Tag Archive | Robert Galbraith

Lectures 2020 : 7, 8 & 9

Unknown 12.09.40.jpeg

On Earth we’re briefly gorgeous de Ocean Vuong est le livre audio que j’ai écouté ces derniers jours. L’auteur se raconte à sa mère et retrace son histoire en sachant que sa mère ne lira jamais les lignes qu’il rédige. Il s’agit d’une autobiographie qui s’étend également à la vie de sa famille lorsque celle-ci vivait encore au Vietnam, durant la guerre qui a secoué ce pays. L’auteur a subit les sautes d’humeur de sa mère qui souffre de stress post-traumatique mêlé de schizophrénie. Certains passages sont assez durs. Le récit est intéressant mais la version audio, lue par l’auteur, est un cauchemar. Il narre d’une voit traînante qui m’a horripilée du début à la fin. J’ai plusieurs fois hésité à ne pas terminer ce livre mais l’histoire m’a retenue.

20200208_1209056116270678097661480.jpg

The Men who stare at goats est une enquête de Jon Ronson. Il existe un film du même titre qui reprend cette histoire abracadabrante concernant l’armée américaine. Cette dernière cherchait (cherche ?) à développer des supers pouvoirs tels que traverser les murs en ce concentrant très fort sur ses capacités, tuer des chèvres par la pensée, léviter, etc. afin de terrasser ses ennemis  J’ai bien ri par moments tout en me disant que ce n’était pas possible que de telles âneries soient véridiques. Tout n’est pas drôle, surtout quand ces nouvelles technologies sont testées sur des prisonniers. Je l’ai déjà dit, j’aime ce qu’écrit Jon Ronson, ce livre y compris.

20200212_2147005540448046933591761.jpg

Career of Evil de Robert Galbraith est le troisième volet des aventures de Cormoran Strike et de son associée Robin. Cette fois-ci, Robin reçoit par paquet une jambe humaine, ce qui mène Strike sur une nouvelle enquête. Il comprend que la personne qui se trouve derrière cet envoi lui en veut personnellement. Il pense à trois hommes, dangereux, dont personne n’a la moindre trace.

Et pour terminer en musique, je vous propose Moby avec Power is Taken

Lectures 2020 : 4, 5 & 6

20200129_091852.jpg

Voici le deuxième roman de JK Rowling avec pour héros Cormoran Strike. Il s’agit de The Silkworm publié sous le pseudo Robert Galbraith. J’aime la dynamique entre Strike et son assistante, Robin. Cette fois-ci nous sommes dans le monde littéraire. En effet, un auteur médiocre est assassiné de façon extrêmement violente juste avant la publication de son nouveau livre qui montre beaucoup de personnalités sous un jour peu favorable (doux euphémisme). Toutes les personnes ayant eu entre les mains ce fameux roman et figurant dans ce dernier, deviennent suspectes. Mais qui est le coupable ? La femme de l’auteur, comme semble le penser la police ? Cette même femme qui avait engagé Strike afin qu’il retrouve son mari ?

Je me réjouis de lire le 3e roman de la série. L’auteur vient d’annoncer sur Twitter qu’elle venait de terminer la rédaction du 5e.

 

20200114_083653.jpg

Je ne connaissais pas cette auteure, Hanya Yanagihara dont le roman A Little Life a été cité plusieurs fois sur un forum. J’ai donc décidé de me plonger dans cette histoire. Nous entrons dans la vie de quatre jeunes gens : Jude, Willem, JB & Malcolm. Nous les suivons depuis leurs années universitaires jusqu’à leur mort. Seule la vie de Jude est mystérieuse, l’homme ne voulant pas parler de son passé. Et pour cause : nous apprenons petit à petit les horreurs qu’il a dû affronter. Même si dans sa vie d’adulte il est entouré de personnes aimantes, ce passé a laissé des traces qui l’empêchent de profiter du bonheur qui lui est offert. Très beau roman avec toutefois certains passages assez difficiles. Et je ne vous cache pas que j’ai pleuré durant les 50 dernières pages…

20200206_1904555630496456986938095.jpg

Roseleen parlait avec ferveur de Louise Penny, auteure que je ne connaissais pas. J’ai pensé « Chouette, je vais lire en français » avant de constaté qu’elle écrivait en anglais. Et finalement tant mieux puisque tous les romans en français étaient empruntés à la bibliothèque mais pas ceux dans la langue de Shakespeare. J’en ai choisi un au hasard. Le début était un peu pénible car il y a beaucoup de personnages récurrents apparemment mais quand on ne connaît pas la série, c’est déroutant. Et on se retrouve au tribunal car il y a eu un meurtre mais on ne sait rien. Ni qui, quoi, comment, où. Bof me suis-je dit. Et on saute entre ce tribunal et les faits tels qu’ils se sont produits dans le passé. Toujours sans rien comprendre. Et puis soudain, l’inspecteur lâche une information importante durant le procès et l’histoire retient enfin mon intérêt. La police, dont les résultats sont décevants, tente un grand coup et l’issue de ce procès en dépend. On apprend que le meurtre a eu lieu dans le petit village de l’inspecteur en Chef Gamache. Mais quel est le lien entre cette affaire et le grand coup que la police prépare ? Suspens bien mené et personnages attachants. J’ai adoré. Ma maman m’informe qu’elle vient d’acheter le 9e ou 10e roman de la série. Il me reste quelques lectures. Pourvu que la bibliothèque les aient tous en version originale…

Et pour terminer en musique, je vous propose Gabriela Cilmi avec Sweet about me

Lectures 56, 57, 58 & 59

Bon ben j’ai atteint mon objectif de l’année, c’est-à-dire lire 36 livres… Je ne change rien pour 2020. Ça m’oblige à lire et ça ne me met pas la pression !

