Kit de survie ?

J’étais à la pharmacie l’autre jour quand le client à côté de moi demande un kit de dépistage pour le virus. En Suisse on a droit à cinq tests gratuits par mois. Du coup, j’ai demandé mon lot.

La pharmacienne m’a expliqué comment procéder. On s’enfile le q-tips au fond du nez. Et elle m’a perdue…

La grande naïve que je suis, pensais qu’on avait droit à des tests salivaires. Là ça m’intéressait. Mais m’enfiler un truc au fond du nez, c’est hors de question. J’ai donc cinq auto-tests que je ne sais même pas utiliser. Il faut mettre un truc dans une pipette, c’est tout ce que j’ai retenu. Je crois qu’il faut patienter deux heures pour obtenir le résultat. Bon, ça peut être utile si on se retrouve beaucoup (jusqu’à dix personnes autorisées à l’intérieur) dans une pièce pour un moment de détente. Autant se dire qu’on ne risque pas grand chose si tout le monde s’est testé avant. Et encore…

Je crois que je vais filer mes auto-tests à quelqu’un désireux de les utiliser.

Et pour terminer en musique, je vous propose Celeste avec Hear my voice

7 réponses sur « Kit de survie ? »

  1. Aie! Moi aussi je croyais que c’était les tests salivaires.
    Ils m’ont aussi perdue !

  2. Oh ce n’est pas si terrible, j’ai subi deux fois ces tests par pure curiosité, mais je préfère passer par un test « pro » plutôt que de me faire « ça » moi-même.
    (5 fois par mois ça me paraît un chouia exagéré)

    Bleck

    1. Par curiosité, j’ai accepté de donner mon sang trois fois. Mais le truc au fond du nez, c’est « non ». Et les cinq fois par moi c’est pour nous permettre de nous retrouver entre copains sans risque.

  3. Ça alors, je ne savais pas qu’on pouvait ce fait ça soi-même! Vous êtes modernes en Suisse! 😅

Les commentaires sont fermés.