Balade Montreux-Villeneuve

Capture d_écran 2017-09-05 à 18.27.26

Aujourd’hui j’ai décidé de profiter de mon abonnement aux transports publics du canton de Vaud qui me coûte un bras. Départ à 9h avec le bus pour m’emmener à la gare. Puis 50min de train jusqu’à Montreux. Là j’ai prévu de faire la petite balade à pieds le long du lac jusqu’à Villeneuve : 5km. Chaque fois que je prends le train ou la voiture et que je passe dans cette région, je me dis qu’il faut que je fasse ce bout de trajet à pieds. Voilà qui est fait. J’ai mis 1h45 et encore, je ne me suis pas trop arrêtée pour les photos. Je n’en ai pris que 75 !

Comme je l’ai déjà dit, j’aime observer l’eau donc là j’étais ravie. Les couleurs étaient magnifiques. Le soleil était présent…et la chaleur un peu trop à mon goût. Il n’y avait pas trop de monde sur le chemin, ce qui était franchement agréable. J’ai juste eu un peu de peine à ne pas avoir de Japonais sur les photos du château…

P1060057P1060059P1060061P1060062P1060072P1060089P1060097P1060110P1060121

Une fois arrivée à Villeneuve j’ai pris le bus pour retourner à Montreux et chercher un endroit où manger, j’étais affamée. Je voulais une pizza mais le seul endroit où j’ai vu qu’ils en proposaient, j’ai réalisé que finalement je pouvais m’en passer. J’ai opté pour un pub qui proposait des hamburgers avec des produits de la région. La terrasse n’était pas très accueillante et il y avait une femme qui fumait. Mais j’avais faim et un fort besoin d’aller aux toilettes. En entrant, j’ai eu l’agréable surprise de constater qu’il y avait une deuxième terrasse, orientée côté lac celle-ci, et non fumeur. Les toilettes étaient propres, le hamburger délicieux et la vue magnifique.

 

Et pour terminer en musique, je ne sais pas trop que vous proposer alors je jette un coup d’oeil sur mes vieilleries et je tombe sur Espen Lind avec Lucky for you

Advertisements

Etang

Cela fait plusieurs fois que je souhaite me balader vers l’Etang aux Moines à dix minutes de voiture de chez moi. Mais je suis incapable de le trouver. Aujourd’hui j’étais bien décidée à ne pas rentrer tant que je ne l’avais pas vu. J’ai évidemment fait un immense détour, mais j’y suis arrivée. A présent je connais au moins le chemin, je vais pouvoir y retourner. Il y a apparemment de belles balades à faire dans le coin. Les gens s’y rendent souvent pour manger les grillades qui sont autorisées, pour autant que l’on laisse l’endroit aussi propre qu’on l’a trouvé en arrivant.

Dès qu’il y a de la forêt et un peu d’eau, je suis aux anges. Je peux rester des heures à côté d’un ruisseau à écouter l’eau et la regarder progresser le long de son petit sentier…

P1060035_2735P1060037_2737P1060038_2738P1060050_2750

Et pour terminer en musique je vous propose une vieillerie que j’ai beaucoup écoutée en son temps, à savoir Jimmy Sommerville avec So Cold the Night

Cinq fruits par jour

Cet été, l’agriculteur de mon village m’avait proposé d’aller cueillir des cerises. Il m’avait même indiqué où se trouvaient les meilleures. Ça faisait des années que je n’avais pas autant mangé de ces fruits-là. Pour le remercier, je lui avait préparé des cupcakes qu’il m’a dit avoir appréciés. Il va falloir que je me remette aux fourneaux car cette fois-ci, il m’a invitée à aller me servir de pommes, mirabelles et pruneaux. J’y suis donc allée et il n’y a pas à dire, les fruits c’est bons (même si pour l’instant j’ai fait l’impasse sur les pommes alors qu’il faudrait que j’aille en cueillir pour préparer une bonne tarte).

