Tag Archive | Train

Déplacements

20180921_180623

Pour me rendre au cours, je conduis d’abord mon scooter jusqu’à la gare. Compter environ 10 minutes. Puis c’est au tour du trajet en train : 28 minutes.

20180915_081141

Après je me rends vers le premier métro, appelé M2 pour un arrêt (c’est hyper raide, on arrive en sueur à l’arrêt si on s’y rend à pieds).

20180915_081645 - copie

Changement de métro pour le M1. Ça me prend à peu près 10 minutes de trajet.

20180915_081738

Et enfin arrivée à l’uni pour la journée.

Et pour terminer en musique je vous propose Zazie avec Speed

Un p’tit air de liberté…mais pas pour toi !

Je suis horrifiée en lisant les commentaires liés à un article sur les trains qui vont être autorisés à circuler en Suisse mais ne sont pas adaptés aux handicapés. Vous trouvez l’article ici..

Florilège de ces gens qui le précisent bien, respectent profondément les handicapés (je crois que je vais aller vomir) :

Je comprend les Handicapés ayant de la difficulté à monter parfois à bord du train, mais ils peuvent aussi demander de laide à dautre voyageurs je pense et les trains sont quand même vraiment de mieux en mieux… regarder en Inde ou ailleurs je sais pas franchement la Suisse est top pour sa alors on va pas continuer d interdire de rouler des nouveaux trains pour une minorité… sans être méchant mais juste.

et….quoi encore ?

faisons preuve d’un minimum de logique. Avec tout le respect que j’ai pour tous les handicapés, il n’est tout simplement pas envisageable de leur assurer partout et en toutes circonstances un accès. Ne peuvent-ils se contenter de pouvoir accéder au niveau du bas ? Que veulent-ils encore ? L’accès au sommet de la plus haute tour d’une cathédrale ? Ou encore aux télécabines 4 places ? Cet excès de revendication rend les responsables de leur l’association peu crédible !

Question

Suis-je le seul à ne JAMAIS avoir vu une seule personne en chaise roulante prendre le train ? La mesure d’interdir la circulation me semble légèrement exagérée. Avec tout mon respect pour ces personnes bien entendu.

efficacité

Il coûte beaucoup moins cher aux CFF d’offrir un accompagnant aux 3 personnes en chaise roulante qui prenne le train 2 fois par année plutôt que de modifier tout les trains pour toute la Suisse..

20180308_164721

Ca c’est le train que je prends matin et soir. Alors effectivement, je ne vois jamais de handicapés monter dedans, tout simplement parce que c’est impossible. Et demander de l’aide à d’autres voyageurs ? C’est déjà casse-gueule quand on est valide et de plus, je pense que le passage est trop étroit pour une chaise roulante.

Et aujourd’hui, je n’ai pas envie de terminer en musique…

Joies des transports en commun

Je débute ma deuxième semaine de transports publics. Pourquoi ? Un grain de folie sans doute et quelques économies de réalisées pour investir dans des cadeaux de Noël.

Alors c’est sympa de reprendre le train ?

Tout d’abord je ne prends plus la voiture jusqu’à la gare comme je le faisais dans mon ancienne vie. Le prix du parking a presque triplé. Donc je monte dans le bus qui s’arrête juste devant chez moi. Les dernières places assises ont été prises à l’arrêt précédent. Je fais donc les dix minutes de trajet debout. Le seul ennui c’est qu’il y a foule à l’arrêt suivant et on se retrouve pressés comme des sardines. Changement de moyen de transport à la gare.

Le train c’est bien ! Je suis assise et peux lire tranquillement durant les presque trente minutes de trajet. Rien à redire. Arrivée à Lausanne, nouveau changement. Et là c’est sportif.

Metro à Lausanne le matin aux heures de pointe

Métro M2 : A présent j’adopte la méthode appliquée par la majorité : je pousse. Du coup, avec de la chance, je rentre dans le deuxième métro qui passe. Sans pousser, j’arrive monter dans le quatrième 😱. On est tellement écrasés qu’il est inutile de se tenir; on ne peut pas tomber !

Le retour est légèrement différent. Je monte dans le métro dont le terminus est la gare. Il arrive quasiment vide à mon arrêt alors que celui qui descend jusqu’au bord du lac est déjà plein. Je dois donc attendre deux minutes de plus mais ça en vaut la peine.

