Archive | mai 2017

Etre soi

“Lorsque vivent en moi la liberté et la force d’être une personne distincte et différente, alors je peux m’autoriser à comprendre et à accepter l’autre bien plus profondément, parce que je n’ai plus peur de me perdre moi-même”.

Je vous laisse méditer la phrase de Carl Rogers issue de L’Approche centrée sur la personne.

Et pour terminer en musique j’ai choisi un bien vieux “tube” Ci sarà de Al Bano et Romina Power. Ce 45tour a beaucoup tourné chez moi, je l’avoue sans honte !

Advertisements

Je suis allée chercher le soleil à Martigny

Avec une amie, nous sommes allées à l’exposition Gianadda où je voulais surtout voir les oeuvres de Monet. Mon amie était plutôt intéressée par Munch et aucune de nous ne connaissait Hodler, bien qu’il soit suisse.

Nous avons commencé par regarder quelques toiles d’un oeil curieux. Je sais que les Monet il faut les admirer de loin pour voir toute la magie des couleurs et des perspectives. Par exemple La Barque ne montre rien de particulier de près. Mais de loin elle est magnifique et l’on devine la profondeur de l’eau. Pour Munch, je n’étais pas très emballée. Puis j’ai regardé les tableaux depuis plus loin et là aussi j’ai remarqué le talent de l’artiste et la beauté des toiles. Idem pour Hodler, dont les dessins de lacs ou montagnes me laissaient indifférente jusqu’à ce que je me trouve à l’autre bout de la salle.

20170521_203036

Le Train dans la neige, Monet

20170521_202917

Neige Fraiche, Munch

Après avoir fait deux, trois pas dans le parc, nous sommes parties à la recherche d’une terrasse de restaurant pour manger. Nous avons pu profiter, depuis ladite terrasse, du défilé des pompiers de la ville tout en dégustant un excellent carpaccio de boeuf. Ce fut une excellente journée.

 

Et pour terminer en musique je vous propose Skeeter Davis avec The End of the world, chanson que j’ai sans cesse dans la tête ces jours.

Dressage

Comme j’étudie, entre autres, le behaviorisme ce semestre, j’ai décidé de tester cette approche sur mon chien. Mon petit crétin à quatre pattes aboie comme un fou sur le balcon à chaque fois qu’il voit un chat. Et il les sent de loin : à tout moment il s’excite dans le salon et fonce sur le balcon pour…aboyer.

Comme cet estomac sur pattes est au régime, j’ai diminué sa ration de croquettes le matin afin de pouvoir le récompenser avec des friandises pour renforcer le comportement souhaité. J’ai placé le paquet de bonbons près du balcon pour les avoir sous la main rapidement. Le comportement souhaité doit être immédiatement renforcé sans quoi c’est sans effet. Donc je laisse mon fauve courir dehors et je l’observe. La première fois, je suis sortie également et lui ai dit « chut ». Il m’a regardée, s’est tu au moins deux secondes, et j’ai profité de ces deux secondes pour le féliciter et lui proposer un bonbon. Une fois le bonbon englouti, il a cherché du regard le chat…et a aboyé. J’ai répété « chut », il m’a à nouveau observée et je l’ai félicité encore une fois avec à la clé, une friandise. Au bout d’un moment, j’ai fermé le balcon !

Le lendemain, nouvel essai. Le chien court pour aller hurler…et hésite. Depuis mon canapé je le félicite. Du coup il rentre et espère un bonbon, que je lui donne. L’exercice sera répété plusieurs fois.

Le troisième jour, il court toujours sur le balcon, mais reste silencieux. Je ne lui donne plus un bonbon systématiquement. Il ne sait donc pas quand il sera récompensé pour sa bonne tenue. Le but étant bien entendu qu’il garde un bon comportement sans recevoir de bonbon.

Le soir en allant promener, nous avons croisé des chats (j’habite à la campagne je le rappelle). A mon grand étonnement, Wally n’a rien dit. Ça fonctionne même à l’extérieur ! Prochaine étape, ne plus hurler quand on croise d’autres chiens. Il faut que je prépare la réserve de friandises à emporter…

C’est tout simple, en général on connaît ce système, on oublie juste qu’il faut bien récompenser systématiquement au début afin que l’animal comprenne ce que l’on attend de lui. Et ça fonctionne aussi sur les humains… « Oui, c’est bien, continue, bravo ! ».

