Tag Archive | Lausanne

Repérages

Aujourd’hui j’ai fait une petite balade à Lausanne. Mon neveu va venir étudier un jour par semaine dans la capitale vaudoise qu’il ne connaît absolument pas. Comme m’expliquait ma soeur, quand nous débutions dans une nouvelle école, nous devions nous débrouiller car ma maman n’avait jamais le temps de nous faire découvrir les lieux.  Ma soeur se souvient que c’était toujours très stressant et s’il elle peut éviter à ses enfants ce stress-là, elle le fait avec plaisir. Elle a donc décidé d’emmener son fils pour effectuer le trajet tranquillement. Il faut prendre le train jusqu’à Lausanne, puis le métro et enfin le bus. Le problème, elle ne connaît absolument pas les lieux.

20190731_161341.jpg

Nous y sommes donc allés tous les trois. J’ai montré la gare à mon neveu, en lui expliquant les subtilités des deux tunnels qui passent sous les quais. Un nous permet d’atteindre le quai 9 si besoin est alors que l’autre pas. En revanche, ce dernier offre la possibilité d’arriver à la station de métro sans monter à la surface, ce qui n’est pas le cas du premier.

20190731_154904.jpg

En sortant du métro pour aller prendre le bus, nous passons à côté des arches occupées par un petit bar. J’ai toujours voulu m’y arrêter car je trouve l’endroit magnifique. De retour de l’école, mon voeu a été exaucé. Nous nous sommes arrêtés pour boire un verre avant de reprendre le métro et le train pour rentrer à la maison.

C’était une petite virée tranquille et sympathique. Le seul problème que j’ai rencontré, c’est que le matin j’ai pris froid (un comble avec ces chaleurs) au bas du dos et depuis je marche avec peine tellement j’ai mal. Une fois assise, je revis un peu pour autant que je ne bouge plus. En revanche, me relever est pénible. J’espère que le chien ne va pas être tenté par une grande balade ce soir car je ne suis pas sûre d’y parvenir. Je pense qu’il faudra d’abord que je roule pour me faire glisser du canapé et pouvoir prendre appui sur mes bras avant de me redresser et de me hisser sur mes jambes…

Et pour terminer en musique, je vous propose Arcade Fire avec The Suburbs

Musée Olympique

Je me lève, je suis épuisée. Envie de rester toute la journée allongée sur mon canapé à somnoler. Sans doute que je relâche enfin tout ce stress accumulé durant des mois. Quoi que, en plus des noeuds dans le haut du dos, j’ai à présent une barre dans le bas du dos. Ou alors, avant qu’il ne disparaisse, le stress atteint un pic. L’autre solution, c’est peut-être que je déprime. Mince, c’est pas le moment, je suis en vacances. Il faudrait donc que je bouge sinon je vais le regretter. Mais je suis fatiguée. Alors soit je dors et ce n’est même pas sûre que je sois pleine d’énergie ensuite, soit je me bouge et j’évite les regrets.

20190730_091359.jpgJ’ai réussi à monter dans le bus puis dans le train. Arrivée à Lausanne, j’ai pris le métro direction Ouchy. Une fois au bord du lac, j’ai su que j’avais raison de me bouger. J’adore être au bord du lac, regarder les vagues, écouter les mouettes, entendre le clapotis de l’eau. Le bonheur. J’ai marché dix petites minutes pour atteindre le musée. On peut s’y rendre en bus mais ce serait dommage de ne pas profiter tranquillement de la belle vue.

P1070090P1070092P1070124

J’avais un peu peur de m’ennuyer au musée olympique car je ne suis pas sportive et ne m’intéresse pas au sport.  Je ne regarde pas les jeux et contrairement à ma maman, les cérémonies d’ouverture et de fermeture ne m’attirent pas. Au début de la visite, j’ai eu un peu peur que mes craintes soient fondées. Toute une partie est dédiée à Pierre de Coubertin, l’homme qui a remis les jeux olympiques sur le devant de la scène. Et puis après il y a l’histoire de la flamme olympique, comment on l’allumait par le passé, comment lutter pour qu’elle ne s’éteigne pas et toutes les torches sont présentées. Certaines sont magnifiques, d’autres très sobres. Puis il y a l’histoire des mascottes, on voit divers tickets d’entrées au fil des ans et autres gadgets liés aux jeux.

