Archive | novembre 2016

Humeurs

Élections

Ce dimanche la Suisse vote sa sortie ou non du nucléaire. Je ne vais pas vous donner mon avis sur le sujet car là n’est pas le but de ce message. Non, ce qui m’énerve lors de votations, c’est que l’on ne sait jamais la vérité. Les politiciens et leur parti ne cherchent qu’à obtenir le pouvoir. Le bien-être des citoyens passe en second plan. Il faut séduire ou effrayer mais ne surtout pas informer réellement. Les deux camps mentent par omission. Pour gagner le plus de voix, ils vont tenter de toucher la corde sensible des électeurs. Le camp du NON a choisi la peur brute : on sort du nucléaire, la Suisse n’aura plus de courant et vous serez plongés dans le noir. Le camp du OUI vise la corde sensible : donnez un bon avenir à vos enfants et là on voit des photos de jolis enfants bien blancs, bien propres. L’innocence à l’état pur. Mais concrètement, si l’on reste ou l’on sort, qu’en est-t-il ? Ah, ben vous pouvez courir pour qu’on vous le dise. Il faut reprendre toutes les informations des deux camps et creuser pour trier le vrai du faux…

Black Friday

Voilà que la Suisse veut faire comme aux USA. Le Black Friday où consommation excessive et non nécessaire qui réussi aux riches entreprises et vide le portemonnaie des plus pauvres. D’autant plus qu’ici, les 70% de rabais sur tous les produits n’existe pas.

Il se trouve que j’avais rendez-vous avec l’Enquiquineuse hier dans un centre commercial. Nous n’avions pas pensé à cette folle journée de dépenses. Le parking était bondé un vendredi après-midi. Les gens ont-ils tous pris congé de peur de louper la bonne affaire ? Le magasin principal faisait 30% aux clients possédant la carte de l’enseigne. Pour les autres ? Passez votre chemin ou payez plein tarif. Aucune idée de ce qui se passait dans les autres échoppes, je n’y ai pas mis les pieds.

Le soir j’avais donné rendez-vous à mon neveu pour aller chercher son cadeau de Noël (il veut des chaussures) dans un Outlet. Une fois encore, je n’avais pas anticipé la ruée sur l’or à la surconsommation. Nous entrons dans le premier magasin de chaussures. Des ballons sont disposés ça et là pour accentuer l’effet “jour de fête”. Et à l’entrée un grand écriteau annonce 50% sur certains articles. Lesdits articles se réduisent à une dizaine de paires de chaussures disposées dans l’entrée et le couloir central. Rien à redire sur les chaussures soldées mais il ne faut pas chausser du 37 ou 38 puisque sur certains articles, ces deux tailles n’ont pas de rabais ! Pour le reste, c’est plein tarif.

Mon neveu a finalement trouvé son bonheur dans un autre magasin. Puma pour ne pas le nommer. Je vois des panneaux annonçant 30% accrochés devant certains articles. Evidemment que les baskets choisies n’entrent pas dans cette catégorie. Comme nous sommes dans un Outlet, le prix est légèrement plus bas que celui en magasin. CHF 53.- au lieu de CHF 79.-. J’ai de la chance car généralement les différences de prix sont vraiment insignifiantes (on est en Suisse, pays où nous sommes tous riches !). Et en passant à la caisse, j’ai eu une heureuse surprise. Visiblement, les 30% étaient pour tout le magasin. Au final, j’ai donc payé CHF 37.10. Sans le chercher, j’ai fait une bonne affaire !

Pourquoi une bonne affaire ? Parce que j’avais prévu un budget de CHF 50.- et que j’ai dépensé moins. Le but de ces actions flash, c’est de pousser à la consommation. L’humain est ainsi fait; il se dit que l’affaire est éphémère donc il doit absolument d’en profiter. Alors peut-être que lui aussi aura prévu un budget initial de CHF 50.- qu’il va aisément transformer en CHF 150.- de dépenses car ce serait bête de passer à côté de si bonnes offres. D’autant plus si les articles exposés laissent croire qu’une rupture de stock est imminente. Là, l’humain va dépenser encore plus vite. C’est humain et ça s’appelle de la psychologie sociale…ou de l’excellent marketing !

