous parler de la honte que je ressens en lisant que le projet français pour favoriser les accès aux handicapés attendra. Finalement dans dix ans ils seront toujours handicapés, rien ne presse 😦 Bah, en Suisse nous ne sommes guère mieux! J’en ai pris conscience l’année dernière lors de mes vacances en compagnie du DrCaSo. Lorsque nous sommes valides nous avons hélas tendance à oublier que tout le monde n’est pas dans le même cas.

Je pourrais vous parler de toutes ces interventions lues et entendues à la suite des votations du 9 février. Quel que soit le camp, le ton est alarmiste. Le but étant d’effrayer la population afin de rallier le plus de voix dans son camp. Je déteste la politique.

Je pourrais vous parler de tous ces kilos amassés depuis six mois sans explication logique. “L’anxiété” selon une professionnelle. Il semblerait que les massages, huiles essentielles, bavardage avec les copines, chocolat (!) et autres n’y fassent rien.

Je pourrais vous parler de tous ces livres débutés, intéressants et qui prennent malgré tout la poussière car je n’arrive plus à me motiver à lire et cela me désespère.

Je pourrais vous parler de mes courses que je fait désormais partiellement en France où beaucoup de produits sont bien moins chers que dans mon pays. Je n’avais jamais auparavant acheté deux poireaux pour € 0,27. Comme beaucoup d’articles sont jusqu’à deux fois moins chers je n’hésite plus à me déplacer jusqu’au Carrefour situé à dix minutes de chez moi. C’est bien pratique d’habiter proche d’une frontière.

Je pourrais vous parler de beaucoup de choses mais là je vais continuer à essayer de monter un mini film avec effets musicaux, insertion de titres, balayages, etc…

Allo docteur ?

Il y a quelques années de ça, une dame avait eu une vision me concernant. Elle me voyait entourée de “blouses blanches” et de petits enfants noirs. J’avais été particulièrement surprise du terme “blouses blanches” qui ne me parlait absolument pas. Or, depuis quelque temps déjà, je réalise que je suis entourée de personnes qui exercent ou ont exercé un métier requérant le port d’une blouse blanche. Mon cercle d’amis/copains s’est largement étoffé ces derniers temps et absolument toutes ces personnes ont un lien avec le milieu médical :

Médecin, technicienne en laboratoire (l’appellation exacte m’échappe), pharmacienne, masseuse, étudiante en médecine, psychologue (non, il ne s’agit pas de ma psy), assistante médicale, secrétaire médicale, infirmière, magnétiseuse (il faudrait voir pour porter la blouse !), hygiéniste dentaire, ergothérapeute.

Je me dis que l’Univers cherche à me faire passer un message mais lequel ? Je ne compte pas me lancer dans un des métiers précités. En revanche, j’ai postulé pour une place dans un secrétariat qui entretien en permanence des liens avec différents médecins et futurs médecins… Serait-ce là mon avenir ? Et si ce n’est pas le cas, quel est ce foutu message ????

Il faut que j’aille m’acheter le schtroumpf docteur…

Tea Time

Depuis quelques années je me suis mise à boire du thé et à l’apprécier. J’ai commencé par les sachets bien pratiques. Lorsque Nestlé a sorti sa machine à capsules, j’ai acheté la Special T encore plus rapide qu’avec les sachets. Mais depuis quelque temps j’apprécie le thé en vrac et réalise que je ne perds pas de temps en le préparant contrairement à ce que croyait l’ancienne Moi.

Dernièrement j’ai reçu d’une amie du thé en vrac dans un mini emballage hermétique. Elle l’a ramené d’un récent voyage en Chine.

Tea Time_0019

J’ai décidé de le goûter malgré l’apparence peu ragoûtant. Parce que ma première pensée fut “on dirait des crottes de nez”. Oui, je manque de poésie…

Tea Time_0016

A mon immense soulagement, le thé est bon 🙂 Et une fois humidifiées, les boulettes ressemblent bien plus à des feuilles de thé.

