Archives

J’étudie Freud…ou pas…

Bon un nouveau semestre a débuté avec de nouveaux cours. Je vais donc étudier la psychologie clinique et la psychologie de l’éducation.

En psychologie clinique nous allons apprendre à différencier les différents courants  que sont la psychanalyse, la thérapie systémique, les TCC (cognitivo-comportementales) et la thérapie humaniste (ou rodgérienne). Pour l’instant je ne peux pas vous en dire grand chose si ce n’est que j’ai un à priori très négatif sur la psychanalyse. Pour moi la psychanalyse c’est Freud dont je ne pense pas le plus grand bien. Je ne demande qu’à être persuadée qu’il y a du positif dans ce courant. Les TCC je les associe au behaviorisme où on apprend au patient à modifier son comportement face à un stimulus (pour simplifier, imaginez le chien de Pavlov. Il entend la sonnette (stimulus) et il salive (réponse) en pensant que la nourriture arrive). Aucun avis sur le courant humaniste et je ne peux rien dire de mal sur la systémique puisque la psychothérapeute qui m’a suivie venait de ce courant.

En psychologie de l’éducation, on nous dit que nous allons apprendre à apprendre. Pourquoi pas… Nous allons étudier les différents courants que sont le behaviorisme, le constructivisme, la cognition et le socio-constructivisme du point de vue de l’apprentissage et de l’enseignement. Il faut savoir qu’actuellement les enseignements sont plutôt axés sur le socio-constructivisme même si le behaviorisme reste très présent.

Le behaviorisme consiste essentiellement à être stimulé afin d’établir des automatismes. Par exemple, l’élève apprend les prépositions dans une langue donnée et l’enseignant montre la photo d’un chien. L’élève doit répondre “je parle au chien”, puis la photo d’une fille, “je parle à la fille”, etc… A chaque bonne réponse, l’enseignant va féliciter l’élève. Le constructivisme est centré sur l’apprenant (on ne parle plus d’élèves de nos jours). C’est ce dernier qui est maître de son apprentissage. L’enseignant est “juste” là pour le guider et lui transmettre les ressources nécessaires. La cognition va fournir des techniques d’apprentissage et faire prendre conscience à l’apprenant des mécanismes de mémorisation qui se mettent en place dans sa tête. Quand on essaie de retenir quelque chose de façon mnémotechnique par exemple, c’est la cognition qui entre alors en jeu. Le courant socio-constructiviste est centré sur l’apprenant qui est responsable de son apprentissage et sur les relations sociales qu’il entreprend avec son entourage puisqu’on part du principe que l’on apprend beaucoup des échanges que nous avons avec d’autres personnes. C’est pourquoi les travaux de groupes remportent un grand succès auprès des enseignants. Nettement moins du côté des étudiants 😉.

Voilà pour aujourd’hui. Je devrais pouvoir vous en dire plus d’ici trois semaines, le temps pour moi de lire tous les nouveaux documents fournis par les enseignants et surtout les comprendre !

Et pour terminer en musique, je vous propose Elbow avec Magnificent. Chanson qui passe régulièrement sur la radio que j’écoute au boulot et qui souvent retient mon attention.

Le Lobe frontal

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler du lobe frontal. Il part plus ou moins du sommet de votre crâne et descend jusque vers les yeux. A quoi nous sert cette partie du cerveau ? A plein de choses…

Il comprend déjà le cortex moteur. C’est-à-dire la partie qui ordonne nos mouvements. On a soif, on veut saisir un verre, hop, le cortex moteur ordonne le mouvement du bras et de la main. On devine du coin de l’oeil quelque chose d’intéressant, hop, la tête va bouger en direction du stimulus. Vous jouez du piano ? Qui est-ce qui contrôle le mouvement des doigts ? Ok, vous avez compris.

Prenons le côté gauche et plutôt à l’arrière du lobe frontal. Il comprend la partie motrice du langage. Donc s’il est touché vous ne parlerez plus ou quasiment plus. Vous répondrez par monosyllabes et n’engagerez pas la conversation. Une tombe. On pourrait presque croire que vous être en pleine dépression. Mais non, c’est un problème frontal.

