Renforcement

Il m’arrive un truc incroyable. Je peine à me motiver pour à peu près tout, sauf pour mon jogging. Lorsque j’ai réalisé cela, j’ai cherché à comprendre pourquoi, malgré mon envie de rester vautrée sur mon canapé toute la journée, j’arrivais à me lever, chausser mes baskets et sortir courir alors que je montrais une incapacité totale à me préparer un bon petit plat pour mon repas et me contentais de manger à la va-vite, pour ne citer qu’un exemple parmi tant d’autres.

Les premiers temps où je courrais, je rentrais épuisée, avec une forte envie d’aller dormir mais fière de moi parce que j’avais réussi à surmonter ma fainéantise. Les mois ont passé et à présent, je suis toujours fière de moi mais en plus, je ressens un bien-être à mon retour. Les douleurs qui m’accompagnent en permanence à cause du stress disparaissent durant quelques heures, mes pensées négatives se reposent, je suis bien. J’ai donc décidé de cultiver cet état-là.

A chaque retour de jogging, durant les 5-10 minutes qu’il me faut pour arrêter de transpirer non-stop, je prends le temps de me concentrer sur mon état : je me sens bien, je suis fière de moi. Je crée un automatisme : jogging -> bien-être, fierté. J’ai décidé d’appliquer cette méthode à mes études.

Je bosse très peu pour mes cours et ça ne m’empêche pas de réussir. Mais comme on me rappelle régulièrement que j’ai une excellente mémoire, je trouve dommage de la négliger comme je le fais. C’est pourquoi j’ai décidé de travailler régulièrement en me disant que je stresserai nettement moins, voire pas du tout, une fois le temps des examens arrivé. Voilà trois semaines que je m’y suis mise et même si parfois je peine à me motiver, je me rappelle qu’une fois mon objectif du jour atteint, je me sentirai bien et serai fière de moi et que tout ce que je fais aujourd’hui ne sera pas à faire demain. Et là encore, dès que mon travail est terminé, je crée mon automatisme: bosser les cours -> bien-être, fierté. Jusqu’à présent ça fonctionne bien. Du coup, j’ai rajouté une nouvelle tâche : le ménage.

Là, j’ai mis la barre très haut car s’il y a bien une chose que je déteste, c’est le ménage. Vous pouvez me mettre vingt mille produits de nettoyage devant les yeux, aucun ne m’attirera. Le ménage c’est une punition. Mon objectif est de me mettre aux tâches ménagères deux à trois fois par semaine durant une demie-heure à chaque séance. Et toujours avec la même rengaine une fois la tâche accomplie : me féliciter, admirer le travail et la propreté. Ménage -> bien-être, fierté.

Cela fait 9,5 mois que cela fonctionne pour le jogging. Je débute ma quatrième semaine de travail pour mes cours et la deuxième pour le ménage. Pourvu que ça dure même si j’avoue avoir très peur de ne pas tenir pour le ménage et me lasser pour les cours. C’est pourquoi je prends vraiment le temps de me féliciter en prenant le soin de ressentir cette joie et ce bien-être face au devoir accompli. C’est quand même idiot de suivre des études de psychologie et ne pas appliquer ce que j’apprends sur moi…

Et pour terminer en musique, je vous propose R3hab et Zayn avec Flames

4 thoughts on “Renforcement

  1. Waouh, eh ben… Félicitations ! C’est super, si ta méthode fonctionne. Il faudrait peut-être que j’essaie, moi j’ai un coup de mou en ce moment, je commence à paniquer, j’ai l’impression de ne pas avoir assez de temps pour finir mon mémoire, et en même temps je n’arrive pas à me concentrer dessus…

    • Le coup de mou est normal, nous sommes des humains. Quant à la panique, elle s’explique par le fait qu’il s’agit d’un gros projet et la peur de ne pas être à la hauteur. Pourtant, quand on en a parlé, j’ai senti que tu savais très bien ce que tu faisais, que ta prof était contente de ton travail et que le temps était suffisant. Tu es déjà passée par ce genre de périodes plus difficiles et pourtant tu as toujours repris pieds. Comment t’y es-tu prise pour surmonter ces autres phases négatives ?

  2. Le problème avec les gros projets, c’est que si on les regarde comme une montagne insurmontable, c’est la panique, gros stress, et on n’avance pas. Mais si on divise le gros projet en petits morceaux (dans mon cas : des chapitres) et qu’on prend le temps de savourer les petites victoires à la fin de chaque étape (dans mon cas, chaque chapitre! :lol:), ben là du coup le stress disparaît et la vie devient beaucoup plus agréable ! (soleil, coeurs, fleurs et p’tits oiseaux! ) 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s