Archives

Eternelle migraine

20200621_1700304061393786196366312.jpg

Vendredi soir, une migraine s’est installée. Samedi elle m’a accompagnée discrètement toute la journée. Dimanche matin, à mon réveil, elle m’a fait comprendre qu’elle était bien présente. J’avais prévu d’aller courir assez tôt mais voilà… Cette migraine liée au stress était accompagnée d’un bon torticolis et tout le haut du dos bien bloqué. Aller courir dans ces conditions ? J’ai réfléchi un moment.

Mon jogging mémère, courir à moins de 80% de ma fréquence cardiaque maximum, ne libère pas autant d’endorphines dans mon cerveau que lorsque je cours à un rythme normal, voire rapide. En revanche, il travaille mes muscles de façon différente et je ne peine pas à souffler à un moment donné. Il me détend ! J’ai alors décidé d’aller courir malgré ma migraine et tout le reste.

Après deux kilomètres, j’ai senti que ma respiration s’améliorait. Ce qui voulait dire que je me détendais enfin un peu. Il m’a fallu trois kilomètres de course pour que l’effet de balancier effectué avec les bras ne soit plus rigide : mes omoplates coopéraient enfin. A trois kilomètres et demi, j’ai senti mes épaules se relâcher. Comme ma migraine ne comptait pas s’en aller, j’ai décidé de me contenter de ma petite boucle de quatre kilomètres. J’avais beaucoup trop chaud. En partie à cause du soleil mais surtout parce que je n’étais pas très bien.

De retour à la maison, j’ai mangé un excellent petit déjeuné préparé avant de sortir : un yogurt nature avec des flocons d’avoine, une pincée de sucre et une banane. On mélange le tout et c’est un véritable délice. Ensuite je suis passée sous la douche…et suis retournée me coucher un moment.

Ma migraine a montré quelques signes d’apaisement vers 17h seulement…

Et pour terminer en musique, je vous propose Hooverphonic avec Summer sun

Hâte-toi lentement

Comme il fallait que je reprenne tranquillement le jogging après ma pause forcée, j’ai décidé cette fois-ci d’opter pour les joggings lents 2 à 3 fois par semaine et une fois un jogging sans regarder ma montre quand je cours avec ma copine Jeanne. L’année dernière je peinais à courir lentement car je trouvais ça frustrant, à présent je sais que je peux aller plus vite donc je n’ai pas besoin de me prouver quoi que ce soit. Comme il paraît que c’est le meilleur moyen de progresser, je m’y tiens. En plus, je ne sue pas comme un boeuf et je ne suis pas trop rouge écarlate. En revanche, je n’ai plus de jambes!

Lorsque je fais un jogging normal, durant les dix premières minutes je maudis la terre entière car j’ai mal à peu près partout. Ensuite, une fois chauffée, ça va mieux mais je n’ai plus de souffle. Jamais contente ! Avec le jogging lent, les dix premières minutes s’apparentent à une jolie balade. Puis les muscles commencent à tirer. J’ai beau avoir l’impression d’effectuer des petits sauts sur place, mes muscles se rendent compte que je fais de l’exercice. Et ça tire. A la fin de ma séance, j’ai mal de la taille jusqu’aux pieds. Plus de fesses, cuisses, mollets. Je ne suis que douleur. Visiblement, les muscles ne travaillent pas de la même façon en allant vite ou lentement et en plus, il paraît qu’on brûle plus de graisse. Je suis contente de ces sorties. Je rigole en me voyant sautiller dans les montées et suis ravie de constater que ma fréquence cardiaque reste dans le vert.

A côté de la course à pieds, j’essaie vraiment de garder trois séance de gym : soit mobilité statique (étirements) soit mobilité dynamique (musculation). En gros, je devrais vite pouvoir me lever le matin sans dire aïe parce que j’ai mal partout…

Et pour terminer en musique, je vous propose Talk Talk avec Living in another world

Squat – pompes -> aïe

En mai 2019, je débutais le jogging en me demandant si j’allais tenir sur la durée. Il semblerait que la réponse soit « oui ». Je dois toutefois avouer qu’en ce moment je peine un peu à me motiver. Après mes six semaines d’arrêt, la reprise est difficile. Je ne pensais pas avoir une grande forme auparavant néanmoins, je réalise qu’en fait j’avais tout de même bien progressé. J’arrive à nouveau à courir non stop durant trente minutes mais ma fréquence cardiaque s’affole très vite. Je dois rester raisonnable et me forcer à alterner course durant x minutes, marche durant y minutes et rebelote en augmentant de plus en plus  le nombre de minutes à courir.