P1070096P1070097P1070098

Mais là où j’ai été surprise, c’est dans la salle où sont exposés divers objets ayant appartenus à des sportifs d’élite. J’ai ressenti une certaine émotion que je n’ai pas réussi à m’expliquer. J’étais scotchée devant ces casques de ski, ces diverses paires de chaussures de sport, ces épées et autres luges. Si ça se trouve, l’été prochain, je serai devant mon poste de télévision pour regarder certaines épreuves !

P1070099

Casque d’une skieuse de descente, 1956. Je me demande si ça protégeait bien !

P1070100

Bob à deux, 1920

P1070101

Chaise roulante et gants d’Heinz Frei, multiple champion paralympique, 1996

P1070103

18 : Luge, 19 : Curling

P1070105

Chaussures d’haltérophilie conçue pour assurer la stabilité du pied. Semelle en bois et en cuir durci qui résiste à l’écrasement

P1070107

Chaussures de Jesse Owens fabriquée par le futur créateur de Adidas, Adi Dassler.

P1070109P1070112

Enfin, une salle nous parle du village olympique, du dopage et il y a quelques activités où l’on peut tester sa rapidité (je suis mauvaise), son équilibre (j’ai abandonné, je n’arrivais pas à finir) ou encore son habilité au tir (zéro sur cinq).

P1070114P1070116P1070117

Je suis restée un peu moins de deux heures et au final, j’ai passé un très bon moment. Si vous passez par Lausanne, n’hésitez pas à y faire un tour.

Et pour terminer en musique, je vous propose Aqua avec Turn back time

Un km à pieds, ça use, ça use…

2019_03_12_10_27_46_Coop_Supermarché_Lausanne_Caroline_Google_Maps_

Tous les soirs, je fait 1,8km à pieds de mon travail jusqu’à la gare. Je profite des jours plus frais dès l’automne jusqu’à la fin du printemps en général. Durant l’été, j’opte pour le métro car sinon j’arrive toute transpirante dans le train et c’est désagréable. Ce lundi soir, en cours de route, j’ai pensé à prendre quelques photos.

20190311_162858

  1. Si j’avais pris la photo après avoir traversé la route, on aurait pu voir la cathédrale au loin sur la droite.

20190311_163057

2. Il y a plusieurs endroits sur le parcours qui permet d’avoir une vue sur le lac et j’aime ça.

20190311_163155

3. Rue piétonne agréable à faire dans le sens de la descente, comme moi, car c’est pendu !

20190311_163317

4. La rue piétonne débouche sur cette place. Au fond, il y a un passage qui permet de passer sous la route et éviter d’attendre aux feux de circulation sur une rue très fréquentée.

20190311_163527

5. Rue bien connue des piétons qui la montent tous les matins, tellement elle est pénible.

20190311_163806

6. Toujours dans le sens de la descente. Je ne fais jamais le trajet à pieds dans l’autre sens…sauf en cas de panne de métro, ce qui est heureusement très rare.

20190311_164148

Et voilà mon train qui arrive. Deux minutes après avoir pris cette photo, il s’est mis à neiger. Voilà, j’espère que cette minuscule balade dans les rues de Lausanne vous a plu.

Et pour terminer en musique, je vous propose Richard Ashcroft avec We all bleed

Les joies du métro lausannois

J’ai testé pour vous la panne de métro à Lausanne. Je vous rappelle que Lausanne est une ville en pentes et particulièrement en pentes raides ! Je travaille sur les hauts de la ville. Je mets environ vingt minutes pour descendre à pieds. Je n’ose même pas imaginer combien de temps il me faudrait pour monter ! Je préfère le confort du métro. Confort tout relatif tout de même.

L'arrivée du chemin est à hauteur du toit de l'immeuble !

L’arrivée du chemin est à hauteur du toit de l’immeuble !

En fait, après la gare, l’arrêt du Flon est très prisé par la population locale. Tout simplement parce qu’un train part de cet endroit ainsi que le métro qui circule verticalement à travers la ville. Et le chemin pour y parvenir est particulièrement bon pour les cuisses ce qui ne plaît pas à grand monde 🙂 Donc le métro est bondé. Du moins c’est ce que je croyais. Car sans métro, comment font les gens ?

Chemin du Calvaire qui porte bien son nom...

Chemin du Calvaire qui porte bien son nom… Je suis au pied de l’immeuble et ça continue de grimper !

Des bus spéciaux sont mis à disposisition. On passe donc d’un métro toutes les cinq minutes à un bus tous les quarts d’heure. Du coup je sais qu’être « coincés comme des sardines » ne s’applique finalement pas à ce petit arrêt de métro.

