Cobayes

Mon niveau de patience est proche du néant. Dès qu’on m’adresse la parole, je réfléchis à comment faire taire la personne. On me pose une question sur WhatsApp, Skype ou autre ? Fichez-moi la paix, laissez-moi en compagnie de ma mauvaise humeur. Et tout d’un coup j’ai pensé : « Mais comment vais-je faire demain soir si je ne supporte rien ? » Parce que j’ai mes entretiens psychologiques pour les cours où j’ai une patiente, mais j’ai également des entretiens à côté, avec ma « cobaye » actuelle. Et je réalise que dans ces circonstances, ça change tout.

En effet, lorsque je suis face à mes patientes, mon stress se transforme. Je passe de « je suis nulle », « je n’y arriverai jamais », « tout m’énerve » à « comment faire pour aider au mieux cette personne ? » Bien entendu, je suis stressée car je dois me concentrer sur ce que me dit la personne, réfléchir à ce que cela implique, comment orienter la conversation, faire attention à ne pas apporter mes soucis, rester neutre, ressentir de l’empathie et le montrer, penser aux théories apprises et tenter de les mettre en pratique, observer le langage non verbal, etc. Je ressors épuisée de ces entretiens, mais quel pied !

Durant ces quarante-cinq minutes, j’oublie qui je suis. Je suis à l’écoute d’une autre personne qui vient avec ses propres problèmes. Je l’accompagne dans ses réflexions, je lui montre ses divergences lorsqu’il y en a, je l’aide à prendre conscience de ses nombreuses ressources. Ça ne m’empêche pas de douter énormément de moi et pourtant, je constate que mes patientes progressent dans leurs objectifs, je les vois sourire, être fières d’elles. Peut-être que je suis quand même un peu compétente, que j’y arrive gentiment et qu’au final, j’ai trouvé quelque chose qui ne m’énerve pas, loin de là.

Il ne me reste « plus qu’à » oser chercher de nouveaux « cobayes »…

Et pour terminer en musique, je vous propose Sfven avec Paranoid

Publicités

4 thoughts on “Cobayes

  1. On donne tout, durant les entretiens. Après une journée chargée j’ai besoin de ma bulle, je supporte souvent plus qu’on me parle ou pose des questions…c’est aussi pour être plus dispo pour ma famille que je n’exerce qu’à 75 %. Donc normal ce que tu ressens. Et le stress aussi. La confiance va venir peu à peu au fur et à mesure que tu sentiras que tu aides les gens. Gros bisous !

    • J’ai un bachelor en psychologie et un gros semestre de master alors j’espère quand même avoir appris quelques techniques pour aider les gens à voir les choses différemment. Mais je me trouve encore « nulle » (j’ai pas le droit de me qualifier de la sorte, je dois rester positive 😇).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s