Apprendre à me taire

Je crois en avoir déjà parlé ici mais je ne suis plus si sûre et je n’ai pas envie de chercher. J’habite un joli petit quartier à la campagne. Nous sommes quatre immeubles pour un total de 21 appartements. C’est calme, on s’entend bien entre voisins. Le seul hic vient de notre administrateur. Nous n’en sommes pas satisfaits.

Il y a quelques années, un copropriétaire a proposé une liste de potentiels remplaçants mais il n’a reçu qu’une ou deux réponses des habitants. Il a laissé tomber. Pour lui, c’est un sujet clos. Il ne faut plus rien lui demander. Il y a trois ans, j’ai recruté un propriétaire par immeuble pour discuter de ce changement d’administrateur. Nous nous sommes retrouvés plusieurs fois avec au final, une liste de trois candidats possibles. Au moment de trancher, une personne a décrété que c’était dommage de changer. Un autre a suivi. J’ai laissé tomber. Il ne fallait plus rien me demander.

L’année dernière, en discutant avec les gens de mon immeuble (qui ne viennent jamais aux assemblées générales, je suis généralement la seule représentante), j’ai constaté qu’aucun n’était satisfait de notre administrateur. J’avais donc un nouvel angle pour aborder le sujet : et si seul mon immeuble s’en allait ? Cette année est enfin la bonne puisque nous avons changé d’administrateur, les trois autres immeubles restent avec l’autre.

Lors d’une de mes séances avec ma psy, je lui ai raconté en gros que j’en avais marre d’être la seule à l’ouvrir sur ce sujet car ça me stresse énormément. Je ne veux pas de responsabilités particulières en-dehors de mon travail. Je suis une grosse angoissée, je n’ai pas besoin de me mettre une pression supplémentaire, j’ai déjà assez de choses à gérer mentalement. J’avais donc comme objectif de rester en retrait lors de notre assemblée générale fixée avec notre nouvel administrateur. Le problème c’est que j’ai un cerveau qui travail beaucoup trop. Je pense à vingt mille choses auxquelles les autres n’ont pas songé. Du coup, si l’on veut obtenir des réponses, il faut bien poser les questions.

Allez savoir comment, j’ai l’impression d’être devenue la porte parole de la copropriété. Je dois courir après mes voisins pour obtenir leur signature pour des papiers, écrire à ceux qui vivent à l’étranger pour qu’ils me signent une procuration, tout ça parce que je vais aller à la banque avec notre administrateur pour débuter la nouvelle gestion de notre immeuble. Lundi prochain j’ai à nouveau un entretien avec ma psy, ça va être sympa de lui expliquer à quel point j’ai bien géré mon objectif 🤦🏽‍♀️.

Et pour terminer en musique, je vous propose Florent Pagny avec Rafale de vent

4 réponses sur « Apprendre à me taire »

  1. Mais c’est génial que tu arrives à faire ça ! Moi c’est le genre de trucs qui me stressent horriblement, je déteste tout ce qui est plus ou moins « administratif ».

    1. L’administratif ne me fait pas peur mais je ne voulais pas de responsabilités. Or, hier, j’ai dû aller sonner chez mes voisins pour récolter leur signature pour le document à remettre à la banque. Ça m’agace, je veux être comme eux, ne rien faire et laisser les autres s’occuper des choses importantes.

Les commentaires sont fermés.