Panique au compteur

Bon voilà deux examens de faits, plus que un…pour ce semestre. Mais j’ai malheureusement très mal géré mon stress et je m’en veux.  Je savais que j’étais prête pour le tout gros examen qui me faisait si peur et pourtant je n’arrivais pas à me dire qu’il fallait que je me détende la semaine avant la date fatidique. J’ai finalement réussi à poser mes bouquins le mercredi soir. J’étais dans un tel état ! Les épaules complètement bloquées, je dormais très très mal et l’impression de ne pas respirer pleinement, sans parler des gros doutes qui arrivaient. Une horreur. J’étais complètement paniquée avant de rentrer dans la salle. Heureusement, les examinateurs avaient un quart d’heure de retard, quart d’heure qui ma permis de me calmer !

Savez-vous ce qu’est une réelle crise de panique ? (Je n’ai pas encore bien révisé, j’espère ne pas écrire de bêtise)

La première crise de panique survient généralement lors d’un grand stress. Elle ne prévient pas. Votre corps réagit au quart de tour, persuadé qu’il doit fuir ou lutter. Donc tout le système sympathique nerveux végétatif s’active. Votre rythme cardiaque s’accélère, vous suez, l’adrénaline explose…alors qu’il ne se passe absolument rien, tout est dans votre tête. Vous avez l’impression d’étouffer et votre petit monde intérieur est en total chaos…sans raison ! Le remède ? Vous calmer, tout simplement. Pour certaines personnes ça se résume à ça, pour d’autres ce n’est que le début d’un engrenage. Parce qu’à présent vous avez peur de revivre une telle crise. Elle s’est produite dans un centre commercial ? Vous appréhendez de vous y rendre à nouveau, des fois qu’elle reviendrait ! C’était dans le bus ? Vous optez dorénavant pour la voiture alors qu’il n’y a aucun lien. Ce lien c’est vous qui l’associez par erreur à votre attaque de panique. Ce qui au départ était juste une réaction à un fort stress devient une angoisse associée à un lieu et/ou une situation. Et la vilaine attaque de panique adore vous surprendre en pleine nuit, d’où votre certitude que vous êtes en train de mourir. Chez certaines personnes, l’agoraphobie prend le dessus et elles évitent dorénavant certains lieux voire même ne sortent plus de chez elles. C’est plus simple de se créer des peurs que de faire face à un stress et apprendre à le gérer. En gros on cache une peur par une autre bien plus grande et paralysante. Aller faire du jogging pour vous détendre ? Impossible, le rythme cardiaque s’accélère et vous l’associez à une nouvelle attaque de panique. Un sacré cercle vicieux.

L’année dernière, ma maman avait organisé Noël chez elle. Elle était hyper stressée, limite désagréable, tellement elle avait peur que quelque chose se passe mal. En gros, elle s’est mis une énorme pression sur le dos. Le lendemain, alors que nous buvions l’apéritif chez ma tante, elle a commencé à souffler très très fort et bizarrement. Elle s’est mise à pleurer en disant qu’elle n’arrivait plus souffler. Une belle crise de panique. C’est assez impressionnant à voir. Heureusement, j’en avais déjà entendu parler donc je ne me suis pas affolée et après dix minutes environ elle s’est calmée. Le mieux c’est de détourner l’attention de la personne focalisée sur ses symptômes en attendant que ça passe.

C’est bien de vous raconter tout ça, de replonger dans mes révisions, mais j’ai à nouveau de la peine à respirer…fichu stress !

 

Et pour terminer en musique, je vous propose le générique de la série Sherlock avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman. J’aime beaucoup et la série et la musique. Le 1er janvier la BBC proposait un épisode spécial. Autant vous dire qu’avec ma nièce nous étions derrière le poste, enchantées !

7 thoughts on “Panique au compteur

  1. Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer en te lisant… Je respire profondément et ke regarde les arbres dehors….
    Crises d’angoisses, crises de paniques… Je connais bien tout ça… Ce que tu décris, l’expérience de ta mère… Les examens qui foirent. Le prof qui ouvre la fenêtre « Reprenez-vos esprit mademoiselle, tout va bien bien se passer, allez, on reprend!
    Ca ne va pas t’aider de savoir combien je souffre de tout ça, mais ça confirme : qui se ressemble, s’assemblent! Même si je ne considère pas que nous nous assemblions, mais en tous cas ça nous rapproche de comprendre ce que tout cela veut dire 😉
    Bisous et respiration profonde! 😉

    • Oui les attaques de panique sont une horreur, mais tant qu’elles ne se transforment pas en trouble de panique, ça va encore…C’est juste un mauvais moment à passer. As-tu tenté la méditation, le yoga ou autre ? Moi je suis trop fainéante 😁

  2. Bon courage pour le dernier examen! Quand je stresse à fond, la première étape pour moi est le sérieux mal de crâne (si c’est un stress « prévu ») ou d’éternuer non-stop (si c’est un stress soudain). Je peux aussi avoir très mal au ventre si c’est un très, très gros stress. Et puis ce que tu décris, mais heureusement cette étape-là ne m’arrive que très rarement.

    • Je suis certaine que le yoga me ferait beaucoup de bien mais, fainéantise ou autre chose, j’ai toujours 1000 choses à faire avant de m’occuper de moi, et je tire tout le temps sur l’élastique jusqu’à ce que parfois il pète…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s