Archive | juin 2019

Glasto

20190628_174925.jpg

Je prends mon ordinateur tous les jours au boulot, ou du moins quand j’y pense, et je me connecte sur un réseau public, ce qui m’a décidé à investir dans un VPN. Vendredi, alors que je voulais regarder ma série du moment, l’application m’annonce qu’elle n’est pas disponible dans ce pays. Je ne sais pas où mon VPN était connecté mais du coup, j’ai réalisé que si je voulais augmenter le catalogue des séries disponibles, il fallait que je choisisse les USA ou UK qui sont bien plus riches en choix que la Suisse, bien mal lotie.

Ce week-end a lieu le festival de Glastonbury. Je regarde généralement quelques concerts diffusés sur la BBC, à défaut de pouvoir être sur place. D’autant plus si Muse, Bastille, Kasabian, Nothing but Thieves ou Franz Ferdinand y participe. Cette année, c’est le cas de Bastille, qui jouait ce vendredi sur la scène principale. Je consulte le programme de la BBC et constate que le groupe passe trop tôt dans la journée, il ne sera pas diffusé à la télé. En revanche, sur le site internet de la chaîne, on retrouve quasi tous les concerts en direct. Mais voilà, ce n’est accessible qu’aux personnes habitant en Grande-Bretagne.

J’ai triché, j’ai utilisé mon VPN…

Et pour terminer en musique, je vous propose Bastille avec Nocturnal Creatures

Ma Chouchou

Ma Chouchou m’a fait des frayeurs ces derniers jours. Elle était complètement constipée.

C’est déjà arrivé une fois et j’étais allée chez le vétérinaire. Il avait conclu qu’elle souffrait de constipation chronique et qu’elle devait prendre à vie des croquettes spéciales.

20190202_213126.jpg

Après avoir réglé le problème, je l’ai nourrie avec ces fameuses croquettes qui coûtent un rein. Une fois le paquet terminé, j’ai tenté de lui donner d’autres croquettes. Pas une bonne idée. J’ai vendu mon deuxième rein et j’ai racheté la bouffe hyper chère.

20190408_203624.jpg

A côté, je lui offre des friandises, à petites doses pour ne pas provoquer de nouvelle constipation. J’ai changé les friandises parce que le jour où j’ai fait les courses il n’y avait plus de stock : constipation carabinée. J’avais beau lui masser le ventre, elle allait ensuite vers sa caisse mais il ne se passait rien. Elle acceptait encore ses friandises (j’ai à nouveau trouvé les anciennes) mais rien d’autre. Je suis finalement passée chez le vétérinaire pour prendre du laxatif. J’ai horreur de ce produit et Chouchou également : il pue et est extrêmement collant. Une plaie. J’ai trouvé la solution pour badigeonner mon chat avec. Je mets du produit sur le bouchon en faisant très attention à ce que ça ne coule pas (c’est vraiment très très très collant et donc pénible à nettoyer) et j’ai frotté le bouchon sur la patte du chat. Les chats détestent être sales et se nettoient très vite en se léchant.

En rentrant le soir, j’ai trouvé d’énormes crottes dans la caisse. Ma Chouchou se porte mieux !

Et pour terminer en musique, je vous propose Mumford & Sons avec Delta

Placebo ou scientifiquement prouvé ?

En psychologie, on nous rappelle régulièrement que les théories enseignées sont prouvées scientifiquement. C’est-à-dire que l’expérience qui a confirmé la validité d’une théorie peut être être reproduite n’importe où dans le monde, dans les mêmes conditions, et va donner les mêmes résultats. Quelques biais sont apparus et de nouvelles  normes ont été mises en place pour éviter que cela se reproduise.

