Jour de Neige

Aujourd’hui j’ai pris congé et il se trouve que ça tombe bien. En effet, il a bien neigé cette nuit et il paraît que c’est le gros caca avec les transports en commun. Je suis bien chez moi.

Pourquoi j’ai pris congé ? J’avais envie. Rien de prévu. Du coup, se pose la question de quoi faire de cette journée. Des occupations, j’en ai plusieurs en tête mais laquelle choisir?

20180301_084738.jpg

Je peux avancer dans mes lectures 8 et 9 (je parlerai des 6&7 une autre fois).

Je peux étudier ou finir mon devoir sur le métier d’étudiant, devoir que je trouve extrêmement pénible.

20180301_084639

Je peux jouer aussi. J’ai dépoussiéré le premier jeu que je compte enfin terminer ou alors avancer dans le nouveau, à droite…

J’ai également le dernier épisode de la dernière saison d’Engrenages à regarder. C’est Valérie qui en parlait et je lui répondais que je trouvais cette série un peu violente. Finalement, je l’adore. Oui, certains personnages sont de la méchanceté à l’état pur et ça me stresse donc je me rappelle régulièrement qu’il s’agit de comédiens…

20180301_084715

Il y a également la possibilité de rester vautrée dans mon canapé, écouter des deux CD tout en regardant tomber la neige.

J’hésite….

Et pour terminer en musique je vous propose Romain Humeau avec Quixote

Advertisements

Rêvasser

Les cours ont repris depuis deux semaines déjà. Ce semestre j’étudie les techniques d’entretien et la psychologie des organisation & du travail. Je vous parlerai probablement  de ce cours prochainement.

Comme c’était encore assez calme, j’en ai profité pour continuer à lire. Alors mon 3e livre est celui-ci :

20180130_190418.jpg

J’ai trouvé super intéressant. C’est un historien qui nous raconte l’histoire de l’humanité avec plein d’anecdotes. J’en avais vaguement entendu parlé puis j’ai lu une interview de Tom Hanks ICI qui m’a donné envie et peu de temps après, j’entendais Frédéric Lopez en parler ICI, également en termes élogieux (il parle aussi d’un documentaire qu’il faut absolument que je regarde). Ça reste un livre d’histoire et non un roman donc si vous n’aimez que les romans…passez votre chemin, vous allez vous ennuyer. Le seul passage qui m’a un peu ennuyée, c’est lorsqu’il parle de la période du capitalisme. On connait et c’est pas rose. Il parle également du futur proche et ça fait peur. Pour l’anecdote, je l’ai acheté en anglais parce qu’en français, “la version poche n’est pas prévue pour l’instant” selon la libraire et que le bouquin coûte CHF 38.-. En anglais j’ai payé CHF 17.- et la suite est déjà sortie en poche. Je vais donc aller me le procurer.  Il y parle de l’humanité de demain.

 

Pour mon 4e livre, j’ai choisi Henning Mankell. J’aime beaucoup cet écrivain, décédé en 2015. J’adore sa façon de dépeindre ses personnages et sa Suède natale. Ce bouquin est dans la lignée des Kurt Wallander. Un pyromane et un suspect qui se trouve être le personnage principal. C’est vite lu et on passe un bon moment.

20180205_095914.jpg

Mon 5e livre de cette année est Pierre Lemaître. J’avais adoré Au revoir Là-haut et ce livre est la suite. On peut très bien lire ce roman sans avoir lu le précédent. J’aime l’écriture de cet auteur et l’histoire me fait penser aux épopées de Alexandre Dumas que j’aime beaucoup. Voilà donc encore un livre que je vous conseille.

20180209_150639.jpg

J’avais commencé Billie de Anna Gavalda mais je me suis arrêtée à la moitié du bouquin. Je n’aimais pas l’écriture.

La masse de travail pour mes cours va prendre l’ascenseur mais j’espère pouvoir garder le rythme pour mes lectures. Je lis généralement dans les transports publics quand je rentre le soir (le matin je somnole) et durant le week-end. J’ai acheté déjà quatre livres et ma soeur m’en a offert deux. Plus ma pile à lire qui date de mathusalem et qui n’a absolument pas baissé d’un iota depuis des années…j’ai l’embarras du choix.