La semaine dernière, nous sommes allées courir avec Jeanne. On part en général faire quatre kilomètres entre 36-40 minutes tout en papotant. Mais cette fois-ci, j’ai dû lui demander de marcher un moment, je n’arrivais plus souffler. C’est frustrant.

20200513_1843306310318041255594964.jpg

Comme j’ai débuté les exercices de torture durant mes six semaines sans jogging, j’ai décidé de ne pas les arrêter. Et les mercredi est un jour où j’ai décidé de me punir : gym et course à pieds.

Pour changer un peu des exercices du Ring Fit, j’ai repris ceux proposés par ma montre. On débute par cinq minutes d’échauffement. Je vais dire les choses clairement : je suis déjà KO après l’échauffement ! J’enchaîne ensuite avec les exercices ci-dessus. 40 secondes chacun et vingt secondes de repos entre chaque. Et on refait le tout trois fois. Ensuite, je monte sur mon tapis et c’est parti pour 15-20 minutes de jogging.

J’ai mal absolument partout. La balance a intérêt à devenir sympa avec moi !

Et pour terminer en musique, je vous propose Luke avec Le Robot

Joggeuse à nouveau débutante

Il y a une semaine, j’ai repris le jogging après six semaines d’arrêt. J’ai fait une séance de trente minutes sur le tapis très tranquille : 1 minute de marche, 3 minutes de course lente. Je n’ai pas eu mal ensuite, j’étais contente. La fois suivante je suis sortie.

J’ai commencé par cinq minutes de marche puis j’ai prévu d’alterner 4 minutes de course, 1 minute de marche et cela six fois de suite avant de marcher à nouveau cinq minutes pour terminer. Ben j’ai pas réussi. Pas assez de souffle. Je pense que j’ai tendance à courir trop vite à l’extérieur. Sans parler des courbatures 😱. Je me suis transformée en petite vieille pour marcher. Si j’avais pu avoir une canne pour m’aider durant quelques jours, je l’aurais prise !

L’essai suivant, j’ai encore changé. Tout d’abord quinze minutes de gym puis 20 minutes de tapis avec toujours cette alternance 1 minute de marche et 3 minutes de course. Avec mes exercices d’abdo en premier, j’avoue que j’étais ko après ma séance mais heureuse.

Ce dimanche, je suis à nouveau sortie. 8h45, il n’y a pas encore les familles à vélo, je suis partie. Et cette fois-ci, j’ai réussi à courir mes six fois 4 minutes ! Bon, j’ai fait attention à ne pas courir trop vite. Ma fréquence cardiaque montait vite et redescendait bien trop lentement durant les périodes de marche. C’est fou comme une minute c’est court ! Je suis contente, j’ai décidé que j’avais déjà progressé 😊. En plus je n’ai quasi aucune courbature.

Lundi soir c’est séance de gym, mercredi tapis de course et peut-être gym et je verrai pour ma sortie vendredi ou dimanche. J’aimerais à nouveau courir trois à quatre fois dans la semaine mais pour l’instant, c’est trop tôt. Et j’opte pour le tapis en semaine car il y a beaucoup trop de monde autour de chez moi en ce moment durant la journée. Comme je travaille le matin, je suis obligée d’attendre l’après-midi et la foule est alors de sortie. Ce tapis, c’est vraiment un excellent achat !

Et pour terminer en musique, je vous propose The Strokes avec Bad Decisions

6 semaines

Il y a six semaines, j’ai arrêté de courir à cause d’une blessure. J’ai tenté de reprendre il y a un peu plus de deux semaines mais c’était trop tôt, la blessure s’est réveillée. Six semaines et demie que je ne cours plus, il est temps de m’y remettre. Cela devient nécessaire; je n’ai à nouveau plus de souffle. Je suis essoufflée rien que de monter les escaliers pour arriver chez moi. J’ai conscience qu’il va falloir reprendre doucement si je ne veux pas souffler comme un phoque asthmatique. Mais je ne suis pas non plus restée sans rien faire.

