Pourquoi je fuis le prince charmant

Bon c’est la fête des amoureux. Déjà qu’ils sont amoureux, faut en plus qu’ils aient une fête ! Et pourquoi ne célèbre-t-on pas les coeurs esseulés ? “Aujourd’hui pensez un peu à vous… offrez-vous [insérez ce qui vous plaît] et savourez cette journée”.

Oh, et puis il faut arrêter de penser au prince charmant. Qu’est-ce qu’il est chiant celui-là, à tout le temps se faire désirer. Quelle diva ! Il n’en vaut pas la peine. Et qui dit “prince charmant”, sous-entend “perfection”. L’horreur absolue. Comme l’humain se compare toujours à ses semblables, vous imaginez vivre avec l’homme parfait ? En vous comparant à lui, vous remarquerez encore plus tous vos propres défauts. Ah, super pour cultiver une bonne image de soi 😖.

Comment ça, un petit repas en amoureux vous tente ? Mais il suffit de manger devant votre chien; vous verrez les regards langoureux qu’il vous lance tant qu’il reste la moindre miette de nourriture. Ça vaut bien mieux que le regard niais de prince machin.

“Mais qui va me réchauffer les pieds quand je vais me coucher les soirs d’hiver ?” Grâce à la journée des coeurs esseulés, vous avez l’excuse toute trouvée pour vous offrir une magnifique bouillotte. Je sais, ne me remerciez pas. Entre coeurs solitaires on peut bien s’entre-aider, non ?

Et si vous aimez lire des historiettes qui parlent d’amour, le New York Times en diffuse chaque semaine. Comme aujourd’hui c’est de circonstance, c’est par .

Et pour terminer en musique je vous propose Gabrielle Aplin avec Panic Cord

Advertisements

Les p’tits souvenirs

L’idée vient de .

Si les dates de péremption et d’expiration d’un aliment sont passées, est-ce que vous mangez/buvez/utilisez quand même le truc, ou est-ce que vous le jetez?
Pendant longtemps j’étais extrêmement pénible et je jetais tout ce qui était périmé. A présent je renifle avant pour me faire une idée et je goûte. Si ça me semble bon, je consomme. Je ne teste pas la viande que je vais jeter plus facilement et l’huile également car j’ai été super malade après avoir cuisiné avec de l’huile avariée.

Que faisaient vos parents à votre âge?
Ils travaillaient tous les deux dans le milieu bancaire que j’ai heureusement réussi à quitter. Bon, quand je regarde ce que je fais aujourd’hui, ce n’est guère mieux et c’est moins bien payé. J’ai dû rater quelque chose. A part ça ma maman est devenue assez aigrie et mon papa gérait la dépression de sa femme et l’éducation de son jeune fils.

À quoi aimeriez-vous pouvoir consacrer plus de temps?
Du temps, j’en ai beaucoup durant la semaine, au travail. Donc je ne sais pas. Mais un peu d’argent pour reprendre des cours de piano et prendre des cours de batterie, ça oui !

À quoi aimeriez-vous pouvoir consacrer moins de temps?
A l’ennui (cf ci-dessus) et à mon boulot.

Quelle est la chose que vos amis et vos amis vous répètent toujours, mais que vous ne faites toujours pas?
De m’inscrire sur des sites de rencontres 💘💑

Quel était votre dernier mensonge?
Aucune idée, je n’aime pas mentir. Probablement dire à quelqu’un qui me dérange que “non, vous ne me dérangez pas”.

Et pour terminer en musique, je vous propose Noel Gallagher’s High Flying Birds avec She taught me how to fly

Dessine-moi un mouton

20190210_123357.jpg

Toujours dans ma quête pour déconnecter un peu mon cerveau, j’ai ressorti mon matériel de coloriage. J’ai d’abord commencé par du collage après avoir vu ce que faisait Roseline. Evidemment que le mien n’est pas aussi joli. D’une part parce que je n’ai pas de magazines ni publicités qui arrivent dans ma boîte aux lettres et donc découper de jolies images et d’autre part parce que je suis une grosse fainéante. Donc j’ai un peu bâclé au départ mais je m’améliore. Puis j’ai décidé de me lancer dans un Bullet Journal après avoir vu celui de Cara. Là aussi il va me falloir de la patience mais le but reste bien sûr de me vider l’esprit et je crois que faire des petits dessins me réussit pas mal. Bien entendu, j’ai posé mes gros doigts sur le dessin encore mouillé !

