Archive | septembre 2014

Un peu de pub

Ce n’est pas dans mes habitudes, je déteste la pub, mais là j’en ai visionnée une en boucle…pour la chanson en fond sonore ! En fait, je souhaitais regarder une vidéo sur youtube et désormais il faut se taper une pub avant, ce que je fais puisque je n’ai pas le choix.  Je ne la regarde pas, profitant de mettre mes doigts dans le nez lire un sms quand mon attention est soudainement attirée par la musique diffusée sur cette pub. Je craque totalement. Mince, qui chante ? Tant pis pour la vidéo que je voulais visionner, je recharge la page. Aaaaahhhh que cette musique me plaît. Hop, chargement à nouveau de la page…. quelle horreur ! J’ai droit à une pub en suisse allemand !!!! Heureusement, la deuxième fois j’ai quand même regardé de quel produit il s’agissait.

Après quelques recherches, j’ai trouvé l’auteur de cette chanson qui me berce : Salmon Osado A Little Secret

Voici la page officielle du groupe : http://salmonosado.bandcamp.com/album/work-tracks

Advertisements

Des voisins envahissants

Cela fait un moment que je n’ai pas ronchonné dans ces pages et c’est pourquoi je m’autorise un petit extra pour parler de mes voisins. Encore eux !

Il y a quelque temps, je profitais du soleil sur mon balcon, plongée dans la lecture d’un bon bouquin. Malheureusement ma tranquillité n’a duré qu’un temps. En effet, ma chère voisine a décidé elle aussi de profiter du beau temps. Jusque là rien à dire. Généralement elle me casse les pieds avec sa télé un peu trop fort et les fenêtres grandes ouvertes mais cette fois-ci j’étais bien. Or elle s’installe sur sa terrasse, juste sous mes yeux et sors une télé portative. Et là l’envie de l’étrangler m’a prise. Elle a mis le son à fond !!!  (Elle doit être sourde). Je lui ai donc gentiment demandé de mettre moins fort. Elle s’est exécutée de mauvaise grâce.

Il y a peu, je vais me coucher vers 22h30. Le temps de me retourner deux ou trois fois dans mon lit, j’entends ma voisine qui sort sur sa deuxième terrasse, celle située juste sous la fenêtre de ma chambre. Généralement elle sort pour fumer. Ca m’énerve mais je ne peux rien dire. Cette fois-ci elle s’est installée avec ses cigarettes…et sa tablette sur laquelle elle a chargé un film…qu’elle a décidé d’écouter à fond ! Là c’est un peu moins gentiment que je lui ai demandé de diminuer le bruit. Du coup elle a repris son matériel, a ronchonner “vivement que je me casse d’ici” et a claqué violemment la porte fenêtre, puis la porte de sa chambre. Connasse “Oui, vivement que tu te casses !” Parce que je perds patience.

Le lundi elle sort généralement sa poubelle…devant sa porte, dans la cage d’escalier. Poubelle qui embaume les lieux durant plusieurs jours. A présent je la pose dans son jardin ! Je l’ai fait deux fois alors que l’envie de la vider au milieu de son jardin me taraude. Depuis elle a compris qu’il existe un container prévu à cet effet.

Idem lorsque Monsieur tond le gazon. L’herbe une fois tondue, Monsieur la dépose dans un grand sac qu’il installe sous les interphones. Durant plusieurs jours nous avons donc droit à une odeur pestilentielle en entrant dans l’immeuble. Sans compter qu’une fois qu’il jette enfin cette herbe, il reste de grosses taches vertes sur le sol, taches qu’il ne juge pas utile de nettoyer. La dernière fois j’ai pris le sac et l’ai déposé dans leur jardin…

C’est comme les deux motos de Monsieur et le vélo de Madame, posés le long de leur terrasse et qui gênent les gens pour se parquer. Il faut dire que  leur place de parc, dans le garage souterrain, manque cruellement de place : elle leur sert de dépotoir ! Ils entassent des sacs papiers remplis de déchets à porter à la déchetterie, lieu qu’ils ne fréquentent que très rarement.

Oui, vivement qu’ils se cassent…

Couleurs matinales

Voilà plusieurs matins que je réalise que je dois emporter un appareil photo lorsque je sors promener le chien afin de capturer les magnifiques couleurs que la nature nous offre ces jours. Or, ce n’est qu’une fois dehors et que j’admire le soleil se lever que je me souviens de ma remarque. Mais aujourd’hui, alors que je me trouvais sur le pas de la porte, j’ai pensé à attraper mon iPhone. Il n’empêche qu’un appareil photo serait quand même mieux. Toujours est-il que j’ai enfin pu immortaliser les couleurs matinales actuelles…

original-74

original-70

original-67

original-58

original-64

original-67

original-61

 

Effets secondaires

Je vais bien, tout va bien…

Mes derniers signes de dépression datent de février dernier selon ma psy. Psychothérapeute que j’ai consultée 27 fois. Je le sais car nous avons fait le point lors de ma dernière visite à son cabinet. Eh oui, ma thérapie est terminée. C’est bien dommage car une fois que les choses s’améliorent, je me rends compte que le monde de la psychothérapie est un monde plein de mystères et j’aurais volontiers continué à apprendre de nouvelles techniques pour faire face aux problèmes quotidiens. Mais je crois que là j’entre plutôt dans la psychanalyse.

Je ne prends plus d’antidépresseurs. J’ai diminué le dosage petit à petit et voilà deux jours que j’ai terminé. La psy m’avait prévenue que je souffrirais peut-être des mêmes effets secondaires que lorsque j’ai débuté le médicament. J’ai pensé que ce ne serait pas le cas. Or après une semaine, j’ai ressenti les premiers symptômes : des nausées. Pas très agréable mais comme je sais que ce n’est que du temporaire, je m’en suis accommodée. J’ai à nouveau eu des spasmes dans les jambes. C’est très énervant quand on somnole. Mais là également, ça s’est vite calmé. Mon ventre a refait des siennes, ventre qui me pousse à aller très rapidement aux toilettes. C’est en train de se calmer…

Depuis trois jours je souffre de somnolence. Je ne me souvenais pas de ce symptôme. Il faut dire que je n’étais qu’une zombie prostrée sur mon canapé à l’époque donc ça ne changeait rien à mon état général. A présent que je vais bien, c’est plus ennuyeux. Je pourrais dormir toute la journée (et la nuit).

Un autre symptôme qui lui me quitte enfin, c’est mon corps en ébullition permanente. Je recommence à être frileuse. Je reporte des chaussettes le soir et me balade avec une petite jaquette. Oh, j’ai encore quelques bouffées de chaleur, mais elles diminuent gentiment.

Une amie m’a demandé si je ressentais des baisses de moral puisque je ne prends plus de médicaments. La réponse est heureusement non. Le cerveau fait très bien son travail, il gère la sérotonine tout seul, sans aide !

Je suis guérie…