Le côté droit (plutôt à l’avant, vers les yeux) ? Vous n’arrêtez pas de parler. Et vous faites n’importe quoi. Vous prenez des risques insensés sans en mesurer les conséquences. Vous ne décodez plus les contextes sociaux. Quelqu’un regarde sa montre plusieurs fois ? Vous ne saisissez pas qu’il souhaite partir, qu’il est l’heure… Vous allez employer un langage des rues avec vos grands-parents et mesurerez vos paroles avec vos amis…Et votre visage ne montrera plus aucune expression. On pourrait croire à une crise de manie comme chez les bipolaires mais non, c’est un problème frontal.

Vous aurez de la peine à vous souvenir de l’ordre de certaines séquences. Par exemple vous peignez beaucoup. Vous saurez qu’il faut de l’eau, de la peinture, une toile et des pinceaux. Mais peut-être que vous peindrez avec les doigts sur la table et agiterez votre pinceau sur la toile sans rien…

Vous n’arriverez plus à obéir aux consignes. Genre, fermez les yeux pendant que vous tirez la langue cinq fois. Impossible de garder les yeux fermer…Impossible de vous concentrer. Tout vous stimule. Mais sans doute que vous tirerez la langue dix ou vingt fois car vous n’arriverez pas à vous arrêter. Ou alors je tire la langue et vous demande de ne pas le faire. Impossible pour vous. Vous allez vous y mettre…sans vous arrêter.

Et vous avez perdu toute connaissance de vous-même. A savoir qu’il vous est impossible de raconter des anecdotes vous concernant. “Vous êtes peintre ? Oui”. “Qu’est-ce qui vous a inspiré cette toile ? Le paysage est joli”. Rien de plus. Alors que le paysage vous avait fait penser à tellement de choses sur le moment. Il vous a rappelé vos vacances à Ibiza avec Ginette et les enfants…

Vous ne savez plus anticiper et n’apprenez plus de vos erreurs. Votre mémoire à court terme est touchée. Vous n’arrivez pas à mémoriser un numéro de téléphone le temps de le rentrer dans votre appareil.

Ces symptômes peuvent surgir suite à une tumeur, un AVC…et beaucoup chez les jeunes suite à un choc frontal (la tête tape) lors d’accidents de voiture (la ceinture c’est bien !)…

Et pour terminer en musique un peu de douceur avec Tom Chaplin (chanteur du groupe Keane) qui chante Love wins

Ictus Amnésique

Aujourd’hui je vais vous parler d’amnésie, l’ictus amnésique. Qu’est-ce que c’est ? C’est un mini AVC de type ischémique, à savoir que durant un court laps de temps, le cerveau ne reçoit plus d’oxygène. Ça n’arrive qu’une fois dans une vie, généralement après 50 ans et chez quelqu’un qui vit un stress intense depuis quelque temps. Cette mini lésion au cerveau provoque alors une amnésie qui peut durer jusqu’à douze heures.

Nous avons une mémoire antérograde, qui enregistre toutes les nouveautés. Lors d’un ictus, à partir du moment de la lésion, la mémoire ne peut plus rien enregistrer. Elle ne fonctionne plus. La mémoire rétrograde, celle qui existait avant la lésion, n’est généralement pas touchée. Donc tous nos souvenirs restent intacts. Prenons un exemple :

Madame Jonquille fait un mini AVC peu avant son réveil. Elle ne s’en rend pas compte. Ce matin-là, elle prend son petit-déjeuner, s’habille, fait peut-être un peu de ménage puis elle décide d’aller au centre commercial acheter des chaussures. Elle prend sa voiture et sans réfléchir, roule jusqu’aux magasins. Une fois sur place, alors qu’il n’y a plus d’automatisme, les ennuis commencent. Pourquoi est-elle là ? Elle n’en a aucune idée. Tant pis, elle décide de rentrer. Seulement voilà, elle ne sait absolument pas où se trouve sa voiture et le parking est très grand…Une fois à l’hôpital, elle sera incapable de décrire sa matinée. Elle ne se souvient même pas si elle a mangé quelque chose en se levant. En revanche, elle se souvient parfaitement de sa soirée…

Au bout de quelques heures, la mémoire de Madame Jonquille se mettra à nouveau à fonctionner. Cependant, les douze dernières heures de sa vie ne seront jamais inscrites dans le cerveau.