Le train c’est bien. Le wagon est quasiment vide c’est parfait. Il reste l’étape du bus pour rentrer. Vous imaginez un trottoir bondé de gens qui attendent l’un des sept bus prévus à cet arrêt. Une horreur. Celui que j’emprunte est archi plein. Une amie qui le monte à l’arrêt suivant doit prendre de l’élan et foncer dans le tas si elle veut pouvoir rentrer dedans.

J’essaie de ne voir que les côtés positifs mais parfois je sens la panique monter face à tout ce monde. Je me concentre alors sur la musique diffusée dans mon casque et ça me calme…

Et pour terminer en musique je vous propose de plonger dans le passé avec INXS et Bitter Tears


Transports publics ou Voiture ?

Il y a quelques années j’avais décidé de délaisser ma voiture au profit du train. Je prenais le bus jusqu’à la gare puis le train puis mes petits pieds me menaient jusqu’à mon travail. J’ai déménagé et les horaires du bus étaient plutôt contraignants. Je prenais donc ma voiture jusqu’à la gare, puis le train et mes petits pieds.

J’ai changé de boulot et de ville. Le bus n’était toujours pas une option. Donc voiture jusqu’à la gare puis train puis métro. Une heure quinze de trajet le soir quand tout allait bien. Le parking de la gare a augmenté de plus du double. Donc plus de voiture. Et si le train a cinq minutes de retard, il me faut 1h45 pour rentrer. J’ai définitivement abandonné les transports publics et prends ma voiture jusqu’à un parking P+R en bordure de ville de Lausanne puis métro (1h porte à porte).

Mercredi soir j’allais voir cette dame en spectacle à Genève.

20151216_193234

La grande question était : voiture ou train ?

Alors pour le train il fallait prendre la voiture jusqu’à la gare et payer une heure de parking. (1.-). Prendre un billet de train jusqu’à Genève Aéroport (30.-). Attendre le train puis trente minutes pour le trajet. Compter en gros 1h porte à porte.

Pour la voiture que j’ai choisie : prendre la voiture jusqu’à l’aéroport. Vingt minutes de trajet. Parking 11.-. J’étais chez moi moins de trente minutes après la fin du spectacle. Je continue donc à préférer ma titine…

Pour vous filer la pêche, rien de mieux que cette chanson de Barns Courtney Fire découverte dans le générique de fin du film Burnt avec Bradley Cooper.

Le train fantôme

Lundi matin, nouvel horaire des CFF en place avec 33% de places assises supplémentaires. J’arrive sur un quai bondé ce qui ne se produit que lors de pannes. Cependant, aucun problème n’est annoncé. Nouvel horaire : plus de monde. Mon vieux train fait son entrée. Les couloirs sont remplis de gens debout. Il faut donc faire du forcing pour trouver une place…debout.

Lundi soir je compte monter dans le train de 18h03. Plusieurs convois sont annulés et les annoncent invitent les voyageurs des trains supprimés à monter dans « mon » train. Trois convois en un…qui tarde à arriver. Nous partirons avec 25 minutes de retard. Je débute le voyage assise mais le terminerai debout.

Après cinq minutes de trajet, un énorme bruit retentit à l’extérieur du wagon dans lequel je me trouve. C’est un peu effrayant. Plus personne ne parle (et pourtant nous sommes nombreux). « Ca jette un froid » comme le dit un passager. Le train s’arrête. Après trente minutes d’attente, les trois derniers wagons doivent se déplacer dans le quatrième depuis la fin. Je suis dans le dernier, je perds ma place assise…

Bien tassés dans le 4e wagon, nous attendons…qu’on nous annonce d’évacuer ce dernier et d’aller jouer au bétail dans la 5e voiture. Certaines personnes ont abandonné depuis longtemps car elle ont eu la chance d’obtenir l’aide de chauffeurs privés bienveillants. Moi je reste coincée. J’arriverai finalement à la maison avec deux heures de retard. Le point positif ? Je n’ai pas subit les embouteillages une fois en voiture à Nyon 🙂 .

