Archive | août 2018

Lectures 19-21

Les vacances sont terminées, les cours ont repris (et le travail aussi faut pas rêver). Alors est-ce que j’ai lu beaucoup durant cette pause estudiantine ? Bof. Et encore moins durant mes vacances. Il faut dire que je n’avais pas besoin de m’évader à travers les livres, la nature me permettait de le faire en vrai.

America.jpgJ’ai lu le volume 5 de ce magazine. Il y a de beaux récits, notamment celui d’un homme qui raconte son premier job, seul, loin de tout en plein hiver dans les années 70, pour protéger des oeufs de poissons.

Unknown.jpegComme j’avais aimé le tome 1, j’ai continué avec plaisir l’histoire de ces deux amies dont le parcours de vie est tellement différent. Cette fois-ci on y parle amour et plus particulièrement Nino qui fait tant vibrer Elena mais qui finit dans les bras de Lila, alors jeune mariée. Le tome 3 m’attend…

Unknown-1.jpeg Lecture de deux soirées. C’est simple, ça se lit très vite, c’est divertissant et bien écrit.

Et pour terminer en musique je vous propose Franz Ferdinand avec Slow don’t kill me slow

Publicités

Etre libre

En ce début d’été, comme je n’avais plus les cours, j’ai décidé de suivre…un cours sur le site gratuit Coursera. L’intitulé est le suivant : Meditation A way to achieve your goals in your life.

C’est un ingénieur Coréen, qui parle un anglais heu, parfois difficile à comprendre, et s’exprime d’un ton monocorde. Dit comme ça, ça ne donne pas envie d’aller jeter un oeil. Et pourtant…

Le cours s’étale sur six semaines avec une vidéo par jour. Ça c’est si on veut suivre selon la planification. Autrement on va à son rythme. A la fin de chaque semaine il y a un quizz pas bien difficile.

J’ai donc débuté en regardant les vidéos de la première semaine. C’était affreux. Je m’endormais en l’écoutant parler et en plus j’ai dû mettre les sous-titres car je peinais à le comprendre. Et puis il parlait de choses que je connaissais déjà. Je crois qu’il m’a fallu atteindre la 3e semaine pour enfin entrer dans ce qui m’intéressait. Autant vous dire que j’ai abandonné les vidéos et me suis contentée de lire les transcriptions. Bien plus rapide et compréhensible, même si c’est rédigé avec les pieds. Et la méthode me plaît. J’ai déjà tenté la méditation mais faire le vide et ne penser à rien m’est bien trop difficile. Soit je pense à vingt mille choses sans intérêt, soit je m’endors. Alors que là il faut au contraire se concentrer sur sa vie. J’ai commencé par revoir ma vie entre deux et quatre ans. Revisiter l’appartement dans lequel nous vivions. Plus j’essayais (sur plusieurs jours) et plus je voyais de détails. J’ai quand même demandé à ma maman si mes souvenirs de l’appartement étaient exacts. La table en formica jaune appuyée sur le mur droit de la cuisine, le bidet du côté droit du lavabo de la salle de bain, situé à gauche en entrant. Et j’ai revu la place de jeux et ressenti les impressions du totem en bois sous les mains, le côté glissant du carrousel, les boutons de l’ascenseur, les motifs sur les escaliers de l’immeuble, je me vois sauter sur la bande qui permet d’ouvrir la porte du garage… Plein de souvenir anodins me reviennent. Mais l’exercice consiste aussi à revivre les situations pénibles de honte, de fierté mise à rude épreuve, de stress, d’échecs et de virer tout ça à la poubelle puisque finalement tout ce que je revois n’est qu’un film de ma propre création. On vire tout. Même les belles réussites qui peuvent très bien être responsables du stress actuel puisqu’il y a toujours une comparaison d’effectuée : et si je n’arrivais plus à faire aussi bien ?

Revoir les souvenirs d’enfance à aujourd’hui avec les interactions sociales avec la famille proche, éloignée, les amis, connaissances, enseignants, employeurs, etc. permet de revoir des situations désagréables qui influencent encore la façon d’agir actuelle. Il s’agit donc de répéter ses situations…et les virer à la poubelle.

