Tag Archive | Solitude

Réflexions

Je dois choisir un sujet de mémoire pour mon master. Après le semestre en cours, il m’en reste quatre donc j’estime avoir le temps (les cours sont à mi-temps). Au début du semestre passé, on nous a fait comprendre qu’il fallait se dépêcher. Je fais ce que je veux, c’est moi qui paie ! En plus, j’ai trois gros cours à chaque fois alors qu’au cinquième semestre je n’en aurai qu’un. Autant caser le mémoire à ce moment-là. Je dois également trouver une solution pour suivre 300h de stage à côté de mon emploi actuel. J’ai très vite pris la décision… de ne pas me prendre la tête pour l’instant. Or, il y a un petit changement dans les cours que je compte suivre. Ce qui fait que je vais me retrouver avec deux pavés au lieu de trois le semestre suivant. Et si je faisais mon mémoire à ce moment-là ? Mouais… le cinquième semestre reste tout de même une meilleure solution. Mais un autre problème de taille se pose : faire un mémoire sur quoi?

Mon autre réflexion concerne ma dépression saisonnière. Fin octobre jusqu’à fin mars environ, le moral plonge et c’est l’horreur. Enfin, ça c’était avant ma thérapie. Parce que depuis, j’ai constaté qu’il fallait attendre décembre pour chuter et remonter vers fin mars-début avril. Jusqu’au jour où j’ai compris que ce qui me dérangeait en décembre, c’étaient les fêtes de fin d’année et ma solitude qui me posait problème. A partir du moment où j’ai réalisé ça, le moral descend une semaine avant Noël et remonte dès le 2 janvier. Ma « dépression saisonnière » ne débute alors plus que début février. Et cette année, comme à chaque fois, mon moral est allé s’installer au troisième sous-sol. Mon anniversaire arrive, puis la StValentin et ma solitude est à nouveau bien présente et…. Mais ??? Ça ressemble énormément à mon problème de Noël, ça, non ? En fait, je ne souffre d’aucune dépression mais juste de périodes où je vis mal le fait d’être seule ! Mon moral est remonté d’un coup. Je serai donc seule le 10 et le 14 mais bon, ce ne sont que deux jours dans l’année (les autres jours, ma solitude ne me pose en général aucun problème). En plus le 15, selon toute logique, ça devrait aller mieux et j’ai prévu d’aller boire le café avec deux amies et manger une fondue dans la foulée. Je crois bien que je ne vais plus avoir de symptômes de dépression saisonnière. Il m’en aura fallu du temps pour comprendre ça mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

Et pour terminer en musique je vous propose Andy Burrows & Matt Haig avec Handle with care

Publicités

Prendre des vacances

Tout le monde « pose » ses vacances pour cet été. Evidemment que personne ne reste en Suisse. Les vacances d’été c’est fait pour partir. Je déteste qu’on me demande ce que je prévois puisque généralement je reste à la maison. Mais au lieu d’être assise dans mon salon, je profite de mon balcon. Waow O_o quelles vacances !

Chaque année j’espère partir pour me changer les idées mais la perspective de me retrouver seule en terre étrangère ne me réjouit pas. L’année dernière je suis bien partie trois semaines avec ma maman, mais l’expérience n’est pas à renouveler (coucou maman !).

Je me retrouve avec des semaines de vacances à placer mais rester chez moi ne m’enchante guère. Je n’ai pas non plus envie de partir seule. Voilà donc pourquoi sur vingt-cinq jours de congé j’en passe dix en examens (ou préparation d’examens) et que j’angoisse sur les quinze restants.

 

Le temps passe et rien ne change…

 

PS Ceci est un petit coup de blues que j’espère passager. Je le soigne à coups de chips, chocolat et Parfait à tartiner sur mon pain.