Archive | décembre 2018

Bye bye 2018

Enfin on arrive au bout de cette année merdique. Je termine cette année seule, comme je l’ai débutée. On ne change pas une recette déprimante.

Je regarde ce que j’ai noté dans mon petit calepin à la veille de débuter 2018. J’étais pleine d’optimisme pour cette année qui s’annonçait bien. Je sentais venir le changement.

Si je relis en vitesse mes remarques quotidiennes, ce qui ressort à peu près toujours, c’est le mot “fatigue” avec ses déclinaisons “crevée, épuisée, lessivée, ko, sans entrain,…”. J’ai été fatiguée toute l’année. Aucun répit de ce côté-là.

En plus de cette grosse fatigue, le moral s’est pris pour un yo-yo. Non stop. Un jour je t’aime, trois jours je te déteste et on recommence. Très désagréable…et une bonne cause de fatigue. Et à partir de fin juin, ce fut la grande descente. Je commence par remarquer que j’ai constamment faim et je bouffe des cochonneries à n’en plus finir. Je mets ça sur le stress des examens. J’ai enfin terminé mon bachelor, il me faut un petit temps pour me remettre. Mais non. Dès juillet, l’ennui s’ajoute au cocktail et j’écris le 25 juillet “Deux jours et je suis en vacances. Je n’en peux plus. Et j’ai de la peine à sourire aujourd’hui. 66kg et moral tout juste neutre”. Mais naïvement, j’écrivais également que je n’étais pas sur les nerfs. Quelle plaisanterie.

Fin août le travail reprend, mon épuisement est immédiat et mon moral plonge. J’ai pourtant tenté le changement en me coupant les cheveux courts, moi qui ai toujours aimé les avoir longs. Mais non. Le dos se bloque, les migraines se suivent, les vertiges me prennent, les crises d’angoisse apparaissent. Ah ce plexus solaire super douloureux toute la nuit, que du bonheur. Le 12 septembre je suis enfin réaliste “Il faut dire les choses comme elles sont : ça ne va pas. Je pourrais pleurer toute la journée”. Durant plus d’un mois, j’ai été au bord des larmes et ne mangeais quasiment plus. Et pourtant, je ne ruminais pas ces horribles pensées négatives qui vous prennent quand vous êtes en pleine dépression. Non, j’ai commencé à me poser des questions, et apparemment les bonnes cette fois-ci. En plus, j’ai trouvé certaines réponses.

Alors j’ai coupé mes cheveux encore plus courts et ça m’a plu. Vraiment. J’ai l’impression d’être moi, enfin. Et j’ai commencé à me maquiller légèrement, ça va avec la coupe. Oh, et puis il me faut des boucles d’oreilles. Et j’ai jeté mes horribles et vieux t-shirts dans lesquels je me sentais si bien par le passé mais plus tant dans le présent. A moi les jolis chemisiers. Et j’ai maigri : ce petit bidon qui me complexait tant s’en est allé. Plus besoin de cette bouée salvatrice. J’ai gardé les jeans et les baskets parce que je me sens bien dedans. Et oui, c’est là qu’est intervenu le changement. J’arrive à apprécier la personne que je vois dans le miroir. Je crois bien que je commence à m’aimer, incroyable ! Et ça se ressent puisqu’on me dit régulièrement que je rayonne et que j’ai “l’air d’aller tellement bien”.

Je crois que le gros de la crise est passé. Je n’attends rien de 2019, c’est plus simple. Pourtant j’ai pris un engagement pour un truc qui risque de forcer le changement à continuer. J’ai décidé que c’était un signe alors je l’ai suivi, même s’il me fait un peu peur. On verra ce que ça donne…

Et pour terminer en musique je vous propose encore Bastille qui m’a tenu compagnie durant cette crise. Là c’est avec une reprise Killer, de Seal.

Retour sur la semaine

Petit retour sur la semaine…

Un livre : j’ai lu un bouquin sur le Hygge mais n’ai rien débuté depuis.

Une musique/chanson : Oh Holy Night interprété par Bastille

Un plat : j’ai fait ma glace au tiramisu. Un régal. Oui Dr Caso, je vais en parler.

Une boisson : j’ai top bu de vin -> deux jours de migraine ensuite.

Une série : j’ai terminé You’re the Worst. Mais que vais-je regarder à présent ???