Et pour terminer en musique je vous propose le meilleur groupe de l’Univers. J’ai nommé Muse avec son nouveau titre Dig Down

Crotte alors

Le grand sujet du jour : les crottes de chien !

J’habite à la campagne et les gens doivent se dire que là, on peut laisser les crottes de son toutou un peu partout. C’est un vrai bonheur que de se balader entouré de merdes. D’autant plus que mon chien aime…les manger et se rouler dedans ! Il existe pourtant trois conteneurs dans mon village. Ces conteneurs distribuent des sachets pour ramasser les crottes.

20170514_081323

Le problème, parce qu’il y en a un, c’est que les sachets restent régulièrement coincés à l’intérieur et alors sont inaccessibles. Pour ma part, je refuse d’aller en acheter dans les commerces ; je paie CHF 150.- d’impôts pour mon chien, je veux avoir accès aux sachets fournis par ma commune et accessoirement payés par mes impôts.

Je me suis donc adressée au syndic du village (M. le Maire pour les Français) et lui ai gentiment expliqué mon mécontentement. S’il suffisait simplement d’ouvrir le conteneur pour en sortir les sachets tout irait bien sauf qu’il faut une clé spéciale pour le faire.  Après discussion, j’ai hérité de la fameuse clé. Comme je passe devant les trois récipients lors de mes balades, j’ai proposé de m’occuper des sachets coincés. Les gens qui continuent à ne pas ramasser les crottes de leur chien sont des cons ont visiblement autant besoin que leur animal de marquer leur territoire. Contre l’égoïsme ambiant on ne peut rien faire. En revanche, le fait d’avoir facilement accès aux sachets peut encourager certaines personnes à faire un effort et rien que pour ça, je vais continuer à ouvrir les conteneurs et décoincer ces fichus sachets !

20170514_081310

A gauche, le stock est malheureusement vide…

 

Et pour terminer en musique je vous propose du Depeche Mode avec Behind the Wheel

Psychanalysons un peu

C’est difficile pour moi de vous parler de psychanalyse en fonction de ce que j’apprends car, suivant les lectures imposées, je me suis quand même demandé si ce n’était pas un gag et qu’en fait nous étions les sujets d’une expérience. J’ai retenu deux ou trois choses qui semblent intéressantes.

Désolée pour les amoureux de la psychanalyse mais ce que je retiens surtout c’est que Freud est un obsédé car il ne pense qu’au cul. Il parle de cinq stades de la découverte de la sexualité chez les enfants. Déjà là j’ai de la peine. Le stade oral (3-18 mois) : le plaisir est lié à la succion du sein maternel. La bouche est alors l’organe le plus sexualisé. Le stade anal (18 mois-4 ans) : le plaisir est lié à la maîtrise sphinctérienne. Donner c’est se maîtriser et l’on “offre” ses matières fécales 💩. Le meilleur est quand même le stade phallique (4-6 ans) où le garçon a une peur inconsciente de l’interdit de l’inceste avec la mère alors que la fille réalise qu’elle n’a pas de pénis (et se sent donc inférieure) et à peur de l’interdit de l’inceste avec le père 🤢.

On y parle évidemment du complexe d’Oedipe : la petite fille désire inconsciemment une relation incestueuse avec son père tandis que le garçon désire sa mère. Si l’enfant reste fixé à cet attachement oedipien, il ne peut grandir. Il va éliminer le parent du même sexe qui est l’obstacle à sa passion -> découverte de l’identité sexuelle car le garçon rivalise avec son père, accède à sa masculinité et éprouve la peur de la castration.

Selon Freud, ce sont les traumatismes sexuels infantiles qui engendrent la formation de symptômes.

Voilà pour la partie qui me hérisse les cheveux. Pour la suite, si on ôte tout lien à la sexualité, ça me semble plus digeste. On continue ?

