Archives

Lectures 24-25

Mon cerveau s’est remis à poser vingt mille questions philosophiques auxquelles je n’ai pas de réponses, du coup je m’évade dans la musique, les livres et mon imagination. Pour couronner le tout, demain je me rends à l’enterrement de mon oncle. Autant dire que cela n’aide pas mon cerveau à se calmer…Bref, je m’ennuie ferme et je déteste cet état !

Le vingt-quatrième livre lu dans l’année est la troisième partie de la saga d’Elena Ferrante Celle qui fuit et celle qui reste.

20180909_184529.jpg

Je suis restée un peu sur ma faim cette fois-ci. Mais peut-être est-ce lié à ce que je raconte ci-dessus qui sait ? Rythme bien plus lent, ce qui en soi ne me dérange pas tant, mais c’est surtout l’impression de lire une longue plainte et ce n’est pas ce dont j’avais besoin. Le dernier volume m’attend, j’espère y retrouver le plaisir des deux premiers.

Je fais à présent partie d’un petit club de lecture qui se réunit…une fois par an autour d’une bonne table achalandée par toutes. J’aime ce principe où il ne faut pas se voir toutes les X semaines, car dans ces cas-là, je me sens vite prisonnière. Alors là j’ai accepté. Nous avons un mois et demi pour lire un bouquin avant de le faire parvenir à la personne suivante dans une liste préétablie. J’avais du premier octobre jusqu’au quinze novembre pour lire Paula Hawkins Au fond de l’eau.

20181007_192827.jpg

Au début, je n’ai pas aimé. Je pensais lire du mauvais Mary Higgins Clark, auteure que j’ai arrêté de lire depuis longtemps car je trouve que ses livres ne valent plus les premiers. Et puis je me suis dit qu’il fallait que je fasse abstraction de toutes ces petites techniques littéraires qui me déplaisent et me concentre sur le roman à proprement parler. Et j’ai eu raison car l’histoire est finalement bien. Une femme est retrouvée morte dans le “Bassin aux noyées”. Une enquête est ouverte et chaque chapitre  donne la parole à un protagoniste. On y découvre Jules, la soeur de la morte, Lena la fille, Sean le policier, Erin la policière, Nickie la folle, Louise une femme endeuillée, etc. Toutes ces personnes cachent quelque chose et emportent le lecteur qui veut avoir le mot de la fin.

Pour terminer en musique je vous propose Gaëtan Roussel avec Je veux bien, je ne sais pas extrait de son très beau nouvel album.

Advertisements

Lectures 22-23

Je suis contente, j’arrive à me discipliner et lire régulièrement. Bon il peut se passer une semaine sans que j’ouvre le moindre bouquin puis que j’en dévore un en deux ou trois jours mais comme mon objectif était de lire douze livres dans l’année avec comme idée de m’astreindre à au moins un par mois sur douze mois, je m’en sors plutôt bien.

Therapie-existentielle.jpg

J’étais à la librairie et ce livre de Irvin Yalom Thérapie existentielle était mis en évidence. Comme j’aime bien cet auteur, je suis repartie avec l’ouvrage. C’est le premier livre de cet auteur qui me laisse sur ma faim. Il s’agit de courtes histoires qui toutes traitent de la mort d’un être cher, du vide que l’on peut ressentir, du regard que l’on porte sur sa propre vie ou encore de la peur de sa propre mort. Et c’est sur ce dernier point que je m’arrête. Car l’auteur, à chaque histoire, rappelle que sa mort à lui approche. Il a 81 ans lors de la rédaction de ce recueil et explique que d’assister aux obsèques de ses patients, de ses proches ou d’avoir des patients qui recherchent de l’aide à la suite du décès d’un conjoint, le mettent face à son âge avancé. Je trouve très intéressant son questionnement mais j’aurais préféré le lire dans un livre dédié juste à ça genre Moi Irvin Yalom face à la fin de ma vie plutôt qu’il rapproche chaque existence à sa propre mortalité. J’avais l’impression que les histoires n’étaient qu’un prétexte pour qu’il puisse parler de lui. Voilà, je crois que c’est ce nombrilisme qui m’a dérangée (dit celle qui raconte sa vie sur un blog). Dans Le Jardin d’Epicure il parle beaucoup de sa vie et ensuite il amène des histoires en complément. J’ai aimé. Mais là pas. “Machin a vécu ça c’est comme moi qui…” ne me plaît pas.

