Sigmaringen

Ed. Gallimard, 368 pages, 2014

Ed. Gallimard, 368 pages, 2014

Mais pourquoi ai-je acheté un livre au nom si étrange que Sigmaringen? Cela s’explique en trois phases:

1) Je ne sais d’où me vient cet intérêt que je porte à la deuxième guerre mondiale mais toujours est-il que j’aime à peu près tout ce qui s’y rapporte.

2) Il y a quelques années j’ai assisté à une conférence sur l’écrivain Céline. J’ai trouvé ça passionnant et je suis ensuite allée vers le conférencier pour lui demander de me conseiller une des nombreuses biographies qu’il a écrites sur cet auteur. J’ai donc lu D’Un Céline l’autre où j’appris que Louis-Ferdinand Céline fut expulsé de France à la fin de la guerre et qu’il se réfugiât à Sigmaringen avant de fuir vers le Danemark.

3) J’ai vu dernièrement un reportage sur le Maréchal Pétain où il était question entre autre de son exil vers la fin de la guerre et qu’Hitler lui mit à disposition, ainsi qu’à d’autres collabos, le château de Sigmaringen.

Voilà pourquoi lorsque j’ai entendu Pierre Assouline parler de son dernier roman dans La Grande Librairie j’ai tendu une oreille attentive.

Ce n’est pas un livre d’Histoire même si les grands personnages sont présents, à savoir Pétain, Laval et Céline. Il s’agit bien d’un roman.

La noble famille habitant le château de Sigmaringen doit momentanément déserter les lieux puisqu’Hitler a décidé d’y loger les collaborateurs Français. Le personnel de maison en place doit rester sur les lieux afin d’accueillir et servir au mieux ces hôtes de marque.

Lors d’un voyage en train, le majordome du château se remémore cette cohabitation parfois difficile entre Allemands et Français et entre les Français eux-mêmes tout en nous expliquant les tâches et devoirs d’un homme dans sa position qu’il estime prestigieuse.

J’ai pris beaucoup de plaisir dans cette lecture même si parfois je ne savais plus qui était qui puisque de nombreux personnages traversent ces 368 pages. Je suis consciente que ce n’est pas forcément un livre « grand public » mais j’espère que vous comprendrez pourquoi je l’ai trouvé si intéressant.

Publicités

3 thoughts on “Sigmaringen

  1. ah ben voici un intérêt commun en plus! La 2è guerre mondiale…
    Là je suis dans de la littérature « légère » (je viens de terminer « demain j’arrête » et de commencer « rosa candida »…) et ça me fait du bien aussi.
    Tu as lu « Les bienveillantes »? (prix Goncourt 2006)… rude!

    • J’avais commencé la lecture des « Bienveillantes » et pour une raison que j’ignore, un jour j’ai posé le livre et ne l’ai plus ouvert. Souvent je me dis qu’il faut que je m’y replonge car je trouvais très intéressant l’approche choisie par l’auteur.

  2. Merci pour cette lecture, Valvita 🙂
    Je n’aurais sans doute pas eu l’idée d’acheter ou emprunter le livre moi-même.
    L’occasion d’en apprendre plus sur cette période méconnue de l’histoire de France qui ne se déroule pas en France, justement.
    Comme toi, j’ai été un peu déroutée par le nombre important de personnages.
    Malgré une trame un peu trop molle à mon goût, j’ai bien rigolé à certains passages, comme le vol de l’argenterie par la femme du ministre. C’est tellement invraisemblable, que c’est sûrement une vraie anecdote !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s