Un film/documentaire : Santa & Cie de et avec Alain Chabat. J’ai trouvé sympa.

Une rencontre : la famille le 26 pour fêter Noël.

Un moment agréable : étonnamment, autour de la table le 26 en famille.

Une envie : d’aller marcher. Ça tombe bien, le soleil pointe son nez.

Une occupation : plancher sur mon dossier de psycho du travail. Il est fini dans les temps que je m’étais impartis.

Et pour terminer en musique je vous propose ZAYN avec Common

Lectures 34 & 35

20181217_151130.jpg

Le Lambeau de Philippe Lançon

Pas évident à lire, surtout au début. De quoi s’agit-il ? L’auteur est une victime de l’attentat de Charlie Hebdo. Dans les premières pages, il explique rapidement qui il est. Puis il s’arrête sur la journée de l’attentat, le 7 janvier 2015. Il raconte ce qu’il a fait dans la matinée, qu’elles étaient ses préoccupations ce jour-là, la réunion au journal, description des diverses personnes présentes des sujets de conversation en cours lorsque des bruits étranges ont tout changé. L’attentat lui-même puis les minutes qui ont suivi. Très difficile. Il m’a fallu faire quelques pauses. Ensuite nous plongeons dans ce qu’est le quotidien du journaliste durant ses nombreux mois passés à l’hôpital, ses opérations à répétition et comment il vit ces choses. Très intéressant à lire, même si ce n’est pas à mettre entre toutes les mains.

20181224_110308.jpg

Le Cercle des impunis de Paul Merault

J’ai acheté ce livre en me disant qu’un bon polar me ferait du bien. Sauf que l’écriture laisse à désirer. Les dialogues sont convenus, plein de lieux communs. J’ai beaucoup de peine avec ça. Ça me rappelle de mauvais souvenirs. Au début de mes études de littérature, c’était la remarque qui revenait en boucle dans mes dissertations. J’avoue que dans mes moments de fainéantise j’ai tendance à y avoir encore recours aujourd’hui dans mes devoirs (mais je n’étudie plus la littérature donc…). Mais ça reste quelque chose qui me saute aux yeux à présent et qui me dérange. Quant à l’histoire, heu, sur le fond elle est bonne, sur la forme elle est bâclée. Donc rien de particulier à dire à ce sujet.

Et pour terminer en musique,  je vous propose un souvenir : Sophie B. Hawkins avec Damn I wish I was your lover.

 

Les p’tits souvenirs

L’idée vient de là : https://cestpasmoijeljure.com/2018/12/23/les-ptits-souvenirs-du-dimanche-soir-16/

Quel est votre remède préféré contre le hoquet?
Je n’ai jamais le hoquet…

Quel est votre “de mon temps, on…” ou “dans ma jeunesse, on…” typique?
De mon temps, les jeunes étaient un poil plus respectueux. Aujourd’hui, ils se croient sur les réseaux sociaux à plein temps, cachés derrière un pseudo et vous insulte alors qu’ils se tiennent debout face à vous. Le pire ? Ils sont tout surpris quand ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent ! LE RESPECT !!!

Si on vous donnait cinq million d’euros pour ouvrir un petit musée, quel musée créeriez-vous?
J’adorais aller au Musée des Transports à Lucerne et j’appréciais tout particulièrement la partie sur l’évolution des objets de la télécommunication. Malheureusement cette partie n’existe plus. Donc je ferais mon musée là-dessus.

Qu’est-ce qui vous fait toujours rire?
Je suis déprimée en ce moment (les Fêtes de fin d’année ont cet effet magique sur moi) donc je n’arrive pas à réfléchir à cette question.

Quelle langue aimeriez-vous savoir parler et pourquoi?
Améliorer mon anglais que j’ai toujours souhaité parler couramment. Mais comme pour tout ce que je souhaite, l’Univers se fait un plaisir de me l’enlever. Je m’explique : j’ai eu travaillé comme secrétaire de Direction bilingue dans une autre vie. Je parlais anglais toute la journée. Aujourd’hui j’ai très rarement besoin de sortir trois mots…qui viennent avec peine !
J’aimerais aussi apprendre l’espagnol car j’aime les sonorités de cette langue.

