Tag Archive | Sorj Chalandon

Lectures 37, 38 & 39

20190818_174611.jpg

J’ai retrouvé ce livre de Irvin Yalom dans ma pile à lire. Il y avait bien un marque page à l’intérieur, dans les premières pages, mais je n’en ai aucun souvenir. Love’s executioner est une suite de courtes histoires qui traitent de psychologie évidemment, puisque l’auteur est un psychothérapeute reconnu dans son domaine et qu’il aime transmettre ses connaissances sous forme de romans. Diverses problématiques sont évoquées avec à chaque fois, des personnages différents. Les histoires sont tirées de vrais cas traités par Yalom et montrent à chaque fois des patients touchants puisque sans empathie, il est quasiment impossible d’aider autrui. Lecture agréable mais je l’avoue, j’ai un léger faible pour tout ce qui touche à la psychologie 😄.

712vGmUtzFL._AC_UY218_.jpg

Je ne sais plus vraiment comment j’ai entendu parler de Preet Bharara. J’avais lu son nom sur Twitter lorsqu’il s’est fait virer par le crétin orange. Puis je suppose que son nom est ressorti souvent, toujours sur Twitter, lorsqu’il a créé son podcast Stay tuned with Preet. Je l’ai écouté et j’aime bien. Du coup, j’étais intéressée par son livre Doing Justice lorsqu’il l’a publié même si j’avais un peu peur qu’il soit ancré sur les arcanes de la justice américaine. L’auteur y parle de son précédent emploi en tant que procureur du district de New York pour expliquer ce qu’est la justice et il explique le tout avec de nombreux exemples réels et intéressants que ce soit pour détailler le rôle des informateurs ou encore savoir si le dossier arrivé sur le bureau des avocats mérite d’être traité ou non. C’était le livre audio que j’ai choisi pour le mois d’août et j’ai passé un agréable moment à l’écouter.

20190905_094728.jpg

J’ai découvert l’auteur, Sorj Chalandon, grâce à mon club de lecture. J’avais bien aimé le livre sélectionné et donc, quand j’ai vu que l’auteur avait un nouveau roman qui sortait à la rentrée littéraire, je me suis empressée de l’acheter. Une Joie féroce nous entraîne dans la vie de Jeanne qui découvre son cancer, Jeanne et sa première chimiothérapie, Jeanne qui perd ses cheveux, Jeanne dont le couple bat de l’aile. Jeanne avance sans bruit et subit le tout sans réaction. Puis elle se révolte, se lie d’amitié avec trois femmes et se lance avec elles dans le vol d’une bijouterie pour aider l’une de ces dernières. Bien que le cancer occupe une grande place dans ce roman, l’histoire est prenante, les personnages attachants et l’écriture très agréable. Plusieurs fois je me suis mise à papoter avec ma collègue pour me changer les idées et ne pas pleurer au début. Ensuite l’histoire entre les trois femmes occupe plus de place ce qui m’a permis de respirer et continuer ma lecture l’esprit un peu plus libre. Un joli roman.

Et pour terminer en musique, je vous propose Britney Spears avec Toxic

 

Lectures 10, 11 & 12

20190317_083040.jpg

J’avais un marque-page dans le livre. Apparemment, je l’avais déjà commencé, puis abandonné, il y a des années. Cette fois-ci je suis allée au bout, mais avec peine. Il me faut parfois un moment, à chaque début de chapitre, pour savoir avec quel personnage je me retrouve. Ça me dérange.

Dans la quatrième de couverture, on apprend que « derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille ». J’en suis au deux tiers du livre et je ne vois pas de quel drame il s’agit. La grand-mère est en phase terminale d’un cancer. Nous apprenons que le grand-père a eu une liaison il y a fort longtemps, ce qui est le prétexte à raconter une autre histoire dans l’histoire. La petite-fille a vécu une rupture difficile mais je n’en sais toujours pas plus à ce stade de ma lecture. Bref, je m’ennuie.

J’ai terminé. Ma réaction ? Bof…

20190404_184029.jpg

Le Jour d’avant de Sort Chalandon. Très beau roman qui rend hommage aux hommes morts dans la fosse Saint-Amé de Liévin-Lens à la suite d’un coup de grisou, le 27 décembre 1974.

Nous sommes avec Michel, jeune frère d’un homme de la mine, mort quelques jours après ses compagnons. Nous apprenons l’histoire de Michel, qui est parti à Paris pour fuir les terres de son enfance. Il y revient en 2014. Puis il y a un procès et des vérités auxquelles on ne s’attend pas qui sortent. Roman coup de poing. Véritable coup de coeur. ❤️

20190410_183839

Apparemment, j’avais déjà tenté de lire un roman d’Arnaldur Indridason que j’avais trouvé indigeste. Mais ce n’est pas le cas de celui-ci La Rivière noire. Les conditions de lecture sont peut-être aussi différentes : au lit, bourrée de microbes, un cerveau qui avance au ralenti. Toujours est-il que j’ai trouvé l’histoire sympa à lire : un violeur est retrouvé mort égorgé alors qu’apparemment, il venait de se trouver une nouvelle victime. L’enquête avance lentement mais la policière en charge du dossier ne baisse pas les bras. Se lit vite et facilement. S’oublie tout aussi rapidement.

Et pour terminer en musique, je vous propose Patrick Fiori et Tommy avec J’espère que tu vas bien