Tag Archive | balade

Festival de couleurs

Je discutais avec un ami qui ne comprenait pas pourquoi je faisais très souvent la même balade avec mon chien. Il me racontait que lui avait besoin de changer de paysage pour ne pas s’ennuyer. Comment lui faire comprendre que je ne m’ennuie jamais durant mes balades ? Soit je suis dans mes pensées et je ne vois rien… soit j’observe tout et un rien m’enchante. Dans les vignes, je regarde les vignes qui évoluent, le raisin qui arrive à maturation, les couleurs des feuilles qui changent au gré des saisons. Et puis je guette les lièvres, les renards et les biches. Parfois je m’extasie devant des musaraignes, quand le chien ne les voit pas car il les chasse. D’autres fois je marche avec les yeux rivés vers le ciel; en ce moment les étourneaux m’offrent de jolis ballets et les couchers de soleil diffusent de superbes couleurs. Et ces jours j’apprends à faire tous mes réglages en manuel pour prendre des photos. J’ai encore du travail !

Alors non, je ne m’ennuie jamais durant mes balades.

P1060489.jpg

 

Et pour terminer en musique je vous propose Kodaline avec Take Control

Publicités

Balade vespérale

P1050856J’adore me balader dans les vignes le soir vers l’heure du coucher du soleil. La température devient alors abordable et les couleurs magnifiques. J’ai remarqué que même lorsque je n’ai pas le moral, quarante minutes de marche et ça repart. Quarante minutes c’est quand je ne m’arrête pas. Or, j’ai toujours quelque chose qui retient mon regard. Généralement je m’attarde sur les gros lièvres qui squattent les lieux. Seule espèce que j’ai pu photographier cette fois où j’ai pris mon appareil photo. Habituellement je n’ai rien ou alors mon téléphone. Pas suffisant pour capturer les bêtes qui restent éloignées.

P1050842

P1050850

P1050836

J’aime observer les hérons. Je peux passer un temps fou à ne pas bouger et les regarder. Et le chien me fiche la paix, il comprend (pas toujours en fait 😄). Les jours de chance je croise un écureil, des biches, un renard et même une fois j’ai vu des cerfs. Ces derniers étaient majestueux !

P1050832

P1050866

Wally

Parfois on y croise même des chats dans les champs 😉.

P1050870

P1050872

Et la soirée offre de belles couleurs dans le ciel.

P1050877

 

Et pour terminer en musique je ressors une vieillerie. J’ai transféré une partie de ma bibliothèque musicale et j’ai été surprise par certains titres. Il y en a d’autres que je ne peux plus écouter, achetés il y a longtemps sur iTunes avec un vieil identifiant plus valable. Je hais iTunes… Je vous propose alors Kasabian avec La Fee verte

Un vendredi ordinaire

1601364_10205180205210029_6320793001742814278_n

Aujourd’hui j’ai débuté ma journée avec une rencontre un peu brutale avec le goudron. Ou dit de façon plus poétique : je me suis vautrée comme une merde en promenant le chien. J’ai glissé sur de la boue et ce n’est pas agréable. Ce soir j’ai tout le côté droit du corps, de ma fesse à ma nuque, bien ankylosé. Après cette gymnastique particulière je suis allée boire le café avec une copine dans un chouette endroit. C’est bien agréable de pouvoir profiter d’un jour de semaine sans aller bosser.

J’étais tout de même fatiguée et ai songé à m’octroyer une sieste. Puis je me suis ressaisie; je n’ai pas opté pour une enveloppe salariale plus basse pour aller dormir le jour où je ne travaille pas ! Je suis donc allée au cinéma voir Gone Girl avec Ben Affleck. Je ne vais pas vous parler du film si ce n’est qu’il dure 2h30 et que les trente dernières minutes sont longues. De plus je n’ai pas aimé la fin !

En ce début de soirée je me suis plongée dans des vidéos que je dois étudier. Je ne vous ai pas dit ? Après deux ans de pause, l’envie d’étudier m’a reprise. Et j’ai choisi cette fois-ci des études qui me passionnent. J’ai aimé les Lettres mais c’était du boulot car je manquais totalement de confiance en moi. Là c’est beaucoup plus de travail (la matière est bien plus dense) mais je ne m’en rends pas compte puisque je lis des tonnes d’articles qui m’intéressent tout autant les uns que les autres. Ce que j’étudie ? Bah, ça me semble évident, non ? :mrgreen:

Ma première balade à la Dôle

En ce 10 juillet 2014, il fait 13° à 16heures de l’après-midi. Il n’y a aucun doute, nous sommes bien en été ! Comme j’ai besoin d’un peu de soleil (et beaucoup de tisane contre la toux que je traîne depuis deux semaines), je replonge dans mes photos ensoleillées et c’est pourquoi je vais vous parler de ma première balade en montagne.