Quel est votre meilleur/plus rigolo/plus embarrassant souvenir de Noël?
Depuis ma vie d’adulte, je n’ai aucun bon souvenir de Noël que je passe la plupart du temps seule à la maison. Donc je suis un brin nostalgique lorsque je repense aux Nöel de mon enfance.

Et pour terminer en musique je vous propose Radio Elvis avec Prières perdues

3 Semaines 3 dossiers (suite)

J’ai trois semaines de vacances et j’ai trois gros dossiers à rendre pour mes examens. Donc un par semaine à rédiger. Cette semaine je travaille sur celui de la psychologie du travail et des organisations.

Il y a quelque temps, j’ai dû interviewer une leader. J’avais toute une série de questions imposées. L’entretien était enregistré afin de pouvoir le partager avec les trois autres membres de mon équipe, qui de leur côté ont fait pareil. Nous avions ensuite un devoir à rendre sur ces entretiens.

A présent, je dois apporter des solutions d’amélioration à cette leader. L’ennui, c’est qu’elle ne m’a pas semblé avoir de réels problèmes avec ses employés ni sur son travail en lui-même (du reste, nous n’avions aucune question qui allait creuser de ce côté-ci, évidemment !) Donc gros problème. Et je dois présenter un dossier multimédia où je m’exprime durant dix minutes ! C’est un cauchemar. D’autant plus que si mes textes sont plaisants à lire (dixit la prof) ici je dois m’exprimer par oral et sur tous mes devoirs elle m’a signalé que je ne savais pas faire de liens avec la théorie (faut que j’arrête de parler de mon chien). Bref, je ne suis pas plus motivée que ça. Il faut que je trouve quoi raconter à ma leader sur des thèmes bien précis selon des instructions reçues. Que je prépare une présentation powerpoint, que je parle dix minutes, que je fasse des liens avec la théorie (ce que visiblement je ne sais pas faire).

De plus, durant tout le semestre nous devions utiliser une application où nous mettions notre humeur et notre énergie. Un membre ne l’a jamais utilisé et les derniers temps je n’y avais plus accès. Il faut intégrer les bienfaits 🤮 de cette application dans la présentation. Moi je n’y ai vu qu’une contrainte donc ça va être difficile d’expliquer à ma leader d’intégrer quelque chose dans sa façon de travailler qui ne m’a pas convaincue (en plus elle lit mon blog 🤣).

Je n’ai pas aimé ce cours qui m’a stressée tout le semestre, le travail de groupe s’est très mal passé, les devoirs m’ont pris énormément de temps pour un résultat inversement proportionnel. Dimanche soir j’espère avoir mis le point final.

Et pour terminer en musique,  je vous propose Loose Tapestries avec Can’t wait for Christmas

Joyeux Noël

20181222_190142.jpg

J’espère que le Père Noël a été généreux envers vous et que vous passez d’agréables Fêtes. Même si c’est moi qui ai pris la photo, ce n’est pas chez moi…

Et pour terminer en musique je vous propose Oh Holy Night par Bastille

Semaine dernière

Petit retour sur la semaine dernière…

Un livre : je viens de termine Le Lambeau  de Philippe Lançon

Une musique/chanson : j’ai écouté quelques unes de mes 100 meilleures chansons selon Spotify. Ce n’est pas tout à fait exact mais la plupart me plaisent.

Un plat : j’ai acheté 800 grammes de saumon et j’en ai profité pour me faire un tartare. J’adore.

Une boisson : j’ai bu un excellent Gewürzraminer d’Alsace. Oh que c’est bon.

Une série : je regardé You’re the Worst. J’avais vu la dernière saison mais pas les premières. Il fallait les chercher sur le net et les pub m’énervaient donc j’avais laissé tomber. Et là c’est dispo sur Canal donc j’en profite.

Un film/documentaire : K.O. avec Laurent Laffitte. Type odieux dans ce film qui se fait tirer dessus. Lorsqu’il reprend connaissance à l’hôpital, il n’est plus cet homme puissant et méprisant mais un simple employé entouré de requins.

Une rencontre : D & O avec qui j’ai mangé la fondue vendredi soir. Passé une excellente soirée.

Une image : regarder mon chien qui dort quand il tire la langue. Je fonds…

Une envie : d’aller à Londres.

Une occupation : plancher sur mon dossier de statistiques. Il est posté, on n’en parle plus…jusqu’à mon examen oral.

Et pour terminer en musique je vous propose Kim Wilde avec 1969