Il y aurait en nous une partie inconsciente où aucune barrière morale n’existe. Ces pulsions inconscientes tentent de monter vers la conscience, le moi, qui elle a des pensées objectives et des relations sociales. Entre deux se trouve le surmoi qui correspond en gros à la morale héritée de nos parents, de nos modèles lorsque nous étions enfant et de l’idéal vers lequel on tend. Pour reprendre le paragraphe du dessus, les névroses sont un conflit entre les pulsions sexuelles et celles du moi. L’énergie sexuelle se retourne contre le moi.

La psychanalyse porte une très grande attention aux rêves des patients car dans ces rêves, la censure n’intervient pas autant. L’inconscient parle avec force mais parfois de façon détournée (vilaine censure). C’est donc le rôle du psychanalyste d’interpréter les rêves et les associations libres effectuées par le patient. Il analyse également les lapsus, les actes manqués, les oublis.

On parle de transfert lorsque le patient reproduit sur le psy des comportements qu’il a eu enfant avec ses parents. Il revit ses émotions passées pour les dépasser.

Adler et Jung s’écartent de Freud car ils estiment que ce dernier accorde trop d’importance à la sexualité. Pour Adler, ce qui fait l’individu est son hérédité, son milieu et son éducation. La névrose porte sur la notion de relations interpersonnelles et non sur le complexe d’Oedipe. Jung parle de la personnalité qui est composée d’un inconscient personnel (histoire personnelle et refoulements des expériences infantiles) et d’un inconscient collectif (héritage de l’humanité). Cet inconscient collectif a une valeur émotionnelle aussi importante que les émotions infantiles. Plus un être subit les archétypes (l’inconscience collective), moins sa personnalité peut s’épanouir.

Lorsqu’un patient a refoulé un traumatisme, lui signaler ledit traumatisme ne sert à rien. Le patient doit pouvoir retrouver dans sa conscience des traces de ce traumatisme pour supprimer le refoulement. Une pulsion peut se manifester par substitut, comme l’angoisse par exemple. Tout ce qui est refoulé apparaît alors sous forme d’angoisse. Elle peut se manifester sous forme de phobie. Vous avez peur des araignées ? En fait il s’agit d’un substitut à votre refoulement premier et grâce à vos associations d’idées, le psy va trouver la source réelle de votre phobie.

La dépression en psychanalyse est liée au travail de deuil : décès, séparation. La forme aggravée de la dépression, la mélancolie, vient d’un deuil mal fait ou d’une personne dont les agissements ont été vécus par le patient comme une agression. Le chagrin s’accompagne d’un sentiment inconscient de haine. Cette haine se retourne contre le patient lui-même.

Je ne sais pas si ce que j’ai écrit est compréhensible. J’ai encore du travail devant moi…

Sources : Richard, M. (1994). Les courants de la psychologie. Lyon : Editions Chronique Sociale / Freud, S. (1986) L’inconscient. In Métapsychologie (J. Laplanche & J.-B. Pontalis, trads., pp.65-123). Paris : Gallimard (Edition originale, 1915).

Et pour terminer en musique je vous propose Daniel Balavoine avec Si je suis fou

Notre Société

Je vais vous parler de deux choses aujourd’hui.

Tout d’abord, d’un livre que je viens de terminer : “Les Etrangers volent-ils notre travail ?” paru en 2016 aux éditions Labor et Fides. Quinze clichés sont analysés et expliqués tels celui du titre ou encore “Les Citoyens sont-ils trop bêtes pour voter ?”, “L’Individualisme est-il le mal de notre siècle ?”. Intéressant et facile d’accès me semble-t-il.

1139507_f.jpg

L’autre sujet concerne un futur magazine à paraître en Suisse. L’histoire débute avec l’arrêt d’un autre magazine bien connu sur le marché du pays, j’ai nommé l’Hebdo. Comme les actionnaires ne touchaient plus assez d’argent, hop, on supprime le magazine et on met tout le monde au chômage. Les actionnaires sont contents. Sauf que les journalistes le sont un peu moins, eux. Certains ont donc décidé de lancer un nouveau projet en s’adressant directement à leur futur potentiel lectorat ; ils ont opté pour le financement participatif. Je trouve l’idée intéressante. Reste à savoir ce que cela donnera sur le papier. Mais je me dis que le fait de ne pas avoir de financiers aux manettes peut avoir des conséquences positives. A voir… Vous pouvez participer en vous rendant sur le site https://bonpourlatete.com Je ne connais personne qui fait partie du projet mais quelqu’un qui se bat pour créer des jobs ça me plaît.

