Archives

Acte manqué

20200625_2019435521601275898117040.jpg

Désolée, il semblerait que WordPress ait mangé une partie de mon texte et j’ai oublié ce que je racontais…

Le matin, je me réveille en général un peu avant que le réveil ne sonne. J’aime me réveiller en douceur, même si mon cerveau, lui, commence déjà à penser à vingt mille choses. Aujourd’hui c’est mon mémoire qui a occupé mes pensées. Comme j’ai quatre semaines pour abattre une grosse partie du travail, il faut que je fonce.

J’ai débuté le travail de façon sérieuse jeudi passé. Mais très vite j’ai réalisé que certains documents me manquaient et qu’ils se trouvaient à la maison. Les résumés rédigés par le passé me dépannent mais là j’ai besoin des détails. Donc ce matin, encore à moitié endormie, mon cerveau a réfléchi à ces fameux documents (mis dans mon sac jeudi soir) et comment travailler avec mon fichier excel. Tout se met en place afin d’éviter de perdre du temps et de partir dans toutes les directions.

En arrivant au boulot ce matin, je vide mon sac : Boissons, repas, documents et… et rien. J’ai oublié l’objet principal : mon ordinateur ! Incroyable, je l’emporte tous les jours et à présent qu’il m’est indispensable, je l’oublie. J’ai internet au travail mais je ne peux pas accéder à mes fichiers puisque je fais tout sur mon ordi privé. Heureusement, J’ai réfléchis à une piste de travail ce matin avant de me lever et je peux aller chercher les documents nécessaires sur internet. J’ai donc trois articles scientifiques à lire. Ça va m’occuper un moment mais pas longtemps. Et je n’ai rien pris pour m’occuper puisque je suis sensée bosser sur ce fichu mémoire. La journée s’annonce longue…

Et pour terminer en musique, je vous propose Benjamin Biolay avec Comme une voiture volée

Quand ça veut pas…

J’avais prévu de bosser à fond sur mon mémoire une fois les examens terminés. J’ai rendu mon dernier devoir lundi passé…et n’ai rien fait de la semaine. Je me suis dit que finalement, j’avais droit à une semaine de repos. Comme si j’avais bossé comme une malade pour ces fichus examens 🙄. Ceci dit, les deux passés samedi derniers sont bien réussis. Ce qui me confirme que ça ne me sert à rien de me prendre la tête.

Il me reste cinq semaines de travail avant mes vacances (que je prends que ma collègue soit de retour ou non, à un moment donné ce n’est plus à moi d’assurer) donc il est temps de commencer. Je dois préparer un questionnaire à faire passer aux étudiants de première année à la rentrée. Je dois le préparer et pour cela, lire plein d’articles. La prof qui me supervise m’a fait suivre un fichier super utile pour mes recherches, sauf qu’il me manque des références. Je ne sais pas d’où viennent toutes les informations sur ledit fichier et ne peux donc pas plonger mon nez dans les articles concernés. Mince. Je suis coincée. En plus, ce qu’on avait prévu peut éventuellement bloquer avec le comité d’éthique et maintenant que j’ai compris un minimum les statistiques, je sais que la direction choisie ne tient pas la route. J’ai repensé à un nouveau chemin à emprunter que j’ai soumis à ma prof de statistiques pour m’assurer que cette fois-ci c’était correct. Reste plus qu’à savoir si la personne qui me supervise est intéressée par cette nouvelle voie.

Pour l’instant, j’attends de ses nouvelles. J’espère en avoir rapidement car il me restera quatre semaines pour lire, lire, lire puis sélectionner ce qui m’intéresse pour créer mon questionnaire. Trier la littérature y relative pour me lancer dans la rédaction de ce fichu  mémoire. J’ai du temps au boulot, je compte bien en tirer parti. Il est hors de question que je bosse sur ce mémoire à la maison.

Et pour terminer en musique, je vous propose Red Box avec Us and them, une reprise de Pink Floyd

Examens à domicile

Ce n’est pas la première fois que je passe des examens à domicile. Je ne parle pas des dossiers à rédiger avec deux semaines devant soi pour les préparer. Non, je parle d’examen minuté.

