Wild

wild--161292_1.jpg

J’ai vu les extraits du film dernièrement et l’histoire me paraissait intéressante : une fille qui se lance dans une longue marche solitaire afin de se retrouver. Ca me parle, ça me plaît. Comme c’est un film américain, on est plus dans le long chemin de croix afin d’expier ses fautes. En effet, la caméra s’attarde très souvent sur les nombreuses blessures de Cheryl, l’aventurière. Blonde attitude oblige, j’ai mis longtemps avant de comprendre comment elle se blessait au bas du dos 🙂

Des fautes elles en a fait la pauvre : elle a blessé sa maman, blessé son mari, a commis le pêché charnel avec de nombreux hommes…durant son mariage, à goûté à l’héroïne. Et tout ça on le sait à cause des incessants flashbacks qui coupent sans arrêt l’avancée de Cheryl dans sa quête de sens. Du coup, on perd un peu l’enjeu d’une telle aventure et puis voilà, elle arrive au point final et tout va bien. Une Cheryl du futur annonce en voix off la vie merveilleuse qu’elle va vivre désormais. Générique.

Sans être mauvais, ce film ne tend pas vraiment vers ce qu’il laisse croire avec un tel thème. Vous l’aurez compris, je suis déçue…