Je venais d’acheter mes chaussures de marche et j’étais impatiente de pouvoir les tester. Un dimanche, au lieu de m’ennuyer à la maison, j’ai pris mes affaires, le chien et nous sommes partis en montagne. J’avais repéré une balade qui devait prendre environ 25 minutes.

J’étais ravie de mon initiative et Wally semblait content de se balader librement dans les pâturages. Le début de la balade était facile et agréable. Puis la chose évidente à laquelle je n’avais pas pensé, c’est que pour arriver si haut en si peu de temps, il faut monter, monter sans détour ! L’ennui était qu’une fois la montée débutée, il n’était pas vraiment possible de m’arrêter pour reprendre mon souffle. En effet, il s’agissait d’emprunter un petit sentier sur lequel on croise à peine. Et s’arrêter en pleine pente n’était pas très agréable. Ce fut donc tant bien que mal que je continuai à grimper avec de plus en plus de difficulté. Je manquai cruellement de souffle et il faisait une chaleur étouffante. Puis Wally s’est rapidement fatigué à force de sauter d’un caillou à un autre. Ce fut épuisée, rouge écarlate, avec le chien dans les bras que je terminai mon ascension.

A peine repéré un petit carré d’herbe que je me suis effondrée dessus et ai posé mes pieds en hauteur, appuyés sur un rocher. Je vis vingt mille étoiles et fus à deux doigts de partir dans les pommes. Wally, quant à lui, bien remis de sa balade dans mes bras, s’est échappé pour aller dire bonjour à d’autres chiens. Au bout de dix minutes j’ai repris enfin mes esprits et suis allée au cabanon, le but de ma promenade. Une fois sur place, j’étais très fière de moi et ai pris tout mon temps pour apprécier la vue. J’ai mis cinquante minutes au lieu de vingt-cinq pour arriver au chalet et vingt pour redescendre (c’était très casse gueule). Ce que je ne savais pas encore, c’est que le lendemain je m’apprêtais à faire une randonnée de près de sept heures…

But de la promenade

But de la promenade

P1040436a

Le début de la montée, je souriais encore !

Le début de la montée, je souriais encore !

P1040429

Rocher salvateur à la fin de la montée…

P1040438

J'adore ces montagnes!

J’adore ces montagnes!

Voui, j'ai bien marché :-)

Voui, j’ai bien marché 🙂

Des chamois

Des chamois

Châlet et but de la promenade

Châlet et but de la promenade

 

Descente de cet horrible chemin

Descente de cet horrible chemin

Un chien KO !

Un chien KO !

Divonne-les-Bains

Toujours dans ma quête du produit moins cher, j’ai décidé de tester la poste française. En effet, lors de l’envoi d’un livre en France j’ai dû débourser CHF 18.- (environ € 15.-), prix que je trouve totalement abusif ! Comme Divonne se trouve à moins de dix minutes de voiture de chez moi, j’y suis allée. Résultat : € 2.65 !!! (Catherine signale-moi si je n’ai pas assez affranchi car j’ai testé les bornes automatiques 🙂 ).

Comme il faisait grand beau, j’ai emmené mon petit lion avec moi afin de me balader autour du lac de cette ville. J’aime cet endroit et le fait que tout le pourtour du lac soit interdit aux véhicules motorisés. Je crois que Wally a également apprécié même si une fois arrivés à la maison, il s’est rapidement endormi 🙂

Centre ville

Centre ville

Divonne 2014_0025

Divonne 2014_0027

Divonne 2014_0030

Divonne 2014_0039

Divonne 2014_0040

Divonne 2014_0042

Divonne 2014_0044

Balade dans le grand nord

J’adore la neige. Surtout quand je ne dois pas conduire. Les conditions du jour étaient réunies pour que je me balade à pieds dans une belle poudreuse. Inutile de prévoir un grand chemin; marcher dans la neige est bien assez fatigant et prend du temps. Croiser en plus des voisins et papoter m’a permis d’allonger ma promenade à un peu plus d’une heure.

J’étais sortie sans mon appareil photo puisque la neige s’obstinait à tomber. Evidemment qu’après quinze minutes dehors, elle s’est arrêtée. Tant pis, je n’avais à nouveau que mon téléphone portable pour immortaliser la beauté de la nature.