Tag Archive | anxiété

Phobie sociale

J’ai terminé ma deuxième année. Encore deux…En fait le programme est prévu sur 4,5 ans et j’espère terminer en quatre ans. J’ai déjà pris les deux cours prévus le dernier semestre et il reste le mémoire à caser. Donc à la rentrée je reprends le cours normal des choses, à savoir deux cours par semestre uniquement. J’aurai certainement plein de nouvelles choses à vous raconter même si à priori les sujets ne me passionnent pas (je pensais la même chose de la psychologie sociale que j’ai adoré au final). Il y aura donc la neuroanatomie. Ca ne m’intéresse absolument pas et le cours est précédé d’une mauvaise réputation avec un examen facile heureusement. L’autre concerne la neuropsychologie & les neurosciences. Il paraît que c’est difficile mais passionnant. Si vous avez lu L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau d’Oliver Sacks ça vous donne une idée de ce que je vais étudier.

Pour terminer sur l’anxiété, je viens de terminer un excellent bouquin. Il s’agit de Anxiété, les tribulations d’un angoissé chronique en quête de paix intérieure de Scott Stossel. Scott Stossel est un journaliste qui s’est lancé dans l’élaboration d’une sorte de bible sur l’anxiété. Il a ressorti une bonne partie de ce qui a été écrit/étudié sur le sujet depuis des années. Il parle donc de l’anxiété sous l’angle de Freud, Darwin, William James jusqu’à nos jours. Il parle des entreprises pharmaceutiques et des avancées sur l’angle biologique. Le tout sans parti pris. Il cherche juste à comprendre pourquoi il souffre de tant d’anxiété et de phobies en tout genre. Il raconte aussi les expériences anxieuses vécues par des personnalités présentes et passées. J’ai trouvé ça passionnant.

41YPXUhf+cL

Je voulais aussi vous parler de la phobie sociale, phobie qui me concerne, en vous conseillant un livre. Malheureusement, celui que je lis en ce moment est une grosse bouse. Quand je lis que si on a les yeux bleus on possède plus de chance d’être atteint de phobie sociale j’ai juste envie de vomir (et j’ai les yeux bruns 😁). Selon le DSM 5, l’anxiété sociale est une peur ou anxiété intense d’une ou plusieurs situations sociales durant lesquelles le sujet est exposé à l’éventuelle observation attentive d’autrui. […] Par exemple des interactions sociales (avoir une conversation, rencontrer des personnes non familières), être observé (en train de manger ou boire)…

Vous angoissez à l’idée d’aller dans des WC publiques (pas par peur des microbes mais parce qu’on va vous entendre) ? Phobie sociale. Peur du téléphone ? Phobie sociale. Peur de signer des documents devant une autorité (un notaire par exemple) ? Phobie sociale. Non, ce n’est pas de la timidité et oui ça peut se soigner. Plus jeune j’évitais autant que possible de manger dans un endroit public. Que ce soit un restaurant, la cafétéria du boulot ou sur un banc dans la rue. Si je me bavais dessus et qu’on me voyait ? Aujourd’hui, je m’en fiche complètement. J’étais incapable d’aller dans les WC pour un simple pipi. J’ai traversé l’Atlantique en avion, attendu à la douane, pris la voiture de location et enfin arrivée à l’hôtel, je me précipitais pour enfin me soulager…Aujourd’hui ce n’est plus un problème. Même aux USA où l’intimité est inexistante dans les toilettes publiques avec d’énormes ouvertures autour de la porte. En revanche, je suis toujours incapable de prendre des rendez-vous ou renseignements par téléphone. Et là il faut absolument que j’appelle mon garagiste car j’ai toujours mes pneus d’hiver 😔. Oui, la phobie sociale c’est bête pour ceux qui n’en souffrent pas. Et c’est une angoisse permanente pour ceux qui en souffrent. Savoir que ce sont des peurs irrationnelles ne sert à rien, si ce n’est augmenter la honte ressentie. Et n’oubliez pas que la génétique est partiellement responsable de ces peurs. Nos ancêtres nous ont légué des peurs utiles pour la survie de l’espèce. Sauf que ces peurs ne sont plus vraiment d’actualité dans notre monde moderne…Mais en cas de grosse catastrophe, tous les anxieux sont mieux parés pour survivre 😉.

Et pour terminer en musique, je suis tombée sur cette vieille chanson de 2008 d’un groupe que je ne connaissais pas et qui m’a plu. Il s’agit du groupe The Feeling avec Join with us. Un nouvel album vient de sortir que je vais m’empresser d’écouter…

Anxiété

Deux examens de faits, plus qu’un…il faut que je commence à réviser ! Et c’est l’idéal pour vous parler d’anxiété puisque c’est, entre autre, un sujet que je dois revoir et que je vis intensément.

Etre anxieux n’est pas un mal en soi. Au contraire. Un peu de stress avant une session d’examens permet de décupler ses efforts pour réviser. Mais quand on dépasse le stade acceptable, c’est mauvais. Mémoire en berne, pertes de moyens, panique et j’en passe. Moi j’ai tendance à faire des attaques de panique. Je connais, j’en fais depuis l’adolescence. C’est pas pour autant que je sais les gérer. C’est juste impossible. Mais qu’est-ce qu’une attaque de panique ?

