Bouton

Tout en-haut c’est chez moi et il a fait 31° alors qu’on est qu’au mois de mai !

Lors de ma marche en fin de journée, j’arrive près d’un feu qui est au rouge pour les piétons. Je vois une petite fille courir pour appuyer sur le bouton afin que le feu passe au vert. Et ce petit acte anodin m’a fait sourire.

Les enfants se battent parfois pour pouvoir appuyer sur ces fameux boutons. En revanche, les adultes se battent pour ne pas le faire. Durant le covid, je ricanais en voyant des gens se contorsionner pour presser sur ce fichu bouton sans le toucher avec les mains. A cette époque, il y avait du gel désinfectant un peu partout, il suffisait d’en prendre et le problème était réglé. A présent, les gens rechignent toujours à appuyer mais le font avec les doigts. Pourtant, ces boutons sont toujours aussi sales.

Pour beaucoup de passages piétons, les boutons sont programmés pour s’allumer automatiquement dès que le feu repasse au rouge. Mais ce n’est pas le cas partout. Alors, il m’arrive de me mettre en retrait et de regarder les gens attendre que le feu passe au vert, ce qui ne va pas arriver tant que personne n’appuie sur le joli bouton bien en évidence.

A la sortie du métro à Ouchy, le feu n’est pas automatique. Le troupeau de piétons s’amasse devant le passage et attend. Et moi je ris, j’ai le temps et je sais qu’on va attendre un bon moment. Bon, une fois j’ai fini pas pousser les gens agglutinés juste à côté du bouton pour aller appuyer dessus. J’en avais marre, la plaisanterie ne me faisait pas rire ce jour-là.

Mais un matin, c’est moi qui me suis fait avoir. J’arrivais péniblement en-haut d’une énième côte et les gens finissaient de traverser, le feu passait au rouge. Et j’ai attendu, en sachant que le système était automatique à cet endroit. Sauf que lorsque je suis arrivée, des ouvriers ont éteints les feux du carrefour pour modifier je ne sais quoi. Et moi j’attendais bêtement que le feu éteint passe au vert…

Et pour terminer en musique, je vous propose Aggie Frost avec Stille

7 réponses sur « Bouton »

  1. En Alberta, la ville avait carrément bloqué les boutons pour que les gens ne puissent plus les utiliser, pendant la pandémie, parce que beaucoup de gens les appuyaient d’un bon coup de pied, ce qui ne devait pas leur faire du bien. Je n’ai pas regardé comment c’était ici, étant donné que je boycotte le centre ville.

  2. Il m’arrive de me laisser surprendre par les feux non automatiques parce que je suis plutôt distraite et comme ils ne sont pas nombreux ici, j’oublie d’une fois sur l’autre. Et tu as raison; appuyer sur un bouton ne présente pas le moindre problème dès l’instant qu’on se désinfecte régulièrement les mains. Pas besoin de le faire avec les coudes ou avec les pieds.

  3. Quand ils étaient plus petits, mes enfants se battaient effectivement pour appuyer sur les boutons – c’était des crises de larmes pour celui qui n’avait pas été assez rapide. De chez moi à la gare, je devais les prévenir que l’un d’eux appuierait sur celui du passage pour piétons, l’autre sur celui de la porte du train pour éviter les drames.

      1. Ah oui, les ascenseurs aussi ! Et en plus, il fallait les porter, parce qu’ils étaient trop petits. Et malheur si quelqu’un d’autre avait déjà osé appuyer…

Les commentaires sont fermés.