Lecture

20161126_085939

Ma nièce a un exposé de français à faire et elle s’énerve car c’est trop dur d’autant plus qu’elle doit le faire sur un seul chapître du livre. Chapitre qui ne comprend que cinq pages ! Y a rien à dire sur cinq pages ! Je lui demande alors si elle peut m’envoyer la photo d’une page. Je la lis et suis conquise. Je cours acheter le livre de Jacques Chessex Un Juif pour l’exemple. La version Poche de 2009 contient 82 pages, c’est vite lu. Mais j’ai pleuré, j’ai eu mal. Et il y a tellement à dire sur ces cinq grandes pages ! Court extrait page 31 : “Tout est en place pour l’exemple que la bande doit donner à la Suisse et aux Juifs parasites de son territoire. Donc sans tarder, choisir un Juif bien représentatif, bien coupable de crasseuse juiverie, et le liquider avec éclat”…

20161126_085948

Et comme mes cours  de Neuroanatomie et Neuropsychologie m’intéressent, j’ai décidé de me plonger dans les bouquins d’Oliver Sacks. Après L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau, j’ai choisi L’Odeur du si bémol. Voilà une partie de la quatrième de couverture : “Vous est-il déjà arrivé de voir quelque chose qui n’était pas vraiment là ? De vous entendre appeler par votre nom dans une maison vide ? D’avoir l’impression que quelqu’un vous suivait puis de vous retourner dans une rue déserte ?

Une simple fièvre ou la migraine peuvent faire percevoir des lumières colorées ou des visages effrayants. […] Les sujets endeuillés reçoivent parfois la “visite” réconfortante de l’être cher qui les a quittés…”. Je me réjouis de débuter ma lecture 😊.

Et pour terminer en musique Rien entendu cette semaine qui m’a fait vibrer. Mais j’ai écouté un chouette podcast sur Michael Stipe (Here’s the thing) chanteur de REM et du coup, c’est ce groupe qui l’emporte avec une magnifique chanson Everybody hurts.

Croisement

Aujourd’hui je vais vous parler d’une particularité de notre cerveau : le corps calleux. Quézaco ???

Le corps calleux est la partie qui relie les deux hémisphères de notre cerveau : l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit. Pour la majorité des droitiers, l’hémisphère gauche contient le centre du langage et le droit nous aide à nous repérer dans l’espace.

Tout est croisé dans le cerveau ! Lorsque vous bougez la main droite, c’est la partie gauche du cerveau qui s’active. Vous avez mal au pied gauche ? C’est la partie droite du cerveau qui s’active. Tout ce qui est mouvement, douleur, sensations tactiles croise avant d’arriver dans notre boîte crânienne. C’est à dire que les nerfs changent de côté à un moment ou un autre lors de leur trajet du bas vers le haut (et du haut vers le bas).

Le regard et l’ouïe croisent également mais par l’intermédiaire du corps calleux situé dans le cerveau. Ce que l’on entend par l’oreille droite est traité à gauche et vice versa. Deux subtilités : un oeil voit à gauche et à droite. (Très facile à vérifier !). Cependant, tout ce qui est vu sur la gauche par les deux yeux, est traité à droite et tout ce qui est vu à droite par les deux yeux est traité à gauche. Deuxième subtilité : l’odorat ne croise pas ! Ce que vous sentez par votre narine droite est traité à droite.

Il peut arriver que le cors calleux soit sectionné pour traiter l’épilepsie ou qu’il soit lésé suite à un AVC ou une tumeur. Quelles sont alors les conséquences ?

Mettons un paire de lunettes dans la main droite d’un patient qui a les yeux bandés et demandons-lui ce qu’il a dans sa main. Il va tâtonner et son hémisphère gauche va s’activer. Il répondra : une paire de lunettes.

Faisons la même expérience mais la paire de lunette est posée dans la mais gauche. Le patient va tâtonner et son hémisphère droit va s’activer. Mais il répondra qu’il n’a rien dans la main…En revanche, si on lui demande de nous montrer sur une table l’objet qu’il avait dans la main, il montrera correctement une paire de lunettes. Les deux parties du cerveau ne communiquent plus entre elles. Or, il se trouve que le langage est à gauche. Dans ce deuxième cas, c’est la partie droite du cerveau qui s’est activée; elle ne sait pas parler !

Un patient ne peut plus faire des gestes identiques avec les deux mains en même temps puisque ceci requiert l’activation des deux côtés du cerveau en même temps et que ces dernières s’ignorent. Il arrive donc que les gestes ne se coordonnent plus. Un exemple tout bête : un homme lit le journal. Sa main droite va tourner la page alors que sa main gauche va la tourner dans l’autre sens. Résultat : la page se déchire… En revanche, le patient arrivera bien plus facilement que nous à faire deux gestes totalement différents en même temps.

Un autre patient aura des problèmes au niveau visuel. Résultat, il sera incapable de lire ce qui apparait dans son champ visuel gauche, traité par l’hémisphère droit. Le langage, lui, est à gauche. En revanche, il pourra dessiner ce qu’il a vu…

Une petite vidéo LA et LA. Cette deuxième vidéo explique que la reconnaissance des visages se fait avec notre hémisphère droit. Que se passe-t-il si les visages sont représentés avec des fruits ?

Et voici quelques photos prises lors de notre cours en laboratoire.

20161119_140729

Deux cerveau. Le plus foncé n’a pas été complètement vidé de son sang. La flèche rouge indique la couche dure protectrice : la dura mater. La flèche bleue indique une couche délicate qui couvre le cerveau : arachnoid mater.