Tea Time_0002

J’ai un goût très prononcé pour le thé à la réglisse. Malheureusement j’ai arrêté d’en chercher en Suisse car je n’en trouvais jamais. Or les temps ont changé puisqu’une copine m’en a offert…

Tea Time_0004_modifié-1

Tea Time_0005_modifié-1

Je possède donc une bonne réserve de thé. Sur le rayon du bas, thé en vrac et en sachet, en-haut, réserve de capsules pour ma machine.

Tea Time_0007

Ce qui m’ennuie en revanche, c’est que je ne peux plus m’approcher d’un magasin de thé sans être irrésistiblement attirée à l’intérieur et acheter quelques paquets supplémentaires alors que je n’en manque apparemment pas. C’est devenu une addiction, comme l’achat de livres. Je ne suis pas sortie de l’auberge…

Sigmaringen

Ed. Gallimard, 368 pages, 2014

Ed. Gallimard, 368 pages, 2014

Mais pourquoi ai-je acheté un livre au nom si étrange que Sigmaringen? Cela s’explique en trois phases:

1) Je ne sais d’où me vient cet intérêt que je porte à la deuxième guerre mondiale mais toujours est-il que j’aime à peu près tout ce qui s’y rapporte.

2) Il y a quelques années j’ai assisté à une conférence sur l’écrivain Céline. J’ai trouvé ça passionnant et je suis ensuite allée vers le conférencier pour lui demander de me conseiller une des nombreuses biographies qu’il a écrites sur cet auteur. J’ai donc lu D’Un Céline l’autre où j’appris que Louis-Ferdinand Céline fut expulsé de France à la fin de la guerre et qu’il se réfugiât à Sigmaringen avant de fuir vers le Danemark.

3) J’ai vu dernièrement un reportage sur le Maréchal Pétain où il était question entre autre de son exil vers la fin de la guerre et qu’Hitler lui mit à disposition, ainsi qu’à d’autres collabos, le château de Sigmaringen.

Voilà pourquoi lorsque j’ai entendu Pierre Assouline parler de son dernier roman dans La Grande Librairie j’ai tendu une oreille attentive.

Ce n’est pas un livre d’Histoire même si les grands personnages sont présents, à savoir Pétain, Laval et Céline. Il s’agit bien d’un roman.

La noble famille habitant le château de Sigmaringen doit momentanément déserter les lieux puisqu’Hitler a décidé d’y loger les collaborateurs Français. Le personnel de maison en place doit rester sur les lieux afin d’accueillir et servir au mieux ces hôtes de marque.

Lors d’un voyage en train, le majordome du château se remémore cette cohabitation parfois difficile entre Allemands et Français et entre les Français eux-mêmes tout en nous expliquant les tâches et devoirs d’un homme dans sa position qu’il estime prestigieuse.

J’ai pris beaucoup de plaisir dans cette lecture même si parfois je ne savais plus qui était qui puisque de nombreux personnages traversent ces 368 pages. Je suis consciente que ce n’est pas forcément un livre “grand public” mais j’espère que vous comprendrez pourquoi je l’ai trouvé si intéressant.

All about Albert

images

All About Albert est le titre “français” de Enough said. Je ne comprends pas trop pourquoi modifier le titre puisque celui choisi reste de langue anglaise, plus vendeuse paraît-il.

Que dire de ce film avec James Gandolfini et Julia Louis-Dreyfus ? Que c’est l’histoire de deux divorcés, début de la cinquantaine, qui se rencontrent et finissent par se trouver charmants. Que si vous avez vu le lancement, vous avez malheureusement déjà tout vu du film. Le reste n’est que remplissage.Dommage.

Oui dommage car l’histoire promettait d’être amusante mais sans m’être ennuyée, je n’ai pas trouvé vraiment d’intérêt à cette romance qui aurait dû me ravir. Il y a bien les amis de l’héroïne qui auraient pu apporter un plus avec Toni Collette dans le rôle de la femme mais tous ces apartés n’apportent rien. Ensuite les deux personnages principaux ont des filles qui partent étudier au collège mais là encore le sujet des relations parents/enfant sont à peine effleuré.