20190207_122353

Je ne sais pas encore ce que je vais bien pouvoir mettre dans ce journal. Il est clair que je ne vais pas en faire un agenda puisque j’en ai déjà un…que je ne rempli jamais. Pas assez de choses à noter et le peu que j’ai, je le mémorise. Je vais donc aller chercher des idées sur internet.

Et pour terminer en musique, je vous propose un titre que j’ai déjà mis par le passé, Eiffel avec Sous ton Aile

Repas de la guerrière

Pour l’instant, je vais tenter de continuer à poster six messages par semaine. Mais c’est difficile de trouver des sujets. Parfois j’en ai en tête mais je n’ai que trois lignes de texte donc il faut que je me concentre pour rajouter du bla-bla. C’est un bon exercice qui me permet de m’éloigner de ce qui m’énerve et occupe une trop grande place dans mon cerveau. Et quand je m’énerve trop, je souffre de terribles migraines qui durent facilement quatre jours. Et là, je me suis pris la tête pout le boulot et pour les cours, ce qui fait que la migraine ne m’a pas ratée; présente depuis vendredi !

20190209_125345.jpg

Comme j’avais une envie de hamburger depuis quelque temps et que je lutte pour ne pas aller chez qui vous savez, j’ai décidé qu’un petit en-cas fait maison irait très bien. J’ai évité le pain servi habituellement. Le bon, sucré, mais bourré d’additifs nocifs. Puis j’ai fait mes frites allumettes au four. Un délice. J’hésitais pour la boisson : le coca car ça va bien avec le hamburger ou le petit verre de vin rouge car c’est quand même mon anniversaire ? J’ai opté pour les deux. Le coca m’aide à digérer les frites et le vin…parce que je le veux ! Il manque la petite salade…que j’ai oublié d’acheter ! Elle ne m’a pas manqué.

Il pleut, il vente, et je dois aller terminer mes devoirs. Peut-être qu’un nouveau petit verre de vin va m’inspirer…

Et pour terminer en musique je vous propose Tom Jones avec Green Green Grass of home

Retour sur la semaine

Petit retour sur la semaine…

Un livre : John Le Carré avec Le Tunnel aux pigeons : histoires de ma vie

Un plat : un excellent sandwich aux crevettes

Une boisson : un coca zéro

Une série : Engrenages. J’ai regardé les six saisons l’année dernière et j’étais impatiente de découvrir la septième disponible depuis lundi. C’est une série française que j’aime beaucoup avec toutefois un bémol : certains passages sont incompréhensibles car les acteurs articulent mal et ça, c’est très désagréable.

Un film/documentaire : –

Une rencontre : Ce n’est pas tout à fait une rencontre mais… Vendredi j’ai reçu un appel de mon ancienne collègue. Cela fait deux ans qu’elle est partie vivre à Amsterdam. On ne trouve jamais le moment de se parler. Or, là, sans crier gare, elle m’a téléphoné : “Je suis sans enfants durant trente minutes !” Ça m’a fait super plaisir. On s’est promis qu’on trouverait le temps pour se faire un Skype la prochaine fois. Avant deux ans ?

Un moment agréable : Je me promenais à travers champs avec le chien et j’avais l’impression d’être au printemps, malgré la température peu élevée et les résidus de neige ici et là. Le soleil brillait et j’écoutais le piaillement des oiseaux pendant que mon monstre à quatre pattes reniflait les mille odeurs laissées par les autres canidés. J’étais bien.

Une envie : de sieste. J’y vais…

Une occupation : scanner ma paperasserie pour faire de l’ordre.

Et pour terminer en musique je vous propose The Wombats avec Greek Tragedy

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

Je continue à avancer dans mon rangement. Mon salon est tout nu; j’ai rangé tout ce qui trainait. Une partie a fini dans la poubelle et l’autre est à présent ordrée. Je n’ai pas encore attaqué ce qui est caché dans les tiroirs ou les boîtes de rangement.

