Tag Archive | Pierre Niney

Trois films sinon rien

Ce week-end Pascal frigorifique m’a incitée à me rendre au cinéma. Je suis allée voir :

The Second Best Marigold Hotel 

MV5BMTU3MjkxNjc0OV5BMl5BanBnXkFtZTgwMjc0NDg0NDE@._V1_SX214_AL_

J’avais bien aimé le premier volet et la bande-annonce du deuxième laissait penser que je retrouverais la même ambiance. Les mêmes acteurs sont présents et tant mieux puisque chaque caractère est sympathique avec ses qualités et défauts. Les décors et la musique me plaisent toujours autant. En revanche, le scénario laisse cruellement à désirer. Tout est convenu et malheureusement sans grand intérêt. On retrouve heureusement deux ou trois échanges sympathiques. Déçue !

Bis

041740

Les extraits diffusés au ciné me donnaient envie mais j’avais peur de tomber sur un gros navet. Finalement je me suis quand même déplacée avec ma nièce et nous avons toutes les deux passé un agréable moment. Il y a bien deux ou trois passages comiques, d’autres un peu lourds mais dans l’ensemble le film s’en sort très bien. Toute l’histoire réside dans le fait que les deux hommes se retrouvent dans la peau de leur 17 ans mais avec leur cerveau d’adultes. Mais à 17 ans on n’est pas encore majeur, on ne conduit pas et surtout on habite encore chez ses parents. Bah, qu’à cela ne tienne, c’est tout de même l’idéal pour corriger les erreurs du passé et se préparer un meilleur avenir ! Mais l’avenir est-il si moche que ça ?

 

Un Homme idéal

240422.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Chaque fois que je voyais les extraits, je me disais qu’il fallait que j’aille voir ce film. Il me tentait. Une chose me retenait cependant : le suspens. J’ai horreur de ça ! Je suis une grande anxieuse. Généralement, pour pallier ce problème, je demande toujours qu’on me raconte l’histoire et surtout la fin. Les gens pensent généralement qu’ils vont gâcher mon plaisir, au contraire : je peux apprécier le film avec une dose d’angoisse raisonnable. Or cette fois-ci je ne connaissais rien. Autant vous dire que j’ai souffert. L’histoire est très bien montée. Un homme plagie un livre et rencontre un franc succès. Pourtant, une personne est au courant de ce vol et débute un chantage. A aucun moment je n’ai pu deviner ce qu’il allait se passer. La prochaine fois je loue ce genre de film et je mets des pauses…

 

Yves Saint Laurent

PHOTO-Yves-Saint-Laurent-se-paye-une-affiche-de-luxe_portrait_w532

Afin de ne pas devenir folle à force de tourner en rond dans mon salon, je me suis à nouveau rendue au cinéma. Malheureusement, les films en v.o. que je souhaite voir sont toujours diffusés au centre ville et je n’ai pas envie de prendre le train. J’avais donc un choix restraint et c’est sur Yves Saint Laurent que mon choix s’est porté.

Tout d’abord j’étais contente de constater que je n’avais pas affaire à un mauvais film français. La qualité de l’image était remarquable tout comme les décors. La musique se mariait parfaitement avec l’action et les acteurs principaux jouaient admirablement bien. Et l’histoire alors ?

L’histoire traite de la vie du grand couturier. On y apprend sa maladie, ses amours, ses penchants pour l’alcool, la drogue et la débauche. On entre également dans les coulisses de ces grands défilés de mode. Malgré tous les points noirs dans la vie de l’artiste, parce que son ami dit de lui qu’il est un grand artiste, Yves Saint Laurent continue à émerveiller le milieu de la haute couture.

Bien que la mode ne m’attire absolument pas, j’ai tout de même trouvé la partie du film qui en parle intéressant. Ce que j’ai nettement moins apprécié ce sont les nombreux plans traitant de la débauche du couturier. Même si elle fait partie intégrante du personage, sa créativité également. Or j’ai trouvé que le côté obscur de la force était nettement plus étayé ce qui au final m’a lassée et j’ai fini par trouver le film un peu long. Dommage.