20191215_183423.jpg

J’ai vu à la bibliothèque qu’il y avait un autre roman de Jonathan Coe de disponible Number 11. J’ai sauté dessus ! Et bien j’ai été un poil déçue. La ville de Birmingham est toujours bien présente et cette fois-ci, ce sont deux jeunes filles que nous suivons : Rachel et Allison. Puis nous les quittons mais elles ne sont jamais loin, elles restent le point qui relie les différentes histoires narrées avant de retrouver Rachel comme point central. Elle est à présent une jeune adulte qui sert de tutrice à des jumelles de neuf ans issues d’une famille richissime qui habite à Chelsea. Nous comprenons que Rachel développe une maladie mentale mais soit l’auteur en dit trop soit il n’en dit pas assez. La fin est un peu abrupte, comme s’il ne savait pas comment terminer son livre. Comme s’il avait plein d’histoires en tête, qu’il a essayé de les caser dans le roman et qu’à un moment donné, il fallait bien mettre un point final. Dommage, même si les petites histoires étaient sympathiques à lire, celle de Rachel sur la fin m’a laissée sur ma faim…

20191220_144648.jpg

J’avais envie de relire un roman de JK Rowling puisque j’avais adoré Une place à prendre. Comme je n’étais pas très intéressée par Harry Potter, j’ai opté pour un roman policier The Cuckoo’s Calling qu’elle a publié sous un autre nom : Robert Galbraith. J’ai choisi le premier de la série avec le détective Cormoran Strike, personnage un peu cabossé qui me plaît bien. Son assistante, Robin, me fait rire. Loin d’être bête, elle a quand même un côté un peu tarte qui la rend attachante. La victime est une mannequin célèbre tombée depuis son balcon. La police conclut à un suicide. Le demi-frère de la morte pense qu’il s’agit d’un meurtre et s’attache les services de Strike pour mener l’enquête.

On se balade dans Londres, dans les quartiers chics comme dans les plus pauvres, on emprunte le métro ou l’on marche le long des quais. L’histoire est bien ficelée, on ne perçoit pas qui est le coupable dès les premières pages, ni même près de la fin. J’ai bien aimé, je vais m’empresser de lire les trois autres bouquins de la série.

Unknown.jpeg

Olive, Again c’est le livre audio que j’ai choisi ce mois, un roman d’Elizabeth Strout. C’est une suite mais je n’ai pas lu le premier opus. En revanche, j’ai lu un extrait paru dans le New Yorker et je m’étais dit que l’héroïne était détestable. Comme les critiques sont excellentes, j’ai quand même tenté le coup. Et heureusement. Alors oui, l’héroïne est une vieille harpie attachante. Tout le monde la déteste parce qu’elle ne supporte rien ni personne et pourtant, elle possède quand même un grand coeur, ce qui apparaît au fil du roman. Il s’agit des histoires de vie concernant les divers habitants d’une petite ville de l’état du Maine avec toujours une apparition discrète de Olive, cette affreuse bonne femme attachante… C’est un roman doux, agréable sans pour autant basculer dans le niais. Je vais voir si je trouve le premier roman Olive Kitteridge.

Unknown-1.jpeg

C’est en installant l’application Kindle pour la tester sur mon téléphone que j’ai découvert ce livre de Marjorie Raskin The Anxiety Expert. Livre acheté il y a fort longtemps dont j’avais complètement oublié l’existence. Du coup, je l’ai lu. Il s’agit d’une psychiatre, spécialiste de l’anxiété, qui raconte son parcours en tant que personne souffrant de grosses crises de panique. Elle a souhaité se spécialiser dans le domaine afin de mieux comprendre pourquoi elle subissait de pareilles crises. Il est intéressant de voir qu’à chaque période de fort stress, les attaques réapparaissent sans qu’elle sache comment les vaincre. Pour les personnes souffrant d’anxiété, il est toujours intéressant de lire que nous ne sommes pas les seuls (oui, je fais partie de ces gens-là) et que l’on peut même se retrouver grande spécialiste du domaine et continuer à subir cette affreuse anxiété. La narration est surtout centrée sur les histoires d’amour de l’auteur qui ressent un besoin absolu d’être mariée mais quand des hommes se présentent, son anxiété prend le dessus. Moi qui prends mes jambes à mon cou quand un homme se présente, je comprends…

Et pour terminer en musique, je vous propose Emilie Simon avec Menteur