Et pour terminer en musique je reste avec Kasabian et Bumbelbee à écouter à fond en sautant sur place yeah yeah yeah…

Communiquer

Aujourd’hui je vais vous parler de communication car c’est le sujet que je révise en ce moment et vous en parler me permet de renforcer ma mémoire.

Le saviez-vous ? Il est impossible de ne pas communiquer. Vous refusez de répondre à votre interlocuteur ? Vous communiquez alors votre désaccord. Nous communiquons malgré nous : tous nos gestes sont parlants et l’interlocuteur, s’il tient compte du message perçu, s’adapte. Un enfant va se mettre à parler très fort si son parent ne lui répond pas. Il y a même des comportements qui à la base ne servent pas à communiquer, se transforment en message. Uriner sert à se vider la vessie or, beaucoup d’animaux marquent leur territoire en urinant (je ne parle pas d’hommes mais certains marquent aussi leur territoire en lassant des traces de toutes sortes sur leur passage). Autre exemple: une maman va porter son enfant en l’attrapant sous les bras. Par la suite, l’enfant va lever les bras pour communiquer son envie d’être porté.

La communication permet donc de nous faire comprendre des autres et de comprendre les autres et d’adapter notre comportement en conséquences. La communication englobe le langage humain oral ou écrit ainsi que le langage des signes mais aussi toute une partie non verbale comme nous l’avons vu. Dans la communication non verbale nous trouvons la prosodie, la position du corps, le fait d’attraper des objets, les émotions sur le visage, nos nombreux gestes inconscients. Parfois, nous notons une incongruence entre ce qui est dit oralement et le langage corporel. Ce peut être dû à l’humour : un visage souriant qui annonce que nous venons de le blesser par exemple. Une personne dépressive va dire que tout va bien avec un sourire alors que tout son corps crie le contraire.

Il existe des situations conflictuelles ou les deux messages potentiels ont des conséquences négatives. Nous entrons dans le conflit approche/évitement : dans ces cas-là, nous avons tendance à émettre un message peu clair et ambigu. Un exemple. Sur la photo ci-dessous, des cadeaux reçus de ma soeur. Quel est le message que je vais émettre à réception de tels présents ?

20170511_062623

Magnifique t-shirt et une superbe paire de chaussettes

Je pourrais dire quelque chose de désagréable mais nous avons de bonnes relations donc je ne vois pas l’intérêt ou alors lui dire ma joie face à de si beaux cadeaux, ce qui serait un mensonge éhonté. Je suis donc face à deux messages “négatifs”. Dans ces cas-là, l’option “message peu clair et ambigu” revient à dire “j’apprécie ta gentillesse” !

Pour éviter toute équivoque, un message clair doit comporter quatre types d’information: l’émetteur doit être précisé, le récepteur également ainsi que le contenu du message et le contexte : J‘aime beaucoup le cadeau que tu m’as donné pour mon anniversaire.

Je termine en vous apprenant peut-être que celui qui parle regarde moins son interlocuteur que celui qui écoute. Sauf dans des rapports hiérarchiques où le chef va plus regarder quand il parle que lorsqu’il écoute. Ceci est une dominance visuelle.

Sources : Corraze, J. (2001) Les communications non-verbales (6e ed.). Paris : PUF / Favez, N., Vanotti, M. (2006) La communication : quelques repères. In M. Vanotti (Ed.) Le métier de médecin : entre utopie et désenchantement (pp. 101-114). Genève : Médecine et hygiène

 

Et pour terminer en musique je vous mets du Kasabian car c’est le groupe que j’écoute non-stop en ce moment. Voici Life qu’il faut écouter le son à fond, ça file la pêche.