20180908_175610.jpg

J’ai décidé de retenter un John Le Carré et c’est Our Kind of Traitor qui s’est retrouvé entre mes mains. J’avais déjà parlé de mes difficultés avec cet auteur ICI. Ça n’a pas changé. J’ai toujours de la peine avec le vocabulaire employé et pourtant le roman date de 2010 seulement. Je vous mets un extrait de la page 39 alors que l’héroïne décrit un personnage :

“Pockmarked”, says Gail promptly, again dazzled by how it was all there before her in her memory. Fifty-odd. Pumice-stone cheeks. A drinker’s paunch. She thought she’d seen him drinking surreptitiously from a flask at the tennis, but couldn’t be sure.

Dans ce court paragraphe, j’ai trois mots que je ne connais pas. Ce n’est pas bien grave, rien ne m’empêche de comprendre l’histoire. Pockmarked je devine que ça a trait à son visage. drinker’s paunch une caractéristique physique des gens qui boivent mais pumice-stone cheeks je n’arrive vraiment pas à deviner si ce n’est que cela concerne les joues que je ne peux absolument pas visualiser. Voilà donc ce que je veux dire : à tout moment il y a un mot comme ça que je n’ai jamais lu auparavant et que je suis incapable de deviner. Ça me frustre et ça ralentit ma lecture car je n’aime pas quand je ne comprends vraiment pas. A part ça, j’ai bien aimé le roman, pas de temps mort, pas de longues descriptions. L’histoire avance à un rythme agréable…mais je n’ai pas aimé la fin qui laisse plusieurs questions en suspens. Non que la fin soit mauvaise, mais comme je suis une grande curieuse, j’aime avoir toutes les réponses alors que là, je les devine et elles ne me plaisent pas.

Et pour terminer en musique je vous propose mes chéris Muse avec The Dark Side qui figure sur le nouvel album prévu le 9 novembre, album que j’ai bien entendu pré-commandé.

Lectures 19-21

Les vacances sont terminées, les cours ont repris (et le travail aussi faut pas rêver). Alors est-ce que j’ai lu beaucoup durant cette pause estudiantine ? Bof. Et encore moins durant mes vacances. Il faut dire que je n’avais pas besoin de m’évader à travers les livres, la nature me permettait de le faire en vrai.

America.jpgJ’ai lu le volume 5 de ce magazine. Il y a de beaux récits, notamment celui d’un homme qui raconte son premier job, seul, loin de tout en plein hiver dans les années 70, pour protéger des oeufs de poissons.

Unknown.jpegComme j’avais aimé le tome 1, j’ai continué avec plaisir l’histoire de ces deux amies dont le parcours de vie est tellement différent. Cette fois-ci on y parle amour et plus particulièrement Nino qui fait tant vibrer Elena mais qui finit dans les bras de Lila, alors jeune mariée. Le tome 3 m’attend…

Unknown-1.jpeg Lecture de deux soirées. C’est simple, ça se lit très vite, c’est divertissant et bien écrit.

Et pour terminer en musique je vous propose Franz Ferdinand avec Slow don’t kill me slow

Lectures 15-18

20180705_122609Ce titre est apparu sur le Facebook de DrCaso et j’ai été intéressée du coup je l’ai acheté. Un homme raconte la lente prise d’Alzheimer sur son père. C’est émouvant. Même si on ressent les difficultés traversées par la famille, il n’y a rien de glauque ou de voyeur. Récit qui m’a marquée.

 

20180708_130249Ok ce n’est pas tout à fait un livre mais une revue qui paraît tous les trois mois. Il y a quand même presque deux cents pages qui contiennent des avis sur des livres, de courtes histoires rédigées par des auteurs connus et des mini reportages, toujours sur ou par des auteurs américains ou qui parlent de l’Amérique. Cette revue est une idée de François Busnel qui présente l’émission littéraire La Grande Librairie.

Ce numéro date de l’été passé. Je l’avais commencé puis j’ai laissé la poussière prendre le dessus. C’est l’été, j’ai le temps, j’ai chassé la saleté et repris ma lecture. Bien m’en a pris. J’ai acheté deux numéros supplémentaires et en ai loupé deux autres. Tant pis pour moi…

20180720_155608J’avais adoré le premier roman du cycle du Cimetière des Livres oubliés. Un peu moins le deuxième. J’ai complètement loupé le troisième et je suis tombée par hasard sur ce dernier épisode que j’estime parfait pour une lecture estivale. J’ai dévoré les huit cent quarante pages ! L’histoire est palpitante, dans l’Espagne des années trente, soixante et enfin nonante. Et l’écriture, même s’il s’agit d’une traduction, est d’un très bon niveau. J’ai tout de même un petit bémol : la fin ne me plaît pas; un peu simpliste à mon goût par rapport à tout le reste du livre.