Le cours débute à nouveau le 10 septembre pour ceux et celles que cela intéresse. C’est gratuit, ça n’engage à rien et vous pouvez arrêter à tout moment.

Et pour terminer en musique je vous propose une chanson de 2002 avec Natalie Imbruglia et Goodbye (apparemment les vidéos ne fonctionnent que sur ordis).

 

Derborence

P1070020

Pour continuer à faire le plein de couleurs, j’ai appelé mon amie Kyiane pour lui demandé si elle m’accompagnait pour une balade en Valais. Comme elle a accepté, nous voici donc à Derborence; une amie y était dernièrement et elle m’a fait envie avec ses photos donc à mon tour de profiter de ce magnifique paysage. Il faisait très chaud ce jour-là mais l’eau est gelée.

P1070023P1070014

Après avoir fait le tour du lac, nous somme montées un bout vers les éboulements de pierres. Mais j’avais beaucoup trop chaud et le chemin était en plein soleil. De plus, il était barré un peu plus loin avec une déviation. Excuse parfaite pour abandonner la montée.

P1070034P1070006

Nous avons repris ensuite la voiture pour nous rendre à la digue du Godey, à cinq minutes de route environ.

P1070062P1070067

La photo ci-dessus est prise en redescendant de la digue.

La question que nous nous sommes posées : « Est-ce de la neige sur les sommets des montagnes ou du calcaire? »

P1070072

Il nous a fallu environ deux heures de route pour arriver dans ce coin féérique. La route entre Conthey et Derborence est un cauchemar. Je crois avoir conduit à 30km/h tout le long. Mais franchement, je le referai.

P1070012

Et pour terminer en musique je vous propose une musique de James Horner composée pour le film Avatar quand Jake vole pour la première fois.

Bulle d’air

Alors que j’étais en vacances depuis plusieurs jours déjà, je n’arrivais pas à me débarrasser de mon stress. Et puis une petite marche de cinq heures dans un paysage magnifique aura réussi à me calmer.

C’est avec Kiyane et mon petit lion que nous sommes partis pour une balade d’environ 17km. Au programme, les gorges de la Jogne et le tour du lac de Montsalvens.

Nous nous sommes parqués à Broc, au départ des gorges. Nous avons mis environ une heure dix pour arriver au barrage (45 minutes au retour). Nous avons croisé du monde mais sans que ce soit pour autant la foule. Nous nous sommes arrêtés régulièrement pour prendre des photos et admirer le paysage.

Gorges de la JogneGorges de la Jogne

La promenade n’est pas particulièrement compliquée, avec des petites montées et des descentes. En revanche, pour arriver au barrage, il y a une énoooorme montée et moi je souffre dans ces cas-là. Autant je peux marcher des heures sans problème, autant une petite montée et je sue comme une malade et cherche désespérément mon souffle. Nous arrivons tout en-bas des gorges et il faut grimper pour arriver au sommet du barrage.

Gorges de la JogneGorges de la Jogne

Nous avons fait une pause de 30-45 minutes pour avaler notre pique-nique avant de nous lancer pour les trois heures du tour. Sur la rive gauche nous longeons le lac et admirons sans cesse cette eau d’une couleur magnifique. Au bout du lac nous traversons ce pont de 60 mètres. J’ai détesté, il bouge beaucoup trop à mon goût et le chien dans mes bras n’était pas rassuré donc il fallait bien le tenir et je ne pouvais donc pas m’accrocher aux barrières. Sur le retour, nous avons encore droit à un peu de vue sur le lac avant de nous enfoncer dans les prés puis l’alpage.