Lorsque j’étais en Bachelor, j’avais pris Anglais en option. En deuxième année, j’avais des cours de traduction. L’examen avait lieu un soir de semaine aux alentours de 19h si je me souviens bien. A cette époque, j’arrivais à la maison à 18h30 donc ma hantise était de pouvoir partir à l’heure du boulot, que le train et le bus ne rencontrent aucun problème. Une fois chez moi, je m’étais dépêchée de nourrir mes deux chats, préparer ma place de travail avec ordinateur, stylo, cahier et dictionnaires. A l’heure prévue, impossible de me connecter ! Qu’est-ce que j’avais paniqué ! La chance que j’ai, c’est que je suis toujours très rapide dans mes examens donc perdre trente minutes sur 2h d’épreuve, à part me stresser, ça ne m’empêche pas d’avoir assez de temps pour tout faire. Je m’en étais donc bien sortie. Cette fois-ci, l’examen avait lieu à 10h30 un samedi. Nous avons la possibilité de contacter par mail l’assistant en cas de problème ou par téléphone. La connexion ne me fait donc pas peur. De plus, je suis déjà chez moi, pas besoin de stresser pour savoir si je vais arriver à l’heure. Pourtant, tout n’était pas simple.

Déjà, devoir attendre jusqu’à 10h30 seule à la maison est un cauchemar. La prof a bien proposé d’avancer l’heure de l’épreuve puisque nous ne devons pas nous rendre jusqu’en Valais, mais plusieurs étudiants ont prétexté vouloir réviser juste avant. C’EST TROP TARD ! Soit vous êtes prêts soit vous ne l’êtes pas ! 😤 Cinq minutes avant l’heure dite, j’allume mon ordinateur, pose un bloc de feuilles à côté ainsi qu’un stylo. Je porte mes cours loin de moi pour éviter toute tentation d’aller y jeter un oeil. Je m’assieds, je suis prête. C’est à ce moment-là que mon voisin d’en face décide de démarrer sa tondeuse à gazon.

Je m’empresse d’aller fermer le balcon. Mais voilà, la chatte est dehors. Je l’encourage à rentrer mais le chien s’en mêle. La chatte va se cacher derrière les plantes. Je ferme le balcon, tant pis pour elle, mon épreuve débute.

Ma hantise : ne pas comprendre les questions. J’ai bossé régulièrement ce cours durant le semestre, j’ai rendu tous les exercices (ce que je ne fais jamais pour les statistiques) en me concentrant pour comprendre ce que je faisais. J’ai très bien réussi le dossier pratique (qui compte pour l’examen) donc j’en conclu que je sais de quoi parle la matière. Mais une fois qu’il a fallu apprendre par coeur la théorie, j’ai réalisé que je peinais à me concentrer. Tant pis. J’ai préparé des petits résumés que j’ai lu quatre ou cinq fois en surlignant ce qui me semblait essentiel. Les questions des autres élèves ont commencé à surgir sur le forum. Non seulement je ne les comprenais pas, mais en plus je ne comprenais pas les réponses. Autant vous dire que je ne me sentais absolument pas prête. Et pourtant, j’ai plus ou moins compris tout ce qui m’était demandé. Plus ou moins car dans une question qcm, je lis la réponse a. Non je ne crois pas que ce soit ça. Réponse b ? Non plus. Réponse c ? Je ne la comprends pas. Réponse d ? Non, ça ne doit pas être ça. Alors sûrement que la bonne réponse est celle que je ne comprends pas 😂.

J’ai quand même dû faire des efforts de concentration. En effet, la chatte a voulu rentrer à un moment donné. Elle s’est mise à miauler. Je suis donc allée ouvrir le balcon, le voisin avait fini de faire du bruit. Mais une fois encore, le chien n’a pas souhaité la laisser entrer. Aboiements, course poursuite dans le salon… et le voisin du dessous qui sort sa tondeuse ! Mais au final, j’ai quand même terminé trente minutes avant la fin.