Depuis à présent je ne prends plus le train. J’ai opté pour ma voiture car le soir je devais patienter trente minutes et il commence à faire froid. De plus si le train arrive en retard, je loupe le bus à la maison et je dois à nouveau attendre trente minutes. Mettre deux heures pour rentrer chez moi alors qu’il n’en faut qu’une en voiture, je n’ai pas hésité longtemps à changer de moyen de transport. De plus, je prends ainsi le métro au terminus et trouve donc une place assise tous les jours.

Ouchy

Ouchy un matin de décembre

La grande question dont je ne suis pas pressée de connaître la réponse est la suivante : y a-t-il un bus de remplacement depuis le terminus en cas de panne du métro ???

Ouchy un soir de décembre...

Ouchy un soir de décembre… On voit les gros nuages noirs d’un incendie à côté de l’autoroute.

Soirée resto

Vendredi soir je suis allée au restaurant. Cela faisait longtemps que je n’y étais pas allée alors j’ai décidé de ne pas regarder les prix et me faire plaisir.

C’est donc en bonne compagnie que je suis allée tester le Café de Grancy à Lausanne. Je vais me débarrasser des points négatifs tout de suite : bien que sympathique, le cadre est très bruyant. Il faut donner de la voix pour se parler. J’exagère bien entendu un peu mais c’est tout de même un point négatif.

original-47

Passons à présent au positif. Les serveurs sont très sympathiques. Ca a l’air de rien, mais c’est important. J’ai pris en apéritif une bière blanche artisanale. Un peu trop amère pour moi. Je n’ai bu que la moitié, ce qui m’allait très bien. Ensuite le serveur a conseillé un petit bordeaux pour accompagner le repas. Nous avons commandé 3dl. En me servant, le serveur a versé trois gouttes à côté du verre. J’ai l’habitude qu’on rate mon verre (coucou Jipi). Il a du coup rajouté 1dl de vin. C’était bien gentil de sa part mais moi je n’avais prévu de ne boire qu’un verre donc ce n’était pas nécessaire. Mais passons.

original-48

 

En entrée j’ai choisi une Saladine de gambas et calamars | gingembre, sésame, mangue et oignons nouveaux. Elle était délicieuse. J’en rêve encore. Comme plat principal, j’ai pris Médaillons de filet de boeuf | Porto et échalotes confites pommes de terre grenailles | légumes croquants. La serveuse a apporté des couteaux de meilleure qualité pour couper dans la viande. Ce n’était absolument pas nécessaire tellement la viande était tendre. Un vrai délice. Je me suis régalée.

original-46

Oh mais j’ai oublié un petit point : nous avons dû attendre assez longtemps pour notre plat. Nos voisins mangeaient et nous papottions. Le serveur nous a assurez que nous n’avions pas été oubliés. Pour se faire pardonner (pourtant nous n’avons absolument pas manifesté un quelconque mécontentement), il nous a offert le vin…

C’était donc une excellente soirée sur toute la ligne !

Rien que de relire la carte j’ai faim. Il faut absolument que j’y retourne…

 

J’ai enfin repris le chemin du travail. Cette fois-ci je ne me dirige plus sur Genève dans un train bondé de costards-cravates au cul serré. Non, je découvre Lausanne, la ville universitaire. Les joies du métro bondé d’étudiants en route pour l’uni ou l’EPFL. M’en moque, j’ai enfin quitté le milieu bancaire. Plus besoin de porter un uniforme, je peux me rendre au boulot en jeans. Quel pied !

Aujourd’hui j’ai dû travailler, alors que dès la semaine prochaine je suis à la maison tous les vendredi (ouiiiii, j’ai opté pour du temps partiel). En rentrant, j’ai décidé de descendre à la gare à pieds afin de me balader dans ma nouvelle ville, que j’apprenne à mieux la connaître et surtout à savoir où je me trouve exactement. Je travaille sur les hauts de Lausanne et je n’avais pas envie de passer 12 minutes dans le métro puis attendre trente vingt minutes sur le quai de la gare. J’ai mis une demie heure en marchant lentement et sans savoir vraiment où j’allais. J’ai visé le lac… En regardant le plan, je réalise que j’ai emprunté les bons chemins même si à un moment donné j’ai quand même fait appel à mon téléphone pour me diriger  🙂

original-75

original-76

original-77

original-78

 

Ce qui me manque le plus en passant les journées loin de chez moi, ce sont mes deux trésors…

original-79

original-82