Lac de MontsalvensLac de MontsalvensLac de Montsalvens

Nous avons longé des prés avec toujours des arbres qui nous protégeaient heureusement du soleil. Il y avait un peu de chemin à faire sur le goudron mais ça allait. Ensuite a débuté la grosse montée vers l’alpage. J’ai souffert et pourtant nous étions constamment à l’ombre dans la forêt. Pour moi c’était long, c’était difficile mais je ne regrette absolument pas parce que c’était également calme (nous avons croisé très peu de gens) et ça sentait bon (ça c’est quand j’arrivais souffler) ! Et une fois au sommet, la vue est magnifique. Toute cette étendue d’herbe et les montagnes autour, ça j’aime. Et qui dit sommet, dit descente ! Il y a bien eu encore quelques montées mais ça allait. Nous avons fini par rejoindre à nouveau le lac où nous avons fait une courte pause pour manger un morceau avant de reprendre le chemin des gorges et retourner à la voiture.

Lac de MontsalvensLac de Montsalvens

Et pour terminer en musique je vous propose une chanson de A-ha Minor Earth Major Sky. Alors que je conduisais dans les grandes plaines canadiennes et traversais d’immenses forêt seule au volant de ma voiture de location, j’écoutais cette chanson que j’associe à présent à la beauté du paysage.

Histoires extraordinaires

C’est le temps des vacances donc je dois lire tout plein de livres n’est-ce pas ? Et bien non. En fait, je ne lis pas du tout. J’écoute des histoires extraordinaires. Je me suis abonnée à plusieurs podcasts cet été et ils sont tous passionnants (mais en anglais).

J’ai débuté par Slow burn produit par Slate. Le podcast explique Watergate avec des extraits audio et des interviews de personnes qui ont participé à l’enquête d’une façon ou d’une autre à l’époque. Il y a huit épisodes et j’ai trouvé le tout très intéressant. La saison 2 débute la semaine prochaine et traitera de la destitution de Bill Clinton.

J’écoute actuellement The RFK Tapes (www.rfktapes.com) produit par Crimetown. Là aussi il y a des entretiens et des extraits audio sur l’enquête qui a suivi le meurtre de Robert Kennedy. La saison est en cours, cette semaine est sorti l’épisode 8.

Il y a également Invisibilia de la chaîne NPR. Il existe pour l’instant 4 saisons. J’ai débuté la première et les tous derniers épisodes. Là nous sommes dans un tout autre registre. Dans les premiers épisodes nous découvrons un homme qui soudain n’arrête pas de penser : « Je vais tuer ma femme » et a peur de passer à l’acte. Il y a également l’histoire de Martin Pistorius que tout le monde pensait être dans un coma profond durant des années alors qu’il était parfaitement conscient mais ne pouvait communiquer d’aucune façon avec le monde extérieur. Les deux hommes témoignent. Il y a cet autre personnage intéressant, aveugle, qui peut faire du vélo et se déplace en émettant des clics avec la bouche qui lui permettent de se diriger par écho location comme les chauve-souris. Ou encore cette femme qui ne sait pas ce qu’est la peur.

J’écoute aussi Crimetown produit par Gimlet. Nous sommes dans la ville de Providence aux Etats-Unis dans les années 70, ville sous la coupole de la Mafia dirigée par Raymond Patriarca. Un jeune avocat a décidé d’attaquer cette famille mafieuse. Lui c’est Bobby Cianci. Toujours dans le même genre que les deux premiers podcasts cités, il y a des interviews et des extraits audio de l’époque. Il y a 18 chapitres et des bonus. La saison 2 devrait débuter cet automne.

Et enfin, une fois par semaine sort un nouvel épisode de Stay Tuned with Preet chez WYNC Studios que vous pouvez écouter sur la chaîne NPR. L’ancien US attorney Preet Bharara répond à quelques questions posées par les auditeurs puit suit l’interview d’un invité. Cette semaine il s’agit Bill Browder que le dictateur russe aimerait bien avoir entre ses mains et que le crétin orange dit être prêt à lui fournir. L’homme en question est anglais et démarche les pays afin que ces derniers adoptent la loi Magnitski. Qu’est-ce que c’est que cette loi ? Ecoutez le podcast et vous le saurez.

Et pour terminer en musique je vous propose un vieux truc de Marc Almond Tears run rings