Quelle est la source ?

Chaque fois que je rends un devoir dans le cadre de mes études, je dois citer mes sources. Au début, c’était un exercice que je trouvais difficile. Les citer dans le texte, les mettre en bibliographie selon des normes strictes, tout ça me prenait un temps fou. Après quatre ans, c’est devenu une évidence. Cependant, sur ce blog, je ne cite pas toujours ou du moins, pas correctement, par fainéantise. C’est mal, je sais. Pourtant, j’ai quand même développé ce réflexe des sources et ça me rend pénible. Voici trois exemples pour illustrer mon propos :

J’étais sur Twitter et je clique sur un lien qui parle de psychologie. Je lis l’article que je trouve un peu étrange. Il est sympa mais me semble un peu léger, pas très étayé. Je regarde alors sur quel site je me trouve : je suis sur une adresse quelconque, qui ne cite rien, ce n’est donc pas très scientifique. Mon esprit critique fonctionne, je sais repérer les informations bidons ou incomplètes. OK, je pense que je me fais quand même avoir parfois, faut pas rêver.

Dernièrement, ma collègue me parle d’un mail qu’elle a reçu et qu’elle envoie à toutes ses copines parce que c’est « trop bien ».  Elle m’explique de quoi il s’agit. Et la chieuse que je suis de lui répondre : « Heu, tu as une référence qui appuie ce texte ? » Elle me répond que non, qu’elle ne voit pas où est le problème. Ben justement, c’est du vent, basé sur aucune preuve. Je lui indique alors qu’en faisant suivre ce genre de message elle propage de fausses informations. « Bah, je m’en fous, ce texte est trop bien ! » Les fake news ont de beaux jours devant elles.

Une copine me parle d’un message qu’elle a reçu sur WhatsApp, qui est plutôt du genre « en chaîne », à faire suivre à toutes ses amies. Ce qu’elle n’a pas fait car ce genre de truc l’énerve et qu’elle ne voyait pas de référence donc elle ne voulait surtout pas se lancer bêtement. On discute alors de ce fameux message qui indique, en gros, qu’un professeur de l’université X (on n’a pas le nom du prof), donnait une conférence (pas de date, ni de lieu, ni de thème) et racontait que…. Elle trouvait louche qu’aucune de ces informations essentielles pour vérifier la véracité du discours n’apparaisse. Peut-être que c’est vrai, mais peut-être pas ou à nuancer. On n’en sait rien puisqu’on n’a aucune source à consulter. Mais comme il s’agissait d’un message qui disait du bien des femmes par rapport aux hommes, plein de personnes, comme l’aurait sans doute fait ma collègue, s’empressent de continuer la chaîne parce que « ce texte est trop bien ! »

Trop bien ces manipulations d’opinions qui appuient sur la corde sensible…

Et pour terminer en musique, je vous propose Novaa avec Club paradise

Publicités

9 thoughts on “Quelle est la source ?

  1. Je me suis faite avoir il y a longtemps, mais je crois que je suis plus attentive aussi, maintenant qu’il est avéré que qui que ce soit peut se faire avoir. Si vraiment ce qui est écrit m’interpelle, je prends la peine de chercher plus loin que le simple article

  2. Quand j’ai commencé ma carrière académique, je me suis fait salement avoir par un connard qui a détruit un an de mon boulot (sans parler de ma réputation) parce qu’il ne m’a pas citée. Depuis, je peux te dire que je fais attention à ce genre de chose, tout le temps et partout 🙂

      • Dans ce cas-là, il m’a volé mon idée, je ne pouvais plus écrire le bouquin que je voulais écrire parce qu’il l’avait fait sous son nom au lieu de dire que c’était mon idée.

  3. C’est très vrai ce que tu dis 🙂
    Les chaînes et autres mails bidons-bizarres-sans fondement, ça fait longtemps que je ne les lis même plus, direct à la poubelle 😀

    • Je crois que ce qui me dérange surtout, c’est qu’avant mes études je faisais suivre et que j’étais persuadée que tout ce que je lisais était fondé. A présent j’aimerais « éclairer » mon entourage mais je me fais vite rembarrer parce que je passe pour une chiante qui se croit supérieure 😫

  4. Je suis pareille pour les sources. De temps en temps, je reçois un message Whatsapp qui informe de prétendues « pommes empoisonnées » ou d’une nouvelle « technique-pour-enlever-les-enfants-faites-attention ». Quand c’est possible, je fais une petite recherche pour envoyer la référence d’une source à peu près fiable qui précise que c’est un hoax à la personne qui me l’a envoyé.

    C’est clair que tout le monde n’apprécie pas forcément… mais si le message passe au moins auprès de quelques personnes, c’est déjà ça de gagné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s