Durant ces six semaines, je me suis mise à la gymnastique pour muscler un peu le haut de mon corps. J’ai commencé par dix minutes de souffrance, puis vingt. A présent je fais entre trois et quatre séances par semaine d’environ trente minutes chacune. Je commence chaque fois en maudissant ces exercices puis après dix minutes ça va mieux. Je n’ai plus mal partout en permanence, les courbatures ont enfin fini par disparaître. Et depuis quelque temps, je note que le haut de mon corps se muscle gentiment. J’ai toujours mon horrible bouée, le poids sur la balance me fait pleurer, mais mon corps développe ses muscles et ça, ça me fait plaisir. Et voilà qu’un dilemme me vient.

Je vais reprendre le jogging, quid de mes séances de gym ? Maintenant que je vois enfin des résultats positifs, c’est quand même bête d’arrêter. D’autant plus que j’arrive même à me motiver. Lundi, en rentrant du boulot en début d’après-midi, je me pose sur le canapé. Je dois faire le ménage et la gym mais il fait trop chaud. A 19h, je réalise que je n’ai strictement rien fait et je déclare qu’il est trop tard à présent. C’est alors qu’une force inconnue me fait me lever. Je passe l’aspirateur, nettoie ma salle de bain et enchaîne sur 40 minutes de gym. Après ma douche, je me retrouve sur mon canapé et je me sens si bien ! Je ne peux pas arrêter ces petites séances.

J’ai décidé que j’alternerai, du moins au début, entre jogging et gym. Par la suite, trente minutes de gym et j’enchaîne avec trente minutes de jogging ? 😂 C’est pas possible, quelqu’un a pris possession de mon corps pour sortir un cauchemar pareil ! Mais bon, il y a un an, si on m’avait dit que je deviendrais sportive, j’aurais ri aussi. Alors, pourquoi pas ?

Et pour terminer en musique, je vous propose GiiRL avec Blood on the Walls

 

Gymnastique

Dimanche j’ai essayé de courir un peu. Je me suis arrêtée après quinze minutes : j’avais l’impression d’avoir les poumons compressés (sans doute lié au stress) et mon tibia n’était pas content. Moi oui 😄. Tant pis, je vais me contenter de mes séances de gymnastique avant de me lancer dans un nouvel essai jogging durant le week-end.

Je ne prends toujours aucun plaisir à suivre ces exercices mais les courbatures s’amenuisent. Au moins une chose de positive. Et je suppose que je commence à me muscler un peu le haut du dos, les bras et mon horrible abdomen. Comme je peine un peu moins pour exécuter mes deux lignes d’exercices, j’en ai rajouté une que je vais tester dès demain : moitié yoga moitié exercices pour muscler les jambes. Ca me fera environ 45 minutes de gym, échauffements et étirements compris.

Pendant que je souffre, il y en a une qui me nargue. Elle regarde la télé d’un œil absent, m’observe puis se met sur le dos et s’étire de manière langoureuse. Je crois qu’elle se fiche de moi. Quant au chien, dès que je m’allonge pour mes exercices, il se précipite vers moi et tente de me lécher les jambes, mordre mes pieds ou se coucher sur moi. Un vrai plaisir ces séances de gym…

Et pour terminer en musique, je vous propose Gnarls Barkley avec Crazy

Deux semaines

Voilà deux semaines que je ne fais plus de jogging. C’est long. Jeudi j’avais envie de pleurer. Non seulement j’avais mal mais en plus j’ai pensé que plus jamais je ne pourrais courir. Et puis dimanche il a fait un temps magnifique, j’ai vu plein de joggers et moi je marchais… Mais, parce qu’il y a un « mais », j’ai fais deux balades de plus d’une heure chacune avec le chien. J’ai tout de même constaté que si je marchais lentement, ça allait mieux. Il y a une légère amélioration du moment que je ne force pas. Et promener avec le chien, c’est vraiment tranquille. Monsieur a tellement d’endroits à aller renifler que parfois j’ai l’impression de faire du surplace. Dimanche soir mon moral était alors au beau fixe. Et ce lundi matin je reçois un message de ma collègue.