Je suis allée papoter dehors avec une copine ensuite puis retour derrière l’écran à 13h30 pour le deuxième examen qui devait durer deux heures selon les profs. Là, non seulement j’ai accès à mes notes mais en plus, j’ai jusqu’à mardi pour rendre mon épreuve. J’avais préparé des résumés pour me souvenir de quoi parlait le cours et surtout, savoir où retrouver l’information rapidement. J’ai mis 3h15 pour cet examen 😳. A 17h il était rendu. Il me reste un rapport de trois pages à rédiger pour le dernier cours. Je pensais le faire ce dimanche mais j’hésite à le prendre au boulot pour m’occuper lundi. Ma motivation du jour va choisir…

Et pour terminer en musique, je vous propose Woodkid avec Pale Yellow

Changement de plan

J’avais prévu un bon plan pour préparer mes examens. A une semaine, je dois avouer que je ne suis absolument pas prête. Je n’ai rien fait…et je ne stresse pas plus que ça. J’ai bossé avec mes deux copines sur notre dossier « suicide » pour le peaufiner et surtout, diminuer le nombre de pages. Il est prêt, on va le relire une dernière fois aujourd’hui. Je n’arrive pas à mémoriser les statistiques et je n’ai pas rédigé mes résumés pour la psycho du consommateur pour aller plus vite durant l’examen. Tant pis…

Qui dit fin de semestre, dit nouvelle inscription pour le semestre suivant. Ce que je me suis résignée à faire. Il va falloir choisir les cours à suivre et je suis allée voir les descriptifs des deux que je compte prendre à la rentrée. Et là, patatras…

Lors de mon premier semestre en master, j’ai suivi un cours dont la matière m’avait bien plus en bachelor. Mais j’ai détesté ce cours-là. J’avais l’impression qu’on nous apprenais à être un bon CEO et franchement, ça ne m’intéresse pas du tout. Le cours était dense et le prof un véritable pitbull.

Le deuxième semestre, j’ai choisi de ne pas suivre de cours dans cette branche. Une copine qui avait déjà eu le cours proposé m’a dit que ça allait mais que c’était un peu foutoir. Le 3e semestre, j’ai à nouveau choisi de ne rien suivre. Les copines qui sont allées au cours proposé ont été enchantées. Cours un peu mal organisé mais super intéressant qui traite de l’identité sociale. C’est un sujet que j’ai beaucoup aimé au bachelor. Tant pis pour moi. Au 4e semestre, j’étais inscrite d’office au 2e cours et j’ai annoncé vouloir suivre celui du 4e qui était la psychologie du consommateur. Je n’en ressort pas enchantée mais les copines qui ont suivi le 2e ont confirmé que c’était foutoir et qu’il y avait énormément de travail. J’étais contente de mon choix. J’arrive au 5e semestre. Le sujet du cours ne me passionne pas plus que ça mais je pense le choisir. Je vais regarder à nouveau le descriptif et, horreur absolue, c’est le même prof qu’au premier semestre qui l’enseigne 😱. Il est hors de question que je m’inscrive pour ce module. Du coup, je vais finalement suivre le cours sur l’identité sociale. Je ne serai pas avec mes copines mais au moins, j’aurai quelque chose qui devrait m’intéresser et surtout, je n’aurai pas à faire au pitbull, que ma copine Patricia a bien aimé. Les goûts et les couleurs…

Et pour terminer en musique, je vous propose Benjamin Amaru avec Heyyy

Révisions…encore une fois.