20180719_150038

J’avais oublié de prendre un livre pour aller travailler et du coup je me suis rabattue sur ce roman trouvé à la bibliothèque d’échanges sur mon lieu de travail. J’en avais vaguement entendu parlé et ma curiosité a donc pris le dessus. Il y a vraiment des gens sur terre qui sont le mal incarné et une fratrie de trois enfants en fait les frais. J’ai lu que ce roman était autobiographique et je me dis que l’auteur n’a vraiment pas eu de chance dans son enfance. Histoire prenante, très bien écrite. L’histoire date de 1948 et autant dire que je ne comprends pas toutes les allusions liées au patrimoine commun. J’ai vu qu’il y avait une suite, je vais aller la chercher.

Et pour terminer en musique je vous propose Brian Reitzell feat. Debbie Harry & Shirley Manson avec Tehran 1979.

 

Lectures 10-14

20180513_115639Même si j’ai atteint mon objectif de l’année, je vais continuer à lire, parfois en me forçant parce que je suis exténuée.

J’ai lu la suite d’Homo Sapiens de Yuval Noah Harari. J’avoue, j’ai eu de la peine à le terminer. Nettement moins passionnant que le premier volume.

Je confirme que j’aime bien les histoires de Bernie Gunther durant l’Allemagne nazie, héros de Philip Kerr. Ça tombe bien, j’ai deux autres histoires qui m’attendent.

J’étudiais le Burnout ce semestre et j’ai suivi un stage auprès de l’auteure mentionnée à gauche sur la couverture du bouquin du même titre. Évidemment que le sujet n’est pas tombé à l’examen… mais le livre reste intéressant, même si je ne suis pas sûre qu’il soit à la portée du simple quidam. J’ai tenté d’en discuter avec ma collègue qui me semblait dépassée.

5115EbXR4DL._SX309_BO1,204,203,200_.jpg

J’ai regardé l’émission 21cm de Augustin Trapenard qui avait pour invité Paul Auster que je ne connaissais pas (vous pouvez trouver la vidéo de l’émission sur Dailymotion) et du coup j’ai voulu lire un de ses romans. Je suis tombée sur celui-ci qui comprend trois histoires. Je n’ai aimé aucune des trois. C’est très bien écrit, mais c’est long, très long, tout avance au ralenti et le monde de Paul Auster est très étrange…

Unknown.jpeg Je viens de terminer cette jolie histoire qu’est L’Amie prodigieuse de Elena Ferrante. C’est le premier volume et il en existe quatre. Le deuxième se trouve sur ma pile à lire et je me réjouis de l’attaquer (je vais probablement le faire monter très vite sur la pile). Nous sommes dans l’Italie pauvre des années cinquante et nous suivons les tribulations de Lila et Elena, la narratrice. Nous faisons leur connaissance alors qu’elles ont sept ans (si mes souvenirs sont bons) et nous les quittons à seize ans.

J’ai deux mois sans stress donc j’espère avancer dans mes lectures. Je lis depuis deux mois le pavé qu’une amie m’a prêté sur l’histoire des États-Unis. Il fait 770 pages, est écrit tout petit et n’a quasiment pas de paragraphes. J’avance lentement…très très lentement…J’en suis actuellement à la page 245 !

Et pour terminer en musique je vous propose une chanson que Spotify m’a proposée et qui m’a bien faire rire. Voici donc Les Fatals Picards avec Fils de P

Lectures 8 & 9

Lorsque je me suis fixé comme objectif de lire douze livres dans l’année, le but était de lire régulièrement et non pas finir à fin avril comme c’est parti. Il faudra ensuite que je continue sur ma lancée. L’avantage, c’est que maintenant j’ai repris une saine habitude, ce qui devrait se prolonger dans l’année.

Unknown.jpeg

Editions Julliard, 2017

Mon huitième livre était La Serpe de Philippe Jaenada. C’est le troisième livre que je lis de cet auteur et j’aime beaucoup sa façon d’écrire. Il reprend des crimes retentissants (ou non) du siècle passé et se lance dans sa propre enquête. Ce qui me plaît et rend la lecture plus légère, ce sont ses interventions sur sa vie privée qui me font rire ou encore son cynisme qui égrène les pages. Un petit exemple. Il relit un témoignage concernant des toiles d’araignée (page 497): C’étaient de vieilles toiles, certainement pas des toiles de l’année”. Et il rajoute son petit commentaire personnel : “C’est toujours utile d’avoir un aranéologue de grande expérience dans un commissariat. Celui-ci, en outre, est modeste : pour ne pas avoir l’air d’étaler sa science, il ne précise pas si elles dataient d’août ou de septembre 1940”. (Le crime dont il s’agit a eu lieu en octobre 1941). La première partie du livre est consacrée au criminel. On y apprend sa vie telle que relatée lors de son procès. La deuxième partie, triste, émouvante, rageante, raconte les découvertes de l’auteur à la suite de ses diverses lectures des rapports des experts, des avocats, des courriers échangés entres les membres de la famille Girard etc. La vie est vraiment moche parfois et ça vous vous en rendez compte une fois que vous refermez ce bouquin.

