Mauvaise journée, vraiment ?

Je croise un copain qui broie du noir en permanence. Il ne voit jamais rien de positif à quoi que ce soit, il se focalise sur le négatif. C’est toujours fatiguant de lui demander comment il va puisqu’il répond immanquablement : « Mal ». Quand j’ai de l’énergie, je tente de lui montrer des choses agréables mais il bougonne, non content d’entendre quelque chose de joyeux et se dépêche de me démontrer que même les choses agréables ont un côté négatif.

Prenons l’exemple de ce petit virus qui nous pourri l’existence depuis plus d’une année. Il en avait une peur bleue et pestait quand il voyait que les gens ne respectaient rien. Il prenait soigneusement sa température tous les matins et fuyait les gens. Puis son frère a attrapé cette merde et a terminé deux fois aux soins intensifs. Même s’il va mieux, qu’il a beaucoup maigri, sa respiration reste laborieuse. Tout va bien alors ? Ben non, le copain est fâché parce que personne ne l’a contacté pour le mettre en quarantaine puisqu’il côtoie son frère au quotidien : « Qu’ils aillent tous se faire voir avec leur vaccin à la con, personne ne m’a appelé, personne n’a retracé les contacts de mon frère. Que de la merde. Tous ces moutons qui se font vacciner pour partir en vacances ! » Depuis, il ne craint plus le virus 🙄.

Puis il enchaîne en me narrant tous ses problèmes. Les journées de merde s’enchainent et demain, ce sera aussi une journée de merde. Je lui demande alors comment il le sait déjà. « J’ai une machine qui s’est cassée aujourd’hui et qu’il faut faire réparer ». Je le questionne encore : « En quoi est-ce que cela va faire de demain, une mauvaise journée ? » « Ben la machine est cassée ». « Oui, aujourd’hui. Pas demain. Demain elle sera toujours cassée. Tu le sais déjà. Qu’est-ce qui t’empêche d’aborder la journée de demain de façon positive puisque la mauvaise nouvelle a déjà eu lieu ? » « Les gens ne savent pas, ils ne comprennent pas. L’information que le gars qui a cassé la machine a donnée à mon frère est fausse… » Son discours ne tient pas la route. J’ai abandonné la conversation, ai continué ma route avec mon chien. Nous avons profité du chant des oiseaux, de la beauté des lieux et de l’odeur agréable qui émane des champs fraîchement fauchés. J’aurais pu fixer mon attention sur la migraine carabinée qui martelait mon cerveau mais à quoi bon ?

Et pour terminer en musique, je vous propose U2 avec Until the end of the world

6 réponses sur « Mauvaise journée, vraiment ? »

    1. L’avantage que ceux qui souffrent de dépression, je peux les envoyer chez un psychothérapeute…et je suis payée pour les écouter. Je ne subis pas.

  1. Des angoissés de la vie, il y en a quelques tonnes en effet. Le genre de type qui prend toujours le bâton du côté merdeux, comme me l’aurait dit mon vieux Papa.

    Bleck

    1. Quand j’entends parler de « bâton merdeux », je pense toujours au poème de Baudelaire sur la Belgique… Quant aux personnes négatives, cela se soigne pour qui est prêt à affronter ses démons.

Les commentaires sont fermés.