Mardi matin. J’arrive à la gare. Mon train est annoncé avec du retard et le quai est à nouveau bondé. J’entends que « Le train de 7h37 entre en gare ». Sauf que ce train n’existe sur aucun horaire (ancien comme nouveau). Et pourtant je suis bien montée dans le train fantôme dans lequel j’ai même trouvé une place assise et suis arrivée en avance à Genève !

Je crois que je suis toujours dans ma quatrième dimension et qu’elle ne me plaît pas du tout.

Trajet cahotique

J’arrive un peu en avance à la gare en ce début de soirée. Beaucoup de monde s’agite, il doit se passer quelque chose. Je vois le message d’alerte qui m’arrête : « Accident de personne » pile sur ma ligne. Aucun train ne circule. Une dame annonce par haut-parleur qu’un train va partir d’ici dix minutes. Je me rue sur un quai bondé. Pour une fois, j’ai droit à la Rolls des trains. Je ne pourrai pas profiter de l’espace supplémentaire. En fait si. Nous sommes bien plus nombreux à être entassés dans le wagon. Il fait une chaleur étouffante et le soleil tape contre les vitres. C’est long trente-cinq minutes dans ces conditions.

Arrivés peu avant le lieux du drame, le train s’arrête. Il n’y a qu’une voie de praticable alors il faut attendre son tour. Nous sommes à côté d’une déchetterie et les gens sur place nous regarde étrangement. Ils ne savent sans doute pas qu’un malheureux a mis fin à ses jours quelques mètres plus loin. Après cinq minutes environ, le train redémarre mais très rapidement une annonce nous indique que le frein d’arrêt d’urgence vient d’être actionné et que le train va s’arrêter. Nous étions à moins d’un kilomètre de l’arrivée et le train allait s’arrêter au milieu des champs. Les gens du wagon se sont regardés et ont ri. Personne n’a ronchonné. Finalement, le chauffeur a poussé jusqu’à la gare avant de stopper. Par contre, je ne sais pas s’il est reparti immédiatement ensuite. Mon trajet à moi était enfin terminé.

 

Trains à deux étages

J’avais lu l’annonce peu avant mes vacances. Les trains à deux étages allaient enfin desservir la région Lausanne-Genève et pas uniquement pour les directs. Chouette. Alors que la région alémanique en profite déjà depuis plusieurs années, les petits Romands allaient pouvoir également en jouir. Parce que la région n’est que rarement prise en compte. Regardons l’autoroute à Berne. Six voies ne suffisent plus pour désengorger le trafic. Le canton demande à passer à huit voies. En revanche, il y a de nombreuses années que l’autoroute Lausanne-Genève est congestionnée. Mais il est impossible d’obtenir…une troisième voie ! Un pays à deux vitesses : région alémanique et les autres (romande, tessinoise).

Wagon pourave

Pour revenir aux trains, voilà normalement une semaine qu’ils circulent dans la région et c’est donc toute guillerette que je m’apprêtais à prendre le mien lundi matin. Alors que je parquais mon scooter, j’en vois passer un. Un ancien modèle. Bah, de toute façon il est déjà plus récent que celui que moi j’emprunte tous les jours. J’arrive sur le quai et en face, les vieux wagons tout pouraves défilent devant mes yeux. Puis mon train fait enfin son apparition. Non seulement c’est toujours l’ancien, mais en plus avec des wagons en moins (étrange la phrase, non ?). « Pour des raisons opérationnelles ». Ce qui n’explique absolument rien.

Wagon habituel

Le soir, je monte dans un tout vieux wagon pourave. De ceux où deux personnes ne peuvent se faire face correctement, faute de place pour les jambes. Etil faut ouvrir toutes les fenêtres pour obtenir un semblant d’air. Sur les autres voies, aucun train à double étages. Mardi matin ? J’ai retrouvé mon (voui c’est le mien !) véhicule habituel avec sa longueur normale…mais en retard. Ce qui m’arrangeait pour une fois, puisque j’ai eu droit à un contrôle de police pour mon scooter.

Mardi soir, autre horaire cette fois-ci car je suis de permanence au travail. Toujours mon vieux train habituel. D’où ma question qui me semble légitime : mais où sont donc ces fameux trains à deux étages ???

La Rolls des trains

 

Un site intéressant où tous les trains sont photographiés et d’où sont tirées les deux photos ci-dessus : http://www.cgn02.ch/ferphoto/index.html