Dans mon cours cette année, on a étudié l’effet (ou non) des anti-dépresseurs et des benzodiazépines. Nous avons également parlé de l’homéopathie dont les effets n’ont pas pu être prouvés scientifiquement. Ca ne veut pas dire qu’il n’y en a pas, mais on ne peut prouver qu’il y en a. Si vous vous soignez grâce à l’homéopathie et que vous trouvez que c’est efficace, il est possible qu’il s’agisse en fait d’un effet placebo. Parce que nous avons également étudié l’effet placebo et c’est assez incroyable. La croyance que l’on porte à un comprimé ou un concept va influencer l’effet de ce dernier.

Parlons de ce régime miracle dont tout le monde ne dit que du bien. Il a un effet miraculeux ! Toutes les copines le confirment, c’est incroyable. Pourtant, tante Agathe n’en démord pas, ce régime est nul, elle n’a pas perdu le moindre gramme après six mois d’efforts. Il y a de fortes probabilités qu’il s’agisse ici d’un effet placebo qui fonctionne super bien chez les copines mais pas chez tante Agathe. Et je pense au « fasting » qui était cité dans mon cours comme non prouvé scientifiquement. J’ai une copine qui n’en dit que du bien. C’est sa santé, ça la regarde. Mais comme je suis curieuse, je suis allée jeter un oeil sur ce qu’en disait Wikipedia.

Le fasting, donc, est un jeûne intermittent. Dans les recommandations, on peut lire que la revue Prescrire ne recommande pas le jeûne comme méthode d’amaigrissement. Et la phrase d’après, toujours dans l’article de Wikipedia, indique « Depuis, des études ont montré une perte de poids significative chez l’humain ».

Tout d’abord, il y a « ne recommande pas ». Ça ne veut pas dire que la personne ne va pas maigrir mais que cette façon de procéder n’est pas ce qu’il y a de plus sain. Ensuite, « des études ont montré ». Quelles études ? Il n’y a aucune référence. Et comme je l’expliquais juste avant, la revue ne dit pas le contraire, elle précise que ce n’est pas recommandé. J’ai cherché, en vitesse, du côté des articles scientifiques. Je n’ai rien trouvé de concluant. Il y a des « mais » un peu partout. (Betty si tu me lis : 😘).

J’aime beaucoup l’effet placebo qui fonctionne également chez moi pour certaines choses, j’en suis consciente et ça ne me dérange pas outre mesure. En revanche, je sais que ce qui fonctionne chez moi, ne va pas forcément avoir de l’effet chez quelqu’un d’autre. Je respecte quelqu’un qui vient me dire que la pilule Miracle bleu lui apporte un bien-être jamais éprouvé auparavant. Chacun a ses placebos. Mais qu’on arrête de me dire que tel truc est trop génial parce que Tartempion a pondu un livre sur le sujet. Moi aussi je peux affirmer en trois cents pages que le Sugus vert me calme alors que le Sugus jaune facilite mon endormissement et que le Sugus rouge me fait maigrir. Ce n’est pas pour autant que c’est prouvé scientifiquement. Et, cadeau bonus pour toi mon lecteur préféré, je ne recommande pas le Sugus orange pour trouver l’âme soeur.

Et pour terminer en musique, je vous propose Love Fame Tragedy avec My Cheating Heart

 

Récupération toute en douceur

20190622_082606

Mon stress commence enfin à redescendre. Malheureusement, ça n’est pas comme un bouton on/off, il faut du temps. En plus, j’attends encore les résultats donc je ne suis pas pleinement sereine.

Je lis, sans aucun remords. Pas de cours à étudier, je peux lire en toute quiétude. Et je sors, un peu. Je suis allée boire un verre avec une amie. Ce jour-là, la pluie était annoncée. Nous avons eu de la chance, nous avons pu profiter de la terrasse durant la soirée et c’était très agréable, même si vers 22h30 il commençait à faire frais.

20190621_194128

Un autre soir, je suis allée au resto avec des copains. Là aussi, c’était sympa. Le cadre est agréable et nous avons passé une bonne soirée, alors que le ciel se déchaînait à l’extérieur et qu’il tombait des trombes d’eau. Heureusement pour nous, il a cessé de pleuvoir quand nous avons décidé de partir.