Elle m’annonce qu’elle a de la fièvre et des symptômes grippaux. D’un côté je me dis que de toute façon, chaque année elle a la grippe mais de l’autre je réalise qu’elle a peut-être ce fichu virus et que je vais devoir rester en quarantaine. Ne pas mettre le nez dehors durant quinze jours alors que je suis en pleine forme ? Quel cauchemar ! Mais en arrivant au boulot, j’ai été « rassurée ».

Alors que l’Italie met tout le nord du pays en quarantaine, sauf les frontaliers qui peuvent continuer à venir en Suisse pour travailler, je lis qu’on ne met plus systématiquement les gens en quarantaine en Suisse. C’est de notre propre responsabilité et c’est maximum cinq jours, plus deux semaines. Ces mesures totalement contradictoires deviennent ridicules. Je constate tout de même que les gens ont peur car il y a nettement moins de monde dans le train ou le métro. Enfin quelque chose de positif 😁.

Et pour terminer en musique, je vous propose Dionysos avec Le Chêne

Courir c’est bon pour la santé

Ce mardi, cela fait une semaine que je n’ai pas couru. Ca me manque terriblement. Qu’est-ce qui m’arrive ? J’ai mal au tibia, inflammation très répandue chez les joggeurs. Sauf que…c’est la marche qui m’a provoqué cette douleur. Courir ne me fait mal nulle part (sauf sur le moment tant que le corps n’est pas bien chauffé) : mes genoux vont bien, mon dos aussi, mes pieds également. Mais il a fallu une marche dans de mauvaises conditions pour que ce soit la catastrophe : https://wp.me/p2fTLv-1QZ

Sur le moment, je me suis dit que c’était parce que j’avais des chaussures montantes qui avaient frotté contre le mollet. Ca ne m’a pas empêchée de continuer mes séances de jogging. Un mois après, j’ai quand même réalisé que ce n’était pas normal cette douleur, vive au réveil dès que je pose le pied par terre. Parfois même, je boite durant la journée et j’ai mal au repos. Alors j’ai enfin décidé de ne plus forcer, laisser mon corps se réparer. Et ça prend du temps…

Après une semaine, je ne boîte plus mais la douleur est toujours présente, surtout le matin. Je n’ai plus mal au repos, c’est déjà ça. Il est hors de question que je me rende chez le médecin : j’ai pas envie et je n’ai pas les moyens. De toute façon, après une consultation active de nombreux sites, la réponse est la même partout : repos. Un site professionnel parle de 4-8 semaines ! Un cauchemar. Je ne descends plus à pieds le soir pour aller à la gare, je me retrouve coincée au milieu des gens dans le métro à tester ma résistance au coronavirus.

Une chose est certaine, je ne rentrerai plus à pieds quand je loupe le bus…

Et pour terminer en musique, je vous propose Gavin DeGraw avec Sweeter

Travaillons ces abdos

Je l’ai déjà mentionné plusieurs fois, je déteste la gymnastique. Pourtant, je lis ici et là qu’elle est un bon complément à des séances de jogging pour muscler le corps. Etre musclée ne m’intéresse pas, même si j’ai constaté que certains maux que j’ai sont dû justement au fait que mes muscles ne sont pas assez travaillés.

J’ai bien tenté les minis séances de gymnastique avec des vidéos fournies par l’application liée à ma montre. Mais non, même six minutes c’était trop. L’impression que je n’avais pas la force de continuer, l’envie de vomir face à l’effort, aucun plaisir. J’ai très vite arrêté. Mais ma ceinture abdominale qui me dérange et prend du volume, me force à considérer la gymnastique comme une alternative qui pourrait remédier à cette surcharge disgracieuse.