Dans moins de trois semaines j’ai les examens. L’avantage d’avoir été tellement dans les choux ces derniers temps, c’est que je n’ai pas stressé pour ça. Il y avait bien la rédaction de mon dossier sur le suicide qui m’angoissait mais je m’y suis mise ce week-end et j’ai terminé ma partie. Nous sommes trois sur le coup et celle qui veut obtenir un 6 travaille encore dessus. Elle nous annonce avoir rédigé 17 pages (notre rapport doit en faire 15 🙄). J’ai encore un rapport de trois pages à rédiger sur mes diverses émotions et observations liées aux jeux de rôle réalisés durant le semestre. Je ne me rappelle déjà pas de mes émotions d’il y a deux jours, ça va être difficile de commenter celles du mois de février…

J’ai commencé à travailler mes statistiques. Comme je n’ai aucune fiche de révision, je suis en train de les rédiger pour ensuite les apprendre par coeur. Je me concentre à fond en les écrivant avec l’espoir de retenir une bonne moitié de cette façon. Il me restera plus qu’à apprendre l’autre moitié d’ici dimanche soir. Nous avons obtenu une excellente note sur notre rapport avec ma binôme, ce qui veut dire que je n’ai pas vraiment besoin de me prendre la tête pour le QCM le jour J. On a eu droit à cinq questions test pour s’assurer que tout fonctionnait. Je ne comprenais même pas les questions 😂. Ca va être difficile…

J’ai rédigé deux fiches sur cinq pour la psychologie du consommateur. J’ai droit à mes documents lors de l’examen mais je ne veux pas perdre de temps donc je résume tout de façon à trouver rapidement l’information pertinente qui me permettra de répondre correctement aux deux questions de l’examen. Là aussi j’ai obtenu de bonnes notes aux contrôles continus donc je ne m’inquiète pas. Je rédigerai mes fiches la semaine prochaine, histoire d’être prête dimanche soir prochain.

Ensuite il me reste une semaine à ne rien faire, sinon relire un peu mes notes si j’ai des doutes. J’aime ne rien faire la semaine juste avant les examens, j’ai constaté que je ne paniquais pas devant mes feuilles quand je lis les énoncés. J’ai beaucoup moins affaire aux blancs qui me tétanisent et me fond perdre mes moyens.

Après cette séance d’examen, j’ai six semaines pour bosser sur mon mémoire avant trois semaines de vacances où je ne compte pas bosser le moindre truc. Vivement fin juillet…

Et pour terminer en musique, je vous propose Indochine avec Des Fleurs pour Salinger

Semaines peu studieuses 8 & 9

Bon, je suis incapable de me concentrer, je suis accro aux infos concernant ce satané virus ! Mais j’essaie tout de même de bosser un peu mes cours. Malheureusement, il faut quand même continuer à rendre des devoirs qui comptent pour l’examen. Sinon j’aurais bien entendu tout laissé tomber jusqu’aux examens. Ah ben les nouvelles tombent : les devoirs augmentent pour remplacer le prochain cours 🤮. Je crois que je vais aller m’enfermer dans ma grotte. Réveillez-moi quand tout ira mieux !

Consommateur : saviez-vous que dans l’étude du comportement du consommateur, on s’intéresse tout particulièrement à l’organisation de la mémoire ? Plus un produit est innovant, plus lente sera la prise de décision par le consommateur car ce dernier n’a pas toutes les informations nécessaires déjà enregistrées dans sa mémoire. De plus, un spot publicitaire peut être assez long, histoire d’appâter le chaland. Une fois que celui-ci est ferré, le publicitaire peut se contenter d’une pub raccourcie qui va juste servir à se rappeler au bon souvenir du client. J’avais jusqu’à dimanche pour rendre mon devoir. Heureusement, le délai est repoussé à mercredi. Je commencerai lundi.

Crise : j’ai regardé un reportage sur la maltraitance sur les enfants. C’est moche. J’ai lu les articles sur le sujet. La maltraitance comprend : les violences physiques, sexuelles, verbales ou assister aux problèmes de couple des parents. Nous avons eu notre jeu de rôle sur les violences conjugales. Une personne joue la femme qui minimise les coups ou le harcèlement moral martelé par le mari et le psy doit aider la femme à avancer. L’intervention diffère selon le niveau dans lequel se trouve la patiente : est-elle consciente du problème ? veut-elle s’en sortir ou n’est-elle pas encore prête ? A-t-elle décidé qu’il était temps de changer le cours les choses ? Est-elle en train de préparer son départ ou a-t-elle quitté son mari ? Hésite-t-elle à retourner dans son foyer ? Il faut donc identifier à quel niveau se situe la femme puis agir en conséquences. J’ai rédigé et rendu mon rapport. En revanche, je n’ai écrit aucune des trois fiches que je dois rendre. J’ai du retard… Samedi nous avons eu une conférence donnée sur Zoom qui concernait le Burn Out.