20190207_063808.jpg

Ma cuisine est toute nue également. En général, je dois tout pousser pour cuisiner ou avoir une petite place pour manger à ma table. A présent, le problème ne se pose plus. Il me reste trois tiroirs à vider et trier mais comme ils ne débordent pas, ça peut attendre. J’ai sorti tout le reste et trié, jeté dans mes poubelles laissées sur le balcon. J’ai trouvé alors des nids dans des pailles en plastique et des couvercles de tupperware. Autant dire que j’ai tout nettoyé. Malgré cela,  j’ai quand même tué deux mites alimentaires ce matin. Je désespère.

Ma salle de bain est quasi terminée. Il me reste à vider la pharmacie…qui n’a jamais été pleine. Ça ira vite.

Je dois encore débarrasser les choses qui prennent la poussière sur la bibliothèque dans ma chambre, sur la commode et sous une table de nuit.

J’ai commencé à m’occuper de mon bureau. J’ai trié toute la paperasserie, scanné ce qui devait l’être, et jeté ensuite les papiers. Je dois faire pareil pour ce qui occupe plein de classeurs dans une armoire. J’ai toujours gardé mes papiers durant dix ans donc c’est un peu difficile pour moi de jeter. C’est pourquoi je scanne… il faudra sans doute que je fasse également de l’ordre dans mon ordinateur ensuite mais ça, ce n’est pas pour tout de suite !

Le hall d’entrée est encombré de cartons qu’il faut porter à la déchèterie, de sacs d’habits, chaussures, draps, linges. Mes piles de livres diminuent. Heureusement, car j’en ai marre de porter un sac de huit tonnes chaque matin quand je vais travailler, pour aller charger la bibliothèque de libre échange.

C’est encore loin d’être propre, mais moi je vois l’énorme progrès effectué et je suis fière de moi !

Et pour terminer en musique, je vous propose Florence and the Machine avec Moderation

Réflexions

Je dois choisir un sujet de mémoire pour mon master. Après le semestre en cours, il m’en reste quatre donc j’estime avoir le temps (les cours sont à mi-temps). Au début du semestre passé, on nous a fait comprendre qu’il fallait se dépêcher. Je fais ce que je veux, c’est moi qui paie ! En plus, j’ai trois gros cours à chaque fois alors qu’au cinquième semestre je n’en aurai qu’un. Autant caser le mémoire à ce moment-là. Je dois également trouver une solution pour suivre 300h de stage à côté de mon emploi actuel. J’ai très vite pris la décision… de ne pas me prendre la tête pour l’instant. Or, il y a un petit changement dans les cours que je compte suivre. Ce qui fait que je vais me retrouver avec deux pavés au lieu de trois le semestre suivant. Et si je faisais mon mémoire à ce moment-là ? Mouais… le cinquième semestre reste tout de même une meilleure solution. Mais un autre problème de taille se pose : faire un mémoire sur quoi?

Mon autre réflexion concerne ma dépression saisonnière. Fin octobre jusqu’à fin mars environ, le moral plonge et c’est l’horreur. Enfin, ça c’était avant ma thérapie. Parce que depuis, j’ai constaté qu’il fallait attendre décembre pour chuter et remonter vers fin mars-début avril. Jusqu’au jour où j’ai compris que ce qui me dérangeait en décembre, c’étaient les fêtes de fin d’année et ma solitude qui me posait problème. A partir du moment où j’ai réalisé ça, le moral descend une semaine avant Noël et remonte dès le 2 janvier. Ma “dépression saisonnière” ne débute alors plus que début février. Et cette année, comme à chaque fois, mon moral est allé s’installer au troisième sous-sol. Mon anniversaire arrive, puis la StValentin et ma solitude est à nouveau bien présente et…. Mais ??? Ça ressemble énormément à mon problème de Noël, ça, non ? En fait, je ne souffre d’aucune dépression mais juste de périodes où je vis mal le fait d’être seule ! Mon moral est remonté d’un coup. Je serai donc seule le 10 et le 14 mais bon, ce ne sont que deux jours dans l’année (les autres jours, ma solitude ne me pose en général aucun problème). En plus le 15, selon toute logique, ça devrait aller mieux et j’ai prévu d’aller boire le café avec deux amies et manger une fondue dans la foulée. Je crois bien que je ne vais plus avoir de symptômes de dépression saisonnière. Il m’en aura fallu du temps pour comprendre ça mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

Et pour terminer en musique je vous propose Andy Burrows & Matt Haig avec Handle with care