Mahie a vécu un tel ictus amnésique et elle en parle ICI.

Et pour terminer en musique je vous propose David Hallyday avec Comme Avant

Croisement

Aujourd’hui je vais vous parler d’une particularité de notre cerveau : le corps calleux. Quézaco ???

Le corps calleux est la partie qui relie les deux hémisphères de notre cerveau : l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit. Pour la majorité des droitiers, l’hémisphère gauche contient le centre du langage et le droit nous aide à nous repérer dans l’espace.

Tout est croisé dans le cerveau ! Lorsque vous bougez la main droite, c’est la partie gauche du cerveau qui s’active. Vous avez mal au pied gauche ? C’est la partie droite du cerveau qui s’active. Tout ce qui est mouvement, douleur, sensations tactiles croise avant d’arriver dans notre boîte crânienne. C’est à dire que les nerfs changent de côté à un moment ou un autre lors de leur trajet du bas vers le haut (et du haut vers le bas).

Le regard et l’ouïe croisent également mais par l’intermédiaire du corps calleux situé dans le cerveau. Ce que l’on entend par l’oreille droite est traité à gauche et vice versa. Deux subtilités : un oeil voit à gauche et à droite. (Très facile à vérifier !). Cependant, tout ce qui est vu sur la gauche par les deux yeux, est traité à droite et tout ce qui est vu à droite par les deux yeux est traité à gauche. Deuxième subtilité : l’odorat ne croise pas ! Ce que vous sentez par votre narine droite est traité à droite.

Il peut arriver que le cors calleux soit sectionné pour traiter l’épilepsie ou qu’il soit lésé suite à un AVC ou une tumeur. Quelles sont alors les conséquences ?

Mettons un paire de lunettes dans la main droite d’un patient qui a les yeux bandés et demandons-lui ce qu’il a dans sa main. Il va tâtonner et son hémisphère gauche va s’activer. Il répondra : une paire de lunettes.

Faisons la même expérience mais la paire de lunette est posée dans la mais gauche. Le patient va tâtonner et son hémisphère droit va s’activer. Mais il répondra qu’il n’a rien dans la main…En revanche, si on lui demande de nous montrer sur une table l’objet qu’il avait dans la main, il montrera correctement une paire de lunettes. Les deux parties du cerveau ne communiquent plus entre elles. Or, il se trouve que le langage est à gauche. Dans ce deuxième cas, c’est la partie droite du cerveau qui s’est activée; elle ne sait pas parler !

Un patient ne peut plus faire des gestes identiques avec les deux mains en même temps puisque ceci requiert l’activation des deux côtés du cerveau en même temps et que ces dernières s’ignorent. Il arrive donc que les gestes ne se coordonnent plus. Un exemple tout bête : un homme lit le journal. Sa main droite va tourner la page alors que sa main gauche va la tourner dans l’autre sens. Résultat : la page se déchire… En revanche, le patient arrivera bien plus facilement que nous à faire deux gestes totalement différents en même temps.

Un autre patient aura des problèmes au niveau visuel. Résultat, il sera incapable de lire ce qui apparait dans son champ visuel gauche, traité par l’hémisphère droit. Le langage, lui, est à gauche. En revanche, il pourra dessiner ce qu’il a vu…

Une petite vidéo LA et LA. Cette deuxième vidéo explique que la reconnaissance des visages se fait avec notre hémisphère droit. Que se passe-t-il si les visages sont représentés avec des fruits ?

Et voici quelques photos prises lors de notre cours en laboratoire.

20161119_140729

Deux cerveau. Le plus foncé n’a pas été complètement vidé de son sang. La flèche rouge indique la couche dure protectrice : la dura mater. La flèche bleue indique une couche délicate qui couvre le cerveau : arachnoid mater.

20161119_135908

Le prof soulève la dura mater. La partie placée en-avant de la photo est une tranche du cerveau.

20161119_135921

La partie inférieure du cerveau, le début du tronc cérébral qui part dans le cou.