20190621_195032

J’ai passé mon samedi à dormir : une horreur. Je me suis endormie le matin sur mon canapé, j’ai fait une sieste de 2h30 l’après-midi, je me suis à nouveau endormie sur mon canapé en fin de journée et à 22h j’étais au lit. Je crois que j’étais fatiguée ! Le noeud dans mon dos n’est pas encore parti, même s’il est nettement moins douloureux.

Je revis, je suis tranquille jusqu’à mi-août. Mon mémoire n’a pas avancé d’un chouïa, je manque totalement de motivation. J’essaie pourtant de lire quelques articles pour trouver la direction à donner à mon travail. J’observe la motivation sur les études à distance ! L’avantage, c’est que je comprends bien d’où me vient ma démotivation 😄. Dans un autre sens, je sais également comment booster cette satanée motivation. Mais pour l’instant, je suis fatiguée…

Et pour terminer en musique, je vous propose Nasser avec Can’t get out

Les p’tits souvenirs

Les questions viennent de chez Dr Caso : https://cestpasmoijeljure.com/2019/06/23/les-ptits-souvenirs-du-dimanche-soir-42/

Est-ce que vous vous êtes déjà battu pour une cause importante?
Non, pas d’après mes souvenirs. Je n’ai pas l’âme d’une militante.

Quelles odeurs aimez-vous particulièrement?
L’odeur de mes animaux (sauf quand le chien vient de se rouler dans une crotte), la menthe poivrée ou citronnée, la lavande, certaines de mes huiles essentielles, les produits « verveine agrumes » de chez l’Occitane, certains parfums mais pas sur moi; je les spraye dans mon appartement.

Qu’est-ce que vous avez admiré cette semaine?
Les couleurs des champs derrière chez moi, le Mont-Blanc qui se détache du reste en soirée, les fleurs qui poussent un peu partout.

Comment avez-vous obtenu votre premier job?
Par ma maman. Je suis allée travailler dans la banque où elle était.

Quand vous étiez jeune, qu’est-ce que vous aviez vraiment envie de faire mais vos parents vous l’interdisaient?
Mes parents ne m’interdisaient pas grand chose mais ma maman jouait toujours sur la culpabilité. Encore aujourd’hui, il m’arrive de penser « ah, c’est mal de faire ça » et ça m’agace. En revanche, elle a compris que me faire sentir coupable de fonctionnait plus avec elle. Du coup, elle ne me demande plus rien, elle a enfin pris ma soeur pour cible.

Est-ce que vous avez toujours aimé vos noms et prénoms ou est-ce que vous auriez préféré en changer?
Je déteste mon nom de famille et l’ai toujours détesté. J’étais pressée de me marier pour en changer. Aujourd’hui tous mes cousins et cousines et ma soeur sont mariés…sauf moi. Je vis un cauchemar 😅. Mon prénom était parfois difficile à porter étant jeune à cause d’un président français qui avait le même. A présent, il me plaît bien.

Et pour terminer en musique, je vous propose Talking Heads avec Road to Nowhere

Journal n°8 d’une joggeuse débutante

Voilà ma huitième semaine d’entraînement et je pense, mon dernier journal. Normalement, à présent, j’ai acquis une nouvelle habitude puisque j’ai passé le cap des huit semaines. Mon objectif était de parvenir à courir 5km. J’y arrive déjà, même si je ne cours pas vite. Il me faut 47 minutes et mon programme devrait m’aider à arriver à les parcourir en 35 minutes. J’ai encore un peu de progrès à faire…

Mardi, 19h15, 29°. Il fait chaud mais je profite de courir pendant que le soleil est caché par les nuages. L’entraînement de la semaine me semble un peu simple : 30 minutes de courses avec 6 minutes à un bon rythme puis 4 minutes en mode escargot, 4 minutes plus rapide, 2 minutes escargot, 2 minutes encore plus vite, 1 minute escargot et enfin une minute encore plus vite à 6min/km. J’ai souffert parce qu’il a fait chaud et que les périodes rapides, je les faisais à 5,5min/km. L’avantage, c’est que je souffre nettement moins de la chaleur depuis que je transpire comme une bête sous l’effort. Normalement, avec ces températures, je ne descends plus à la gare à pieds depuis le travail. J’arrive en nage et il me faut les 40minutes de train pour retrouver une température correcte et un souffle plus ou moins agréable. A présent, rien. J’ai un peu chaud, c’est tout. Je suis tellement contente de constater que la course m’aide à bien des égards.