Au final je vous conseille d’attendre patiemment que All about Albert soit diffusé à la télévision…

Un Schtroumpf’anniversaire

P1040092

Voilà, depuis hier j’ai une année de plus au compteur. Ma grande crise de la quarantaine touche gentiment à sa fin. Elle aura été puissante mais bénéfique. J’ai reçu un schtroumpf pour ma nouvelle collection qui se monte désormais à deux éléments 🙂 Je m’offrirai un schtroumpf travailleur le jour où je signerai un contrat de travail fixe.

Je dois tout de même vous avouer que j’ai eu un grand coup au moral hier. Désespérément sans Charmant ni boulot je broyais des idées noires du genre “je ne suis qu’une ratée”. Heureusement, une voisine me croise alors que j’étais au plus bas et m’invite à boire un thé. Merci gentille voisine. Parce que j’ai la chance d’avoir de chouettes voisins 🙂 Plus tard c’est avec l’Enquiquineuse que je suis allée boire un autre thé. Et le moral a fini de jouer avec les bas-fonds.

Aujourd’hui il a fait grand beau et lorsque je suis sortie avec le chien j’en ai profité pour embarquer mon appareil de photos. Je pourrais rester des heures à l’extérieur avec ce temps-là. Je vous propose de profiter également de la nature qui m’entoure quotidiennement à l’aide des quelques images que je juge acceptables.

Primevère

P1040063

J'adore les contrastes

J’adore les contrastes

Je peux passer des heures à regarder l'eau couler

Je peux passer des heures à regarder l’eau couler

P1040077

J'aime le vert que voulez-vous...

J’aime le vert que voulez-vous…

P1040083

Les fleurs que je me suis offert avec amour

Les fleurs que je me suis offert avec amour

Brûler sa rage dans le lavabo

J’ai un sujet particulièrement sensible qui me tenaille depuis quelque temps. J’en ai parlé avec ma psy qui m’a permis de m’arrêter sur tous les mots employés et de les analyser en profondeur afin de comprendre pourquoi je devenais si émotive lorsque j’évoquais ledit sujet. Elle m’a suggéré ensuite d’écrire une lettre et coucher sur le papier tout ce que je lui avais dit et plus encore. Ensuite, une fois cette lettre terminée, m’en séparer d’une façon symbolique.

La lettre est écrite mais je n’ai pas encore trouvé qu’en faire. Je ne suis pas encore prête, mais le jour viendra comme une évidence et alors à ce moment-là, je saurai comment agir.

Mardi, alors que je prenais un café avec une amie, je lui expliquais que je ressentais une rage démesurée et que je ne comprenais pas trop d’où elle provenait. Elle m’a également vivement encouragée à rédiger une lettre et noter pourquoi j’éprouvais cette rage, noter toute ma rancoeur,voire ma haine et alors brûler ces mots.

Aujourd’hui, alors que je m’ennuyais, j’ai commencé avec hésitation à écrire ce qui me dérangeait. Puis les mots se sont alignés les uns après les autres sans aucun effort. Cependant, alors que je terminais, je ne me voyais pas brûler le tout. En fait, une heure plus tard j’ai rempli une feuille supplémentaire. Une nouvelle vague de rancoeur est montée à la surface et je tenais absolument à en “parler”. Cette fois-ci je pensais avoir tout dit puisque je me suis dirigée vers l’évier de la cuisine où j’ai brûlé mes papiers. Plus les feuilles se consumaient, plus je me sentais apaisée. J’ai attendu jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Jusqu’à ce que les dernières braises s’attaquent lentement aux derniers mots qui tentaient vainement de résister. J’étais calme. J’ai fait couler l’eau et tout ce mal qui me rongeait a disparu…