Tag Archive | Bradley Cooper

American Sniper

American-Sniper

Lorsque j’ai vu la bande annonce de ce film j’ai pensé « chouette, il a l’air bien ». Puis je suis allée lire les critiques de cinéphiles et j’ai pris peur. Soit c’est « oh nos soldats Américains, ces héros ! » soit on parle d’un patriotisme dégoulinant. Comment ça les deux remarques se valent ? 😊 Bref, je n’avais plus envie d’aller le voir. Or dimanche matin, le seul film en vo diffusé le matin et qui n’était pas un dessin animé c’était celui-là. Je me suis dit qu’au pire je me contenterai de me faire du bien aux yeux en admirant Bradley. 😍

Alors ?

Il y a deux façons de regarder cette histoire. La première c’est effectivement ce patriotisme poussé à l’extrême, surtout juste avant le générique de fin. « On va tuer les méchants car nous les Américains on est les meilleurs et on est les plus gentils sur terre. On est là pour vous protéger ». Sans intérêt.

Mais moi j’ai vu une autre facette à ce film. J’ai vu un jeune gamin élevé par un père qui prône une certaine violence. On part à la chasse dès son plus jeune âge et on cogne sur les gamins jusqu’à les achever lorsque ces derniers s’en prennent à des plus faibles. J’ai vu ce gamin devenir un homme pour qui la violence est banale. On cogne pour résoudre les problèmes. Puis le 11 septembre arrive et cet homme, Chris Kyle, veut sauver le monde avec ses poings. En l’occurence se sera avec une arme puisqu’il sera tireur d’élite. Il est très bon dans son domaine, il est fier, rien d’anormal. On voit tout de même autour de lui des gens qui ont peur, qui ne souhaitent plus de cette guerre mais pas Chris. Lui c’est un homme, un vrai. Un dur qui souffre d’un sévère stress post-traumatique lorsqu’il rentre chez lui. Il est incapable de mener une vie normale auprès de sa femme et de ses enfants. Dès qu’il le peut, il repart au combat, sur son terrain de prédilection.

J’ai vu un homme dont la fierté due à son éducation l’empêche de demander de l’aide. J’ai vu un homme dont l’assurance a fini par diminuer. J’ai vu un homme normal lutter contre ses démons. Et j’ai beaucoup aimé ce film.

Le Passeur / The Giver

The Giver Film Adaptation 2014

Je suis allée au ciné voir Le Passeur avec entre autres Jeff Bridges, Katie Holmes, Meryl Streep, Alexander Skarsgard. Je n’avais pas vraiment d’idée sur ce film. J’entends par là que je n’ai lu aucune critique le concernant. En fait, je n’en avais jamais entendu parlé. Et pourtant j’ai décidé d’aller le voir, ce samedi matin, alors que j’étais dans le centre commercial pour tout autre chose. Et bien m’en a pris.

L’histoire débute dans une communauté bien différente de ce qu’il existe sur terre aujourd’hui. La communauté vit en noir et blanc. Elle ne connaît pas la couleur (j’ai pensé à Pleasantville). Les gens ne savent pas mentir et ils respectent toutes les règles qui leur sont imposées afin de vivre en parfaite harmonie. Mais voilà que Jonas, 16 ans, se voit attribuer le rôle de Passeur. Le Passeur actuel doit lui transmettre toutes les connaissances passées : les couleurs, la musique, les joies, les émotions et enfin les horreurs, les douleurs. Plus il en sait, plus Jonas se demande pourquoi il est interdit au reste de la population de connaître ce passé.

C’est une jolie histoire sur l’amour, la beauté des choses qu’il faut savoir apprécier. Je suis sortie du ciné enchantée.

 

Dans un autre registre, je suis allée voir Serena avec Bradley Cooper et Jennifer Lawrence. Ca ne vaut pas le détour sauf…

sauf pour Bradley. J’avoue que lorsqu’il a commencé à être connu j’ai pensé « Bof, un nouveau playboy aux cheveux blonds, yeux bleus et sourire ultrabrite. Un clône de tous les playboys de Los Angeles ». Mais je dois reconnaître qu’en fait il fait sacrément du bien aux yeux ! Oui, je crois que mon côté midinette ressort. Bah, en plus il a habité en Suisse quelque temps et parle un peu le français 🙂

Maman, c’est lui Bradley…

images-2