Unknown-1.jpegPour m’accompagner dans mes trajets en train, j’ai lu The Lady from Zagreb de Philip Kerr, auteur décédé ce 23 mars à l’âge de 62 ans. Je n’avais jamais rien lu de lui mais avais entendu de bonnes critiques. Me voilà donc lancée dans ce roman. Les débuts ont été difficiles. Je trouvais le vocabulaire et les tournures de phrases un peu plus recherchés que d’habitude, ce qui m’a demandé un petit temps d’adaptation. Mais au final j’ai beaucoup aimé ce roman noir qui se passe sous l’Allemagne nazie et dont le héros, un homme qui se sent vieux, fatigué et moche, est un Allemand travaillant pour la police mais a honte de ce qu’est devenu son pays. Il existe treize romans avec ce héros pas comme les autres qu’est Bernie Gunther. J’en ai déjà acheté un autre, qui m’attend sagement sur ma pile à lire.

Et pour terminer en musique je vous propose Don’t you (forget about me) de Simple Minds que je vais voir au Caribana Festival en juin (je les avais vu en 1991 à Lausanne. Hier quoi !).

 

C’est un Beau Roman

Alors j’ai nettement ralenti mon rythme de lecture. Bon déjà parce que mon dernier livre faisait 634 pages et que même si c’est noté “roman” sur la couverture, il s’agit d’une enquête menée par un écrivain qui raconte ses découvertes. Ça se lit moins vite qu’un roman policier. Et le livre que je lis dans le train est en anglais et que les tournures de phrases et le vocabulaire employé me demandent un peu plus de temps que les romans que je lis habituellement dans cette langue.

Ensuite, on est dans la période de l’année où ma motivation part en vacances et je dois donc luter pour continuer à avancer, ne pas dormir 24h/24h, et ne pas prendre 20kg parce que je suis constamment affamée. J’attends le printemps avec impatience.

Et enfin, j’ai de nombreux devoirs à rendre pour les cours et qu’une copine vient de me donner les références d’un bouquin juste extra : L’entretien motivationnel : aider la personne à engager le changement de William R. Miller & Stephen Rollnick aux éditions InterEditions qui est un parfait complément à un de mes trois cours de ce semestre.

Unknown

J’ai donc lu Le Mystère Henri Pick de David Foenkinos. J’avais besoin de quelque chose de léger, facile à lire et divertissant. Le livre était accompagné d’un petit bandeau clamant “Une comédie pétillante”. Je me suis laissé tenter. D’autant plus que j’avais déjà apprécié cet auteur par le passé. Alors ? Il a comblé toutes mes attentes. C’est bien écrit, l’histoire est jolie sans être gnangnan et on ne devine pas la fin après trois pages de lecture.

Unknown-1Mon 7e livre de l’année est La disparition de Josef Mengele de Olivier Guez. Je savais que ce livre sortait en août de l’année dernière et j’ai attendu de le trouver dans la grande surface où je fais parfois mes courses en France. Moins cher qu’en Suisse. Autant vous dire que j’étais impatiente de le commencer. Et pourtant, j’ai eu tellement de peine à me plonger dans l’histoire. J’étais tellement déçue. Et mon oncle venait de me dire qu’il ne lui avait fallu que trois jours pour le lire, lui qui prend généralement plus de trois semaines pour terminer un livre. Mais qu’est-ce qui n’allait pas ? Je ne sais pas. Mais tout d’un coup, j’ai croché et j’ai adoré. Là aussi, c’est bien écrit et en plus j’ai appris plein de choses sur Evita (j’ai complété mes connaissances en allant ensuite sur le net) et sur l’exil des nazis en Amérique du Sud (j’avoue, j’ignorais qu’ils allaient se réfugier là-bas !).

Et ce grand bouquin ? Il me reste encore 160 pages donc j’en parlerai une autre fois. Quant au livre anglais, il est sur ma table de nuit, j’ai pas envie d’aller vérifier ce qu’il me reste. Je crois avoir lu un tiers du bouquin.

Et pour terminer en musique ? Je vous propose à nouveau un vieux truc car je voulais un récent et je ne l’ai pas trouvé. Trop récent ? Du coup, voici un bon vieux Radiohead High & Dry