Tiens, je stresse un peu…

L’idée du jour je suis allée la prendre .

Le stress, qu’est-ce qu’il représente pour moi ? Une tension permanente dans mon dos, parfois des migraines, des maux d’estomac et un sommeil chaotique. Ça c’est pour le côté négatif. Parce qu’il existe un côté positif au stress et chez moi il me pousse à me documenter sans cesse pour ne pas être trop perdue face à mes cobayes, à bosser un minimum mes cours pour ne pas rendre une page blanche lors des examens. Et quand je dis que c’est un stress positif c’est que les informations rentrent dans mon cerveau assez vite et y restent ! Si le côté négatif prend le dessus, ce qui arrive parfois, mon niveau de concentration est proche de zéro et je ne retiens rien de ce que je tente d’apprendre. Pire, je mélange tout. Suis-je en accord avec ce que raconte le Guardian ?

Dans l’article, on lit qu’il existe deux facettes au stress et que la positive est liée à l’adrénaline ce qui va nous pousser à nous améliorer. Bon, plus bas, une mentor dans les relations de travail indique que sortir de sa zone de confort nous améliore. Heu…ça peut affoler la balance du stress négatif donc je ne suis pas sûre que juste conseiller aux gens de sortir de leur zone de confort soit très positif. La dame rajoute que des situations qui n’engendrent aucun risque fatal comme se présenter à un entretien pour un job ou parler en public est vivement encouragé pour booster notre stress positif. Bof.

Je déteste parler en public et pourtant, j’ai testé la chose de nombreuses fois. J’ai même tenté le théâtre ! Il y a bien une dose de stress positif, je vais tout faire pour ne pas me vautrer en public, mais il y a tellement de stress négatif à côté que je ne suis pas sûre que cela en vaille la peine. Mais évidemment que ce n’est pas si noir ou blanc. Mon exemple est simplement tiré de la remarque de la dame et comme elle, je n’ai pas nuancé mes propos. Parce que dans l’article il est bien précisé qu’il ne faut pas non plus croire que le bon stress domine toujours. Et là, un psychologue ? (je sais pas ce si un « lecturer in psychology » est un psy)  intervient et propose de modifier la détresse ressentie en quelque chose d’agréable en recadrant la situation et tenter d’y voir un défi positif. Et là on entre dans la gestion des émotions (j’ai adoré mes cours sur le sujet) : focaliser son attention sur le côté positif des événements, fuir des situations stressantes, se spécialiser dans la méditation, etc.

On ne le répètera jamais assez, le stress négatif est mauvais pour la santé : les gens tombent facilement malades. L’article mentionne une étude effectuée sur des femmes extrêmement stressées et il ressort que ces dernières ont leur ADN qui montre des signes de vieillissement d’au moins dix ans de plus que leur âge (et moi qui me trouvais déjà vieille, voilà que je viens de prendre dix ans de plus ! ⚰️).

Il faut apprendre à accepter ses émotions, positives comme négatives, prendre le temps de les observer comme la méditation en pleine conscience le conseille, ceci permet déjà de se calmer un peu, de ne plus lutter en permanence.

Comme pour tout, nous ne sommes pas tous égaux fasse au stress : notre environnement compte, notre ADN, ce qui s’est produit alors que nous n’étions encore qu’un foetus ou encore notre histoire de vie. Un des intervenants de l’article conclut : « Sans défi, l’ennui arrive. Une vie avec zéro stress n’est pas une vie digne d’être vécue ».

Et pour terminer en musique, je vous propose moi qui chante sous la douche Duffy avec Mercy

 

4 thoughts on “Tiens, je stresse un peu…

  1. Pour moi, ce qui est embêtant c’est que je vais beaucoup mieux quand je suis hyper stressée et débordée. Mais il faut que ça soit à cause de trucs que j’aime faire, qui me font plaisir, genre organiser un truc absolument énorme que j’ai moi-même choisi d’organiser. Alors là, le stress est super énergisant. Bien sûr, si le stress est dû à un truc qui me fait chier, genre j’ai 40 papiers d’étudiants à corriger en un weekend et 250 000 autres trucs administratifs urgents et chiants à faire en même temps, alors là, ça me plombe le moral et la santé. C’est pas pratique, parce que j’ai plus de trucs chiants à faire que de trucs passionnants, dans ma vie…

    • Tu as tout dit, un gros stress quand c’est pour atteindre un but plaisant n’a rien à voir avec celui harassant qu’il faut traîner pour atteindre un objectif sans intérêt. Et je suis dans une période où il faut que je retrouve quelque chose de plaisant à accomplir.

  2. Bon, je reviens lire ton article sur le stress, parce que hier j’étais un peu trop stressée pour le faire 😉
    C’est intéressant, cette notion de stress positif. Moi aussi j’ai tenté le théâtre il y a quelques années. C’était assez chouette comme expérience, même si je ne suis pas sûre non plus d’avoir ressenti plus de stress positif que négatif !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s