Vendredi, 8h05, 17°. J’ai souffert… Quand, à mi-parcours, le programme m’annonce que je dois ralentir le rythme durant deux minutes, je me suis demandée si m’allonger sur le bas côté et faire une sieste pouvait être un synonyme de « ralentir le rythme ». J’ai couru mes trente minutes, j’ai amélioré mon rythme mais je suis ko. Moi qui avais l’habitude de dire que je ne transpirais jamais, je sue non stop. Mon moment préféré dans le jogging ? La douche qui suit !

Dimanche, 7h30, 17°. J’ai eu de la peine. L’avantage, c’est qu’à cette heure, personne ne me voit me battre pour ma survie 😂. Des amis m’ont assurée que c’était normal d’avoir des périodes plus difficiles et que bientôt, je trouverai que courir 30 minutes est facile.

Mon entraînement est terminé, à présent de dois améliorer mon temps pour parvenir à faire 5km en 35 minutes. Ce n’est pas maintenant que je vais progresser, les canicules débutent. Cependant, je vais essayer de continuer à courir 30 minutes tard le soir, lentement, mais courir quand même pour ne pas régresser…

Et pour terminer en musique, je vous propose Bon Jovi avec Keep the faith. Oh, que j’aime cette chanson.

Joyeux Orangs-Outans

Mon neveu est un très gros consommateur de Nutella. Seulement voilà, ma soeur vient de décider qu’il était désormais interdit à ce produit de franchir le pas de sa maison. Quand je lui demande la raison, elle m’explique avoir vu un reportage sur la culture de l’huile de palme et de ses désastreuses conséquences, entre autres, la destruction de l’habitat des orangs-outans. Elle a trouvé ça triste. Je lui fait alors remarquer que cette huile se trouve dans beaucoup de choses que l’on consomme, qu’il faut absolument regarder les étiquettes et bannir ce produit de chez nous. Non, elle estime qu’interdir le Nutella, c’est suffisant. Il revient donc à mon neveu de faire un effort.20190622_172736.jpg

Je raconte cette histoire à une copine qui me parle de pâte à tartiner sans huile de palme. Elle n’achète que ce produit pour ses enfants qui l’adore. C’est pourquoi, lorsque je suis allée faire les courses vendredi, j’ai cherché le « pot verre » qui remplace avantageusement l’affreux Nutella, dans l’idée de l’apporter à mon neveu. Mais avant, je veux quand même goûter, histoire de ne pas lui fourguer un truc immonde.

Je vais garder le pot, c’est délicieux, merci. Mon neveu peut continuer à faire la diète de la pâte au chocolat, pour le bien-être des gentils petits orangs-outans qui le remercient.

Et pour terminer en musique, je vous propose Kianja avec A just love

C’est quand qu’on mange ?

Je ne sais pas ce qui m’arrive, mais j’ai faim en permanence. Normalement, je mange la moitié de mon pot de yogourt le matin et plus tard, j’enchaîne avec une à deux barres de chocolat (trois en période d’examens). Ces temps, ce n’est clairement pas suffisant.