Et pour terminer en musique je vous propose Rag’n’Bone Man avec Human. Il paraît que ça passe sur toutes les radios…moi j’aime en tout cas.

Un peut de tout et de rien

J’ai bossé au ralenti cette semaine donc je ne sais pas trop de quoi vous parler.

Pour mes cours, j’ai retenu que les personnes souffrant de cécité partielle ou complète peuvent avoir des hallucinations qui défilent devant leurs yeux sous forme de films. Contrairement aux gens qui présentent une démence, les aveugles savent qu’il s’agit d’illusion. Ils font la part entre le réel et l’irréel. Ces hallucinations sont connues sous le terme du syndrôme de Charles Bonnet. En effectuant quelques recherches, je suis tombée sur une vidéo de Oliver Sacks dans un TED talk et vous invite à la visionner ICI. C’est en anglais mais vous pouvez sélectionner des sous-titres en français.

img_0441

J’ai acheté ces deux livres. Concernant L’Arabe du futur j’avais bien aimé les deux premiers volumes et n’ai pas été déçue par celui-ci. Je trouve très instructif de découvrir la vie au Moyen-Orient. Quant au livre de Idriss Aberkane, ça me prend plus de temps car même s’il est très intéressant, il est également compliqué. Du coup je dois me concentrer un minimum.

fullsizerender

Et chaque soir je passe une heure à jouer à Assassin’s Creed… Pas plus parce que sinon je sais que je n’arriverai pas à dormir. Mais comme ma nièce m’a montré que ce n’était pas si difficile à progresser, je joue…et progresse effectivement. Ah si j’arrivais à mettre autant de régularité pour bosser mes cours !

La météo annonce un temps de merde avec éventuellement de la neige jusqu’en plaine. Je suis contente d’avoir justement décidé de reprendre les transports en commun dès lundi même si je déteste ça. Pour me donner du courage, et accessoirement me couper de la foule qui me stresse tant, j’ai acheté des écouteurs de qualité (made in Japan) pour m’évader en musique. J’ai profité du voyage d’un proche au Japon pour qu’il me les achète sur place et que ça me coûte moins cher. Suis très contente de moi sur ce coup-là ! Si quelqu’un peu me rapporter à moindre coûts un petit Astell&Kern Jr je suis très intéressée 😁.

Et pour terminer en musique je vous propose un vieux truc de Fleet Foxes Heard them stirring

Aïe, j’ai mal à la tête

Cette semaine aux cours on a parlé de traumatismes crâniens et autre accident vasculaire cérébral. Très intéressant. Chaque zone du cerveau a sa propre utilité donc quand l’une est atteinte, un signe bien spécifique se produit.

Je vais tout d’abord aborder les lésions qui touchent les lobes pariétaux, à savoir la zone qui part des tempes et monte légèrement vers l’arrière. A peu près !

Pour le côté droit, le patient peut souffrir d’héminégligence… à gauche. La lésion est à droite et le côté qui montre le problème se situe à gauche. L’héminégligence signifie que la personne n’est plus consciente d’une partie de son corps. L’ouïe peut être touchée, la vue ou le toucher voire les trois. Une femme ne se maquillera que d’un côté du visage par exemple. Et pourtant, sa vue n’est pas touchée, ses yeux fonctionnent parfaitement. Elle aura de la peine à entendre ce qu’on lui chuchote à gauche même si son oreille n’a aucun problème. Elle pourra souffrir d’apraxie constructive, à savoir qu’elle aura des problèmes pour assembler des objets ou recopier un dessin. Voici une vidéo (en anglais mais avec des images parlantes) LA.

Pour le côté gauche, le patient peut souffrir d’apraxies gestuelles. L’apraxie idéomotrice concerne les patients qui ne peuvent reproduire un geste sur commande comme par exemple envoyer un bisou avec la main. Une vidéo, en français, ICI. Une personne souffrant d’apraxie idéatoire est incapable d’exécuter une série de mouvements sur instructions. Vous lui donnez un verre vide et lui demandez de faire semblant de boire, elle n’y arrivera pas. Probablement qu’elle butera déjà sur le fait de saisir ledit verre. Alors que si elle a soif et que le verre est plein, elle boira plus ou moins normalement. Je n’ai pas trouvé de vidéo.

