Archives

Mon non régime (suite)

20161229_183557

Je vous avais parlé de ma découverte d’un “non régime” pour maigrir lentement mais sûrement ICI. Après six mois, qu’en est-il ?

Tout d’abord, je précise que j’ai dû utiliser l’application fatsecret un ou deux mois maximum et en mode “fainéante” puisque je ne pesais rien. C’était uniquement pour me faire une idée des calories consommées quotidiennement. Donc je n’ai aucune idée du nombre que j’ingurgite chaque jour. Je m’étais basée sur le chiffre pour atteindre 61 kilos. Mais finalement je mange peut-être pour 63kg ou pour 59kg ! On verra bien à combien je me stabilise.

Et mes fameuses fringales de malbouffe ? Malheureusement, avec l’approche des examens elles sont violentes. Dans la mesure du possible, à savoir une volonté toute relative, je me rue sur des oranges. J’aime ça, c’est bon, mais ça ne vaut pas des chips. Il m’arrive donc de craquer et dans ces cas, j’essaie de faire durer le paquet de chips au moins deux jours. Dans l’ensemble, je ne m’en sors pas trop mal.

Après six mois, j’ai maigri de six kilos. Une amie qui étudie la nutrition m’a conseillé de ne pas perdre plus d’un kilo par mois. Plus et le cerveau va s’affoler et tenter à tout prix de créer des réserves de graisse.

L’ennui, c’est qu’il y a eu les Fêtes de fin d’année et que j’ai décidé de me mettre aux cupcakes. C’est sympa à cuisiner et offrir. Mais avant de les offrir…il faut les goûter. Je ne saurais dire lesquels étaient les meilleurs. Chocolat/banane ? Pomme/Cannelle ? Chocolat ? Caramel beurre salé ? Je crois qu’il faut que j’en refasse pour trouver la réponse 😄. Et ma volonté ?!?! Mais quelle volonté ?

Et pour terminer en musique je vous propose Kodaline avec Lost

 

Je reviens avant la fin de la semaine. Il faisait trop beau ces jours pour rester derrière mon écran et en plus je suis en vacances alors je ne m’impose aucun planning…

Prochain sujet : le trouble bipolaire

Petits Moutons face à l’Autorité, à l’Autre.

Dans mon dernier article, Dr CaSo m’écrivait ceci :

Quand on essaye de résister, les “conformistes” deviennent souvent très méchants! Je vois ça très souvent dans les réunions, quand quelqu’un de haut placé dit quelque chose (de con) et tout le monde se sent forcé de dire oui oui même si on sait très bien qu’en réalité ils ne sont pas du tout d’accord… et si j’essaye de dire non, alors là c’est la haine, parce que j’ose déranger le status quo, parce que je rends tout le monde inconfortable, parce que je force tout le monde à se remettre en question. Je me fais énormément d’ennemis tout le temps à cause de ça, au boulot!”

Alors dans ce message il y a trois problématiques sociales qui ressortent : l’influence dans les groupes, l’attitude des gens face au pouvoir, le conformisme social.

Reprenons la première phrase : Quand on essaye de résister, les “conformistes” deviennent souvent très méchants!

Dans notre société, nous faisons partie de plein de groupes : au travail, notre club de gym, les propriétaires du quartier, … Et nous avons un fort sentiment d’appartenance dans les groupes qui nous intéressent, sentiment basé sur des règles tacites. Il y a donc un consensus qui nous pousse à être conforme à ces règles. Et lorsqu’un problème surgit avec les membres dudit groupe, s’ensuit une grande communication entre tous. Un chercheur, Festinger, a élaboré une théorie en quatre points sur ces communications et son hypothèse 2a dit ceci : “Plus la divergence entre un membre particulier du groupe et le communiquant est grande à propos du contenu x et plus la tendance qui pousse à communiquer avec ce membre à propos du contenu augmentera”. Ce qu’il y a de positif à ce stade-là, c’est que Dr CaSo est encore considérée comme membre du groupe car sinon ses remarques produiraient tout au plus un léger haussement de sourcils. Tout n’est pas perdu même si les membres se sentent menacés à cause de quelqu’un qui ose remettre les règles tacites en cause.

Continuons : quand quelqu’un de haut placé dit quelque chose (de con) et tout le monde se sent forcé de dire oui oui même si on sait très bien qu’en réalité ils ne sont pas du tout d’accord.