20190619_100308.jpg

A midi, je peux dévorer une bonne salade ou une tranche de poulet avec des pâtes et de la sauce. Je n’ai jamais été une grande mangeuse. Mais là aussi, ce n’est plus suffisant. Vendredi passé, chez ma maman, j’ai mangé comme un goret à midi. Je me suis dit que de toute façon, j’irai courir le dimanche et me débarrasser des calories ainsi amassées. Il est vrai que la balance est super sympa avec moi. Le lendemain d’un gros festin elle me dit de faire attention mais deux-trois jours après, elle est de retour à la normale. Ce n’est pas pour autant que je vais m’empiffrer de chocolat, biscuits, chips et autres. Non, mon corps me réclame de la bonne nourriture ! Je louche vers le chocolat et je sens mon corps se crisper : non, il veut quelque chose de plus sain. Quelle poisse. J’ai une bonne grosse salade qui m’attend à midi avec concombres, radis, tomates et cervelas. Je doute que cela suffise. Il va falloir que je me remette à cuisiner un minimum et je déteste ça. Je dois réfléchir à trois repas équilibrés : samedi/dimanche, lundi/mardi et mercredi/jeudi pour savoir quoi acheter vendredi lorsque j’irai faire mes courses. Mais pour vendredi, je sais déjà ce que je vais manger : sushis 😍.

Et pour terminer en musique, je vous propose Simon & Garfunkel avec Sound of Silence

Monde d’assistés

Durant ma pause de midi, j’avance tranquillement dans mon livre audio. Il est l’heure de reprendre le travail, j’arrête la lecture. Quelle n’est pas ma surprise de voir apparaître un message qui me félicite. J’ai « gagné » un badge parce que j’ai écouté au moins 1 heure durant ma pause déjeuner. Et j’ai un bouton qui me propose de l’annoncer ! Je regarde ce que c’est que cette nouvelle merdouille qui me pollue. Je constate que j’ai déjà gagné un autre badge « feuilleteur » qui m’annonce que j’ai de bonnes habitudes et qu’il faut que je continue ainsi; j’ai écouté des livres audio pendant au moins 7 jours d’affilée. Tous les autres sont encore grisés mais je peux devenir « oiseau de nuit » en lisant la nuit, « grignoteur » en lisant plusieurs livres audios en même temps, « guerrier du dimanche » si je les écoute le week-end ou encore « sténographe » si je prends des notes. Je me contrefous de ces badges : j’écoute un livre audio si je veux et quand je veux. Je ne vais quand même pas commencer à planifier mes écoutes en fonction des badges que je pourrais glâner. Ma collègue me fait remarquer qu’on est de retour en petite enfance : des gommettes pour nous féliciter et on peut même les publier pour montrer à tout le monde à quel point nous sommes des gens biens.

Pour le jogging, mon application m’annonce que j’ai deux défis en cours. Etrange, je ne m’en étais pas rendu compte. Moi qui pensais courir pour mon simple plaisir. Même si j’ai bien fixé un objectif de 5km pour obtenir un entraînement plus ou moins adapté, je ne savais pas que cela était un défi. Et l’autre m’annonce que je suis mise au défi de courir 5km par semaine pendant le mois de juin. Ouééé j’ai déjà 75% d’atteint 🤪.

Du coup, je vais sur l’autre application de course pour voir ce qu’elle me raconte, puisqu’en général je ne regarde que ce qui m’intéresse. Je constate que j’ai battu de 21 minutes mon objectif de durée d’activité d’hier et ça me dit « beau travail ». De un, je n’ai fixé aucun objectif et de 2, je n’ai pas besoin que mon téléphone me félicite.

J’en viens à me poser une question : si toutes les applications se sentent obligées de nous féliciter pour « rien », c’est qu’il y a sans doute une demande. Ce qui vient à dire que les gens ne sont plus capables de trouver les ressources pour se motiver eux-mêmes. Je vais regarder le bon côté des choses : j’ai plein de travail qui m’attend en tant que future psychologue 😁.

