Tag Archive | Pink

Mémoire de recherche

Durant le master, il faut rédiger un mémoire de recherche. J’ai six semestres d’études et comme le semestre passé je n’étais franchement pas motivée, j’ai décrété que je caserais cette nuisance quelque part durant le cinquième ou sixième semestre. D’autant plus que je n’étais franchement pas sûre de souhaiter aller jusqu’au bout. En effet, sur cinq cours, un seul m’a vraiment intéressée et semblé utile pour mon quotidien et mon futur. Un autre m’a plus ou moins intéressée mais ne m’est pas utile. Quant aux trois autres, un fut un véritable cauchemar et les deux autres d’un ennui sans fin.

Durant le premier semestre, on nous a demandé pour un devoir, de poser l’hypothèse de recherche de notre mémoire. Si vous avez bien suivi, c’est un sujet auquel je ne souhaite pas penser avant deux ans. Comme le devoir était obligatoire, j’ai rêvé de ce que serait mon sujet idéal et je l’ai décrit.

Ce semestre, nous devons présenter durant deux minutes, notre sujet de mémoire. Mémoire qui n’est toujours pas d’actualité dans mon cas. Je n’ai donc pas la moindre idée de ce que je vais bien pouvoir présenter. Evidemment, c’est obligatoire. J’ai décidé de ressortir mon sujet idéal et de l’améliorer selon les commentaires reçus à la suite de mon devoir.

Cependant, quelqu’un m’a fait remarquer qu’un prof pourrait être intéressé par mon fameux sujet idéal car il s’agit de son domaine de recherches. Je l’ai contacté et du coup, j’ai peut-être trouvé un directeur pour m’encadrer pour mon mémoire puisqu’il veut qu’on en discute de vive voix. Ça n’était pas prévu…

Et pour terminer en musique, je vous propose Pink avec Hustle

Publicités

Allo ?

Ce lundi, je revois ma « psy ». Ce qui implique que l’on reparle de mes difficultés à téléphoner. Elle va me poser des questions dérangeantes auxquelles je n’aurai pas forcément de réponses mais qui sauront me mettre mal à l’aise. Me dire que je suis prête à faire face à ma phobie est une chose mais voir quelqu’un me forcer à gratter la couche de peurs me terrorise. Mais qu’est-ce qui m’a pris de choisir une telle problématique ? En plus, il y a une observatrice ! J’ai juste envie de me cacher, fermer les yeux et me boucher les oreilles. Et cette fois-ci, cerise sur le gâteau, l’assistante du prof va également participer à ces échanges pour nous aider dans la façon dont nous menons nos entretiens. Donc, non seulement je vais en baver en tant que patiente, mais en plus je vais doublement transpirer lorsque je serai la psy et que je vais retrouver ma patiente qui réagit exactement comme moi !

Bon, la semaine qui vient de passer, j’ai fait…trois téléphones ! Le premier c’était avec une copine que je devais rappeler. Ça a été. Le deuxième c’était pour prendre un rendez-vous. J’étais tellement stressée, qu’en raccrochant, je n’étais plus sûre de la date fixée. Mais il était hors de question que je rappelle. En me rendant à l’heure dite, je me suis quand même demandé si je me présentais le bon jour 🙄. Le troisième appel était destiné à une amie qui m’a fait remarquer que je ne l’avais jamais appelée depuis toutes les années que nous nous connaissons. Elle a sans doute raison. Je lui ai répondu que j’allais peut-être prendre goût à ça car il faut bien reconnaître que c’est plus rapide et sympa  d’échanger de vive voix que l’envoi (et l’attente) de vingt mille messages écrits. Mais que dans ce cas-là, il faudrait que je songe à modifier mon abonnement de téléphone qui ne comprend qu’une heure d’appel gratuit par mois (je crois) et que j’ai dû dépasser…. heu, je viens de vérifier, quelque chose a changé et j’ai loupé l’information mais j’ai droit à des appels illimités en Suisse ; je peux encore passer quelques coups de fils 😂.

Et pour terminer en musique, je vous propose Pink avec Walk me home

Noël en famille

Comme chaque année, Noël tombe à la même date ! Et mon moral chute… Pour moi, Noël c’est le 24 décembre au soir et le 25 à midi et ça se fête en famille. Mais voilà, apparemment je suis sans famille. Et j’adore quand elles propose de se voir à midi un autre jour, jour où moi je travaille !

Le 24 au soir, ma maman fête avec ses soeurs et le 25 ma soeur fête avec sa belle-famille. Moi je suis seule, donc j’en déduis que je n’ai pas de famille. Chaque année j’essaie d’expliquer à ma soeur et ma maman le fait qu’elles sont en famille et moi pas. Elles font la sourde oreille : je suis pénible et cette année elles ont décrété que c’était de la faute de mes hormones ce qui explique pourquoi je suis pénible.

Ce qui est étrange, c’est que je n’ai jamais aimé mon nom de famille. Quand je l’entends, je me crispe. C’est instinctif, tout mon corps se tend, près au combat et ce, depuis des années. Plus jeune je disais même que j’étais pressée de me marier pour me débarrasser une fois pour toute de ce nom qui ne me correspond pas. Quand je vois que des femmes adoptent le double nom de famille, le nom de jeune fille et celui de femme mariée, je suis toujours surprise alors que moi je n’attends que ce moment où je n’aurai plus à traîner cette identité qui n’est pas moi. L’ironie veut que je reste désespérément célibataire. Depuis toute gamine, je me vois avec un nom anglophone. Allez savoir pourquoi : Valvita Smith ou Valvita Jones. Mais ça, c’est une autre histoire…

Et pour terminer en musique je vous propose P!nk avec Family Portrait