Là nous sommes dans la soumission à l’autorité. Pour obtenir une uniformité dans un groupe, il faut une pression. Deux chercheurs, French & Raven, ont recensé cinq formes de pouvoir : * pouvoir de récompense : on félicite, on récompense,… *pouvoir de coercition : on punit, on exclu, on licencie * pouvoir d’expertise : on part du principe qu’un personnage haut placé possède un minimum de compétence (on sait que ce n’est hélas pas toujours le cas) *pouvoir référentiel : on admire la personne, on s’y réfère. *pouvoir de légitimité : notre boss ! Vous prenez les chefs de secte et aux yeux de leurs adeptes, ils remplissent tous les critères. Donc on va suivre la personne haut placée à cause de son pouvoir supposé sur nous. Ensuite il y a le fait que le petit employé qui dit une ânerie sera vite écarté du groupe alors qu’on pardonnera au big boss. C’est moche mais c’est de cette façon que fonctionne notre société. Vous pouvez regarder l’expérience de Milgram sur la soumission à l’autorité. Le lien est un résumé mais vous pouvez trouver l’expérience complète sur le net.

Enfin : si j’essaye de dire non, alors là c’est la haine, parce que j’ose déranger le status quo, parce que je rends tout le monde inconfortable, parce que je force tout le monde à se remettre en question.

Nous nous trouvons là dans les cas d’influence minoritaire. Le Dr Caso se trouve face à une majorité. Majorité qui est sûre d’avoir raison, puisqu’elle est majoritaire. Par contre, si cette majorité écoute le Dr CaSo, elle peut se remettre en question. Du coup, en plus d’avoir son avis, elle en a un autre. Quelle horreur !  Effectivement, le groupe peut alors se remettre en question. Et par ce fait, va réfléchir à d’autres possibilités encore. Lors d’expériences dont je ne vais pas parler là (trop fainéante pour relire des articles soporifiques), il a été montré que lors d’un débat face à une minorité, les réponses exposées sont nettement plus variées et recherchées que face à une majorité. Comme quoi, si on n’est pas face à des bœufs, être le vilain petit canard peut faire du bien au troupeau 😁.

Vous l’aurez compris, il existe plein de règles sociales qui nous dirigent inconsciemment. En prendre conscience peut nous aider à ne plus subir bêtement le cours des choses…

(Comme d’habitude, j’espère n’avoir pas écrit d’âneries.)

Et pour terminer en musique j’ai choisi Christophe pour son dernier album entendu à la FnuK et que j’ai trouvé sympa. Je vous propose Océan d’amour  (pas ma préférée mais je prends ce que je trouve).

Il m’a quittée…

La fille d’une amie, appelons-là Julie, vit difficilement une rupture sentimentale. Ce que je comprends tout à fait. Si je suis incapable de me mettre en couple c’est parce que je redoute d’être quittée (faudra que j’en parle à mon psy).

Hier, alors que je surfais frénétiquement sur le web d’un site à l’autre, je suis tombée sur une citation de Marc-Aurèle tirée de ses Pensées.

Si tu t’affliges pour une cause extérieure, ce n’est pas elle qui t’importune, c’est le jugement que tu portes sur elle. Or, ce jugement, il dépend de toi de l’effacer à l’instant. Mais, si tu t’affliges pour une cause émanant de ta disposition personnelle, qui t’empêche de rectifier ta pensée ? (Livre VIII, XLVII)

On trouve déjà ce même genre de pensée chez Epictète :

Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements qu’ils portent sur ces choses.

J’ai trouvé ces pensées très douces et ai envoyé celle de Marc-Aurèle à Julie. Il n’y a pas de jugement du genre “grosse nouille, tout est dans ta tête, fais un effort !”. Au contraire, j’y vois comme un encouragement : “tout est dans ta tête, tu as la chance de pouvoir faire disparaître cette douleur”.

Julie me répond que la citation est effectivement jolie et qu’elle essaie de “penser stoïcien ces jours. J’ai envie de relire de la philosophie antique, ça me ferait du bien”. Contrairement à moi, Julie est très cultivée. Parce qu’elle n’est pas allée sur internet avant de me parler de courant stoïcien alors que moi j’ai dû aller glâner quelques informations pour ma culture personnelle. Mais sa petite remarque couplée à ce que je lisais sur internet m’ont poussée à me rendre à la librairie durant ma pause de midi et je ne le regrette absolument pas.

