Lectures 2020 : 7, 8 & 9

Unknown 12.09.40.jpeg

On Earth we’re briefly gorgeous de Ocean Vuong est le livre audio que j’ai écouté ces derniers jours. L’auteur se raconte à sa mère et retrace son histoire en sachant que sa mère ne lira jamais les lignes qu’il rédige. Il s’agit d’une autobiographie qui s’étend également à la vie de sa famille lorsque celle-ci vivait encore au Vietnam, durant la guerre qui a secoué ce pays. L’auteur a subit les sautes d’humeur de sa mère qui souffre de stress post-traumatique mêlé de schizophrénie. Certains passages sont assez durs. Le récit est intéressant mais la version audio, lue par l’auteur, est un cauchemar. Il narre d’une voit traînante qui m’a horripilée du début à la fin. J’ai plusieurs fois hésité à ne pas terminer ce livre mais l’histoire m’a retenue.

20200208_1209056116270678097661480.jpg

The Men who stare at goats est une enquête de Jon Ronson. Il existe un film du même titre qui reprend cette histoire abracadabrante concernant l’armée américaine. Cette dernière cherchait (cherche ?) à développer des supers pouvoirs tels que traverser les murs en ce concentrant très fort sur ses capacités, tuer des chèvres par la pensée, léviter, etc. afin de terrasser ses ennemis  J’ai bien ri par moments tout en me disant que ce n’était pas possible que de telles âneries soient véridiques. Tout n’est pas drôle, surtout quand ces nouvelles technologies sont testées sur des prisonniers. Je l’ai déjà dit, j’aime ce qu’écrit Jon Ronson, ce livre y compris.

20200212_2147005540448046933591761.jpg

Career of Evil de Robert Galbraith est le troisième volet des aventures de Cormoran Strike et de son associée Robin. Cette fois-ci, Robin reçoit par paquet une jambe humaine, ce qui mène Strike sur une nouvelle enquête. Il comprend que la personne qui se trouve derrière cet envoi lui en veut personnellement. Il pense à trois hommes, dangereux, dont personne n’a la moindre trace.

Et pour terminer en musique, je vous propose Moby avec Power is Taken

2 thoughts on “Lectures 2020 : 7, 8 & 9

  1. J’ai lu que certains auteurs aiment bien faire la narration de leur propre livre parce que ça leur permet d’améliorer leur écriture. Théoriquement je comprend, mais en pratique le travail d’écriture est bien différent de celui de narration, à moins que l’auteur soit aussi un acteur.
    Je vais voir si le 2ème est à la bibliothèque…

    • Dans le cas que je raconte, l’auteur est d’habitude orienté dans la poésie et sa narration s’y prête bien. Sauf que là il ne s’agissait pas d’un style poétique, à part certains passages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s