 

Et pour terminer en musique je vous propose Calogero avec Je joue de la musique. Je trouve la mélodie sympa mais si les paroles m’horripilent…

C’est la Rentrée

Bon la rentrée c’était le 14 août dernier et j’ai déjà deux semaines de retard dans mes cours. Il se trouve que j’ai raté un examen en juin dernier et que j’ai dû le repasser hier. Comme cet été je n’ai rien fait j’ai révisé les statistiques, j’ai consacré ces deux dernières semaines à me préparer pour mon oral de rattrapage. Autant vous dire que j’étais heureuse que ce ne soit pas à nouveau un écrit car mon problème était qu’il y avait, entre autres, un QCM dont je ne comprenais pas soit les questions, soit les réponses proposées quand ce n’étaient pas les deux. A l’oral c’est possible de dire qu’on n’a pas compris la question donc j’y allais tranquille de ce côté là. Je n’ai plus qu’à attendre le résultat même si je sais que cette fois c’est réussi.

Donc ce semestre je vais étudier la psychométrie. Késako ? C’est une méthode qui comprend l’utilisation de tests ou d’inventaires dans le but d’évaluer des caractéristiques psychologiques particulières d’un individu. Et l’autre cours est la psychologie différentielle qui complète la psychométrie. Là nous allons surtout nous attarder sur les tests de QI. Qu’est-ce que le QI, que comprend-il ?

Ces deux cours vont donc m’apprendre les bases pour faire passer des tests et surtout interpréter les résultats. Parce qu’on ne rate pas un test de QI par exemple. On obtient un score qui comprend plusieurs données. Et si on obtient un mauvais score en données spatiales, qu’est-ce que cela implique ? Ca va être intéressant…sauf pour le côté statistiques. J’ai préparé de jolis résumés sur ce sujet cet été et j’espère qu’ils me seront utiles pour bien comprendre ces nouvelles matières.

20170826_180258

En attendant, comme je n’ai pas pleinement profité de mon été, je m’octroie un petit moment détente avec de la lecture légère…

Et pour terminer en musique je vous propose Bastille avec Basket Case, une reprise du groupe Green Day.

Tatouez-moi

Je remarque que de plus en plus de personnes portent des tatouages. Que  l’on aime ou pas, ce n’est pas le sujet. Là où je veux en venir, c’est le tatouage chez les jeunes.

Il faut savoir que notre cerveau est mature à partir de 25 ans environ. Avant, les connexions neuronales ne sont pas terminées. C’est pourquoi, par exemple, les plus jeunes n’ont pas la notion de risques telle que l’ont la plupart des adultes. Ou encore quand vous donnez des conseils, le jeune vous regarde en pensant “vieux con”. Son cerveau n’est pas fini tout simplement. Le rapport avec le tatouage ? J’y viens.

Ces jeunes, d’à peine 18 ans, se précipitent chez le tatoueur pour enfin avoir cette citation ou ce magnifique dessin sur le corps, pour la vie. Inutile de leur dire qu’ils font une bêtise, ils n’écoutent pas. Vous ne comprenez rien à rien ! (Rappel : leur cerveau n’est pas encore arrivé à maturation). Il y a quelques années encore, les tatouages étaient plus ou moins discrets mais aujourd’hui, les gens se lâchent, c’est entré dans les moeurs. Fini le petit dauphin sur la cheville ou sur l’épaule. La mode actuelle est la grande citation ou le dessin en longueur à l’intérieur du bras ou le long de la jambe. La première fois, j’ai pensé que la personne s’était salie puis j’ai compris qu’il y avait en fait un dessin. Depuis je regarde ce que ces jeunes aiment montrer. Tous ces petits coeurs tatoués le long du bras c’est joli à 18 ans, mais à 30 ans ?

Ceux qui se frottent les mains, ce sont ces professionnels qui seront engagés dans quelques années pour retirer toutes ces “erreurs de jeunesse” (est-ce que ce sera encore la mode dans 20ans ?). Non, je ne juge pas, vous allez comprendre. Quelqu’un qui se fait tatouer à 30ans comprend bien les implications et a développé sa personnalité et les goûts qui vont avec (personnellement, je n’ai plus grand chose à voir avec celle que j’étais à 30 ans, sans même parler de mes 18 ans). Alors que le jeune de moins de 25 ans va énormément changer puisque son cerveau va finir pas avoir toutes ses fameuses connexions et pourra alors prendre en compte bien plus de données qu’auparavant. Je peux vous parler de P qui un jour avait de grosses bandes sur les poignets. Elle m’expliqua alors qu’elle se faisait retirer ses tatouages qui ne correspondaient plus à la personne qu’elle était devenue (elle avait 30 ans). Le processus pour les effacer est long, douloureux…et coûteux. Et moi je pense à tous ces jeunes tout fiers avec leur nouvelle marque d’indépendance (et à ma nièce qui va avoir 18ans et se réjouis de se faire tatouer…).