Statistiques : ben voilà un cours où je suis à jour ! Samedi, comme nous n’avions pas de classe virtuelle, avec ma binôme nous avons discuté des exercices réalisés chacune de notre côté. On en a conclu qu’on était un peu paumées. On a rendu notre devoir avec quelques questions. Le soir même, la prof nous rendait notre devoir corrigé et a gentiment accepté de nous voir par Skype pour répondre de vive voix à toutes nos questions. Dimanche, nous avons fait ce Skype et en quinze minutes, tout était réglé. On a de la chance d’avoir une telle prof, surtout en cette période.

Mémoire : aucune nouvelle. Faudrait que je relance ma prof.

Stage : hein ???

Comme mon stress est redescendu, je recommence à bosser mes cours. J’ai un peu de retard à rattraper et ensuite il faut que je reprenne un rythme acceptable.

Et pour terminer en musique, je vous propose ONR avec Human Enough

Semaine studieuse 7

J’ai de plus en plus de peine à me motiver et j’avoue qu’avec les infos en ce moment, ça n’aide pas…

Crise : on débute les violences conjugales. J’ai imprimé les documents à lire. J’ai regardé les trois minutes d’une femme qui témoigne de violences morales. J’ai regardé un doc de 1h30 sur les violences faites aux femmes. Les témoignages font peur. On est face à de la peur, de l’incompréhension, de l’injustice, de la tristesse, de l’impuissance. C’est dur. J’ai donné mes premières impressions puis je suis passée à la lecture des différents docs sur le sujet. Quel est le profil typique de la femme battue ? Ben il n’y en a pas. Toutes les classes de la société peuvent être touchées.

Statistiques : imprimé les docs qui traitent cette fois des AFP et AFE. J’ai posté le devoir sur les régressions. Je commence la lecture : « l’analyse en composantes principales (ACP) a pour objectif principal de réduire la dimensionnalité d’un ensemble de données multivariées tout en tenant compte de la variation initiale présente dans les données ». J’ai envie de pleurer. Mais comme j’ai décidé de bien travailler ce semestre, je continue… J’ai donc tout lu et fait les exercices mais il faut que je parte à la recherche d’informations supplémentaires. Je ne comprends pas tout.

Consommateurs : rien fait. Flemme. On verra si j’ai le courage durant le week-end. Non !

Mémoire : j’attends que mon prof envoie la demande au comité d’éthique. Du coup, rien à faire cette semaine ce qui m’arrange bien. Zéro motivation et beaucoup à faire pour le reste.

Stage : démotivée…et c’est pas en ce moment que je vais trouver 😟

Et pour terminer en musique, je vous propose Johnny Marr avec Armatopia

Semaine studieuse 6

20200208_1208421109779327311655433.jpg

Je peine à me motiver mais je tiens le coup.

Crise : j’ai mis au net mes deux fiches et les ai envoyées. J’ai revu les consignes pour le jeu de rôle où je reprends ma place de veuve de 73 ans. Les deux techniques que nous devions utiliser n’étaient pas adaptées telles quelles. Nous avons discuté des points positifs et négatifs et comment les employer pour qu’elles produisent des résultats productifs. J’étais naze mais c’était quand même intéressant. J’ai rédigé mon rapport et l’ai envoyé. Au cours, nous avons eu une intervenante venue nous parler des violences conjugales. Super intéressant.

Dossier suicide : j’avance dans mon livre. On a décidé de qui allait faire quoi dans notre dossier, je vais donc devoir me mettre à travailler. J’ai cinq pages à rédiger et il faut que je cherche de la documentation en plus de celle reçue du prof. Je m’y mets la semaine prochaine.

