Lecture 2021 : 38

The Motion of the Body through Space de Lionel Shriver (vf Quatre heures, vingt-deux minutes et dix huit secondes). J’ai adoré ce bouquin qui s’intéresse à la vie d’un couple de sexagénaire. Serenata, passionnée de sport depuis sa jeunesse, a ses genoux qui la lâchent. Elle ne peut plus aller courir et cela la désespère. A ce même moment, Remington, son mari, absolument pas sportif pour un sou, décide de s’entraîner pour un marathon. Ce couple, soudé, voit les premières fissures arriver dans leur relation.

L’auteure nous entraîne dans les affres liées à l’âge sous un angle caustique. Elle rajoute également des éléments de notre société actuelle : « Or all those students. If you shout at them, they don’t feel « safe ». Anger is too frightening. It has to be managed away, in special courses that teach you how to get in touch with your inner pussy » nous explique Remington. Le racisme est évoqué, toujours par l’époux qui ne comprend plus trop les interdits de la société actuelle.

Les personnages sont attachants, l’histoire est drôle, triste et prenante. L’auteure sait écrire.

Et pour terminer en musique, je vous propose James Morrison avec Who’s gonna love me now

2 réponses sur « Lecture 2021 : 38 »

  1. J’ai entendu parler de ce bouquin en bien ailleurs et ça m’a tenté, mais visiblement la narratrice anglophone est atroce 😦 Ca sera peut-être un bouquin que j’achèterai en papier…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s