Le bonheur à portée de mains

Ed. OUP Oxford, 2006, 224 pages

Ed. OUP Oxford, 2006, 224 pages

Je reviens sur ce petit bouquin qui m’a appris ou rappelé bien des choses intéressantes que je veux partager avec vous.

  • Les systèmes qui contrôlent le désir ne sont pas les mêmes qui contrôlent le plaisir. C’est pourquoi nous passons notre temps à courir après des choses que l’on désire pour la plus grande joie des pro du marketing et qu’une fois ces choses atteintes, nous réalisons que nous ne sommes pas plus heureux pour autant.
  • Les gens croient qu’ils seront plus heureux dans le futur ou que certains événements futurs vont les rendre plus heureux. Les statistiques disent que ce n’est pas vrai…
  • Un salaire plus élevé apporte un plus grand pourvoir pour des dépenses matérielles. Les gens ne modifient pas pour autant leurs buts, leur sens de liberté et ne se sentent pas plus sécurisés.
  • Nos choix dans la vie sont dictés par notre théorie du bonheur qui suggère qu’un meilleur emploi, un beau mari, un fort pouvoir d’achat nous rendront plus heureux. Ceci est un leurre.
  • Le bonheur, ou le malheur, viennent de la façon dont nous abordons les choses et pas des choses elles-mêmes.
  • Les gens qui travaillent à temps partiel contrôlent leur vie, participent à des activités bénévoles, ont plus de temps pour des hobbies. Et pourtant la majorité des gens ignorent ces choix.
  • Si je suis juste un universitaire et qu’il m’arrive une tuile à l’uni alors toute ma vie va basculer. Je me sentirai moins efficace et sans importance. En revanche, si je me vois en tant qu’universitaire, prof, écrivain, cuisinier, ami, joueur de badminton alors une tuile peut survenir dans l’un de ces domaines sans que j’aie l’impression que mon monde s’effondre.

20160303_172615

 

Et pour terminer en musique, je vous propose la dernière chanson de Benjamin Biolay Palermo Holywood. Je me réjouis du prochain album.

3 thoughts on “Le bonheur à portée de mains

  1. Merci pour Biolay 🙂
    Autrement j’étais sûre que je serais plus heureuse en déménageant et c’est vrai que tous les jours j’ai envie de « remercier dieu » d’être ici : mon coeur se gonfle de bonheur en pensant à toutes les fois où je disais à El Marido « je veux partir à Bx, je ne veux pas finir ma vie ici ». Je pensais être plus heureuse dans le futur ailleurs et c’est vrai 🙂
    Je suis intimement persuadé qu’il ne faut pas trop se contenter de ce que l’on a, avoir des buts dans la vie c’est chouette et ça rend super heureux de les atteindre.
    Je ne suis pas sûre que mon commentaire soit vraiment un commentaire aux citations de ton bouquin.
    Après l’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue tout de même… C’est chouette de pouvoir partir en vacances, changer d’air tout ça… Et quand on ne peut plus le faire [comme beaucoup de français qui sont passé l’air de rien dans la catégorie « pauvres qui tirent le diable pas la queue bien qu’ayant des revenus soit disant normaux »] alors on se dit qu’avec un peu plus de pépétte on serait plus heureux. Bien sûr ça n’évite pas la maladie, les divorces etc… Mais prendre des vacances, ça fait du bien.
    Est-ce que je m’éloigne de ton propos?
    Bisous

    • J’ai longtemps hésité sur la façon de répondre à ton message et finalement j’ai trouvé.
      Si tu es plus heureuse aujourd’hui et bien tant mieux. C’est vraiment chouette quand des gens arrivent à augmenter leur bien être. Et effectivement, avoir des buts dans la vie est salvateur.

      Quant à la question de l’argent c’est un sujet qui m’a toujours travaillée et me travaille encore ! Je gagne environ 2500 euros de moins qu’avant. Une fortune ! Je n’ai plus de quoi m’offrir des vacances et bien d’autres choses…et pourtant je suis plus heureuse aujourd’hui. Donc serais-je plus heureuse avec plus d’argent ? Probablement pas. Les fins de mois seraient certes bien plus faciles à boucler ! Prendre des vacances fait du bien. Mais qui a décrété qu’il fallait absolument partir ? Je change d’air : je ne vais plus au boulot, je ne conduis plus dans les embouteillage. Je reste dans mon chez moi dans lequel je me sens bien. Je me lève à l’heure que je veux et je fais ce que je veux durant la journée (balades, cafés avec les copines, jardinage,…).

      J’étudie la psychologie sociale en ce moment qui explique comment l’individu se construit et ce qui le motive. C’est passionnant et en même temps ça fait un peu peur…

      Faudra que je visite un jour Bordeaux 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s