Lectures 26, 27 & 28

Mon rythme de lecture s’est nettement ralenti et je me suis donnée un coup de pied au derrière ce week-end pour m’y remettre. En attendant, voici les trois derniers livres terminés :

20180926_145213

Virginie Grimaldi Tu Comprendras quand tu seras plus grande

J’ai eu beaucoup de peine à me plonger dans l’histoire car le style d’écriture ne me plaisait absolument pas. Les « gags » me passaient au-dessus et je trouvais qu’ils alourdissaient la lecture. Un exemple : « Alors que j’attendais Marc dans la voiture devant son bureau, un homme a tapé avec insistance à la vitre. Il faisait nuit et il arborait un chaton sur son t-shirt, c’était suspect. Ni une ni deux, je lui ai vidé ma bombe lacrymogène dans les yeux. Il s’agissait en fait du collègue de Marc… » Un autre à peine quelques lignes en dessous : « Il est plus de minuit et il fait, à vue de nez gelé, la même température que dans un pot de Häagen-Dazs ». (Je ne peux pas indiquer les pages, je n’ai plus le livre. C’est au début du chapitre 7). J’ai alors essayé de faire abstraction de tout ça et me concentrer sur l’histoire en elle-même, à savoir celle d’une psy déprimée qui se retrouve en maison de retraite pour le travail alors qu’elle ne supporte pas les vieux. Elle va finir pas se lier petit à petit à certains d’eux, se faire de nouveaux amis et un nouveau mec. La personne qui m’a prêté ce livre l’a trouvé fabuleusement joyeux.

20181012_154429

Nous sommes dans un tout autre registre avec l’Arabe du futur 4 de Riad Sattouf. J’aime découvrir la vie de l’auteur, ce qu’il a dû traverser en passant d’un pays à l’autre alors qu’ils n’ont pas grand chose en commun et le suspens final ?!!? Il n’avait pas le droit de terminer cet épisode de cette façon 😰. Vivement le volume 5…

Unknown

Je l’ai déjà dit, j’aime les romans de Philip Kerr et son héros, Bernie Gunther. Cette fois-ci, dans Une Douce Flamme, la guerre est terminée, les officiers SS allemands ont fui le pays. Notre héros se retrouve en Argentine sous l’ère de Peròn. Il mène deux enquêtes, une officielle pour le gouvernement en place et une autre en parallèle pour une belle femme rencontrée sur place. Il va côtoyer plein de nazis qui vivent à présent sous une nouvelle identité, comme d’habitude il va croiser le chemin de brutes qui ne lui veulent pas du bien et il s’en sortira avec quelques blessures.

Pour terminer en musique je vous propose une vieillerie niaise qui me plaisait bien à l’époque…et que j’aime toujours apparemment…Les Porte Mentaux avec Elsa Fraülein

2 thoughts on “Lectures 26, 27 & 28

  1. Hello ! Je n’ai pas du tout aimé le S. Grimaldi, çà m’a ennuyée et agacée, je ne l’ai pas terminé. Les 2 autres titres me tentent bien…merci pour ce partage !

    • Je me suis forcée à le terminer car on m’en avait prêté un autre de cette auteure que j’ai franchement trouvé niais alors que tout le monde l’encensait. Je me disais que le problème venait de moi. Mais non, je n’aime juste pas sa façon d’écrire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s