Quelqu’un à propos de qui on devrait écrire un livre

Je n’aimais pas particulièrement mes grands-mères que mes parents critiquaient sans cesse. Ma grand-mère de Lausanne était la pire. Elle nous faisait toujours des gâteaux aux fruits confits et personne n’aimait ça. Et puis, à entendre mes parents, j’ai toujours cru qu’elle ne nous aimait pas. Elle préférait mon oncle et ses enfants. Pourtant, il y a quand même des choses que j’aimais en elle.

Sa délicieuse soupe de cerfeuil. Je n’ai plus jamais goûté une telle soupe. Je devrais peut-être chercher comment ça se prépare. Elle avait toujours du jus de pommes Ramseyer, que j’aime encore aujourd’hui. Et puis il y avait sa spécialité : les knöpfli. Oh que c’était bon. Et j’adorais l’horloge qui sonnait dans la salle à manger. Horloge qui se trouve dans mon salon à présent. Sans doute un truc qui ne vaut rien puisque c’est tout ce que la famille a bien voulu me donner (et un pendentif). M’en fou, moi je suis contente. Tout le reste, bijoux, meubles (chers), vaisselle est parti chez mes cousins, leurs amis et la famille de ma belle-mère. Même les photos sont parties; elles ont servi de feuilles à dessin à mon demi-frère 🤮.

Ma grand-mère était femme de ménage et elle parlait toujours en bien de son travail et de ses employeurs, des familles aisées je crois. D’après mes souvenirs, elle faisait ses robes elle-même. Je ne sais pas si c’étaient toutes ses robes ou juste certaines.

Elle était active et n’hésitait pas à prendre le train pour ses déplacements. Elle était même venue me trouver dans mon appartement. J’étais allée la chercher à la gare de Nyon et nous avions passé l’après-midi ensemble.

Elle m’avait raconté un jour les difficultés rencontrées durant la guerre et m’avait parlé des tickets de rationnement, qu’elle avait conservés et donnés à mon cousin. A son enterrement, j’ai appris plein de chose sur ma grand-mère et j’ai vraiment regretté de ne jamais avoir cherché à la connaître vraiment, une fois que j’avais l’âge de mieux comprendre les choses.

Sa mère est morte alors qu’elle était toute petite et avec son père, ils ont alors quitté l’Allemagne. Quoi, ma grand-mère était allemande ??? « Ben oui, pourquoi tu crois qu’on a de la famille en Allemagne ? » « Ben…parce que les gens voyagent ! » Sa soeur, tante Yvonne, n’était en fait pas sa soeur. Où était-ce sa demi-soeur ? Je ne sais plus. Toujours est-il que les deux jouaient de l’accordéon, je ne savais même pas que ma grand-mère jouait d’un instrument de musique, et gagnaient des sous en jouant.

Avec le recul, ma grand-mère est quelqu’un qui méritait d’être connue et je regrette de ne pas avoir fait cet effort.

Et pour terminer en musique, je vous propose Stop crying your heart out

13 réponses sur « Quelqu’un à propos de qui on devrait écrire un livre »

  1. Nos anciens,aussi humbles qu’ils aient été méritent d’être connus. Leur exemple devrait nous servir dans les temps qui nous attendent.

    1. Nous sommes trop gâtés et trop égoïstes pour prendre en exemple les anciennes générations. Et pourtant, il y a sans doute des choses qui nous seraient sans doute utiles.

    1. Malheureusement, non. Quand je suis arrivée avec mes questions, on m’a répondu qu’à l’époque ça ne se faisait pas de poser des questions. Donc l’enfance de ma grand-mère restera un mystère.

  2. Ma mère détestait ma grand-mère paternelle et en disait toujours énormément de mal. Il est possible que ma grand-mère paternelle ait effectivement été pas sympa du tout avec ma mère à un certain moment de leur vie, mais je trouve triste que les parents « gâchent » ainsi les grands-parents à leurs enfants. On peut avoir été des parents horribles mais être des grands-parents géniaux, je crois, et on devrait avoir cette chance.

    1. Je ne critiquerai jamais mes parents devant mes neveu et nièces car j’estime que c’est à eux de se faire leur propre opinion. Ils ne connaissent quasiment pas mon papa et je trouve ça dommage. Malheureusement, je pense que mon père est partiellement responsable de cette distance.

  3. Une différence de génération – et l’important c’est l’amour qu’elle te donnait, que tu as su conserver. Elle t’a appréciée et aimée, à l’âge que tu avais et vous avez passé d’heureux moments ensemble. Tu Tu as un beau souvenir, l’horloge 🙂

  4. J’adore ce portrait 🙂 On part d’une femme que tu n’aimais pas tant que ça, pour finir avec une femme que tu aurais voulu avoir le temps d’aimer 🙂
    Elle avait l’air chouette .
    J’aimerais bien voir cette mystérieuse horloge (la chineuse en moi n’est jamais loin ;-))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s