Statistiques : j’ai regardé les commentaires reçus du prof et suis contente de constater que je comprends tout 😊. Du coup il faut que je modifie 2-3 trucs sur mon prochain devoir mais je ferai ça durant les cours puisqu’on a une heure pour travailler sur les exercices et que j’ai terminé. Aux cours, j’en ai profité pour poser des questions sur des problèmes de compréhension et j’ai terminé le devoir. Envoyé.

Consommation : j’ai fait mon mini-résumé. En fait, j’ai relevé les mots-clés dont je vais devoir apprendre les définitions par cœur. Mais ça, ce sera pour les examens, pas avant. Aux cours on a revu ce qu’il fallait lire durant la période et comme c’est en partie ce dont je vais parler dans mon mémoire, c’était un peu ennuyeux.

Mémoire : j’ai retourné vingt mille fois mon hypothèse de recherche pour qu’elle soit cohérente et que l’on retrouve bien mes variables dépendante et indépendante. Avoir l’idée c’est bien mais trouver la phrase qui claque c’est autrement plus difficile. Reste plus qu’à espérer que ce soit accepté sinon je vais devoir continuer à me triturer le cerveau. Normalement, dès la semaine prochaine je devrais pouvoir remplir ma base de donnée donc j’aimerais que cette hypothèse soit acceptée. Ben finalement ma base de données attendra. La prof doit envoyer une demande au comité d’éthique. Je vais lui envoyer le formulaire à compléter…que je n’ai pas donc j’attends qu’une copine me l’envoie.

Et pour terminer en musique, je vous propose Gérard Lenorman avec Voici les clés

 

Semaine studieuse 5

Même si c’est difficile par moments, je préfère nettement rêvasser durant des heures, je continue à me motiver à étudier. Heureusement que j’ai bien avancé la semaine dernière, je peux me permettre de glander à nouveau…

Crise : je commence la semaine en rédigeant ma fiche sur le suicide. J’ai lu les documents sur le deuil et j’ai rédigé ma fiche sur le sujet.

Dossier suicide : j’ai lu les articles mis à disposition par le prof. Je continue tranquillement le lecture du livre sur le sujet. Livre passionnant.

Statistiques : je suis à jour. J’ai reçu le devoir de la période précédente en retour. Apparemment j’ai tout juste mais j’aurais pu me simplifier la vie. Je regarderai les commentaires la semaine prochaine.

Consommateur : je dois mettre au net mon devoir et l’envoyer. C’est fait. Je suis à jour. Si je trouve le courage, j’aimerais rédiger un court résumé. A faire la semaine prochaine.

Mémoire : j’ai réfléchi à ma problématique. Oh que c’est difficile. Mais je pense avoir trouvé. Je m’y remets la semaine prochaine.

Stage : le problème quand on a un dossier atypique, c’est qu’on ne passe même pas par la case « entretien ». La réponse négative fuse. Je désespère. C’est comme pour tout, il faut être pistonné et je ne connais personne dans le milieu que je recherche. Le côté positif : je reçois au moins des réponses et elles sont bienveillantes. On s’accroche à ce qu’on peut…

Et pour terminer en musique, je vous propose Garou avec Le Jour se lève car j’adore cette chanson. Je ne suis pas encore tombée sur une version que je n’appréciais pas.

Scarlet partie

Continuons à analyser les processus activés lors de l’achat d’un bien et tout particulièrement ceux qui sont intervenus dans l’achat d’une belle voiture par DrCaso. Le début est là : https://wp.me/p2fTLv-1Uh

Nous nous sommes arrêtés aux facteurs internes qui influencent nos choix. Il y avait la motivation/besoins/buts mais nous trouvons également : les attitudes, la personnalité, le concept de soi, les valeurs, le matérialisme ou encore la consommation en tant qu’acte social. Ca fait beaucoup, je vous l’accorde. Vous êtes prêts ? C’est parti…

Les attitudes. DrCaSo a été influencée par ses croyances et ses connaissances. En l’occurrence, celles concernant les recherches effectuées concernant son futur véhicule. Le côté affectif s’en est mêlé : elle aime la marque Mercedes. Enfin, la dimension conative agit également : La docteure avait l’intention d’acheter, dans un futur proche, une nouvelle voiture.