20161119_135908

Le prof soulève la dura mater. La partie placée en-avant de la photo est une tranche du cerveau.

20161119_135921

La partie inférieure du cerveau, le début du tronc cérébral qui part dans le cou.

Et pour terminer en musique je vous propose Rag’n’Bone Man avec Human. Il paraît que ça passe sur toutes les radios…moi j’aime en tout cas.

Joies des transports en commun

Je débute ma deuxième semaine de transports publics. Pourquoi ? Un grain de folie sans doute et quelques économies de réalisées pour investir dans des cadeaux de Noël.

Alors c’est sympa de reprendre le train ?

Tout d’abord je ne prends plus la voiture jusqu’à la gare comme je le faisais dans mon ancienne vie. Le prix du parking a presque triplé. Donc je monte dans le bus qui s’arrête juste devant chez moi. Les dernières places assises ont été prises à l’arrêt précédent. Je fais donc les dix minutes de trajet debout. Le seul ennui c’est qu’il y a foule à l’arrêt suivant et on se retrouve pressés comme des sardines. Changement de moyen de transport à la gare.

Le train c’est bien ! Je suis assise et peux lire tranquillement durant les presque trente minutes de trajet. Rien à redire. Arrivée à Lausanne, nouveau changement. Et là c’est sportif.

Metro à Lausanne le matin aux heures de pointe

Métro M2 : A présent j’adopte la méthode appliquée par la majorité : je pousse. Du coup, avec de la chance, je rentre dans le deuxième métro qui passe. Sans pousser, j’arrive monter dans le quatrième 😱. On est tellement écrasés qu’il est inutile de se tenir; on ne peut pas tomber !

Le retour est légèrement différent. Je monte dans le métro dont le terminus est la gare. Il arrive quasiment vide à mon arrêt alors que celui qui descend jusqu’au bord du lac est déjà plein. Je dois donc attendre deux minutes de plus mais ça en vaut la peine.

Le train c’est bien. Le wagon est quasiment vide c’est parfait. Il reste l’étape du bus pour rentrer. Vous imaginez un trottoir bondé de gens qui attendent l’un des sept bus prévus à cet arrêt. Une horreur. Celui que j’emprunte est archi plein. Une amie qui le monte à l’arrêt suivant doit prendre de l’élan et foncer dans le tas si elle veut pouvoir rentrer dedans.

J’essaie de ne voir que les côtés positifs mais parfois je sens la panique monter face à tout ce monde. Je me concentre alors sur la musique diffusée dans mon casque et ça me calme…

Et pour terminer en musique je vous propose de plonger dans le passé avec INXS et Bitter Tears


Un peut de tout et de rien

J’ai bossé au ralenti cette semaine donc je ne sais pas trop de quoi vous parler.

Pour mes cours, j’ai retenu que les personnes souffrant de cécité partielle ou complète peuvent avoir des hallucinations qui défilent devant leurs yeux sous forme de films. Contrairement aux gens qui présentent une démence, les aveugles savent qu’il s’agit d’illusion. Ils font la part entre le réel et l’irréel. Ces hallucinations sont connues sous le terme du syndrôme de Charles Bonnet. En effectuant quelques recherches, je suis tombée sur une vidéo de Oliver Sacks dans un TED talk et vous invite à la visionner ICI. C’est en anglais mais vous pouvez sélectionner des sous-titres en français.

img_0441

J’ai acheté ces deux livres. Concernant L’Arabe du futur j’avais bien aimé les deux premiers volumes et n’ai pas été déçue par celui-ci. Je trouve très instructif de découvrir la vie au Moyen-Orient. Quant au livre de Idriss Aberkane, ça me prend plus de temps car même s’il est très intéressant, il est également compliqué. Du coup je dois me concentrer un minimum.

fullsizerender

Et chaque soir je passe une heure à jouer à Assassin’s Creed… Pas plus parce que sinon je sais que je n’arriverai pas à dormir. Mais comme ma nièce m’a montré que ce n’était pas si difficile à progresser, je joue…et progresse effectivement. Ah si j’arrivais à mettre autant de régularité pour bosser mes cours !

La météo annonce un temps de merde avec éventuellement de la neige jusqu’en plaine. Je suis contente d’avoir justement décidé de reprendre les transports en commun dès lundi même si je déteste ça. Pour me donner du courage, et accessoirement me couper de la foule qui me stresse tant, j’ai acheté des écouteurs de qualité (made in Japan) pour m’évader en musique. J’ai profité du voyage d’un proche au Japon pour qu’il me les achète sur place et que ça me coûte moins cher. Suis très contente de moi sur ce coup-là ! Si quelqu’un peu me rapporter à moindre coûts un petit Astell&Kern Jr je suis très intéressée 😁.

Et pour terminer en musique je vous propose un vieux truc de Fleet Foxes Heard them stirring