Concernant les lésions qui touchent les lobes frontaux (tout l’avant du cerveau, environ). La personne ne pourra exécuter une suite de geste comme par exemple taper sur une table avec la main plate, puis avec le bord de la main puis le poing. Elle bloquera sur un des trois gestes et le répétera non stop (taper uniquement avec le bord de la main, sans réussir à en changer).

Le patient ne pourra pas repérer une cible parmi d’autres car son regard ne se déplacera pas. Il pourra avoir des troubles de l’inhibition. Il proférera des gros mots ou se baladera nu sans voir où se trouve le problème. Il ne sait plus planifier ni résoudre des problèmes simples. Par exemple, attendre à un feu rouge n’implique pas que ce dernier va passer au vert puis à l’orange.

En fonction des symptômes du patient et différents tests à disposition, le neuropsychologue doit savoir dire où se situe la lésion dans le cerveau. Évidemment que des IRM facilitent grandement la tâche. Mais il faut savoir qu’il existe des micro-lésions qui n’apparaissent pas sur les images. Il faut donc savoir décoder les signes montrés par les patients.

Et pour terminer en musique je vous propose Robbie Williams qui travaille à nouveau avec Guy Chambers et devrait donc renouer avec le succès (bon il y a aussi un peu de Prokofiev). Voici Party Like a Russian

Parlons un peu

img_0437

Aujourd’hui je vais vous parler d’audition et du langage. C’est le sujet du mois que je dois étudier.

Quand tout va bien, nous entendons ce qui nous entoure, nous comprenons ce qui nous est dit et nous répondons adéquatement. Rien que pour ça nous avons déjà toute une foule de possibilités de lésions. On n’entend plus rien, on ne comprend rien ou on est incapable de s’exprimer.

Déjà pour les sons. Il faut savoir qu’avec l’âge nous percevons de moins en moins les sons aigus. Voilà un petit test ici. Je l’ai fait la fenêtre ouverte avec la hotte d’aspiration enclenchée et sans écouteurs. Je perçois le son vers 15’833 Herz. Et vous ?

Le son que vous entendez, comment est-il traité par votre oreille ? Il passe le tympan qui se met à vibrer. Se dernier fait bouger trois petits os, le marteau, l’enclume et l’étrier qui vont amplifier les ondes reçues. Cette onde va alors faire bouger le liquide du conduit cochléaire, un conduit en forme de coquille d’escargot. Le liquide à son tour va faire se mouvoir une membrane qui va alors faire bouger des cellules ciliées. Plein de problèmes peuvent déjà surgir là, dans l’oreille interne. Si les cils sont activés par des détritus cela crée des vertiges. Un niveau sonore trop élevé va attaquer les cellules ciliés.

L’oreille interne fonctionne bien, c’est super. Les cellules ciliés activent les nerfs auditifs et nous quittons l’oreille. A ce niveau, une lésion provoque la surdité d’une oreille. Une fois le tronc cérébral atteint (tout en-haut de la colonne vertébrale), les nerfs se répartissent à droite et à gauche. Donc une lésion depuis là provoque une baisse de l’audition des deux oreilles. Les connexions continuent et arrivent dans le cerveau. Pour faire simple, dans l’hémisphère gauche il y a l’aire de Broca qui produit le langage et l’aire de Wernicke qui traite la compréhension. Des lésions dans ces deux endroits provoquent des symptômes différents.

Pour l’aire de Broca, le patient comprend tout ce qu’on lui dit. En revanche, il a beaucoup de peine à s’exprimer. Il se rend compte de son problème ce qui peut provoquer une forte frustration. Une petite vidéo pour vous rendre compte du soucis.

En ce qui concerne une lésion au niveau de l’aire de Wernicke, le patient comprend ce qu’on lui dit, s’exprime de façon fluide…mais incompréhensible. Il ne se rend pas compte du non-sens de son discours. Une vidéo .

Comme d’habitude, je suis en plein apprentissage donc j’espère ne pas me tromper dans mes explications…

Et pour terminer en musique je vous propose le groupe White Lies avec Hold back your love