Photo le 20.01.16 à 18.45

Donc si comme moi vous ne connaissiez pas, foncez vous procurer ces joyaux. Vous les trouvez également gratuitement sur le net de façon tout à fait légale. C’est de la lecture qui fait du bien.

Et pour terminer en musique, je vous propose Fou à lier de Feu! Chatterton

Petit sondage

Dans le cadre de mes cours, avec deux autres personnes nous devons monter une expérience. Pour tester une partie de son efficacité, nous effectuons un pré-test auprès d’un large public. C’est pourquoi si vous avez deux minutes à consacrer à notre petit formulaire, ce serait très sympathique. Merci.

Un grand merci aux personnes qui ont bien voulu participer 🙂

Jogging

Voilà maintenant un peu plus d’un mois que je me suis mise au jogging. J’essaie d’aller courir trois fois par semaine. Je tiens tout d’abord à préciser que je ne suis absolument pas sportive et que les débuts sont difficiles. Mais je suis motivée.

J’ai débuté par 1km de course. Je ne courrais pas sur toute la longueur, tellement je manquais de souffle ! J’arrivais à la maison en nage avec la tête qui tourne. Pour m’encourager, j’ai investi dans de belles chaussures. Mais mes mollets m’ont très vite fait savoir qu’ils aimaient bien ne rien faire. Après trois semaines à courir en ayant mal, je me suis offert une séance de massage. Je me réjouissais que les mains relaxantes arrivent vers mes pieds et mes jambes pour détendre mes muscles mis à rude épreuve. Cela devait certainement être agréable, je me suis endormie et n’ai rien senti ! Mais mon mollet me laisse à présent trotter donc je suis contente.

J’alterne à présent le jogging et la marche sur 2,5km. Je suis contente j’ai progressé. Je cours sur les descentes, le plat et le faux plat et marche sur les montées. Aujourd’hui j’avais encore passablement de souffle en arrivant à la première montée, je me dis que je vais bientôt pouvoir tenter le petit trop sur les pentes également. Mais je ne suis pas pressée.

On va dire que ma masse musculaire se développe…puisque j’ai pris 1 kg ! Mon nouvel objectif, avant d’augmenter le parcours, est de parvenir à courir sur les 2,5 km sans m’arrêter. D’ici deux semaines ? Aucune idée, on verra…

Mes voisins déménagent

Mes voisins du dessous déménagent enfin ! Quel bonheur.

Finis les essorages de leurs nombreuses lessives tous les dimanches soir à partir de 23h

Finis les bruits de leur séchoir à deux heure du matin

Finis les barbecues enfumés à l’odeur de poisson

Finies la télé et la radio à fond toute l’année avec les fenêtres grandes ouvertes

Fini la cage d’escalier qui ressemble à un fumoir avec toutes les cloppes et joints qu’ils s’envoient

Fini le bordel entassé dans le couloir parce que visiblement leur appartement est trop petit

Fini le bordel entassé sous la cage d’escalier

Fini le bordel entassé sur la place de parc qui menace chaque fois de s’étirer jusque sur la mienne

Fini Madame qui va écouter sa musique sous la fenêtre de ma chambre à 23h

Fini Madame qui s’amuse avec son tuyau d’arrosage durant une heure vers 1h du matin…chaque soir durant l’été

Fini Madame qui branche ensuite l’arrosage qui vient sur mes volets toute la nuit

Finies les engueulades à toute heure de la nuit

Finies les portes qui claquent à chacune de leurs nombreuses entrées/sorties

Fini Monsieur qui fait vrombir le moteur de sa moto…quelle que soit l’heure

Mes voisins déménagent et je suis heureuse. J’espère simplement que les suivants sauront ce qu’est le respect, qu’ils apprécient le silence et qu’ils seront sympathiques. Parce qu’à côté j’ai également des nouveaux voisins, sympathiques, mais dont les deux chiens aboient en permanence (L’Enquiquineuse si tu passes par là 😉).

Je n’ai jamais compris pourquoi Madame passait autant de temps dans son jardin qui a toujours ressemblé à un terrain vague. Elle laisse pour les suivants un endroit désolant…

En attendant, les deux cons s’en vont, bon débarras !