Selon le DSM-5 (manuel de classification des troubles mentaux), une attaque de panique est une montée brusque de crainte intense ou de malaise intense qui atteint son acmé en quelques minutes. Il faut ressentir au moins quatre sur treize symptômes répertoriés. En ce qui me concerne, j’ai l’accélération du rythme cardiaque, transpiration, nausée, impression d’évanouissement, bouffées de chaleur. Pas besoin d’une situation négative. Une plaisante peut produire la même chose. Je me souviens de mes 40 ans. J’étais invitée dans un restaurant chic par des amis. J’ai passé la soirée aux toilettes ! Je m’en veux encore. Je n’ai absolument rien pu avaler. Je me suis contentée d’un thé à la menthe !

Donc en plus de l’attaque de panique, il y a la honte. Et là j’ai une pensée particulière pour une amie qui vient de passer un moment désagréable et je l’embrasse bien fort, ça va aller mieux !

Aujourd’hui j’ai accepté le fait que je suis anxieuse et que malheureusement, je ne peux pas contrôler ces accès de panique. J’ai beau savoir que ma réaction est totalement irrationnelle, je sais que mes émotions ne répondent pas correctement à un stimulus, que ma cognition est biaisée, j’ai appris tout ça… et pourtant, je panique sans pouvoir réagir.

Le jour des examens, j’ai pris un calmant (ne pas le faire juste le jour J car le résultat risque d’être catastrophique. Demander conseil à son médecin !). Quand j’ai lu les questions, mêmes celles qui ne m’inspiraient pas, je n’ai pas ressenti cette affreuse boule au ventre, aucune transpiration particulière, pas de vide absolu ! Une copine est sortie après 30 minutes car elle ne savait rien. Elle a énormément bossé et je suis sûre qu’elle savait plus qu’elle le pensait sur le moment. Pareil au deuxième examen, une autre copine a choisi de développer la réponse qu’elle maîtrisait le moins sur un choix de deux questions. La panique est une horreur. Et nous étudions la psychologie 😂.

Une thérapie est un bon moyen pour atténuer les symptômes. Parfois il faut passer par le couple thérapie-médicament. Mais une chose est sûre, nous sommes très nombreux à souffrir d’anxiété et il n’y a aucune honte à avoir. Ce n’est pas un signe de faiblesse contrairement à ce que notre culture laisse croire. Il y a une part génétique. Nous ne sommes pas tous doté des mêmes ressources pour lutter contre le stress !

Et pour terminer en musique je vous propose une vieille chanson de Franz Ferdinand Outsider. J’adore l’intro !

Dysthymie

Dysthymie c’est le nom de ma maladie.

Mais qu’est-ce que c’est exactement ? Ce sont des signes légers de dépression. C’est une maladie chronique qui peut débuter de façon précoce, à savoir avant 21 ans. Ceux, dont je fais partie, qui l’ont de façon précoce sont plus facilement sujet à souffrir un jour de dépression majeure. Youpie, je rentre bien dans les statistiques 😒. On dit alors que l’on souffre de double dépression ! J’en ai de la chance. Vous m’enviez je le sens. Il faut enfin savoir que cette maladie est une sacrée merde; les personnes qui la traîne sont plus tentés de mettre fin à leurs jours..Ne vous inquiétez pas, ça va, même si j’y ai pensé par le passé !

J’ai repris une thérapie quand j’ai senti le moral vaciller à nouveau. Je ne souhaite pas revivre une dépression majeure et ne veux pas reprendre de médicaments. La thérapie est un bon compromis.

Quand je vais voir ma psy avec mes angoisses, car oui, une personne qui souffre d’un trouble de l’humeur est généralement angoissée (la réciproque n’est pas vraie), elle me rappelle que tout va bien, que c’est moi qui ai une vision biaisée de la réalité. Alors quand un problème me tombe dessus, je panique totalement puis me ressaisis car je sais que ce n’est pas aussi grave que ce que je perçois. C’est chouette la thérapie. Mais quand j’ai plusieurs problèmes qui choisissent de me tomber dessus en même temps c’est un peu plus difficile à gérer. J’ai à nouveau l’impression que c’est la fin du monde et que je ne m’en sortirai jamais. C’est pénible à vivre ce genre de pensées. Puis l’humeur remonte et tout va bien. Les problèmes n’en sont plus, juste quelques gênes qu’il faut régler.

A côté des angoisses, il y a également l’humeur maussade bien sûr. Imaginez que vous avez mal dormi et que vous êtes de mauvaise humeur durant la journée. Sauf que c’est tous les jours et sans raison. Quand je suis dans ces périodes de crises à présent je sais que non, tous les gens ne sont pas des cons, et non, je n’ai pas mauvais caractère. Ca m’aide à ne plus aboyer contre tout le monde et je tente de faire comprendre à mon cerveau qu’il a à nouveau un bug et que ce serait bien qu’il se répare illico. Ca fonctionne assez bien.

Je ne vous parle pas du manque d’énergie, du sommeil entrecoupé de nombreux réveils nocturnes, du manque de plaisir pour à peu près tout…

Donc oui, je suis malade, j’ai des périodes ou je dois lutter contre moi-même et me rappeler que non, ce n’est pas moi qui suis comme ça, ce sont les signes de la maladie. Heureusement j’ai à présent quelques béquilles psychologiques pour m’aider et une chouette psy quand je n’y arrive plus toute seule.

Mais dans l’ensemble tout va bien et demain je vais voir James Bond 😍.

 

PS N’hésitez pas à consulter un psychiatre ou psychothérapeute si vous vous reconnaissez dans ces signes. Ca vaut vraiment la peine de se soigner car oui, certaines personnes s’en sortent très bien ! Ce serait dommage de sombrer dans la dépression majeure sévère…Et moi je peux dire que ma vie aujourd’hui ne ressemble en rien à celle d’avant la thérapie où je traînais en permanence mon mal-être…