Et pour terminer en musique je vous propose une chanson de 2003 de Mickey 3D Il faut que tu respires

 

Les semaines se suivent…

…et ne se ressemblent pas.

Comme Dr Caso était en Suisse pour une semaine, je lui ai proposé d’aller manger une fondue à la Barillette. C’est à environ trente minutes de chez moi, là-haut sur la montagne. L’ennui, c’est que le jour convenu il faisait plus de 35 degrés en plaine. Un peu chaud pour une fondue. Comme il faisait beau, nous pouvions au moins profiter de la vue et manger quelque chose d’un peu plus léger. Cependant, une fois sur place, nous avons constaté que la température n’était pas la même en hauteur. Il faisait même frais. Donc non seulement nous avons dégusté une délicieuse fondue mais en plus nous avons profité d’un panorama magnifique. Ce fut une soirée très agréable.

Vendredi soir, c’est avec une autre amie que je suis sortie. Nous voulions manger une glace et boire un verre. Évidemment qu’il était impossible de se poser à la terrasse d’un restaurant si nous ne voulions pas de repas. Il faut croire qu’une terrasse à moitié vide rapporte assez aux restaurateurs. Du coup, nous nous sommes retrouvées au bord du lac, vers une buvette sympathique. En plus, le propriétaire nous a préparé une jolie petite table quasiment les pieds dans l’eau. Ce soir-là il faisait encore bien chaud et la soirée fut également agréable.

Ces petites soirées donnent un air de vacances alors que je travaille durant la semaine. Ca change du train train quotidien.

Et pour terminer en musique Je vous propose My Heart is a river de Robot Koch et Savannah Jo Lack featuring Delhia de France

Le Bénévolat et moi

Il y a quelques années, je souhaitais me lancer dans le bénévolat. Je m’ennuyais ferme dans mon travail et j’avais envie et besoin de me sentir utile ; le bénévolat me semblait alors une bonne alternative. J’ai parcouru plusieurs sites pour voir les choix possibles. J’ai éliminé tout ce qui était contraignant : loin de chez moi et un nombre d’heures fixes à donner chaque mois. Pas envie de commencer à pointer en plus du travail. J’étais finalement tombée sur quelque chose qui me plaisait et j’avais rempli le formulaire de contact. Je n’ai jamais été contactée.

L’année dernière, mon envie m’a repris. Nouvelles recherches et nouveau formulaire de postulation rempli. Cette fois-ci j’ai été contactée par téléphone et n’ai pas entendu l’appel. Heureusement, la personne avait laissé un message. J’ai donc rappelé. La téléphoniste qui a répondu m’a informée qu’il fallait que je rappelle le lendemain matin. J’ai rappelé deux fois, personne n’a jamais décroché. Et personne ne m’a jamais rappelée.

Mon papa est curateur de plusieurs personnes. Après avoir discuté de la chose, je me suis dit que ça, ça me correspondait bien. Il m’a alors expliqué les démarches à entreprendre. J’appelle donc le service concerné et j’explique que je souhaite devenir curatrice. “Ah….oui….heu….votre nom ?…. vous habitez où ?…..” puis la dame au bout du fil m’informe que finalement il faut que j’envoie un mail qui explique ma motivation et mon parcours. J’ai fortement hésité. La dame n’avait pas l’air motivée à m’aider et je n’avais pas envie de rédiger mon CV et l’envoyer sur une adresse générale. Après deux semaines d’hésitation, j’ai trouvé une solution. Le canton de Vaud lançait une campagne générale pour recruter des curateurs privés. Il fallait alors s’inscrire et une personne nous contacterait. J’ai postulé le premier jour de la campagne. Deux mois après, personne ne m’a contactée…

Je crois que mon temps libre et mes compétences, je vais les garder pour moi.

Et pour terminer en musique, je vous propose un groupe suisse, Aliose, avec Vient la nuit.