Tag Archive | Benjamin Biolay

Hauts et Bas

Je désespère. Plus je fais du sport, plus je prends du poids. Et ne me dites pas que les muscles pèsent plus lourd, j’ai juste une taille qui prend de l’ampleur. Je n’ose bientôt plus me regarder dans le miroir. Mais pour pouvoir au moins regarder ma tête, je suis allée faire un tour chez ma coiffeuse.

20200501_2015315277279215264506600.jpg

La dernière fois, j’avais pris rendez-vous un peu tard, mes cheveux devenaient trop longs…et le confinement a tout annulé. Mes cheveux ont donc continué à pousser. La longueur c’est une chose, ce que je ne supporte pas c’est la masse. J’en ai tellement !

20200502_1547327857533970530280707.jpg

Voilà qui est réglé, c’est tout court et moins volumineux. Je suis tranquille pour deux mois. Mais bon, pas sûre que j’aurais les moyens à ce moment-là. Mon lave-vaisselle ne chauffe plus. Il aura tenu neuf ans. Bah, la bonne nouvelle c’est que comme je ne pars plus au bord de la mer comme prévu, je peux investir dans un nouvel appareil 🙁.

Et pour terminer en musique, je vous propose Benjamin Biolay avec Comment est ta peine ?

 

Jamais Trois sans Quatre

20180408_191531.jpg

De quoi s’agit-il ? De mayonnaise. Mais pas de n’importe quelle mayonnaise. Non, une mayonnaise faite par mes soins et dont je suis très fière. Je vous explique.

Je n’aime pas cuisiner. Pourquoi me prendre la tête alors qu’il existe des plats tout prêts, des céréales, des yogourts, du pain avec du fromage, etc. ? Je mange mal et ça me convient. Je compense en mangeant à la cantine du travail à midi durant la semaine. Du moins, ça, c’était avant que débarque ma nouvelle collègue qui vient tous les jours avec ses Tupperware. J’ai donc commencé à venir avec mes petits repas cuisinés par mes soins. Oh, rien de bien recherché ! Et ma collègue m’apprend à me faire des choses simples mais bonnes. Je découvre le goût des échalotes et je réalise que j’aime ça. Quel bonheur de préparer des pommes de terre avec des herbes. Il ne suffit effectivement de pas grand chose pour apporter un petit plus à un repas simple. Et ce samedi j’ai décidé de tenter la mayonnaise. Je demande alors quelques conseils à ma collègue : « Ah, ça je ne fais pas. J’achète ». Tant pis, internet m’aidera.

Je consulte deux-trois sites et me dis que ça va être simple. Pour être sûre de mon coup, je visionne encore une vidéo « mayonnaise facile ». Je regarde le mec battre son mélange avec son petit fouet, flap flap flap et hop, la mayonnaise prend. Je suis là avec mon plat et mon petit fouet, flap flap flap il ne se passe rien. Flap flap flap flap flap toujours rien, je commence à fatiguer. Flap flap flap flap flap flap flap je commence sérieusement à m’énerver. Flap flap flap flap flap flap flap pu#**! de mayonnaise qui ne prend pas. Et ce con dans la vidéo qui annonce tout sourire :  « Et voilà, rien de plus simple » ! « Prends-moi pour une conne pauvre type ! »  Je suis légèrement sur les nerfs.

Je cherche une vidéo sur comment rattraper une mayonnaise qui n’a pas pris. Je n’ai plus mon fouet électrique, jeté dernièrement. Des miettes de pain étaient coincées dans le moteur et ressortaient de temps en temps quand j’utilisais l’appareil. Pour rattraper ma mayo, je sors mon mixeur. Je suis les instructions de la vidéo et je m’y mets. Brrrrrrrrrrr (bruit du mixeur) … brrrrrrrrrrr….. rien. Il ne se passe absolument rien. J’ai de l’huile partout, tout est gras et je n’ai toujours pas de cette merde de mayonnaise. Je balance le tout et décide de recommencer, avec une nouvelle vidéo. C’est une Canadienne qui travaille avec son blender. Je fais comme elle. Brrrrrrr…..ça reste liquide. Brrrrrrrrr….je regarde et constate qu’il ne se passe absolument rien. Je dois vraiment être stupide. Brrrrrrr…brrrrrrrrrr….brrrrrrrrr….Je me rends à l’évidence, j’ai préparé une excellente sauce à salade en utilisant un mixeur ! J’abandonne.

Il me reste un oeuf, donc le lendemain je décide de retenter l’expérience. Je mets les ingrédients dans l’appareil et hop brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, je rajoute un peu d’huile brrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, et, oh miracle, il se passe quelque chose. Encore un peu d’huile et je laisse à nouveau tourner mon appareil un bon moment et j’ai de la mayonnaise qui apparaît. Youpie, je sais faire de la mayonnaise ! Aujourd’hui je vais à nouveau investir dans un fouet électrique pour mon prochain essai.

Et pour terminer en musique Je vous propose Vanessa Paradis & Benjamin Biolay avec Pas Besoin de Permis

 

Le bonheur à portée de mains

Ed. OUP Oxford, 2006, 224 pages

Ed. OUP Oxford, 2006, 224 pages

Je reviens sur ce petit bouquin qui m’a appris ou rappelé bien des choses intéressantes que je veux partager avec vous.

  • Les systèmes qui contrôlent le désir ne sont pas les mêmes qui contrôlent le plaisir. C’est pourquoi nous passons notre temps à courir après des choses que l’on désire pour la plus grande joie des pro du marketing et qu’une fois ces choses atteintes, nous réalisons que nous ne sommes pas plus heureux pour autant.
  • Les gens croient qu’ils seront plus heureux dans le futur ou que certains événements futurs vont les rendre plus heureux. Les statistiques disent que ce n’est pas vrai…
  • Un salaire plus élevé apporte un plus grand pourvoir pour des dépenses matérielles. Les gens ne modifient pas pour autant leurs buts, leur sens de liberté et ne se sentent pas plus sécurisés.
  • Nos choix dans la vie sont dictés par notre théorie du bonheur qui suggère qu’un meilleur emploi, un beau mari, un fort pouvoir d’achat nous rendront plus heureux. Ceci est un leurre.
  • Le bonheur, ou le malheur, viennent de la façon dont nous abordons les choses et pas des choses elles-mêmes.
  • Les gens qui travaillent à temps partiel contrôlent leur vie, participent à des activités bénévoles, ont plus de temps pour des hobbies. Et pourtant la majorité des gens ignorent ces choix.
  • Si je suis juste un universitaire et qu’il m’arrive une tuile à l’uni alors toute ma vie va basculer. Je me sentirai moins efficace et sans importance. En revanche, si je me vois en tant qu’universitaire, prof, écrivain, cuisinier, ami, joueur de badminton alors une tuile peut survenir dans l’un de ces domaines sans que j’aie l’impression que mon monde s’effondre.

20160303_172615

 

Et pour terminer en musique, je vous propose la dernière chanson de Benjamin Biolay Palermo Holywood. Je me réjouis du prochain album.