C’est parti

Mon site internet est terminé. Je suis contente du résultat. Il manque juste deux photos et je dois relancer le copain qui m’a proposé de les prendre. Mon site va être référencé sur Google pour apparaître en-haut des listes et il faut que je fasse de la pub pour attirer des clients.

J’ai une peur bleue que quelqu’un prenne rendez-vous et en même temps j’ai une peur bleue de n’avoir aucun rendez-vous. Je dors mal, j’ai plein de maux partout et mon humeur joue au yoyo.

Je propose les sessions chez moi ou en visioconférence et les gens, lorsqu’ils cliquent pour fixer leur rendez-vous, choisissent ce qui leur convient le mieux. De mon côté, je reçois un mail pour m’annoncer qu’une plage horaire est occupée et mon calendrier bloque automatiquement l’heure sélectionnée. A moi d’envoyer un lien pour la vision si nécessaire ou accueillir le client chez moi.

Dès que je reçois mon diplôme à la maison, je m’inscris sur deux associations de psy ce qui pourra peut-être m’amener des clients et en plus, en étant sur l’association suisse, certaines caisses maladie complémentaires remboursent les séances, ce qui n’est pas négligeable pour les clients dont les fins de mois sont difficiles.

Il est trop tard pour me demander si je suis compétente ou non. Je suis obligée de penser que oui, c’est le cas. C’est quand même cinq ans d’études donc oui, j’ai les connaissances nécessaires. Il faut juste que je sois détendue durant les entretiens pour réussir à réfléchir…Oh purée, c’est pas encore gagné !

Et pour terminer en musique, je vous propose La Maison Tellier avec Atlas

8 réponses sur « C’est parti »

  1. Tu démarres ce n’est que naturel de ressentir du stress, c’est le contraire qui serait anormal. Au début tu vas découvrir, suivre comme un canevas ce que tes études t’on apporté et puis tu te sentiras mieux et t’ouvrir au feeling et à tes expériences, ça va aller.
    Aie confiance l’activité des psy de tous genres à un potentiel énorme, rien qu’à constater l’état de la blogation…
    Une idée de tes tarifs ??

    Bleck

    1. Non seulement j’ai peur de ne pas être à la hauteur mais en plus, j’ai peur de n’avoir pas de clients. Mais bon, j’avance quand même. J’ai des tarifs suisses, 100.- les 45 minutes, sans compter les minutes d’accueil et de salutations à la fin, ce qui revient presque à 1h.

  2. Bravo ! Je ne vais pas te dire « n’aie pas peur » mais essaye de te dire que le client/patient ne verra pas ton stress (ou l’attribuera à autre chose). J’étais hyper stressée lorsque j’ai commencé à donner des cours en tant que formatrice mais je me suis aperçue que ça ne se voyait pas tant que ça.
    Et puis, quand on se focalise sur ce que dit le client, j’ai l’impression qu’on s’oublie soi-même, qu’on « une oreille reliée à un cerveau ».
    En tout cas, je suis tes débuts avec intérêt.

  3. Bon courage. Une fois les premiers patients rencontrés, vous vous sentirez plus détendue.

  4. Je comprends ton stresse 🙂 Quand je formais des gens à travailler dans mon centre et qu’ils étaient super stressés avant leur première session, je leur disais toujours de faire semblant d’être à l’aise et relax. Au bout de quelques temps, on se rend compte qu’on n’est plus en train de faire semblant 🙂

Les commentaires sont fermés.