Et pour terminer en musique je vous propose Amandine Bourgeois avec On ira voir la mer

Ma résolution 2018

J’ai pris une résolution pour 2018. Non, pas de pluriel, c’est normal. Pour l’estime de soi, il faut se fixer des objectifs atteignables. Donc une résolution, et facile de surcroît. Quoi donc ? J’ai décidé de lire douze livres dans l’année, soit un par mois, quel que soit le genre ou le nombre de page. Un livre…par mois.

Dis comme ça, ça paraît ridicule. Parce que j’aime lire et que je lis vite. Mais, j’ai constaté depuis un ou deux ans, que mon rythme avait drastiquement baissé.  Je lis énormément de documents ou de livre en lien avec mes cours mais quasiment plus rien en dehors. Du coup, je me suis fixé un petit objectif. Si ça se trouve, j’aurai lu mes douze bouquins à fin mars déjà, peu importe. Le but c’est de me remettre à la lecture pour le loisir.

2018-01-01 09.44.41.jpg

Avant de commencer, j’ai décidé de terminer les quatre livres ci-dessus, débutés depuis longtemps pour la plupart. Le Alexandre Jollien je l’ai reçu à Nöel et je l’ai lu d’une traite. Beaucoup de passages m’ont interpellée et j’aime ça. Je ne peux pas vous citer deux ou trois lignes, j’ai déjà prêté le livre plus loin.

Le  Martin Miller j’ai mis du temps à rentrer dedans. Au début, j’ai juste pensé que c’est un déversoir de haine à l’encontre de sa mère. Puis il explique beaucoup de choses et au final, j’ai trouvé le tout intéressant. Du reste, ça m’a même aidée à comprendre une attitude que j’avais envers quelqu’un et du coup, j’ai pu la changer (mon attitude).

Le Jack London était divertissant. Le héros de l’histoire se plaît à rappeler encore et encore la supériorité de sa race d’homme blanc, blond aux yeux bleus. C’est un peu choquant et ça fait peur de réaliser que certains remettent ça au goût du jour.

Le livre de la méditation, je l’ai commencé il y a plus de trois ans. J’ai lu un chapitre…et l’ai laissé prendre la poussière. Je l’ai ressorti récemment et je crois que je vous en parlerai dans un message plus détaillé.

Une fois ces quatre livres terminés, j’ai attaqué celui de Janvier.

Unknown.jpeg

Je l’ai commencé juste après mes examens. Autant dire que j’étais épuisée et que j’ai mis du temps à comprendre ce que je lisais. Je ne suis pas sûre que ce soit à classer sous roman. C’est une histoire prétexte pour raconter l’assassinat des deux frères Kennedy. Intéressant, même si je me suis passablement ennuyée.

2018-01-19 18.23.56.jpg

J’ai enchaîné Février avec une histoire d’Agatha Raisin. J’ai vu plusieurs personnes lire de ces histoires donc j’ai tenté le coup. Alors ? Cucul la praline… J’ai trouvé l’intrigue sans plus et surtout très mal écrite. Les descriptions des personnages et autres lieux sont très succinctes et les dialogues plutôt plats. L’avantage, ça se lit vite. Je vais le conseiller à ma collègue qui s’ennuie et cherche un livre simple à lire car elle n’aime pas lire.

J’ai déjà commencé Mars. Excellent bouquin de près de cinq cent pages et qui n’est pas un roman…

Et pour terminer en musique un nouveau single de Franz Ferdinand Always Ascending. Me réjouis, l’album va bientôt sortir.

Processus mentaux

Je vais vous parler des processus qui se passent dans notre cerveau. Lisez la phrase suivante :

Le triangle est au-dessus du carré

Voici une image

Capture d_écran 2018-01-14 à 18.24.57

Des chercheurs ont observé le temps mis par le cerveau avant qu’un participant appuie sur un bouton “vrai” ou “faux”. Ils ont remarqué que les phrases affirmatives demandent moins de temps. Les VP sont plus rapides que les FP.

VP vrai positif : Le triangle est au-dessus du carré
FP faux positif : Le carré est au-dessus du triangle.

