Changement

Je change de poste dans un peu plus d’un mois et il ne me reste plus que deux semaines à travailler avec ma collègue. Alors qu’elle me faisait à nouveau une de ses remarques désagréables, je lui ai répondu qu’elle pouvait se réjouir, je suis bientôt loin. « Ah mais non, ce n’est pas ça que je voulais dire… »

En fait, à présent que la chose est officielle, elle déchante. Elle qui me disait aimer former les collègues, va devoir s’occuper de ma remplaçante : « Tu ne te rends pas compte comme c’est fatigant ! En plus, elle ne sait rien, je dois vraiment tout lui expliquer ! Il va falloir du temps pour qu’elle comprenne ! » Ca s’appelle le retour de bâton. Il y a plusieurs choses qu’elle n’a jamais mémorisées car, comme elle me l’avait si gentiment dit, elle ne voyait pas pourquoi se prendre la tête alors que j’étais là. Mais voilà, je m’en vais.

« J’ai compris que la nouvelle prenait ses aises au travail alors si elle croit qu’elle va pouvoir continuer ici, elle se trompe. Je ne vais pas tout faire ! » Quand je lui fais remarquer que pour l’instant, les clients viennent tous chez moi, elle me rétorque : « Mais ils viennent chez moi aussi ». Moui… la proportion est de 3 clients sur 15, depuis plus de deux ans. Je m’en fiche, je m’en vais.

Je vais me retrouver dans un bureau avec deux autres personnes, dans un service avec une trentaine d’autres collègues dispersés dans les locaux de l’étage. Ah, pouvoir à nouveau discuter avec plein de gens… Je vais revivre !

Et pour terminer en musique, je vous propose Kasabian avec Chemicals

6 réponses sur « Changement »

    1. Merci. Pour la collègue, je crois malheureusement qu’elle ne sait pas réfléchir et que ça fait des dégâts. Elle n’est pas méchante autrement.

    1. Oui, on n’était absolument pas compatibles et on a travaillé cinq ans ensemble, dans le même bureau, sans autres collègues ! Pas tous les jours évidents, même si au fond elle n’est pas méchante.

Les commentaires sont fermés.