La personnalité. Si vous lisez régulièrement le blog de la dame, vous savez qu’elle a des idées bien ancrées concernant certains produits. Elle refuse de portez des habits qui affichent ostensiblement la marque. Elle n’est pas un logo sur pattes. Bon, on voit bien le logo sur sa voiture…mais ce n’est pas sur elle. On pourrait presque parler de dissonance cognitive (voir plus bas).

Le concept de soi. On créée, inconsciemment ou non, un lien entre l’image qu’on a d’un produit et l’image qu’on a de nous-mêmes. Je ne vais pas inférer l’image qu’a le DrCaSo d’elle-même et le lien qu’elle fait avec sa voiture. Certaines personnes peuvent dépenser une fortune pour des vêtements de marque pour donner une image d’eux qu’ils estiment positive.

Les valeurs. Si j’estime que la bienveillance est une valeur importante, je vais investir dans des produits qui favorisent le bien-être des employés. Si je pense que le pouvoir est super important, je vais acheter des produits chers et je vais le faire savoir. Notre bon docteur peut dire qu’elle prône la sécurité avant tout et que l’achat de sa grosse voiture va dans ce sens. Une jolie Smart n’est sans doute pas adaptée aux conditions climatiques dans lesquelles elle vit.

La consommation comme acte social. J’avoue, je n’ai pas trop compris. C’est divisé en quatre catégories. Est-ce que l’achat de ce véhicule est dû juste au fait de pouvoir conduire une telle voiture ? J’en doute. Une extension du concept de soi ? Ce qui voudrait dire que conduire cette voiture définit qui est Mme CaSo. (Mme CaSo est maniaque, son ancienne voiture était sale alors elle a opté pour une nouvelle qui est toute propre 😄). Est-ce lié à une démonstration sociale ? Regardez ce que moi je peux me permettre de conduire. Un but instrumental ? Non, elle n’achète pas cette voiture dans le but d’un partage, de transporter du monde.

Une fois qu’on a fait le tour de tout ce qui touche de près à la personne, il faut prendre en compte les facteurs externes qui influencent également tout achat. Comme par exemple la culture. Les publicitaires le savent, les pubs pour un même produit diffèrent selon les pays. Dans un restaurant, s’il y a du chien au menu, il est fort probable que vous ne testiez pas ce plat car dans votre culture, cela ne se fait pas. Les groupes auxquels nous faisons partie ont également un impact sur nos choix. Peut-être que dans la famille du Docteur cela ne se fait pas d’avoir une petite voiture. Ou alors, en tant que directrice universitaire, elle se doit de rouler en Mercedes. Ou encore, elle admire ce pilote de F1 qui roule dans cette marque et voit un lien symbolique dans son bien.

Bref, vous l’aurez compris, tout achat, quel qu’il soit, est influencé par beaucoup de facteurs ! Et après on croit naïvement avoir le contrôle sur ce que l’on choisit. Evidemment, on peut nier subir toute influence car cela ne nous plaît pas. On parle alors de dissonance cognitive. Dans ce cas-là, on va tenter de justifier notre choix pour diminuer cette sensation négative. J’ai acheté tel objet à 300.- alors que deux jours plus tard je le vois en magasin à 150.- ? Aïe…mais en fait, je n’avais pas le choix car… Et là vous insérez votre excuse du moment.

J’ai pondu un gros pavé, tout n’est peut-être pas très clair mais je l’avoue c’est encore un peu le brouillard dans mon cerveau. Et pourtant, j’ai résumé ici, il y a beaucoup plus d’informations dans le cours 😱. Si vous êtes un expert dans le domaine et que vous voyez des erreurs, n’hésitez pas à intervenir. Et si vous avez le moindre commentaire, n’hésitez pas non plus !

Et pour terminer en musique, je vous propose Billie Eilish avec No Time to die