Et pour terminer en musique, je vous propose Lighthouse Family avec Light on

Lectures 18, 19, 20 & 21

20190519_185200

Voilà le livre que je devais lire ce mois pour mon club de lecture : René Prêtre Et au centre bat le coeur. L’auteur a été élu personnalité suisse en 2009. Il est spécialisé dans la chirurgie cardiaque chez les enfants. Dans ce livre, il raconte son parcours, détaille certaines opérations et son ressenti. Chaque chapître concerne une histoire entre-coupée de précisions scientifiques ou de retours sur le passé du chirurgien. Au début du livre, j’ai trouvé ces retours énervants, puis je m’y suis habituée ou alors ils ont un peu changé et restaient concentrés sur l’histoire en cours. A la fin, je ressentais à nouveau de l’énervement pour ces coupures. Concernant le tout, on en apprend beaucoup sur le coeur, sur ce travail minutieux qu’effectuent les chirurgiens qui se chargent de le réparer et sur le stress qu’ils doivent ressentir. J’ai eu l’occasion de croiser ce monsieur et les signes de grande fatigue sur son visage m’ont marquée. A présent je comprends mieux pourquoi.

20190606_193710

Je trouve le livre de Bret Easton Ellis, White, dans l’ensemble intéressant. Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit mais je n’ai pas pour autant de réaction épidermique. Mais de quoi parle-t-il ? De grandir dans les années 70 à Los Angeles, de ses années à New York alors qu’il était souvent sous l’effet de la drogue ou de l’alcool voire des deux, de la jeunesse actuelle et du monde bienpensant dans lequel on vit. Par moment, je retrouvais le discours de Ricky Gervais qui dit que l’on a plus le droit de critiquer quoi que ce soit sans tout de suite avoir la ligue de la bienpensance sur le dos. Un long chapitre sur la critique du film Moonlight m’a ennuyée mais pour ce qui est du reste, et surtout la fin qui décrit le monde du spectacle ou les réseaux sociaux depuis 2016 est assez criant de vérité. J’hésite à plonger dans un vieux roman de l’auteur American Psycho parce que j’ai peur de le trouver un peu trop violent. On verra…

Psycopath_Test1-646x1024

J’ai dévoré ce bouquin de Jon Ronson The Psychopath test. Je ne connaissais pas ce journaliste dont le show a été mentionné par un artiste que j’aime bien sur son fil Twitter. Je suis curieuse, je fouine. J’ai débuté par son podcast The Butterfly effect que j’ai trouvé excellent. Il s’agit d’une plongée dans le monde de la pornographie et de ses effets sur des gens disséminés dans le monde entier. Je n’ai pas encore écouté la suite The Last Days of August mais c’est sur ma liste. Entre-temps, j’ai opté pour ce livre qui nous explique ce qu’est un psychopathe. Cela commence par une petite enquête qui mène le journaliste vers un homme étrange dont la folie a eu des répercussions sur plusieurs chercheurs en Australie, Angleterre ou Etats-Unis. Il se demande comment fonctionnent les psychopathes. Il se retrouve alors dans un hôpital psychiatrique face à un patient qui prétend être sain d’esprit mais a fait croire à la folie pour échapper à la prison. L’enquête débute et est passionnante. Après avoir parlé des dangereux psychopathes, il s’intéresse à ceux qui ne tuent pas, mais provoquent d’autres gros dégâts : ceux qui obtiennent les plus hautes places dans les entreprises ou en politique. Passionnant.

81h2gWPTYJL._AC_UL436_

J’ai lu le livre de Michelle Obama Becoming avec les oreilles. J’ai testé le livre audio et c’est Michelle elle-même qui m’a raconté son histoire durant plus de dix-neuf heures, le soir, dans le train, au boulot. Je trouvais cette femme intéressante avant, à présent je comprends pourquoi. Son parcours est intéressant et j’ai l’impression qu’elle est restée fidèle à elle-même. Ses centres d’intérêts alors qu’elle est jeune étudiante sont restés les mêmes et aujourd’hui elle a  les moyens de pouvoir mieux se faire entendre et défendre ses idées. Elle explique qu’elle n’aime pas la politique, même si elle émet 2-3 avis. Grâce à elle, on découvre ce qu’est la vie à la Maison Blanche, les galas politiques, les rencontres avec les grands de ce monde.