20200112_171548.jpgJ’ai appris qu’il existait un nouveau jeu pour la switch qui faisait très bien le travail pour les gens comme moi. Il paraît que la pub passe souvent à la télé mais comme je ne regarde pas la télé et encore moins les pubs, j’ai failli louper l’info. J’ai donc acheté le jeu en me disant qu’une séance de gym couplée à un jeu vidéo pourrait sans doute faire l’affaire.

Mon premier essai, je l’ai fait un soir après une séance de jogging. Mauvaise idée. J’ai transpiré comme une dingue alors que je n’ai fait qu’un niveau dans un monde. Il fallait courir, parfois courir en montant bien haut les genoux pour monter des escaliers, et il y a ce cerceau un poil rigide qu’il faut bien serrer pour anéantir des obstacles sur le trajet ou alors étirer pour aspirer des pièces de monnaie. Je n’ai « joué » que dix minutes et j’étais morte !

Mon deuxième essai, je l’ai effectué samedi soir en rentrant de mes examens, pour aider le stress à me quitter. Cette fois-ci je n’avais pas trente minutes de jogging dans les jambes et j’étais prête mentalement. J’ai souffert vingt-cinq minutes et perdu des litres d’eau. J’ai terminer les deux niveaux de mon monde. A nouveau j’ai couru, monté mes genoux, pressé ce fichu anneau ou alors je l’ai étiré. Mais cette fois-ci, il y a des monstres à combattre en cours de jeu. Et comment on fait pour les battre ? Des squats 😩

20200112_170921.jpg

En fait, il y a plusieurs possibilités qui s’offraient à moi et j’ai opté pour les squats qui me semblaient ce qu’il y avait de moins pire. Au début du combat on va lentement puis il faut accélérer le rythme. Je respire mal, je souffre. Et comme ce n’est pas suffisant, il faut quand même employer les autres méthodes.

J’ai donc souffert pour perdre seulement 70 calories. Bon, j’ai choisi le mode pas trop difficile même si c’est indiqué que le niveau s’adapte ensuite à nos performances. Pour l’instant, c’est assez difficile pour moi, merci. Lorsque je suis sortie de ma douche, j’avais mal partout, même si j’ai bien fait les exercices d’échauffement avant de débuter et les étirements à la fin. Etirements qui durent une éternité. Je déteste la gym !

Maintenant il ne me reste plus qu’à instaurer une nouvelle habitude avec cette séance de torture en appliquant la méthode dont je parlais hier. Ca va être difficile de trouver une émotion positive à associer à cette envie de vomir…

20200112_111427

Ce dimanche, comme il faisait grand beau, j’ai préféré aller courir dehors et profiter du paysage. Mais ce soir, j’ai bien envie de jouer un peu…

Et pour terminer en musique, je vous propose Eurythmics avec Sweet Dreams

Enfin des effets positifs

Je me plains sans cesse de ne pas constater de réels effets positifs à mes séances de jogging. Oui j’arrive à courir une heure lentement sans problème de respiration contrairement à une minute grand maximum au début. Mais c’était à peu près tout. Or, je viens de faire deux constats positifs.

Voilà huit mois que je suis devenue sportive. Je suis toujours aussi motivée, je n’en reviens pas. Je ne peux toujours pas accélérer la cadence sans vite approcher de la zone rouge. Cependant, ma charge cardiaque a légèrement baissé ! D’une part, je suis rarement dans ladite zone rouge contrairement à mes débuts mais en plus, pour une même charge cardiaque je suis passée de « élevée » à « légèrement élevée » ou de « très élevée » à « élevée ». C’est sans doute ce qui explique que je n’ai plus une furieuse envie de dormir après être allée courir. Ça c’est le premier point.

Deuxième constat : depuis peu, je me sens super détendue durant quelques heures après avoir couru. Et qui dit corps détendu, dit tête qui ne rumine pas ! Avoir les épaules qui se relâchent, pouvoir tourner la tête sans dire mentalement « aïe » et ne ressentir aucune douleur dans le dos, quel pied ! Il m’aura fallu huit mois pour commencer à enfin me détendre, sensation que je ne connaissais plus depuis des années ! Mais ce n’est que le début…

Et pour terminer en musique, je vous propose Emmanuelle Seigner avec Dingue