Les phrases négatives demandent plus de réflexion :

VN vrai négatif :  Le Triangle n’est pas en-dessous du carré
FN faux négatif : Le Triangle n’est pas en-dessus du carré

Ce que les chercheurs ont également découvert c’est que tout le monde ne passe pas par les mêmes processus pour traiter l’information :

  • La majorité des personnes va lire la phrase. Dès qu’elle voit l’image, elle transforme ce qu’elle voit en texte “le triangle est au-dessus du carré” et compare cette phrase avec celle donnée au départ. Une fois la comparaison effectuée, les personnes peuvent alors appuyer sur le bouton de réponse. MAIS
  • Un nombre plus restreint de personnes vont lire la phrase…et imaginer ce que cela représente. Lorsqu’elles voient alors l’image, elles comparent cette dernière avec la représentation mentale qu’elles ont faite et peuvent alors répondre.

J’ai remarqué que lorsque je dois rentrer un code à quatre chiffres sur mon écran, je ne lis pas ce code, je tape sur les chiffres qui correspondent sur mon clavier. Même dessin. Lorsque je suis fatiguée ou peu concentrée, je vais lire dans ma tête ce code avant de le taper. Et enfin, si je dois absolument retenir ce code, je vais bien prendre le temps de le regarder ET le lire dans ma tête afin d’être sûre de ne pas me tromper lorsque je le tape.

Selon Reuchlin, nous possédons toutes les possibilités en nous. Il parle de vicariances et explique ce principe avec des canards. Lors de grands trajets, les canards volent. Pour de petits trajets, ils marchent. Pour des trajets intermédiaires, chacun utilise sa façon préférée pour se déplacer. Certains marchent, d’autres volent, il y en a qui flottent et enfin quelques uns choisissent de plonger et nager sous l’eau. Certaines techniques sont plus efficaces/rapides que d’autres. Ce principe est le même pour le traitement de l’information chez l’homme, à savoir quelles techniques vont être utilisées ce qui pourrait expliquer les différents niveaux d’intelligence. Je trouve ça vraiment très intéressant.

Et pour terminer en musique je vous propose un vieux REM que je viens de découvrir…Begin the begin

Encore deux semaines et j’ai les examens. Encore un semestre et c’est fini. Et après, je fais quoi ? Il se trouve que j’aime bien étudier, c’est pour moi un passe-temps. Au début, c’était surtout pour me prouver que j’étais capable de réussir à l’uni. J’ai obtenu un premier Bachelor puis j’ai enchaîné en Master mais j’ai tout arrêté : je n’aimais pas la spécialisation choisie et ma dépression est tombée au bon moment. En plus, elle m’a orientée vers la psychologie et j’adore ce que j’étudie.

Je pourrais me contenter d’étudier dans mon coin, de parcourir des bouquins en fonction de mes envies. Mais je me connais, je suis incapable de me soumettre à un rythme quelconque. Donc au bout de six mois, j’aurai lu tout au plus deux livres sans rien avoir retenu. Puis je vais laisser tomber. Autant je déteste les devoirs à rendre à date fixe, les échéances à tenir, autant ça m’oblige à me structurer et à ne pas lâcher bêtement. Je prépare mes notes, et pour tout comprendre, je lis vingt mille articles et/ou livres sur le sujet concerné, et mes notes et mon plaisir augmentent. Le problème vient au moment de réviser pour les examens : j’ai beaucoup trop de notes/papiers divers/articles à disposition. Je dois faire le tri pour rester à une dose raisonnable de choses à mémoriser. Je me souviens qu’à la fin du premier semestre je devais apprendre une trentaine de pages manuscrites et je m’en sentais incapable. Aujourd’hui on est bien loin du compte ! Autant je stresse pour ces fichus examens (il faut vraiment que je me penche sur le pourquoi une fois), autant il y a un côté excitant de savoir si je vais réussir à tout mémoriser/comprendre. Je m’invente plein de petits films pour me souvenir de mots clés; je touche des parties de mon corps (la bouche, le nez, les yeux,…) pour retenir différents concepts. J’adore constater cette capacité qu’a notre cerveau à encoder et ressortir autant d’informations.

Mais voilà, plus qu’un semestre et c’est fini. La grande question qui m’occupe en ce moment : je case mon stage durant le semestre qui arrive et je débute le Master en septembre ou je m’arrête là et du coup de peux faire mon stage le semestre prochain, histoire de ne pas être surchargée les six prochains mois ?

Et pour terminer en musique je vous propose Sporto Kantes avec Lee que l’on entend dans le générique de fin de la série Kaboul Kitchen.

