Journal n°3 d’une joggeuse débutante

Mardi, en rentrant du travail, j’étais d’humeur morose. Pas d’énergie, envie de taper tout le monde et me vautrer sur mon canapé à pleurer sur ma vie sans intérêt. Il y avait toujours la bise, encore plus forte que ce week-end. Pas de motivation pour aller courir. Et pourtant, je me suis dit que ça me serait sans doute bien plus profitable que de me lamenter dans mon salon. Alors je me suis préparée et je suis sortie. Le programme de cette semaine me fait courir durant treize minutes à différentes vitesses. J’étais super contente d’y parvenir. L’avantage avec la bise, c’est qu’il ne fait pas chaud. Le désavantage, quand on lui fait face, c’est difficile à avancer ! Je n’ai donc pas totalement respecté la cadence suggérée mais je me suis quand même fait plaisir. Bien mieux qu’une soirée complète sur mon canapé !

Jeudi, je n’ai quasiment rien fait de ma journée au boulot et en plus, je n’avais personne avec qui papoter. Me bouger un peu en rentrant ne pouvait que me faire du bien. La bise est enfin tombée, il fait beau et chaud. Je me suis trompée en lançant le programme d’entraînement. Je ne m’en suis rendu compte qu’après cinq minutes, quand la voix, différente de l’habituelle, m’a dit que j’avançais à la vitesse d’un hippopotame. Ça m’a bien fait rire, mais j’ai quand même dû redémarrer le bon programme, ce qui a décalé mon parcours. Je termine par deux minutes de course et quand la voix m’annonce que c’est terminé, j’arrive au début d’une bonne pente. Cette fois-ci, j’ai effectué les deux minutes de course dans la montée. Je n’en pouvais plus et pourtant j’ai tenté de garder le rythme. Une fois la descente qui suit, amorcée en marchant, j’ai commencé à me sentir mal. Et du coup, panique. C’est franchement fatigant d’être moi parfois. J’ai serré les poings, histoire de faire circuler mon sang est c’est passé. Si je me trompe à nouveau dans mon programme, je saurai qu’il faut que je change de trajet pour éviter de terminer par la montée.

Samedi matin, à 9h30, je suis partie courir, super motivée. Je constate que débuter au ralenti, c’est épuisant. J’ai l’impression d’avoir du plomb dans les jambes et d’être incapable de respirer convenablement. En revanche, lorsque je cours d’un bon pas, ma respiration est bien plus régulière. Séance sans difficultés particulières, température agréable 12,6°. Troisième semaine de terminée. Comme je suis toujours motivée, je me suis fait un cadeau : je suis allée dans un magasin de sport demander conseils pour une nouvelle paire de baskets puisque c’est important de courir dans de bonnes chaussures. J’ai eu de la chance. Non seulement il y avait une action intéressante (ce que je n’ai découvert qu’une fois à la caisse) mais en plus j’avais un rabais de 10% et le monsieur qui m’a conseillée était charmant. Je me réjouis de tester mes nouvelles baskets lors de mon prochain entraînement.

20190518_133031.jpg

Et pour terminer en musique, je vous propose Gryffin feat. Aloe Blacc avec Hurt People

Publicités

4 thoughts on “Journal n°3 d’une joggeuse débutante

    • L’avantage quand on s’engage publiquement, c’est que c’est plus difficile d’abandonner. Donc tant que je n’arrive pas à courir mes 5 km sans m’arrêter, je ne peux pas lâcher 😄

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s