Empathie

2017-12-16 09.50.14.jpg

Mes deux fripouilles

Je vous préviens tout de suite, pour les âmes sensibles, ceci est un message triste.

J’ai beaucoup de peine à gérer mon empathie. Le malheur des gens me fait extrêmement mal; je pourrais rester prostrée dans mon lit toute la journée. Du coup, j’ai bloqué une partie de mes émotions. Vous pouvez me raconter la pire horreur qu’il vous est arrivée, il y a une forte probabilité que je sourie. C’est ma protection. Chez moi c’est tout ou rien. Mais j’ai décidé qu’il serait temps que je commence à gérer un peu mieux la chose. Oh, parfois les barrières cèdent et je suis envahie d’émotions positives comme négatives. Je me mets à pleurer en admirant un coucher de soleil par exemple. Bref, il y a du travail.

En ce qui concerne les animaux, je n’ai pas encore trouvé comment me protéger. Les médias adorent parler de maltraitance, photos à l’appui, et moi je suis mal, très mal. Donc quand il s’agit de faire face à la souffrance animale, je suis une loque. Et hier n’a pas échappé à la règle. J’étais en voiture avec ma soeur lorsqu’elle se met à ralentir. Deux véhicules sont arrêtés sur le bas côté, sur une route à fort trafic. Je regarde, allez savoir pourquoi, du côté de ma soeur et là je vois, allongé par terre au milieu de la voie, un gros chien. Rien que ça c’était affreux. Mais à ce moment là mon attention s’est focalisée sur ce pauvre animal et j’ai entendu ses pleurs ! Je me suis senti mal. Nous avons discuté avec ma soeur pour nous changer les idées mais j’avais ces plaintes qui passaient en boucle dans ma tête.

Une fois arrivée à destination, je me suis dit que j’allais rentrer directement voir mes deux poilus. Mais finalement je suis restée un moment chez ma soeur pour admirer les huit chiots nés deux jours auparavant. Leurs petits cris ont remplacé les pleurs du pauvre chien dans ma tête. Cependant, un des chiots doit être nourri au biberon. La chienne le déplace régulièrement hors du panier, et le pose derrière la porte. Plutôt que de croire qu’elle l’enlève parce qu’il est faible et qu’elle ne le veut pas, nous avons préféré penser qu’elle le déplace lorsqu’il faut le nourrir. Du reste, lorsque ma soeur lui a donné le biberon, la chienne n’avait d’yeux que pour ce petit-là, qui a décidé de se battre.

Ma journée d’hier a été intense au niveau émotionnel et je suis contente d’avoir débuté la méditation, qui m’aide un peu dans ces cas-là.

20171215_095309.jpg

Un petit chiot bien dodu

IMG_0509.JPG

Photo prise par ma soeur du petit qui a décidé de se battre

Et pour terminer en musique, je vous propose une chanson découverte dans la deuxième saison de la série The Crown : Ronnie Hilton avec The Wonder of you

Je suis légèrement sur les nerfs

Je voulais écrire un post sur un sujet bien précis mais vu mon état de stress actuel, je vais être hyper négative et ce n’est pas le but.

Ce matin j’ai voulu m’exercer sur le sujet que j’ai commencé à étudier durant le week-end. Je réalise que je ne sais rien et en plus j’ai oublié mes notes à la maison. Donc je m’énerve car je ne trouve pas tout de suite les informations pertinentes pour avancer, je perds du temps et rien de tout ça est très productif. Ma raison a fini par prendre le dessus. J’ai tout posé, je me suis concentrée sur ma respiration pour réussir à ne plus aboyer à peine j’ouvre la bouche, et j’écoute de la musique apaisante. Je reprendrai mon cours demain, avec mes notes à portée de mains pour mieux me repérer, organiser correctement ma pensée ce qui me permettra de progresser rapidement et mieux m’en sortir à l’examen. Je sens que le stress commence à redescendre…je me sens légèrement mieux, il me reste cinq semaines pour me préparer, tout va bien…

Et pour terminer en musique, je vous propose Timber Timbre, groupe découvert en regardant le joli film (triste) franco-canadien La Nouvelle Vie de Paul Sneijder avec Thierry Lhermitte dans le rôle principal. La chanson s’appelle Beat the drum slowly.